Avertir le modérateur

etat de la démocratie en chine

  • Marie Holzman à propos du mouvement démocratique en Chine

    Tiré de France5 non Daté. Date estimée avant 2004 ( Date du début des démissions du parti communiste chinois après la publication des 9 commentaires sur le PCC. A lire sur http://ninecommentaries.com/ )

     

    Marie HolzmanSinologue, spécialiste de la Chine contemporaine, Marie Holzman est auteur, traductrice et enseignante à l'université de Paris-VII. En tant que présidente de Solidarité Chine, une association créée en 1989 au lendemain du massacre de Tien An Men, elle oeuvre pour la démocratie et le respect des droits de l'homme en Chine.


    Comment est né votre intérêt pour la Chine ?

    Marie Holzman : Très jeune, j'ai été fascinée par la façon dont les Chinois se comportaient socialement. Par exemple, ils emploient très souvent le mot "jouer", mais pas nécessairement pour des enfants. Ils disent : "je viendrai jouer chez toi demain". A l'époque, je trouvais cela ridicule. Avec le recul, je me rends compte de la force extraordinaire qu'ils possèdent. Cette attitude est un peu la quintessence de leur approche de la vie : ils profitent de chaque instant, avec bonheur.

    Un autre trait marquant est leur endurance passive, cette conviction que, de toute façon, tout s'arrangera. Ce côté passif et attentiste explique en partie la durée qui les caractérise : la dictature est en place depuis cinquante ans alors que, presque partout ailleurs, elle a cessé.

    Pensez-vous que la démocratie pourrait bientôt devenir réalité ?

    Marie Holzman : Un énorme progrès a été accompli puisque le pays est dans une phase transitoire vers un régime démocratique. Du moins, c'est ce qui est annoncé.

    Toutefois, pour l'instant, le pouvoir estime que la Chine n'est pas prête : la "qualité" de la population n'est pas assez élevée, le niveau d'éducation est insuffisant...

    Parallèlement, le gouvernement se vante pourtant d'avoir généralisé l'éducation, éradiqué la pauvreté et l'analphabétisme...

    Qu'en est-il du mouvement démocratique ?

    Marie Holzman : Il a été courageux à la fin des années 80. Maintenant, il est dans le creux de la vague car la plupart des dictatures communistes se sont effondrées, sauf en Chine.

    Mais plus on laisse le communisme en place, plus on gangrène l'avenir. Il engendre notamment la corruption. Et s'il n'y a pas de contre-pouvoir pour la contrôler, la diminuer et la dénoncer, le pire se produit. Les contre-pouvoirs sont indispensables pour la santé de tous les régimes.

    N'existe-t-il réellement aucun contre-pouvoir ?

    Marie Holzman : En ce moment, non. La pression sur les revendications démocratiques est terrible.

    Il y a quelques mois, par exemple, des dizaines de nourrissons sont morts à cause d'un lait qui s'est avéré ne pas contenir les protéines nécessaires. Si un organe comme 60 millions de consommateurs avait existé, il y aurait eu davantage de contrôles, de mises en garde...

    Autre exemple : l'année dernière, deux journalistes chinois ont fait un excellent travail sur l'état de l'épidémie de pneumonie atypique. Ils ont été condamnés - sous d'autres prétextes - à onze et douze ans de prison.

    Enfin, le cas du docteur Jiang. Cet homme a été le premier à dénoncer l'ampleur du SRAS et à informer sur la situation à Pékin. Cette année, il a lancé une pétition pour que la lumière soit faite sur la réalité de la répression du mouvement démocratique de 1989. Il réclame que le gouvernement modifie son verdict, parce que tant qu'on dira que les gens qui ont demandé plus d'ouverture et de transparence sont des réactionnaires contre-révolutionnaires dangereux, il ne pourra pas y avoir de réformes politiques. Depuis deux mois, ce docteur de 72 ans s'est "volatilisé".

    En général, qui est visé par la censure ?

    Marie Holzman : Ce que le pouvoir craint plus que tout, c'est d'être renversé. Il a donc peur de tout ce qui est organisé.

    Il suffit de voir ce qui arrive aux gens du mouvement spirituel de Falungong. Ils veulent simplement méditer et pratiquer : "vérité, bonté, tolérance". Ce n'est pas très révolutionnaire. Cependant, depuis 1999, comme le gouvernement a découvert qu'ils étaient des dizaines de millions organisés en dehors du parti et de tout contrôle, ils sont mortellement pourchassés : des dizaines de milliers d'entre eux ont été incarcérés, torturés, soumis à des lavages de cerveau intenses. On estime que le nombre de morts en prison s'élève à plus de 900.

    Il y a aussi l'histoire de Yang Zili. Il fait partie d'un groupe de quatre jeunes d'une vingtaine d'années qui se sont intéressés aux problèmes liés à la pauvreté en milieu rural et qui ont écrit des articles théoriques sur le sujet. Lui et ses amis ont été condamnés à huit et neuf ans de prison.

    Tiré de France5

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu