Avertir le modérateur

enseignement

  • Comment les anciens honoraient leurs maîtres

    Chine, maître, disciple, élève, enseignement, apprentissage, art martial, chine ancienne, culture, éducationLes Chinois ont toujours eu pour habitude d'honorer et de respecter leurs maîtres, car c'était une valeur traditionnelle qui formait une relation de cohésion entre l'enseignant et l'élève. En enseignant à ses étudiants, on attendait du maître qu'il transmette ses connaissances érudites et sa sagesse concernant la façon dont on devrait se comporter dans la société. Son devoir était d'apporter tout au long de la vie une sagesse valable à ses étudiants, et pour cette raison l'ancienne population de la Chine avait le proverbe : "L'enseignant d'un jour devrait être respecté comme le père de toute une vie". Les gens prêtaient beaucoup d'attention à leur conduite et à leur comportement, car ils voulaient apprendre les principes moraux adéquats qu'un humain devrait posséder. Cela leur permettait de développer la vertu, et pour cette raison, ils étaient reconnaissants envers la bienveillance de leur maître.


    Ci-dessous deux histoires au sujet d'enseignants et d'élèves de la Chine ancienne :


    Le Gouverneur Wen et le Roi Wu respectaient Jiang Ziya comme un Maître

    Pendant les années de déclin de la dynastie Shan, le Gouverneur Wen, de la partie occidentale du pays, gouvernait son peuple avec bienveillance. Il avait compris qu'afin de développer sa région et accomplir des progrès, il avait besoin d'un peuple autour de lui qui fasse montre d'un comportement vertueux. Il avait entendu dire que Jiang Ziya était un érudit possédant de hauts critères moraux, il désira donc inviter Jiang à rejoindre son gouvernement. Il décida d'une date qui soit numériquement de bon augure, prit un bain pour se rendre propre et respectable, puis emmena ses suivants jusque dans la ville de Boxi pour rencontrer Jiang. En parlant à Jiang, le Gouverneur Wen pensa que Jiang était en effet un individu très doué, possédant de hauts critères moraux, et ayant le désir d'aider les gens. Le Gouverneur Wen dit joyeusement :"Avant que mon grand-père décède, il m'a dit qu'un jour une personne de grand talent viendrait m'aider à apporter la prospérité dans ma région. Je pense que vous êtes cette personne". Jiang rejoignit le gouvernement de Wen en tant que Premier Ministre et Wen le traitait comme son maître, ménageant un grand respect envers Jiang. En conséquence, la région de Wen devint de plus en plus prospère. Alors que Wen se mourait, il demanda à son fils Wu de traiter Jiang comme un père aussi bien que comme un maître. Plus tard, Jiang aida Wu à vaincre le roi de la dynastie Shan, et couronna Wu roi de la dynastie Zhou.


    Yue Fei s'est rappelé la bienveillance de son maître

    Yue Fei était un héros de la dynastie Song. Il est né dans une famille pauvre, et son père mourut alors qu'il était jeune. Enfant, il n'eut pas les moyens d'aller à l'école. Mais il avait un grand désir d'apprendre, et se tenait souvent autour de l'école locale à regarder par la fenêtre, essayant d'écouter les enseignants donner leurs cours. Comme il ne pouvait acheter ni stylo ni papier pour écrire, il écrivait sur le sol avec une brindille cassée. Mazître Zhou Tong le vit souvent et réalisa qu'il était impatient d'apprendre, et lui offrit donc une instruction gratuite. Yue Fei apprit comment aimer ses compatriotes et combattre pour son pays. Les jours qui tombaient sur les nombres impairs, Yue Fei étudiait la littérature, et les jours pairs il apprenait les arts martiaux. On lui enseigna une technique spéciale pour tirer les flèches et il devint un excellent tireur d'élite. Avec une grande dévotion pour ses études, il devint finalement maître à la fois dans les arts martiaux et la littérature. Il fut un général bien connu sous la dynastie Song et était craint de ses ennemis. Lorsque Zhou Tong mourut, Yue Fei l'enterra comme s'il avait été son père. Le premier et le quinzième jour de chaque mois, Yue Fei rendait hommage à Zhou Tong qu'il soit chez lui ou en voyage. Il sortait l'arc qu'il avait reçu de Zhou Tong et tirait trois flèches enflammées dans le ciel. Yue Fei a dit : "Mon maître m'a enseigné à être un homme et à aimer mon pays. Il m'a enseigné les arts martiaux et comment être un excellent tireur d'élite avec un arc et une flèche. Je ne peux pas oublier ce qu'il a fait pour moi".

    Les gens de l'ancienne Chine avaient un proverbe : "Toutes les personnes établies dans le taoïsme, le bouddhisme ou le confucianisme ont eu leur maître. Tous les anciens empereurs ont eu leur Maître". Les gens qui ne respectent pas leur maître sont dépourvus de gratitude et ne s'élèveront pas. Tous les sages de l'histoire ont montré du respect pour leur Maître et ont été des modèles pour les générations futures.

  • Respecter un professeur comme un père

    Chine, Professeur, lettré, éducation, père, respect, enseignement, apprendre, enfants, culture traditionnelle

    "Un professeur est celui qui parle des principes, enseigne des techniques, et dissipe la confusion." C’est l'explication donnée par Han Yu de la Dynastie Tang. La vie est donnée par les parents. Comment vivre sa vie et comment se conduire dépend la plupart du temps des professeurs. En chinois, "professeur" (Shi) et "père" (Fu) sont combinés dans l'expression " maître " (Shi Fu). Un ancien dicton disait : "Celui qui m'enseigne un jour, est mon père pour la vie." C'est-à-dire, on devrait traiter son professeur avec respect et humilité.

    Dans la culture traditionnelle chinoise, on accordait de l’importance au respect pour les professeurs. Des inscriptions sacrées figuraient dans toutes les familles traditionnelles, lesquelles comprenaient le ciel, la terre le roi, les ancêtres et les professeurs. Ceci montre à quel point le respect était dirigé vers les professeurs.

    L'histoire suivante est tirée de Zizhi Tongjian, des archives historiques.

    Wei Zhao était un disciple accompli dans la dynastie orientale des Han. Quand il était jeune, Wei admirait Guo Tai et demanda à servir Guo en nettoyant les salles et la cour de Guo. Guo en fut d'accord.

    Un jour, Guo ne se sentait pas bien. Il demanda à Wei de cuisiner un peu de porridge. Quand cela fut fait, Wei servit le porridge à Guo. Guo l'invectiva, "Quand tu fais la cuisine pour une personne âgée, tu ne lui montre pas suffisamment de respect. Tu m'as fait perdre totalement mon appétit." Guo jeta le bol par terre.

    Wei revint afin de cuisiner à nouveau et essaya de resservir Guo. Cependant, il fut de nouveau grondé. Ceci arriva à trois reprises. Wei ne changea pas son attitude ni ne montra même le plus léger mécontentement.

    Alors Guo s'exclama, "Avant je ne te connaissais qu'en surface. Maintenant, je connais ton cœur !"

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200510/22775.html

  • Confucius, le plus grand sage et professeur de l’histoire chinoise

    chine,confucius,maître chinois,sage,professeur chinois,histoire chinoise,dynastie zhou,enseignement,connaissances éducatives,éducation,philosophe chinoisAu cours des cent dernières années de la dynastie Zhou (1122-222 av. J.-C.), au fur et à mesure que la société de l’époque se développait, le sentiment d’égoïsme allait en s’accroissant. Les anciennes grandes et bonnes vertus des empereurs des dynasties Xia, Shang et du début des Zhou étaient remplacées par les intérêts personnels. En conséquence, les relations entre les États étaient très tendues et cela a contribué à la naissance de nombreuses guerres.

    C’est donc, juste à cette période de l’histoire, que sont apparus certains grands sages en Chine. Si le Dao de l’enseignement taoïste de Lao Tseu était la voie pour retourner vers son véritable soi originel, alors la bienveillance de l’enseignement de Confucius a représenté les normes morales pour le comportement humain.

    Confucius (552-479 av. J.-C.) est connu en Chine sous le nom de Kongzi. Son véritable nom était Kong Qiu. La mère de Confucius est devenue, à l’âge de dix-huit ans, la concubine d’un officier de 66 ans. Son père mourut alors que Confucius avait trois ans. Bien qu’il ait été une personne réellement talentueuse, il n’était pas encore si célèbre. Il se rendit chez Lao Tseu qu’il respectait énormément. Il a travaillé pour le gouvernement en partant du bas de l’échelle et a été responsable de la gestion du bétail et des greniers.

    À l’âge de 51 ans, Confucius a été promu responsable de haut rang. Il a invoqué les principes de bienveillance pour gouverner le pays, mais malheureusement sa philosophie politique n’a pas été adoptée par son monarque. En conséquence, Confucius n’a pas eu d’autres choix que de démissionner de son poste. Il décida alors de voyager de manière à continuer à défendre ses pensées de bienveillance.

    Sa philosophie politique ne pouvait pas acquérir de reconnaissance parmi la noblesse, à cette époque de situation politique instable. Alors Confucius retourna dans sa ville natale et se dédia à l’éducation. Il mit sur pied une école privée et recruta de nombreux disciples. Grâce à ses efforts, son enseignement se répandit dans la société civile. Dans l’histoire chinoise, il a été considéré comme le premier éducateur.

    Les quatre aspects de son enseignement comprenaient les connaissances éducatives et l’enseignement, les mots et le comportement, la loyauté et le pardon, l’intégrité et la droiture. Il a établi aussi quatre interdits, pas de dogme, de jugement arbitraire, d’obstination et de présomption. Il aborda rarement l’intérêt privé et s’il soulevait ce point il le reliait toujours au destin, à la compassion et à la vertu. Il éclairait ses disciples seulement quand ces derniers ne pouvaient vraiment pas surmonter les privations et les difficultés.

    Lire la fin sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Arts-et-cultures/Confucius-le-plus-grand-sage-et-professeur-de-lhistoire-chinoise.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu