Avertir le modérateur

enquête

  • De nouvelles enquêtes visent la corruption dans l’entourage de Jiang Zemin

    Jiang Zemin, Chine, corruption, enquête, famille, campagne, régime, parti communiste, chinois

    Trois enquêtes dans le cercle de la famille et des associés de l’ancien dirigeant suprême du régime chinois Jiang Zemin ont été annoncées le même jour. Ces enquêtes prolongent la campagne anti-corruption visant Jiang Zemin qui a été lancée cet été.

    Entreprise automobile

    Le 29 octobre, la Commission centrale d’inspection de la discipline, le bureau de surveillance de la corruption du Parti communiste chinois (PCC), annonçait sur son site web la visite du 13e groupe d’inspection dirigé par Zhu Baochen dans le groupe automobile FAW Auto situé dans la province du Jilin. 

    «La tâche de lutte contre la corruption doit être menée en largeur et en profondeur dans une période durant laquelle les ventes de voitures et les allocations de ressources augmentent», disait l’annonce.

    «Des contrats datant de ces deux dernières années ont été révisés et plus de 150 personnes ont été rencontrées, beaucoup d’entre elles ont été emmenées pour enquête», rapportait le First Financial Daily du 30 octobre au sujet de l’enquête sur le groupe FAW.

    «De nombreux hauts dirigeants et cadres ont été emmenés pour enquête.»

    Avant de s’élever dans la hiérarchie politique, Jiang Zemin avait travaillé en 1954 pour le groupe automobile FAW, également connu sous le nom de Première usine de manufacture automobile. 

    Selon le site web chinois Time Dongguan, le 17 septembre dernier, Zhang Pijie, directeur général du groupe FAW, a reçu une pénalité non détaillée et le secrétaire du Parti du groupe automobile a été démis de son poste.

    Entreprise électrique

    Le 29 octobre, le département de supervision et d’inspection de la discipline de Shanghai annonçait sur son site web que Feng Jun, directeur général de l’entreprise municipale d’électricité du réseau national de Shanghai, était placé sous enquête pour graves violations de la loi et de la discipline.

    Avant de travailler pour l’entreprise municipale d’électricité de Shanghai en décembre 2011, Feng Jun était vice-président de l’entreprise de fourniture énergétique de Nanjing dans la province du Jiangsu et président de l’entreprise électrique du réseau national du Jiangsu.

    Shanghai a été la base de lancement des ambitions politiques nationales de Jiang Zemin et constitue encore la base de son pouvoir.

    Mines de charbon

    Ni Fake, ancien gouverneur adjoint de la province du Anhui, a également été accusé de corruption. Selon l’agence de presse officielle chinoise, la source de ses immenses avoirs personnels est inconnue.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/14/11/2/n3510448/de-nouvelles-enquetes-visent-la-corruption-dans-lentourage-de-jiang-zemin-.htm

  • Lancement du livre The Slaughter à Montréal

    The Slaughter, Chine, falun gong, prélèvements, organes, roman policier, enquête, journaliste

    Un ancien ministre de la Chine, un docteur taïwanais qui témoigne que des chirurgiens de Chine continentale lui ont promis des organes de qualité pour ses patients, un ancien policier de l’ethnie ouïghoure (une ethnie musulmane habitant la région autonome appelée Xinjiang, occupée par la Chine comme l’est le Tibet) du Bureau de la Sécurité publique d’Urumqi, des moines tibétains en exil, des dizaines de pratiquants de la pratique spirituelle Falun Gong – aussi appelée Falun Dafa… Tous ces personnages ont en commun qu’ils ont témoigné, sur quatre continents différents, d’une même atrocité : des prélèvements d’organes sur des prisonniers de conscience vivants innocents ont lieu en Chine, révélant un système à grande échelle, organisé par le gouvernement chinois, dans le but de se débarrasser de ses dissidents, tout en faisant d’énormes profits.

    Un bon roman policier? Malheureusement non, il s’agit du dernier livre écrit par le journaliste d’enquête Ethan Gutmann, spécialiste de la Chine, au terme de sept années de travail – certaines entrevues parmi une centaine ont duré plusieurs jours. L’ouvrage The Slaughter: Mass Killings, Organ Harvesting, and China’s Secret Solution to its Dissident Problem (L’abattoir : massacre de masse, prélèvement d’organes et la solution secrète de la Chine à son problème de dissidents), qui est sorti en août dernier, était présenté à Montréal par son auteur lors d’un forum sur les prélèvements d’organes en Chine le lundi 20 octobre.

    L’événement a été organisé, entre autres, par l’association Concordia Model United Nations, qui avait réservé un grand auditorium moderne au rez-de-chaussée du pavillon Henri F. Hall, en plein cœur de l’université Concordia. «Ce qui s’est passé, c’est que nous, en tant qu’association étudiante, Concordia Model UN, nous voulions organiser un symposium sur les droits de l’homme à un moment donné», raconte Alexander Chaboud, vice-président de cette association étudiante. Il était au courant de la persécution que connaissent les pratiquants de Falun Gong en Chine parce que des pratiquants étaient venus faire une présentation dans un de ses cours l’année dernière.

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/14/10/26/n3510405/lancement-du-livre-ithe-slaughteri-a-montreal.htm

  • Prix prestigieux décerné à un journaliste d’Epoch Times pour sa couverture sur la Chine

    Chine, Epoch Times, journaliste, spécialiste, prélèvements d'organes, enquête, investigation,Matthew Robertson

    Un journaliste d’Epoch Times vient de remporter un prix annuel prestigieux pour ses reportages concernant les prélèvements d’organes en Chine. Matthew Robertson, spécialiste de la Chine, parlant couramment le mandarin, a produit une série d’articles sur le le prélèvement d’organes publiée dans Epoch Times en 2012.

    Robertson et les articles ont remporté le prix du journalisme professionnel de la Sigma Delta Chi, aussi connue sous le nom de la SPJ (Society of Professional Journalists). La SPJ, fondée en 1909, promeut la liberté de l’information, forme et protège les journalistes tout en défendant les articles  concernant la liberté d’expression et de la presse.

    Les gagnants des dix catégories de l’édition 2012 du prix Sigma Delta Chi prix ont été sélectionnés parmi plus de 1.700 recrues dans diverses catégories, écriture, radio, télévision et Internet. Les prix ont été distribués en reconnaissance du travail remarquable publié ou diffusé en 2012. La série de reportages d’Epoch Times a remporté pour le journal la catégorie Non-Deadline Reporting (Daily circulation 1-50,000)

    Dans la lettre de candidature d’Epoch Times, le rédacteur en chef adjoint Stephen Gregory a souligné l’importance de traiter du prélèvement d’organes forcé à vif en Chine, un sujet sous-médiatisé.

    «Les hôpitaux travaillent main dans la main avec cet appareil de sécurité répressif, et les médecins du régime chinois, exploitant des procédures destinées à guérir, sont en train de tuer des prisonniers de conscience sans défenses en retirant leurs organes», a-t-il poursuivit. Il a ajouté que les quatre articles de Robertson traitant du sujet «sont un échantillon d’un travail plus large, le fruit de plus de deux ans d’efforts constants.»

    En louant le travail de Robertson sur cette question extrêmement complexe et délicate, Gregory a souligné son professionnalisme et son engagement dévoué.

    «Matt a développé des contacts avec tous les principaux enquêteurs et organisations de défense des droits de l’homme de l’Occident concernées par les prélèvements d’organes en Chine et s’est avéré apte à creuser des éléments importants face aux informations disponibles publiquement sur le web chinois», a-t-il écrit.

    Chine, Epoch Times, journaliste, spécialiste, prélèvements d'organes, enquête, investigation,Matthew Robertson Les articles primés comprennent: L’ancien bras droit de Bo Xilai a supervisé les prélèvements d’organes en Chine – aborde les prélèvements d’organes forcés par un officier chinois de haut rang; Après la purge de Bo Xilai, la recherche sur l’Internet au sujet des ‘prélèvements d’organes’ est tout à coup autorisée – analyse du trafic d’organes, examen des luttes internes au sein des dirigeants chinois et des responsables de la répression; Un chirurgien chinois, accusé de nombreux prélèvements forcés d’organes, se cache dans la communauté de la transplantation – cas d’un médecin chinois à la tête de l’unité de transplantation d’organes à l’hôpital impliqué dans le prélèvement d’organes; (non disponible en français) Friendly China Ties Come with Awards, But Ethicists Object (Partenaires chinois félicitations et objections éthiques), analyse la façon dont une grande université peut avoir sacrifié l’éthique au nom de liens plus étroits avec la Chine, Un livre qui dénonce la tuerie organisée pour les organes en Chine, l'article aborde State Organs: Transplant Abuse in China, une compilation de travaux d’une dizaine de spécialistes abordant la question des pratiques d’approvisionnement d’organes en Chine.

    S’exprimant dans une interview concernant son prix, Robertson a avoué trouver cela des plus gratifiants: «Je pense que c’est incroyable que SPJ m’ait attribué ce prix donné parce qu’à un certain degré la Chine est un sujet controversé.»

    «Si les journalistes en Chine couvraient ce sujet, ils se verraient probablement privés de visas, donc ils s’en abstiennent.», a-t-il ajouté.

    Robertson a commencé à apprendre le chinois en 2007. Il a vécu à Taiwan durant huit mois immergé dans son étude, apprenant grâce aux aides à l’apprentissage de l’édition chinoise d’Epoch Times, écoutant la télévision NTD et Voice of America, examinant les échafaudages de la propagande du Parti, regardant les anciens feuilletons chinois, et lisant les livres de Falun Dafa.

    Pour produire ces articles, Robertson a compris qu’il devait gérer tous les appels téléphoniques par lui-même et vérifier toutes les sources disponibles, comme tout bon journaliste… et bien plus encore...

    «C’est bien plus difficile que faire des reportages sur des sujets dans le monde occidental, parce que l’information ici est difficile à obtenir. Vous recoupez de nombreuses sources pour ne produire que quelques déductions.»

    Il a avoué «avoir grandement bénéficié du travail de recherche incroyable accompli par d’autres, notamment mes collègues chinois d’Epoch Times, mais aussi de l’ensemble du travail accompli par d’autres spécialistes chinois.»

    «Grâce à mes recherches, j’ai trouvé non seulement des violations flagrantes des droits de l’homme, des choses mauvaises, vraiment, que le régime chinois a fait, mais aussi le manque de courage de l’Occident en face de ces phénomènes», a-t-il précisé.

    «Des dizaines de milliers de prisonniers de conscience peuvent avoir trouvé la mort dans ce prélèvement d’organes», a-t-il ajouté, «en Chine continentale, les hôpitaux militaires et les camps de travail ont travaillé ensembles pour réaliser cette opération».

    L’annonce des gagnants du prix de la Sigma Delta Chi a eu lieu le 23 avril 2013, sur Internet.

    Tiré de: www.epochtimes.fr/front/13/4/28/n3508273.htm

  • Enquête sur le tourisme de transplantations d'organes

    tourisme, transplantation d'organes, Chine, enquête, Corée du Sud, greffe d’organe, régime, prélèvements forcés, avocats, droits, hommeSelon les autorités sud-coréennes, une bande criminelle organisée envoie des patients sud-coréens en Chine pour des transplantations d’organes. Lundi 21 novembre 2011, la police a arrêté un homme et trois autres font l’objet d’une enquête.

    D’après la police sud-coréenne, depuis 2006, cette bande organisée a procuré des organes à 94 patients souffrant d'un cancer du foie. Les patients sont introduits avec de faux papiers d’identité en Chine continentale où ils subissent la greffe d’organe. La bande a récolté plus de 85.000 dollars pour chaque transplantation. Quatre des patients sont morts après l'opération.

    Byoungjin Lee, policier à Bushan, a expliqué: «Ces gens voulaient trouver des organes plus rapidement, alors ils sont allés voir à l’étranger».

    Cette bande organisée sud-coréenne travaille avec des contacts à l’intérieur de la Chine continentale. Le tourisme de transplantation est illégal en Chine depuis 2007. Malgré cette interdiction, les cas d’étrangers se rendant en Chine pour des transplantations d’organes sont fréquents. Des criminels falsifient des documents pour faire passer les patients comme des citoyens chinois et contourner l’interdiction.

    Les transplantations d’organes en Chine font polémique. Le régime chinois se flatte d’avoir l’un des plus grands programmes de transplantations d’organes du monde, tout en gardant un accès très limité, pour des raisons culturelles. Le régime utilise les organes de prisonniers condamnés à mort, mais n’a jamais révélé le nombre exact de prisonniers exécutés.

    Des avocats des droits de l'homme ont aussi accusé le régime chinois de profiter des ventes d’organes. David Kilgour et David Matas du Canada ont publié leurs conclusions sur les prélèvements forcés d’organes sur les pratiquants du Falun Gong, un groupe spirituel persécuté par le régime chinois depuis le 20 juillet 1999.

    Pour avoir accès à cette information en video: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2011-11-29/330859451926.html

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Enquete-sur-le-tourisme-de-transplantations-dorganes.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu