Avertir le modérateur

enfants chinois

  • 85 millions d’enfants abandonnés en Chine

    enfants abandonnés en Chine, croissance économique, Chine, prix de la croissance, enfants chinois, enfance et psychologie

    Un journal écrit par des enfants révèle le prix du modèle de croissance économique chinois

    «Je me suis levée très tôt ce matin pour préparer le petit déjeuner de mon jeune frère avant qu’il aille à l’école», écrit Yang Haijiao, élève de sixième dans son journal récemment. Il y avait une distribution d’eau gouvernementale en bordure de route, et elle a dû s’absenter de l’école une journée pour faire sa provision.

    «Nous n’avions plus une goutte d’eau à la maison, les deux derniers jours », écrit-elle. « Grand-mère était malade depuis plusieurs jours. Elle ne pouvait pas nous trouver d’eau».

    À l’image de la plupart des 85 millions d’autres «enfants abandonnés», les jeunes élèves de la province de Guizhou manquent trop souvent l’école pour assumer les responsabilités des adultes, alors que leurs parents vivent et travaillent dans une ville loin de la maison. C’est l’un des prix à payer pour garantir le modèle de la croissance économique chinoise, qui affiche un PIB avec des chiffres impressionnants, mais aussi plus de 30 ans de familles éclatées et d’enfants émotionnellement brisés.

    Dans leur lutte quotidienne pour soutenir leur famille, des millions de parents ruraux quittent leur village pour chercher du travail dans les usines des villes. Ils laissent leurs enfants à la maison avec les grands-parents âgés ou avec d’autres parents, voire seuls. La prise en charge des enfants se résume souvent à un soutien alimentaire de base et à la sécurité, alors que les besoins en éducation, en encadrement et psychologiques sont souvent négligés.

    La radio Deutsche Welle rapporte qu’en raison de leur faible revenu et du strict système d’enregistrement des ménages en Chine, qui rend difficile pour les enfants de fréquenter l’école ailleurs que dans leur ville d’origine, les enfants des travailleurs migrants ne peuvent pas suivre leurs parents. Dans les villes, il y a peu de pensionnats et d’écoles pour ces enfants de migrants.

    Paroles d’enfants

    Le journal des enfants chinois laissés-pour-compte est un recueil de réflexions écrit par 26 enfants de la province du Guizhou (sud-ouest du pays). Ce recueil documente le quotidien des enfants avec leurs propres mots. Yang Yuansong, leur enseignant, a compilé et édité les récits qui décrivent ce que ni les statistiques, ni les études ne peuvent montrer.

    Embourbées dans les responsabilités d’une adulte, Yang Haijiao a manqué l’école tous les jours afin de s’occuper de sa grand-mère et de la ferme familiale.

    «La météo est catastrophique. La sécheresse dure depuis trop longtemps. S’il pleuvait, nous aurions de l’eau et je n’aurais pas à manquer l’école. Je ne veux vraiment pas continuer à manquer l’école!». Lorsque la pluie est enfin tombée, eh bien, elle devait semer les graines de maïs.

    Les responsabilités écrasantes sont alourdies par la douleur de la séparation. Yang Haijiao décrit la souffrance qu’elle a ressentie en voyant son père partir: «Je n’arrêtais pas de pleurer chaque fois que je pensais qu’à l’arrivée du bus, mon père s’en irait et qu’on allait se retrouver avec toute la corvée de la maison sur les bras et sans même savoir quand il reviendrait».

    Quand son père lui a demandé pourquoi elle pleurait, elle n’a pas pu répondre. Il lui a rappelé qu’elle devait «être studieuse à l’école». Yang a écrit: «J’ai  pleuré sans arrêt jusqu’au moment où mon père est monté dans le bus».

    Xia Min, un autre étudiant écrivait au sujet de sa camarade de classe Xia Congli, qui se retrouvait seule à la maison. «Un jour, sur le chemin de l’école, Xia Congli me racontait que son papa et sa maman partaient travailler loin de la maison et elle a commencé à pleurer. Je lui ai dit de ne pas être malheureuse, car ses parents sont certainement désolés aussi.»

    La note poursuit: «Quand nous lui rendons visite, nous essayons de la distraire avec nos jeux, pour qu’elle oublie sa tristesse. Mais en vain. Sa tristesse est comme au premier jour. Je me sens si mal.»

    Les traumatismes psychologiques

    La pression quotidienne de cette vie ardue a occasionné des problèmes psychologiques chez de nombreux enfants. Selon une enquête réalisée par la fédération des femmes de Chine, 57% des enfants abandonnés, qui ont l’âge d’aller au lycée souffrent de difficultés psychologiques. La gravité des difficultés psychologiques est proportionnelle à la durée d’absence des parents. L’enquête montre que la majorité des enfants laissés seuls présente des problèmes psychologiques en raison de carence affective, de l’absence d’encadrement familial et d’orientation. Ils deviennent fragiles, introvertis et développent une faible estime d’eux mêmes. La séparation d’avec leurs parents cause souvent chez ces enfants du ressentiment et des sentiments de solitude.

    Les troubles de l’apprentissage sont courants chez les enfants abandonnés. Les absences scolaires fréquentes, le manque d’aide aux devoirs, ainsi que le traumatisme émotionnel des familles fracturées donnent aux enfants peu de ressources pour acquérir une bonne éducation. L’enquête menée par la Fédération des femmes de Chine révèle que 45% des grands-parents n’ont jamais fréquenté l’école et 50% d’entre eux seulement ont reçu une éducation primaire. Ils ne peuvent donc pas aider les enfants à faire leurs devoirs.

    Les enfants abandonnés du village de Youji dans le Guangxi sont en pension à l’école primaire. Lu Lipeng, le directeur de l’école s’est confié à la Deutsche Welle: «La responsabilité est immense. Leurs parents ont tout quitté pour aller travailler et ils ont laissé leurs enfants à l’école. En tant que responsable, leur sécurité personnelle est ma priorité numéro un. La deuxième est leur hébergement et leur encadrement. Je me soucie d’eux comme de mes propres enfants».

    D’autres enfants abandonnés n’ont pas cette chance et ils doivent affronter des situations difficiles, voire dangereuses, tous seuls. Certains de ces enfants vulnérables perdent même la vie. En 2005, une inondation dans le comté de Hetang, (province du Hunan) a tué 12 enfants, dont onze avaient été laissés seuls par leurs parents.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/2/26/n3507962.htm

  • Enseignements pour éveiller les enfants

    Education Enfants Chinois.jpgEnseignements pour éveiller les enfants (Xun Meng Wen) était un des classiques chinois pour apprendre aux enfants à observer l’étiquette et les règles et à cultiver la bienveillance en société. Il fut originellement écrit par un intellectuel du nom de Li Yuxiu (1662 V 1722) durant le règne de l’empereur Kang Xi (1654-1722) pendant la Dynastie Qing (1636-1912). Puis il fut édité par M. Jia Curen de la Dynastie Qing qui changea le titre en Règles pour les étudiants. Arrangé en vers à trois caractères simples il est composé de cinq parties qui détaillent les règles à observer en toutes sortes de circonstances. En tant que deuxième texte influent pour les enfants, (le plus influent étant Trois caractères classiques¹)) Enseignements pour éveiller les enfants enseigne la piété filiale, le respect, la prudence, l'honnêteté, la patience, la tolérance, etc.

    La Chine fut un jour appelée « La Nation de l’étiquette et de la moralité ». Mais cette belle étiquette et moralité traditionnelle chinoise a été foulée au pied et détruite, depuis que le spectre communiste s'est installée dans cette Chine jadis civilisée, et a promu les théories déviées et les notions pernicieuses de fausseté , de perversité et d'agression. Dans la Chine d’aujourd’hui, les adultes ont très peu de notion de moralité qui était dans le temps connue même des enfants. De ce fait j’ai essayé d’interpréter des parties que j’ai sélectionnées dans Enseignements pour éveiller les enfants pour le bénéfice de tous.


    Le Dao des frères aînés est la gentillesse,
    Le Tao des frères cadets est le respect
    L’harmonie entre frères,
    est l’amour pour les parents.
    en prenant légèrement argent et biens ,
    Comment y-aurait-il de la haine,
    si la tolérance s'entend dans les paroles
    La colère disparaîtra naturellement.

    Que l’on mange, boive, qu’on se repose ou marche,
    Les aînés sont les premiers, et
    les plus jeunes suivent.
    Quand un aîné appelle quelqu'un
    Les jeunes devraient l’aider à le trouver.

    S'il n’est pas là
    Les jeunes devront se présenter à sa place.
    N'appelez pas les aînés ou les gens respectés par leur nom.
    Ne faites pas étalage de vos capacités devant eux

    Quand les aînés sont debout
    Les jeunes ne doivent pas être assis
    Ils ne peuvent s’asseoir
    Que si un aîné assi le leur demande

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/200610/29641.html

  • L’ancienne philosophie parentale chinoise: mettre l’accent sur la vertu et le comportement moral

    2011-03-21-2011-2-28-minghui-guren-01.jpgLes anciens chinois accordaient beaucoup d’importance aux moeurs familiales et à la 'cultivation' de la discipline et de la vertu. En suivant des principes de bienveillance, de droiture, de courtoisie, de sagesse et d’honneur, les valeurs fondamentales de l’ancienne culture chinoise, les anciens chinois chérissaient la philosophie de la cultivation de la vertu et du comportement moral dans leurs comportements parentaux et considéraient cela comme le dogme de la discipline familiale. Les saints et les sages anciens portaient une grande compassion et une grande attention à leurs enfants, mais ils étaient aussi très stricts envers eux-mêmes. De cette façon, ils éduquaient leurs enfants à suivre les bons conseils des autres et ainsi à mener une vie de droiture sans regrets. La méthode parentale des anciens chinois est d’une grande valeur pour nous aujourd’hui. Ce qui suit en montre des exemples.

    Confucius enseignant à son fils à apprendre le Livre des chants et le Classique des rites

    Confucius était un grand penseur et un grand éducateur. On dit qu’il avait plus de 3000 élèves. Dans Lunyu, il y a une histoire à propos d’un de ses élèves Chen Kang et de son fils Kong Li. Kang demanda à Li: "As tu appris des choses particulières du professeur." Li a répondu: "Non. Un fois, Père était debout dans la cour tout seul. J’ai marché vers lui. Il m’a demandé:'As tu déjà étudié le Livre des chants?' J’ai répondu 'Non.' Alors il a dit: "Tu n’as pas de raisons de parler tant que tu ne l’as pas encore étudié." Je me suis donc dépêché d’aller l’étudier. Une autre fois, j’ai rencontré Père. Il était debout tout seul. J’ai marché vers lui. Il m’a demandé: 'As tu déjà étudié le Classique des rites?' J’ai répondu 'Non.' Alors il m’a dit: "Tu n’as pas de raisons de rester si tu ne l’as pas encore étudié." Je me suis donc dépêché d’aller l’étudier. J’ai seulement entendu ces deux choses. Rien d’autre de spécial." Après avoir entendu cela, Kang était très content. Il a dit: "Je n’ai posé qu’une question, mais j’ai appris trois choses. Je sais l’importance d’étudier le Livre des chants et le Classique des rites et j’ai appris que le professeur traite tout le monde de la même manière."

    En effet,...

    Lire la suite: http://fr.clearharmony.net/articles/201103/55423.html

  • Histoires de la Chine Antique sur l’éducation des enfants

    peinture chinoise
    (Zhang Cuiying)

    Il y avait beaucoup de bonnes mères  dans  la Chine ancienne qui portaient une attention toute particulière à l'éducation de leurs enfants. Ce qui suit sont les histoires  stimulantes de deux mères qui enseignèrent à leurs enfants à être purs et honnêtes.

    La mère de Tian Ji refuse d'accepter  des pots-de-vin
    Durant la période des  Royaumes combattants (453-221 av. J.C.), Tian Ji était le premier ministre de l'état de Qi. Il était connu pour sa diligence et son ardeur au travail.

    Un jour, un des subordonnés de Tian lui offrit  100 taels* d'or en cadeau  pour s'attirer ses faveurs. Tian refusa  le cadeau à plusieurs reprises, mais finalement il l'accepta afin de se montrer diplomate. Il rentra chez lui et  transmit le cadeau à sa mère. Mais sa mère fut outrée et le réprimanda: « Cet or représente bien plus que ton salaire des trois dernières années en tant que premier ministre! As-tu  volé cet or au peuple ou bien as-tu accepté un pot-de-vin? »

    Tian Ji baissa la tête et raconta à sa mère ce qui s'était passé. Sa mère lui répondit avec solennité: « J'ai  entendu dire qu'un homme  cultivé doit maîtriser  son comportement avec vigilance, chérir  sa bonne réputation, et ne jamais rien  prendre qui ne lui appartienne. Un homme  cultivé ne devrait rien avoir à cacher car il ne trompera pas les autres ni ne  tirera avantage d'eux. Un homme  cultivé répugnera aux mauvais gestes et rejettera les pots-de-vin. Tu portes la responsabilité de l'administration de l'état, aussi tu es supposé donner l'exemple au peuple. Mais maintenant, tu as pris un pot-de-vin des mains d'un de tes subordonnés. Tu as trompé le Duc et tu as  manqué au peuple. Tu m'as réellement brisé  le cœur! Tu dois rendre immédiatement cet or et demander au Duc de te punir! »

    Tian Ji se sentit terriblement honteux de lui-même après avoir écouté  l'admonestation de sa mère. Il rendit l'or immédiatement, puis il alla au palais royal confesser son méfait au Duc de l'état de Qi. Tian raconta au Duc ce que sa mère lui avait dit et pria le Duc d'accepter sa démission. Le Duc fit grandement l'éloge de la mère de Tian pour ses valeurs morales. Il dit à tous les fonctionnaires de la cour: « Une mère vertueuse élève des fils vertueux! Maintenant que je sais que vous avez une mère vertueuse, je n'ai plus besoin de m'en faire à propos de la corruption au sein de mon état. Je vous pardonnerai votre écart de conduite. »   

    Le Duc publia un édit impérial qui ordonna à tous de retenir les conseils de la mère de Tian Ji. Son insistance à élever ses enfants avec une moralité droite comme fondement de son éducation laissa une profonde impression  au Duc. Depuis lors, Tian Ji maîtrisa sa conduite avec des critères encore plus élevés.

    La mère de Cui Xuanhui lui enseigne à être loyal et incorruptible

    Cui Xuanhui était un haut fonctionnaire du gouvernement sous la dynastie Tang (618-907 ap. J.C.). Sa mère lui dit un jour: « J'ai entendu dire que lorsque son enfant devient un fonctionnaire du gouvernement, on pourra dire qu'il est un bon fonctionnaire s'il mène une vie simple et frugale, et qu'il est un mauvais fonctionnaire s'il est  léger vis-à-vis de l'argent et qu'il mène une vie de luxe. Je ne  peux qu' être  d'accord avec cela. J'ai remarqué que nombre de nos proches  assurent beaucoup d'argent à leurs parents, mais que leurs parents ne leur demandent jamais d'où vient l'argent. Il serait bien que l'argent provienne de leurs salaires; autrement, ils ne  vaudraient pas  mieux que des bandits. Même si ces gens n'ont pas commis  de crimes horribles, je me demande comment ils peuvent dormir la nuit. Tu perçois un salaire du gouvernement. Si tu n'es pas loyal, pur et honnête, comment affronteras-tu le Ciel? »

    Cui Xuanhui suivit  les conseils de sa mère au plus près. Il fut un fonctionnaire loyal et prit soin  du peuple de son état. Il fut plus tard reconnu comme étant un fonctionnaire très pur et très honnête.

    C'était une vertu traditionnelle chinoise que d'être honnête, pur et incorruptible si vous êtes  au service du peuple. Les parents montraient le bon exemple à leurs enfants en maîtrisant leurs propres paroles et leur conduite et en préservant leur  moralité personnelle. En retour, cela inculquait  aux enfants  de bons critères moraux. Les parents étaient véritablement protecteurs et responsables  envers leurs enfants et ils les élevaient pour qu'ils deviennent des adultes sans aucun sombre secret. 


    *Le tael chinois  désigne  une unité de poids  dans l'ancien système de  mesures chinois et   une unité monétaire . Un tael d'argent pesait environ 40 grammes

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu