Avertir le modérateur

empereur

  • La cité interdite, un palais unique au monde

    Un excellent documentaire de Des Racines et des Ailes sur la cité interdite de Pékin.

    Siège du pouvoir suprême pendant plus de cinq siècles (1416-1911), la Cité interdite à Beijing, avec ses jardins paysagers et ses nombreux bâtiments dont près de 10 000 salles renferment meubles et œuvres d’art, constitue un témoignage inestimable de la civilisation chinoise au temps des Ming et des Qing. Le palais impérial de la dynastie Qing à Shenyang est constitué de 114 édifices construits entre 1625-26 et 1783. Il comporte une importante bibliothèque et témoigne de la fondation de la dernière dynastie qui dirigea la Chine avant son expansion vers le centre du pays et le transfert de la capitale à Beijing. Le palais impérial de Shenyang devint une annexe du palais impérial de Beijing. Cet ensemble architectural remarquable représente un important témoignage de l’histoire de la dynastie Qing et des traditions culturelles des Mandchous et des autres tribus du nord de la Chine.

    Tiré de: http://whc.unesco.org/fr/list/439/

  • L'étoffe du temps – Les douze motifs de l'Empereur chinois

     

  • L'étoffe du temps – Le style de la robe de l'Empereur

    Chine, empereur, robe, couture, tradition, ciel, divin, paix, terre

    Il y a quelques 5 000 ans, au cours du règne du légendaire Empereur jaune, les gens croyaient que les Cieux et la Terre étaient entremêlés et que le divin se manifestait dans tous les aspects de ce qui pouvait être trouvé sur Terre. Ainsi, l'habit de l'Empereur jaune était conçu pour se marier avec les couleurs des différentes parties de l'Univers. Par exemple, la moitié supérieure de la robe était fabriquée avec des couleurs des Cieux, tandis que les couleurs de la Terre venaient remplir la partie inférieure. De plus, différentes créatures de la Terre et des Cieux étaient représentés sur tout l'habit. Dans son ensemble, le modèle de la robe représente l'équilibre entre les Cieux et la Terre.

    Les anciens pensaient que ce genre d'habit monumental pourrait être transmis pour aider les gens à maintenir leur piété envers les Cieux et plus encore, aider à maintenir la paix sur Terre.

    Tiré de: https://www.facebook.com/ShenYunFR

  • Kangxi, l'Empereur le plus érudit de l'histoire chinoise

    L'Empereur Kangxi, le deuxième empereur de la Dynastie Qing, est sans doute l'empereur le plus érudit de toute l'histoire chinoise. Il a dirigé la Chine pendant plus de 60 ans et a dévoué toute sa vie à l'apprentissage intellectuel.

    chine,kangxi,histoire,empereur,mandchou,han,mongol,culture,apprentissage intellectuel

    Tiré de: NTD France sur Youtube

  • Une image de la Cité interdite vue de l'intérieur

    cité interdite, palais impérial, Pékin,Chine,

    La Cité interdite (故宫,palais historique) également appelé Musée du palais (故宫博物馆) est le palais impérial au sein de la Cité impériale de Pékin dont la construction fut ordonnée par Yongle, troisième empereur de la dynastie Ming, et réalisée entre 1406 et 1420. Ce palais, d'une envergure inégalée — il s'étend sur une superficie de 72 ha — fait partie des palais les plus anciens et les mieux conservés de Chine. De nos jours, il est devenu un musée, le Musée du Palais, qui conserve les trésors impériaux de la civilisation chinoise ancienne et de très nombreuses œuvres d'art chinois de première importance : peintures, bronzes, céramiques, instruments de musique, laques,etc.

    Tiré de: https://fr.wikipedia.org/wiki/Cit%C3%A9_interdite

  • Le fondateur de l’âge d’or des Han orientaux: l'Empereur Ming

    peuple han, Chine, Empereur, Ming, respect filial, développement culturel,respect des enseignants, tradition

    Liu Zhuang, l’empereur Xiao Ming des Han dont le nom posthume signifiait «l’empereur dévoué et brillant, prônant le respect filial», a été le second empereur de la dynastie des Han orientaux et le fils de l’empereur Guangwu. En homme intelligent bien formé par de grands professeurs et maîtres, au moment d’accéder au trône, il fut très sage et déterminé à améliorer la gouvernance de l’empire.

    Ainsi, l’Empereur Ming promut la procédure selon laquelle seules les personnes talentueuses et se référant aux principes fondés sur l’éthique pouvaient être sélectionnées pour devenir des personnages officiels. Il mit aussi en application des règles strictes pour prévenir l’accès des membres de la famille de son épouse aux postes gouvernementaux. Les administrateurs en place étaient aussi encouragés à recommander des personnes compétentes au sein de l’administration centrale. L’empereur Ming introduisit aussi le système d’évaluation des officiels au niveau régional, et le meilleur aussi bien que le pire étaient également transmis au sein du gouvernement central.

    L’empereur Ming a également été l’un des rares empereurs de premier plan dans l’histoire chinoise à gouverner sa dynastie en encourageant le développement culturel. Il a privilégié le confucianisme, mais a tout aussi activement introduit le bouddhisme. En conséquence, le développement tant du confucianisme que du bouddhisme rencontra à cette époque une prospérité sans précédent.

    En ce qui concerne la culture confucéenne, il mit en place la tradition du respect des enseignants par les empereurs. Après avoir accédé au trône, il commença par traiter ceux qui lui avaient prodigués des enseignements, alors qu’il était un prince, avec un grand respect. Alors qu’il rendait visite à un de ses professeurs retenu au lit, suite à une maladie, l’empereur Ming choisit de suivre le protocole qu’il appliquait alors qu’il était étudiant plutôt que celui réservé à un empereur. Lorsque son professeur s’éteignit, l’empereur Ming assista en personne aux funérailles et continua à s’occuper de la famille de son défunt professeur pour exprimer sa gratitude envers le défunt.

    De manière à promouvoir la culture confucéenne, l’empereur Ming se rendit aussi en personne dans la demeure de Confucius et y prononça un discours de manière à donner des détails sur les enseignements confucéens. En raison de son encouragement, tous les fonctionnaires, y compris les militaires et les membres de leur famille se sont consacrés à l’apprentissage des enseignements de Confucius. Par ailleurs, les tribus voisines des contrées des Han envoyèrent les enfants, descendants de l’aristocratie, de manière  à ce qu’ils apprennent  des Han orientaux, les enseignements confucéens.

    L’empereur Ming a également considéré le bouddhisme comme un enseignement important pour les officiels et le peuple. Il envoya un messager royal en Inde, et ce dernier, accompagné par des moines qui étaient des maîtres dans les enseignements du bouddhisme, ramena les écritures bouddhistes sur le dos d’un cheval blanc. Ainsi, le bouddhisme fut donc officiellement introduit en Chine.

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/4/11/n3508202.htm

  • Morale et courtoisie de l’empereur Wen des Han de l’ouest

    Morale, courtoisie, Chine, culture, Qin, empereur, loi, philosophie, Wen, Han

    L’empire Qin n’a survécu qu’une quinzaine d’années (221 à 206 av. J.-C.) avant d’être évincé par la dynastie des Han qui durera plus de quatre siècles. Les empereurs Han ont tiré une leçon importante du déclin de la dynastie Qin: la force peut être utilisée pour conquérir d’autres pays mais non pour les gouverner. Opter pour l’éthique c’est s’assurer la pérennité du pouvoir.

    La dynastie des Han a été celle où tout s’est mis en place: les structures politiques chinoises, les lois, les institutions, la philosophie. Cette dynastie englobe deux périodes: celle des Han de l’ouest et celle des Han de l’est. Durant le règne de la dynastie occidentale, le pays connaît une longue période de prospérité et les Chinois sont alors qualifiés de peuple Han. Jusqu’à aujourd’hui, il est question de «citoyen Han», de «personnage Han», de «vêtements Han».

    L’empereur Wen (202 à 157 av. J.-C.) a été le cinquième empereur de la dynastie des Han. Il a dirigé le pays pendant vingt-trois ans. Au cours de cette période, les gens ont pu bénéficier du calme et de l’abondance. Son règne, dont le but était de transformer une nation déchirée par la guerre en une économie en plein essor, a marqué un tournant décisif pour la dynastie.

    La bienveillance de l’empereur Wen s’est reflétée de différentes manières, en voici cinq d’entre elles.

    Premièrement, il a mis fin aux châtiments corporels et par association à la culpabilité.

    L’empereur Wen croyait que les lois avaient été établies pour gouverner les pays, empêcher les crimes et guider les peuples vers le bon comportement. Si l’auteur d’un crime était puni conformément à la loi, d’autres, probablement innocents, ne devaient nullement être mis en cause. En outre, tant que les lois et règles étaient justes, les gens devenaient eux-mêmes équitables; une bonne application de la loi rendait la confiance au peuple.

    Deuxièmement, l’empereur Wen a réexpédié les familles nobles, bloquées dans la capitale, sur leurs terres féodales afin que leurs paysans n’aient plus à traverser l’ensemble du pays pour délivrer les fournitures et les biens nécessaires. En outre, la noblesse était tout à fait capable de faire preuve d’autorité dans sa région.

    Troisièmement, l’empereur Wen a mené une vie très simple.

    Ainsi au cours des vingt-trois années de règne dans la capitale, il n’a jamais importé de produits de luxe. Ses vêtements étaient généralement de qualité moyenne, non pas exceptionnels. Il a, par-là, donné un exemple à la nation. Enfin, avant sa mort, l’empereur Wen a formulé le souhait d’avoir une tombe sobre, sans métaux décoratifs, ni dieux, ni argent. Seule la poterie a été autorisée. Il a aussi précisé vouloir une tombe de taille modeste afin de ne pas encombrer le peuple.

    Quatrièmement, l’empereur Wen a aboli le délit de diffamation à l’encontre de la Cour royale et la condamnation de la critique politique. Ce n’est qu’en écoutant les suggestions qu’il s’avérait possible de gouverner un tel pays, de l’ouvrir et de museler les ambitions personnelles.

    Cinquièmement, concernant la défense des frontières, l’empereur Wen a tenu compte du bien-être du peuple pour orienter l’ensemble de ses décisions entre batailles et rencontres diplomatiques.

    Bien que les Huns du Nord aient, à plusieurs reprises, rompu les accords bilatéraux et envahi la Chine, l’empereur Wen n’a toujours fait que renforcer sa défense sans jamais attaquer, ne voulant pas charger la population civile.

    En 159 av. J.-C., le pays connaît des désastres naturels et une sécheresse sur l’ensemble du pays, suivis par une invasion de criquets. Suite à ces catastrophes naturelles, l’empereur Wen a pris une série de mesures pour aider les gens: il a allégé les hommages rendus par ses seigneurs, levé l’interdiction du développement des montagnes et des lacs, a fait réduire les dépenses sur les articles de luxe dans son propre palais, réduit le nombre de fonctionnaires, ouvert ses propres greniers aux pauvres.

    En plus d’être un souverain bienveillant, l’empereur Wen a également montré un grand amour filial et de l’obéissance familiale. Sa mère a été malade pendant trois ans, il a veillé sur elle de nombreuses nuits. Chaque fois que sa mère allait prendre des médicaments, il insistait pour tester les produits en premier, afin de s’assurer de sa sécurité.

    Durant son règne, éthique et courtoisie ont été très appréciées, ainsi la stabilité sociale s’est maintenue et la vie des gens était pacifique. L’économie s’est redressée après des décennies de guerre, le pays est devenu prospère. L’époque des Han de l’ouest est l’une des rares périodes harmonieuses dans l’histoire de la Chine.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/12/11/20/n3507468.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu