Avertir le modérateur

education en chine

  • Hong Kong: le lavage de cerveau éducatif

    education lavage de cerveau.jpgLe Bureau d'Éducation de Hong Kong projette de rendre obligatoire l'éducation patriotique pour les élèves des écoles primaires et secondaires.

    L'objectif du programme d'éducation morale et nationale est de bâtir «une harmonie, une identité et une unité nationale entre les individus», d'aider les élèves à «développer un sentiment d'appartenance à la patrie», de «supporter les équipes sportives nationales» et d'«apprécier la culture chinoise». Ce projet, cependant, a suscité dans la société des craintes de lavage de cerveau politique.

    Comme pour accomplir la prophétie, le directeur du Service de la Publicité, de la Culture et des Sports du Bureau de liaison du Gouvernement populaire de Hong-Kong, Hao Tie-chuan, a écrit, le 8 mai 2011, sur le microblog Sina que «le lavage de cerveau» est une pratique courante dans les systèmes éducatifs occidentaux :

    «Certaines personnes affirment que l'éducation morale et nationale au primaire et au secondaire à Hong-Kong est un ‘‘lavage de cerveau’’, si vous regardez les systèmes éducatifs de pays occidentaux comme les États-Unis et la France, un tel ‘‘lavage de cerveau’’ est une nécessité et une norme internationale. Certains affirment qu'il est nécessaire de développer un esprit critique chez les enfants du primaire et du secondaire mais la pratique courante dans la société internationale est de cultiver une conscience critique dans l'enseignement supérieur, non au niveau du primaire et du secondaire ; certains affirment que l'éducation morale et nationale ne devrait pas [apprendre aux élèves] à obéir au gouvernement central, mais cela répondrait-il encore aux buts de l'éducation nationale ?»

    Réponses à la théorie du «lavage de cerveau» de Hao
    Le commentaire de Hao a été largement rapporté dans les grands médias, sur Facebook et d'autres plateformes de médias sociaux du 9 au 11 mai. De plus, beaucoup d'internautes qui ont visité le microblog de Hao afin d'y laisser des commentaires ont tout simplement découvert que la plupart des commentaires critiques avaient été supprimés. De nombreux internautes dont l'auteur de ce billet ont fait remarquer qu'on leur avait bloqué la possibilité de faire des commentaires sur le microblog de Hao. Voici ci-dessous une capture d'écran de l'échec de l'auteur lorsqu'il a voulu, le 11 mai 2011, commenter la «remarque sur le lavage de cerveau» de Hao:...

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Hong-Kong-le-lavage-de-cerveau-educatif.html

  • Quelle est la base de l’éducation?

    Education enChine.jpgWang Yangming a écrit un texte basé sur une conversation qu’il a eu avec Qiao Baiyan (Qiao Yu), quand ce dernier lui a rendu visite avant d’entrer en fonction au poste de ministre des rites de Nanjing. Le texte a été rédigé sous forme de paroles d’adieux prodiguant conseils et encouragements à Qiao Yu.

    Basé sur leur conversation, le texte de Wang Yangming expose des questions fondamentales concernant l’enseignement, soulignant que l’enseignement doit être attentif et méticuleux; toutefois, si ces deux aspects divergent du Dao, tous les deux échoueront à cause de la dépendance ou de l’excentricité. Par "Dao"; il se référait à la Grande Voie d’où toutes les choses sont issues et se sont développées. L’enseignement doit être concentré et approfondi. Si on comprend la Grande Voie à partir de laquelle toutes les choses sont issues et se sont développées avec un esprit concentré et attentif, alors on sera naturellement bon dans les choses de moindre importance comme l’écriture ou d’autres compétences.

    L’histoire du cuisinier Baoding démembrant un bœuf avec autant de talent qu’un boucher professionnel est un exemple typique pour expliquer ce concept. L’histoire parle d’un cuisinier qui, en démembrant un bœuf, fait preuve d’une dextérité incroyable. Non seulement ces mouvements sont gracieux, mais les bruits du démembrement du bœuf sont rythmés, presque musicaux. Comment un cuisinier a-t-il pu atteindre un tel niveau? Il a donné une réponse plutôt unique: "Je suis très intéressé à rechercher le Dao, bien plus qu’à rechercher un savoir-faire." Il a dit très clairement que la raison pour laquelle il était capable de faire cela avec autant d’habileté, c’était parce qu’il était plus attentif à comprendre le "Dao" qu’à acquérir un savoir-faire.

    A partir de là, on peut trouver assez facile de comprendre pourquoi les anciens demandaient que les professeurs "diffusent le Dao, enseignent la connaissance, exposent et éliminent la confusion." Le Dao ici ne signifie pas la tendance générale des choses, mais la Grande Voie par laquelle toutes les choses au ciel et sur la terre ont été générées. La question fondamentale dans l’éducation est de diffuser le Dao aux élèves. Le "Dao" a été interprété différemment dans les œuvres classiques du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme.

    Toutefois, la Chine contemporaine a fait l’expérience de mouvements politiques successifs depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a usurpé le pouvoir et la véritable culture traditionnelle de la Chine a été détruite. Le PCC a aussi dénaturé la culture traditionnelle pour maintenir son autorité malveillante sur la Chine. Entre-temps, à cause de la science positiviste occidentale, les gens d’aujourd’hui trouvent difficile de comprendre la signification exacte de ce que les anciens essayaient de transmettre. La façon dont les gens essayent de résoudre les problèmes se réduit à des manières de penser simples et rigides. Par exemple: "ne faire attention qu’à des aspects superficiels ou mineurs plutôt que de s’attaquer à la racine d’un problème" leurs compréhensions de l’univers, du corps humain, comme de toutes les choses sur terre sont vraiment naïves et ridicules, tout comme un aveugle essayant de décrire un éléphant.

    Nous pouvons nous réjouir qu’à cette période où l’humanité est...

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201103/55493.html

    clearharmony_fr_a.jpg
  • L’ancienne philosophie parentale chinoise: mettre l’accent sur la vertu et le comportement moral

    2011-03-21-2011-2-28-minghui-guren-01.jpgLes anciens chinois accordaient beaucoup d’importance aux moeurs familiales et à la 'cultivation' de la discipline et de la vertu. En suivant des principes de bienveillance, de droiture, de courtoisie, de sagesse et d’honneur, les valeurs fondamentales de l’ancienne culture chinoise, les anciens chinois chérissaient la philosophie de la cultivation de la vertu et du comportement moral dans leurs comportements parentaux et considéraient cela comme le dogme de la discipline familiale. Les saints et les sages anciens portaient une grande compassion et une grande attention à leurs enfants, mais ils étaient aussi très stricts envers eux-mêmes. De cette façon, ils éduquaient leurs enfants à suivre les bons conseils des autres et ainsi à mener une vie de droiture sans regrets. La méthode parentale des anciens chinois est d’une grande valeur pour nous aujourd’hui. Ce qui suit en montre des exemples.

    Confucius enseignant à son fils à apprendre le Livre des chants et le Classique des rites

    Confucius était un grand penseur et un grand éducateur. On dit qu’il avait plus de 3000 élèves. Dans Lunyu, il y a une histoire à propos d’un de ses élèves Chen Kang et de son fils Kong Li. Kang demanda à Li: "As tu appris des choses particulières du professeur." Li a répondu: "Non. Un fois, Père était debout dans la cour tout seul. J’ai marché vers lui. Il m’a demandé:'As tu déjà étudié le Livre des chants?' J’ai répondu 'Non.' Alors il a dit: "Tu n’as pas de raisons de parler tant que tu ne l’as pas encore étudié." Je me suis donc dépêché d’aller l’étudier. Une autre fois, j’ai rencontré Père. Il était debout tout seul. J’ai marché vers lui. Il m’a demandé: 'As tu déjà étudié le Classique des rites?' J’ai répondu 'Non.' Alors il m’a dit: "Tu n’as pas de raisons de rester si tu ne l’as pas encore étudié." Je me suis donc dépêché d’aller l’étudier. J’ai seulement entendu ces deux choses. Rien d’autre de spécial." Après avoir entendu cela, Kang était très content. Il a dit: "Je n’ai posé qu’une question, mais j’ai appris trois choses. Je sais l’importance d’étudier le Livre des chants et le Classique des rites et j’ai appris que le professeur traite tout le monde de la même manière."

    En effet,...

    Lire la suite: http://fr.clearharmony.net/articles/201103/55423.html

  • Histoires de la Chine Antique sur l’éducation des enfants

    peinture chinoise
    (Zhang Cuiying)

    Il y avait beaucoup de bonnes mères  dans  la Chine ancienne qui portaient une attention toute particulière à l'éducation de leurs enfants. Ce qui suit sont les histoires  stimulantes de deux mères qui enseignèrent à leurs enfants à être purs et honnêtes.

    La mère de Tian Ji refuse d'accepter  des pots-de-vin
    Durant la période des  Royaumes combattants (453-221 av. J.C.), Tian Ji était le premier ministre de l'état de Qi. Il était connu pour sa diligence et son ardeur au travail.

    Un jour, un des subordonnés de Tian lui offrit  100 taels* d'or en cadeau  pour s'attirer ses faveurs. Tian refusa  le cadeau à plusieurs reprises, mais finalement il l'accepta afin de se montrer diplomate. Il rentra chez lui et  transmit le cadeau à sa mère. Mais sa mère fut outrée et le réprimanda: « Cet or représente bien plus que ton salaire des trois dernières années en tant que premier ministre! As-tu  volé cet or au peuple ou bien as-tu accepté un pot-de-vin? »

    Tian Ji baissa la tête et raconta à sa mère ce qui s'était passé. Sa mère lui répondit avec solennité: « J'ai  entendu dire qu'un homme  cultivé doit maîtriser  son comportement avec vigilance, chérir  sa bonne réputation, et ne jamais rien  prendre qui ne lui appartienne. Un homme  cultivé ne devrait rien avoir à cacher car il ne trompera pas les autres ni ne  tirera avantage d'eux. Un homme  cultivé répugnera aux mauvais gestes et rejettera les pots-de-vin. Tu portes la responsabilité de l'administration de l'état, aussi tu es supposé donner l'exemple au peuple. Mais maintenant, tu as pris un pot-de-vin des mains d'un de tes subordonnés. Tu as trompé le Duc et tu as  manqué au peuple. Tu m'as réellement brisé  le cœur! Tu dois rendre immédiatement cet or et demander au Duc de te punir! »

    Tian Ji se sentit terriblement honteux de lui-même après avoir écouté  l'admonestation de sa mère. Il rendit l'or immédiatement, puis il alla au palais royal confesser son méfait au Duc de l'état de Qi. Tian raconta au Duc ce que sa mère lui avait dit et pria le Duc d'accepter sa démission. Le Duc fit grandement l'éloge de la mère de Tian pour ses valeurs morales. Il dit à tous les fonctionnaires de la cour: « Une mère vertueuse élève des fils vertueux! Maintenant que je sais que vous avez une mère vertueuse, je n'ai plus besoin de m'en faire à propos de la corruption au sein de mon état. Je vous pardonnerai votre écart de conduite. »   

    Le Duc publia un édit impérial qui ordonna à tous de retenir les conseils de la mère de Tian Ji. Son insistance à élever ses enfants avec une moralité droite comme fondement de son éducation laissa une profonde impression  au Duc. Depuis lors, Tian Ji maîtrisa sa conduite avec des critères encore plus élevés.

    La mère de Cui Xuanhui lui enseigne à être loyal et incorruptible

    Cui Xuanhui était un haut fonctionnaire du gouvernement sous la dynastie Tang (618-907 ap. J.C.). Sa mère lui dit un jour: « J'ai entendu dire que lorsque son enfant devient un fonctionnaire du gouvernement, on pourra dire qu'il est un bon fonctionnaire s'il mène une vie simple et frugale, et qu'il est un mauvais fonctionnaire s'il est  léger vis-à-vis de l'argent et qu'il mène une vie de luxe. Je ne  peux qu' être  d'accord avec cela. J'ai remarqué que nombre de nos proches  assurent beaucoup d'argent à leurs parents, mais que leurs parents ne leur demandent jamais d'où vient l'argent. Il serait bien que l'argent provienne de leurs salaires; autrement, ils ne  vaudraient pas  mieux que des bandits. Même si ces gens n'ont pas commis  de crimes horribles, je me demande comment ils peuvent dormir la nuit. Tu perçois un salaire du gouvernement. Si tu n'es pas loyal, pur et honnête, comment affronteras-tu le Ciel? »

    Cui Xuanhui suivit  les conseils de sa mère au plus près. Il fut un fonctionnaire loyal et prit soin  du peuple de son état. Il fut plus tard reconnu comme étant un fonctionnaire très pur et très honnête.

    C'était une vertu traditionnelle chinoise que d'être honnête, pur et incorruptible si vous êtes  au service du peuple. Les parents montraient le bon exemple à leurs enfants en maîtrisant leurs propres paroles et leur conduite et en préservant leur  moralité personnelle. En retour, cela inculquait  aux enfants  de bons critères moraux. Les parents étaient véritablement protecteurs et responsables  envers leurs enfants et ils les élevaient pour qu'ils deviennent des adultes sans aucun sombre secret. 


    *Le tael chinois  désigne  une unité de poids  dans l'ancien système de  mesures chinois et   une unité monétaire . Un tael d'argent pesait environ 40 grammes

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu