Avertir le modérateur

education chinoise

  • Histoires de la Chine Antique sur l’éducation des enfants

    peinture chinoise
    (Zhang Cuiying)

    Il y avait beaucoup de bonnes mères  dans  la Chine ancienne qui portaient une attention toute particulière à l'éducation de leurs enfants. Ce qui suit sont les histoires  stimulantes de deux mères qui enseignèrent à leurs enfants à être purs et honnêtes.

    La mère de Tian Ji refuse d'accepter  des pots-de-vin
    Durant la période des  Royaumes combattants (453-221 av. J.C.), Tian Ji était le premier ministre de l'état de Qi. Il était connu pour sa diligence et son ardeur au travail.

    Un jour, un des subordonnés de Tian lui offrit  100 taels* d'or en cadeau  pour s'attirer ses faveurs. Tian refusa  le cadeau à plusieurs reprises, mais finalement il l'accepta afin de se montrer diplomate. Il rentra chez lui et  transmit le cadeau à sa mère. Mais sa mère fut outrée et le réprimanda: « Cet or représente bien plus que ton salaire des trois dernières années en tant que premier ministre! As-tu  volé cet or au peuple ou bien as-tu accepté un pot-de-vin? »

    Tian Ji baissa la tête et raconta à sa mère ce qui s'était passé. Sa mère lui répondit avec solennité: « J'ai  entendu dire qu'un homme  cultivé doit maîtriser  son comportement avec vigilance, chérir  sa bonne réputation, et ne jamais rien  prendre qui ne lui appartienne. Un homme  cultivé ne devrait rien avoir à cacher car il ne trompera pas les autres ni ne  tirera avantage d'eux. Un homme  cultivé répugnera aux mauvais gestes et rejettera les pots-de-vin. Tu portes la responsabilité de l'administration de l'état, aussi tu es supposé donner l'exemple au peuple. Mais maintenant, tu as pris un pot-de-vin des mains d'un de tes subordonnés. Tu as trompé le Duc et tu as  manqué au peuple. Tu m'as réellement brisé  le cœur! Tu dois rendre immédiatement cet or et demander au Duc de te punir! »

    Tian Ji se sentit terriblement honteux de lui-même après avoir écouté  l'admonestation de sa mère. Il rendit l'or immédiatement, puis il alla au palais royal confesser son méfait au Duc de l'état de Qi. Tian raconta au Duc ce que sa mère lui avait dit et pria le Duc d'accepter sa démission. Le Duc fit grandement l'éloge de la mère de Tian pour ses valeurs morales. Il dit à tous les fonctionnaires de la cour: « Une mère vertueuse élève des fils vertueux! Maintenant que je sais que vous avez une mère vertueuse, je n'ai plus besoin de m'en faire à propos de la corruption au sein de mon état. Je vous pardonnerai votre écart de conduite. »   

    Le Duc publia un édit impérial qui ordonna à tous de retenir les conseils de la mère de Tian Ji. Son insistance à élever ses enfants avec une moralité droite comme fondement de son éducation laissa une profonde impression  au Duc. Depuis lors, Tian Ji maîtrisa sa conduite avec des critères encore plus élevés.

    La mère de Cui Xuanhui lui enseigne à être loyal et incorruptible

    Cui Xuanhui était un haut fonctionnaire du gouvernement sous la dynastie Tang (618-907 ap. J.C.). Sa mère lui dit un jour: « J'ai entendu dire que lorsque son enfant devient un fonctionnaire du gouvernement, on pourra dire qu'il est un bon fonctionnaire s'il mène une vie simple et frugale, et qu'il est un mauvais fonctionnaire s'il est  léger vis-à-vis de l'argent et qu'il mène une vie de luxe. Je ne  peux qu' être  d'accord avec cela. J'ai remarqué que nombre de nos proches  assurent beaucoup d'argent à leurs parents, mais que leurs parents ne leur demandent jamais d'où vient l'argent. Il serait bien que l'argent provienne de leurs salaires; autrement, ils ne  vaudraient pas  mieux que des bandits. Même si ces gens n'ont pas commis  de crimes horribles, je me demande comment ils peuvent dormir la nuit. Tu perçois un salaire du gouvernement. Si tu n'es pas loyal, pur et honnête, comment affronteras-tu le Ciel? »

    Cui Xuanhui suivit  les conseils de sa mère au plus près. Il fut un fonctionnaire loyal et prit soin  du peuple de son état. Il fut plus tard reconnu comme étant un fonctionnaire très pur et très honnête.

    C'était une vertu traditionnelle chinoise que d'être honnête, pur et incorruptible si vous êtes  au service du peuple. Les parents montraient le bon exemple à leurs enfants en maîtrisant leurs propres paroles et leur conduite et en préservant leur  moralité personnelle. En retour, cela inculquait  aux enfants  de bons critères moraux. Les parents étaient véritablement protecteurs et responsables  envers leurs enfants et ils les élevaient pour qu'ils deviennent des adultes sans aucun sombre secret. 


    *Le tael chinois  désigne  une unité de poids  dans l'ancien système de  mesures chinois et   une unité monétaire . Un tael d'argent pesait environ 40 grammes

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu