Avertir le modérateur

e régime khmer rouge

  • Le Cambodge livre vingt Ouïghours à la Chine

    Ce groupe de réfugiés, dont font partie des enfants, avait fui la répression au Xinjiang et déposé une demande d'asile à Phnom Penh. Peine perdue: ils ont été renvoyés en Chine samedi.

    Vingt Ouïghours, dont trois enfants, ont été livrés samedi à la Chine par les autorités cambodgiennes en dépit des risques encourus de torture, d'emprisonnement voire d'exécution. Tentant d'échapper à la répression qui sévit depuis cet été dans la «Région autonome» chinoise du Xinjiang d'où ce peuple est originaire, ce groupe de réfugiés a parcouru plus de 6000 kilomètres, via le Vietnam, et a déposé voilà trois semaines, une demande d'asile au bureau du Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) de l'ONU à Phnom Penh.

    La semaine dernière, les ambassades de Grande-Bretagne, des Etats-Unis, d'Allemagne, d'Australie et le représentant de l'Union européenne dans la capitale cambodgienne ont demandé une entrevue au premier ministre cambodgien Hun Sen afin d'intercéder en faveur de ces réfugiés. Elle est restée sans réponse. Le HCR a de son côté plaidé pour que les autorités cambodgiennes lui laissent le temps d'examiner ces 20 demandes d'asile, tout en soulignant que le Cambodge se doit de respecter la Convention sur le statut des réfugiés de 1951 dont il est signataire. En vain également. Pour le Cambodge, il s'agit d' «immigrants illégaux». Hun Sen en personne aurait donné l'ordre d'expulsion, cédant à la Chine - dont le vice-président devait arriver hier en visite officielle.

    Avion spécialement affrété

    Les 20 demandeurs d'asile ont été imprudemment regroupés mercredi dernier par le HCR dans une maison de Phnom Penh. La police cambodgienne, qui n'a eu aucun mal à les localiser, les a cueillis le lendemain. Le HCR a peu après été «informé» qu'ils avaient été expulsés. Un mensonge qui n'avait pour but que de mettre un terme aux protestations des chancelleries étrangères. C'est finalement samedi soir qu'ils ont été effectivement renvoyés en Chine, par un avion spécialement affrété par Pékin.

    Entre temps, selon une source proche du dossier, la Chine avait fait savoir au Cambodge que sept des 20 Ouighours «auraient participé» aux troubles ethniques survenus le 5 juillet dernier au Xinjiang. Ces affrontements entre Chinois et Ouïghours ont fait 197 morts selon un bilan officiel et au moins 13 Ouïghours ont été condamnés à mort et exécutés. Des centaines d'entre eux tentent désormais de fuir la Chine.

    «Cette expulsion est d’autant plus consternante que le Cambodge a connu des persécutions massives pendant les guerres et le régime khmer rouge, et que des milliers de Cambodgiens ont eu la vie sauve grâce au statut de réfugiés, y compris nombre de dirigeants du pays», déplore Christophe Peschoux, représentant à Phnom Penh du Haut Commissariat aux droits de l’Homme de l'ONU. Pour lui, «la crédibilité et la fiabilité du système de protection des réfugiés au Cambodge sont maintenant sérieusement mises en question».

    Tiré de Libération:

    http://www.liberation.fr/monde/0101609687-le-cambodge-livre-vingt-ouighours-a-la-chine

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu