Avertir le modérateur

dynastie qing

  • La restauration d’une fresque chinoise tourne à une horrible erreur

    Fresque chinoise, Chine, art, bouddhisme, restauration, dynastie Qing, pagode,Ecce Homo, église espagnole, Temple de Chaoyang

    Une majestueuse fresque bouddhiste de la dynastie Qing, située dans un temple de la montagne du Phoenix, province du Liaoning, avant la restauration

    Quand une grand-mère espagnole a tenté de restaurer la fresque de l’Ecce Homo suspendu dans une église espagnole peu connue transformant une représentation de Jésus dans une couronne d’épines en une tache simiesque, son spectaculaire échec a pris par le biais d’Internet les proportions d’un phénomène mondial. Les autorités chinoises locales chargées de la restauration du Temple de Chaoyang dans la province de Liaoning n’ont plus qu’à espérer ne pas connaître un destin semblable.

    La restauration d’une fresque dans une pagode locale, datant de la dynastie Qing (1644-1912), a provoqué tour à tour la colère puis l’amusement des internautes. Elle a conduit au licenciement de deux fonctionnaires de la ville, selon le Global Times, un journal de l’État.

    Sur une délicate fresque murale bouddhiste, qui s’était quelque peu effacée au cours des siècles, les responsables de la culture ont autorisé la peinture d’une procession aux tons voyants, au rendu comparable à celui d’un dessin-animé.

    Wu Jiao Feng, un utilisateur d’Internet, a attiré l’attention sur le changement dans un message intitulé La restauration détestable de Chaoyang Yunjie: le nom du temple qui est une destination touristique populaire sur la montagne du Phoenix dans la province de Liaoning. Le site se trouve à environ 480 km au nord-est de Pékin.

    «Je suis allé à la pagode du Temple Yunjie Chaoyang en 2011 et je l’ai visité encore une fois plus récemment» a-t-il écrit. «J’ai été surpris par le petit temple de la dynastie Qing sous la pagode.»

    Fresque chinoise, Chine, art, bouddhisme, restauration, dynastie Qing, pagode,Ecce Homo, église espagnole, Temple de Chaoyang

    Une majestueuse fresque bouddhiste de la dynastie Qing, située dans un temple de la montagne du Phoenix, province du Liaoning, après la restauration

    «Il a été rénové encore une fois. Les vestiges historiques qui étaient là ont été totalement détruits. Cela m’a rendu furieux.»

    Un autre a déclaré: «La fresque originale était d’une telle beauté, simple et sans fioritures, avec des lignes si lisses et si fluides. Les esprits des personnages étaient si insouciants. Maintenant, la peinture est faite avec une utilisation si ostentatoire du vert et du rouge, c’est assez décourageant».

    Le personnel du temple a déclaré pour le Liaoshen Evening News, un journal local, que le travail avait été réalisé par un peintre professionnel et reposait sur la fresque originale. Par ailleurs, ils ont précisé qu’ils étaient satisfaits du travail.

    Le Liaoshen Evening News a rapporté cependant que les responsables de la commande des travaux de rénovation ne possédaient aucune qualification pour le faire. Ce qui était censé être une peinture de retouche a fini par devenir une nouvelle peinture plaquée sur l’original.

    «Il est absolument interdit de peindre sur une peinture originale. On ne peut qu’apporter des modifications mineures sur les zones endommagées, et nettoyer la poussière», a déclaré Zhao Xu, un expert en restauration de fresques de l’Académie centrale des Beaux-arts en Chine, à travers des remarques paraphrasant le Liaoshen Evening News.

     L’AFP a cité un internaute se nommant lui-même «Brave Brick», ayant écrit «En tant qu’homme de Chaoyang, je  sens sincèrement que pour certaines personnes se pose la question de l’origine de leur intelligence».

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/10/28/n3508949.htm

  • Tenir ses promesses constitue l'intégrité d'un être humain

    Si une personne fait une promesse, elle doit se tenir au principe de “Vérité” et remplir sa promesse quoi qu’il arrive. C’est la fondation d'une conduite vertueuse. Lorsque je lis des histoires à propos d'anciens qui tenaient leur parole, même au prix de leur vie, je suis profondément admiratif.

    Sous la dynastie Qing, il y avait un homme du nom de Zhao Zhongmu à Wujin. Il était renommé pour sculpter les sceaux. En juillet 1889, Yu Xiaofu demanda à Zhao Zhongmu de sculpter pour lui quarante sceaux et Zhao promit de terminer à la mi octobre. En septembre, Zhao Zhongmu tomba malade et s’inquiétait de manquer l’échéance. Donc il commença à sculpter les sceaux bien qu’il dût travailler sans arrêt. Il travailla pendant trois jours et trois nuits. Il était extrêmement fatigué mais il tint sa promesse et il remit les quarante sceaux à Yu Xiaofu comme prévu.

    Autrefois, Yu Xiaofu était un officier de Xixing, province de Zhejiang. Il était poli et respectueux. Il était un officier intègre, qui ne prenait jamais l'argent ne lui appartenant pas. Après sa retraite, sa famille devint très pauvre. Une fois, il emprunta de l’argent à son très bon ami Tan Futang lui promettant de le rembourser à la fin de l'année suivante. Quand l’échéance approcha, Yu Xiaofu tomba gravement malade. Pour pouvoir rembourser sa dette Yu interrompit son traitement, vendit tout les objets de valeur qu'il avait chez lui, dont des livres et des instruments de musique. Finalement, il put payer sa dette avant de mourir.

    Zhou Yuze de Qiantang faisait des affaires entre les états de Wu et de Yue. Sa famille était très riche et en 1711, il fut volé. Tous les objets que d'autres commerçants avaient laissés chez lui furent dérobés. Après cet incident, Zhou Yuze vendit tout ce qu’il pouvait pour rembourser ses clients. Il dit : 'Même s'il ne me reste rien, mes clients ne doivent subir aucune perte !' Ses clients l'admiraient comme quelqu'un qui tenait bien se engagements, et continuèrent à faire des affaires avec lui.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200612/30369.html

  • La petite-fille de Sun Yat-sen critique le régime communiste

    Lily Sui-fong Sun, la petite-fille du Dr Sun Yat-sen. (NTD)
    Lily Sui-fong Sun, la petite-fille du Dr Sun Yat-sen. (NTD)

    Lily Sui-fong Sun, la petite-fille du Dr Sun Yat-sen (désigné comme le père de la Chine moderne) a accusé le parti communiste chinois (PCC) d'avoir déformé l'héritage de son grand-père et d'avoir mal représenté les idées politiques laissées à la Chine.

    On désigne Sun Yat-sen comme le fondateur de la première République d'Asie. Il a co-fondé le parti nationaliste, appelé Kuomintang et a joué un rôle dans la révolution Xinhai en 1911 durant laquelle la Dynastie Qing a été renversée, ce qui a ouvert la voie à l'établissement d'une république de Chine, aujourd'hui gouvernement de Taïwan. Cette République de Chine (Taïwan) ne doit pas être confondue avec la République populaire de Chine fondée par le parti communiste chinois.

    Afin de marquer le 100ème anniversaire de la Révolution Xinhai, Lily Sun, âgée de 76 ans, a travaillé pour préserver l'héritage de son grand-père. Parmi les idées politiques léguées par Sun Yat-sen, la plus remarquable a été l'idée des Trois Principes du peuple : nationalisme, démocratie et bien-être du peuple. Ces principes soutiennent l'idée qu'un pays sera couronné de succès seulement s'il est dirigé par le peuple et pour le peuple.

    Bien que le parti communiste chinois désigne Sun Yat-sen comme le précurseur de la révolution chinoise, ce même parti communiste a renversé la République de Chine dans une guerre civile. Le Kuomintang s'est alors réfugié à Taïwan. Le parti communiste chinois a également reformulé les Trois Principes du peuple de Sun par : collaborer avec les Soviets, travailler avec les communistes et aider les paysans.

    L'historien Xin Haonian affirme que cette reformulation visait à légitimer le pouvoir communiste en Chine en désignant Sun Yat-sen comme le précurseur des révolutions communistes.

    Xin Haonian, historien de la Chine, a précisé: «Le PCC est-il vraiment le successeur de Sun Yat-sen? Le PCC a utilisé les théories marxistes pour contrer les Trois Principes du peuple de Sun. Il a utilisé la République populaire de Chine pour renverser la République de Chine, qui était la première république établie par Sun Yat-sen. Quel genre de successeur est-ce là? Aujourd'hui, le PCC ne devrait même pas oser faire face à Sun Yat-sen.»

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/La-petite-fille-de-Sun-Yat-sen-critique-le-regime-communiste.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu