Avertir le modérateur

droits de l’homme en chine

  • La Chine contre-attaque sur la question des droits de l’homme

    Les autorités chinoises ont trouvé la parade en matière de droits de l’homme. Face aux critiques de département d’Etat américain, le 8 avril 2011 (rapport 2010 sur la situation des droits de l’homme dans le monde), la Chine a décidé de publier son propre rapport. Un document très critique consacré uniquement à la situation aux Etats-Unis où finalement il n’est guère question de… droits de l’homme.

    C’est la réponse du berger à la bergère. Pour le Conseil des affaires d’Etat, autrement dit le gouvernement central chinois à l’origine de ce rapport, les Etats-Unis ont trop tendance à regarder la paille dans l’œil des voisins, tout en feignant d’ignorer leurs propres problèmes. Et les problèmes sont nombreux à en croire ce document d’une quinzaine de pages noyé sous une avalanche de chiffres. « 4 millions 300 000 crimes violents ont été recensés en 2009 aux Etats-Unis ». « 14,7 % des familles américaines souffrent de carence alimentaire ». « 93 % des enfants américains ont connu une expérience traumatisante ».

    Six secteurs à problèmes

    Le « rapport des droits de l'homme aux Etats Unis pour l'année 2010" dépeint une Amérique cauchemardesque avec six paragraphes de problèmes. Les atteintes à la sécurité des biens et des personnes liées notamment à une « absence de contrôle sur les armes en circulation ». Le taux de chômage et la pauvreté qui touchent en particulier les minorités noires, hispaniques et asiatiques et signe que « le racisme est profondément enraciné dans la culture américaine ». Sans compter le sexisme et la discrimination au travail également pointés du doigt ainsi que les violences faites aux plus jeunes. Une manière aussi de défendre les politiques suivies en Chine. La censure notamment qui évite aux plus jeunes d’être « involontairement confrontés aux images pornographiques » comme ce serait le cas pour « 7 enfants sur 10 aux Etats-Unis ». Basé sur des séries de faits et de chiffres, les auteurs n’hésitent pas à se référer aux publications des associations, des médias et même des institutions américaines. Rien ne résiste à cet état des lieux pas même les « droits politiques des citoyens ». « La démocratie américaine est uniquement basée sur l’argent », expliquent encore les rédacteurs du texte s’appuyant sur les montants des campagnes présidentielles et sénatoriales et sur le poids des lobbies aux Etats-Unis.

    Lire la suite: http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110411-pekin-contre-attaque-question-droits-homme

  • L’Observatoire International des Avocats à propos de Gao Zhisheng

    gao-zhisheng_1004802c.jpg

    Gao Zhisheng avant sa capture par les autorités chinoise communistes

    Paru le 29 novembre 2010

    Maître Gao Zhisheng, avocat chinois de nouveau porté disparu depuis le 21 avril 2010

    L’Observatoire International des Avocats exprime sa plus vive préoccupation concernant la disparition de Maître Gao Zhisheng. Les autorités chinoises refusent de l’enregistrer comme personne « portée disparue » alors qu’elles n’ont fourni aucune preuve de vie de l’avocat depuis avril 2010.

    Description de la situation:

    Gao Zhisheng est un avocat chinois, défenseur des droits civiques (« weiquan ») à Pékin. Au nom des droits reconnus par la Constitution, cet avocat a défendu des victimes d’expropriations illégales, de catastrophes écologiques dues à la négligence d’industriels, de bavures médicales, de persécutions religieuses et d’emprisonnements abusifs.

    Depuis plusieurs années, Gao Zhisheng a subit de nombreuses menaces de mort et plusieurs arrestations ponctuelles. Après plusieurs emprisonnements, en 2007 pour avoir écrit aux parlementaires américains sur la situation des droits de l’Homme en Chine et en 2008, il a rédigé une lettre, rendue publique en 2009, sur les actes de torture et les mauvais traitements dont il a été victime. Les pressions sur sa famille et lui-même se sont par la suite accentuées et le 4 février 2009, Gao Zhisheng a finalement été enlevé par des agents de la sécurité de l’Etat et maintenu au secret. Un mois plus tard, sa famille, en raison du sentiment d’insécurité, s’est réfugiée aux Etats Unis.

    Après être brièvement réapparu en mars 2010, Gao Zhisheng est de nouveau porté disparu depuis le mois d’avril 2010. Son frère Gao Zhiyi a de nouveau signalé sa disparition le 25 octobre 2010 auprès des autorités chinoises qui ont refusé d’enregistrer le cas de Gao Zhisheng comme une « disparition », prétextant que l’avocat ayant déjà « disparu » puis « réapparu », son cas n’était pas inquiétant.

    Appel de l’Observatoire International des Avocats:

    Gao-Zhisheng_1627314c.jpg

    Gao Zhisheng après avoir subi les tortures du régime chinois. Photo prise avant sa nouvelle disparition en avril 2010

    L’Observatoire rappelle que l’indépendance des avocats est l’un des principaux baromètres de la démocratie et de l’effectivité de l’Etat de droit. Il attire l’attention des autorités chinoises sur les Principes de base relatifs au rôle du Barreau, qui ont été adoptés par le huitième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants qui s’est tenu à la Havane (Cuba) du 27 août au 27 septembre 1990.

    Principe n°16 :

    « Les pouvoirs publics veillent à ce que les avocats a) puissent s’acquitter de toutes leurs fonctions professionnelles sans entrave, intimidation, harcèlement ni ingérence indue ; b) puissent voyager et consulter leurs clients librement , dans le pays comme à l’étranger ; et c) ne fassent pas l’objet, ni ne soient menacés de poursuites ou de sanctions économiques ou autres pour toutes mesures prises conformément à leurs obligations et normes professionnelles reconnues et à leur déontologie ».

    Principe n°18 :

    « Les avocats ne doivent pas être assimilés à leurs clients ou à la cause de leurs clients du fait de l’exercice de leurs fonctions »

    Principe n°23 :

    « Les avocats, comme tous les autres citoyens, doivent jouir de la liberté d’expression, de croyance, d’association et de réunion. En particulier, ils ont le droit de prendre part à des discussions publiques portant sur le droit, l’administration de la justice et la promotion et la protection des droits de l’homme et d’adhérer à des organisations locales, nationales ou internationales, ou d’en constituer, et d’assister à leurs réunions sans subir de restrictions professionnelles du fait de leurs actes légitimes ou de leur adhésion à une organisation légitime. Dans l’exercice de ces droits, des avocats doivent avoir une conduite conforme à la loi et aux normes reconnues et à la déontologie de la profession d’avocat ».

    L’Observatoire International des Avocats demande :

    -Aux autorités chinoises, de fournir rapidement des preuves de vie de Gao Zhisheng et d’assurer la remise en liberté de celui-ci et la cessation des actes d’intimidation à son encontre.

    Les autorités chinoises se doivent de garantir en toutes circonstances le principe selon lequel aucun avocat ne peut être poursuivi ni soumis à des représailles en raison des causes qu’il défend.

    -A l’Organisation des Nations Unies, à la Commission européenne et aux autres organisations internationales d’intervenir auprès des autorités nationales chinoises afin que celles-ci fournissent des preuves de vie de Gao Zhisheng et garantissent sa sécurité et la cessation des actes d’intimidation à son encontre

    -Aux ordres professionnels et organisations d’avocats, d’apporter leur soutien à Maître Gao Zhisheng et d’utiliser tous les moyens qui sont en leur possession afin d’attirer l’attention des autorités chinoises sur son cas.

    Ce document est une émanation de l’Observatoire International des Avocats (OIA). Il ne peut être repris que sous sa forme initiale. L’OIA décline toute responsabilité en cas d’altération ou de falsification du présent document.

    Tiré de : http://www.observatoire-avocats.org/2010/11/29/gao-zhisheng-chine/

    A propos de L’Observatoire International des Avocats

    Chaque jour, à travers le monde, des avocats sont emprisonnés, torturés, assassinés, victimes de pressions, menaces et disparitions forcées en raison de l’exercice de leur profession. Les avocats défenseurs des droits de l’Homme sont d’autant plus exposés à ces représailles qu’ils sont assimilés à la cause sensible qu’ils défendent.

    L’Observatoire International pour les Avocats est un mécanisme de protection et de défense en faveur des avocats menacés en raison de leurs activités de défense des droits de l’homme. Il a été crée en 2009 et a pour mission globale de recenser les cas d’avocats en difficultés et de leur apporter un soutien moral et matériel, ainsi qu’une assistance juridique par d’autres avocats auprès des juridictions et autres autorités dans leur pays d’exercice.

     

    A lire: Troisième lettre ouverte de Gao Zhisheng à Hu Jintao et Wen Jiabao : Nous devons immédiatement faire cesser la brutalité qui suffoque la conscience et la moralité de notre nation

    http://fr.clearharmony.net/articles/200601/24098.html

  • Un aperçu des persécutions du régime chinois envers le Falun Gong en 2010

    Le site ClearHarmony permet de connaître la méthode traditionnelle de méditation du Falun Gong par le récit de leurs expériences de cultivation et en même temps par les témoignages de ces pratiquants  torturés et persécutés à mort en Chine. http://www.fr.clearharmony.net/

    Voici quelques uns de ces témoignages qui ont pu sortir de Chine et qui permettent de comprendre l’étendue de la persécution et de la foi de ces pratiquants dans leur croyance spirituelle.

     

    Mme. Liu Shuling torturée à mort dans le Camp de travaux forcés de réhabilitation pour toxicomanes de la ville de Harbin

    Mme Liu Shuling et onze autres pratiquants ont été torturés au cinquième étage du camp de travaux forcés de réhabilitation pour toxicomanes de la ville de Harbin, dans la province du Heilongjiang du 1er au 3 juillet 2010. Mme Liu Shuling est morte le 3 juillet. Selon un témoin, elle était attachée sur une chaise en fer et est morte suite aux décharges d'une matraque électrique.

    Mme Liu avait été envoyée au Camp de travaux forcés de réhabilitation pour toxicomanes en 2008, et était supposée être relâchée le 26 juillet 2010. Il y avait des contusions causées par les décharges électriques à son oreille gauche et sur son cou. Sa famille a demandé à voir son corps en entier, mais la police … Lire la suite : http://www.fr.clearharmony.net/articles/201012/53953.html

    Mme Liang Shaolin de la ville de Maoming, province du Guangdong, est condamnée à neuf ans de prison

    Mme Liang Shaolin était un ingénieur de la Corporation pétrochimique de Maoming, dans la province du Guangdong. En octobre 1999, elle a été condamnée à deux ans de camp de travaux forcés pour être allée à Pékin faire appel au nom du Falun Gong. Parce qu'elle est restée ferme dans sa croyance dans le Falun Dafa, sa peine a été prolongée à cinq ans et demi. Elle a été brutalement torturée et également licenciée de son travail. Le 24 septembre 2009, 17 policiers du département de police de Maoxi ont utilisé une scie électrique pour couper sa porte blindée, ils sont entrés en force dans la maison… Lire la suite http://www.fr.clearharmony.net/articles/201012/53972.html

    La prison pour femmes de la province du Liaoning refuse leur droit de visite à la famille de Yang Chunling

    Mme Yang Chunling est détenue dans la prison pour femmes de la province du Liaoning parce qu'elle pratique le Falun Gong. Le 26 octobre 2010, son père de 72 ans, qui était très faible, a décidé de lui rendre visite. À son arrivée, les autorités ne l'ont pas laissé la voir parce qu'elle refusait de porter une pancarte indiquant «Criminelle» sur sa poitrine.

    Les autorités de la prison n’ont également pas permis à son père de… Lire la suite : http://www.fr.clearharmony.net/articles/201012/53971.html

    La Cour de district de Wuling prononce de lourdes peines illégales pour huit pratiquants de Falun Gong

    Huit pratiquants de Falun Gong de la ville de Changde dans la province du Hunan ont été illegallement condamnés à de trois à dix ans de prison le 4 novembre 2010.

    Wang Yongkang directeur du Bureau 610 dans la ville de Changde, a récemment envoyé plusieurs centaines d'agents pour arrêter plus de 30 pratiquants et fouiller leurs maisons. Ils ont confisqué les livres Dafa et fournitures et matériaux destinés à la fabrication de documents 'clarifiant la vérité' Les pratiquants Wang Xiaohui, Li Haijun, Man Sanqing, Mme. Liu Xiuying, Liu Huiping, Li Fangyun, Chen Lingci, Zeng Lihua, Liu Xianju, et d'autres ont été envoyés dans des centres de détention de Changde pour y être persécutés. Parmi eux Mme Liu Xiuying qui est âgée de 74 ans.

    Les pratiquants ont … Lire la suite : http://www.fr.clearharmony.net/articles/201012/53952.html

     

    Retrouver l'ensemble des articles classés sur la persécution du Falun Gong: http://www.fr.clearharmony.net/cat/c116/c116.html


  • Les dessous de la rencontre Hu Jintao Nicolas Sarkozy

    hu jintao sarkozy 3.jpg

    Du 4 au 6 novembre, Nicolas Sarkozy accueille le dirigeant chinois Hu Jintao pour une visite d’État de trois jours en France. Cette première visite du numéro un chinois en France fait l’office de tous les égards: accueil du président sur le tarmac de l’aéroport, honneurs militaires et réception à l’Élysée. Pendant cette rencontre le président de la République française espère obtenir le soutien de Pékin pour sa réforme du système monétaire lors de la présidence française du G20 et la signature de contrats de plusieurs milliards d’euros sur l’importation de pétrole et de centrales nucléaires.  Comme à chaque rencontre franco-chinoise, il est craint que la question des droits de l’homme soit sacrifiée au profit des intérêts économiques,. C’est la raison pour laquelle aucune conférence de presse n’est prévue entre le dirigeant chinois et les journalistes. Cependant la situation en Chine est-elle si alarmante que certains le prétendent?

    La Chine et la question des droits de l’homme
    Le gouvernement chinois a publié début octobre un rapport intitulé Progrès dans les droits de l’Homme, en Chine, en 2009. Selon NTD, le régime y affirme avoir amélioré les droits de l’Homme pour les Chinois. Ce n’est pourtant pas l’avis de James Zimmerman, expert sur la Chine d’Amnesty International, pour qui « le rapport donne la priorité à l’économie, aux droits sociaux et culturels, avec peu de mention aux droits civils et politiques ».

    Dans son dernier rapport annuel sur les droits de l’homme,  le département d’État américain dépeint effectivement un tout autre tableau. Selon Washington, Pékin a «intensifié sa répression sévère au plan culturel et religieux». Selon ce rapport, dans l'ensemble du pays «la détention et le harcèlement des militants des droits de l'homme se sont accrus». Selon le département d’État «les avocats et les cabinets juridiques qui ont défendu des affaires qualifiées de sensibles par les autorités ont fait l'objet de harcèlement, de radiations ou de fermeture.»

    À la suite du sommet UE-Chine début octobre, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a appelé la Chine à faire des progrès dans le domaine des droits de l'homme. Cette question des droits de l'homme «reste un élément important du dialogue avec la Chine», a souligné le président.

    La Chine et la liberté d’expression
    Le 8 octobre 2010, Liu Xiaobo est devenu le premier opposant chinois à obtenir le prix Nobel de la paix. Il avait été condamné à onze ans de prison pour incitation à la subversion du pouvoir de l'État, un chef d'accusation relativement vague, souvent utilisé à l'encontre des opposants politiques et défenseurs des droits de l'homme. Son crime? Avoir été l’un des membres signataires de la Charte 08, manifeste écrit par plusieurs intellectuels chinois appelant à plus de démocratie en Chine. Bien que certains dissidents chinois en exil aux États-Unis, dont Wei Jingsheng considéré comme le père du mouvement démocratique en Chine, modère l’attribution de ce prix, il n’en reste pas moins un témoignage de l’état de la liberté d’expression en Chine.

    La censure chinoise s’exporte d’ailleurs hors des frontières. Aucune conférence de presse n’est prévue lors du passage du président Hu Jintao en France. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé lors du dernier sommet UE-Chine à Bruxelles, lorsque la délégation chinoise a annulé la conférence de presse clôturant le sommet à cause de la présence de journalistes de The Epoch Times dans la salle.

    Cependant, il existe en Chine plusieurs mouvements qui commencent à se manifester en faveur de la liberté d’expression. En effet selon Courrier International vingt-trois membres du Parti communiste chinois, tous anciens hauts fonctionnaires ont publié le 11 octobre une lettre ouverte s'adressant au Comité Permanent de l'Assemblée nationale du Peuple pour demander la liberté d'expression en Chine. Dans ce texte il est mentionné que selon «l'article 35 de la Constitution chinoise de 1982, les citoyens chinois ont la liberté de parole, de publication, de création des associations, de manifestation», ce qui n’a jamais été appliqué en Chine depuis 28 ans.

    Un élan populaire a également lieu en Chine depuis 2005 suite à la publication des « 9 commentaires sur le parti communiste », qui a entraîné aujourd’hui plus de 82 millions de Chinois à démissionner des trois organes du parti.

    La Chine et la liberté de croyance
    D’après le journal The Epoch Times, le récemment nommé Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de croyance Heiner Bielefeldt, a hardiment prouvé qu'il n'ignorerait pas la Chine, membre permanent du Conseil de sécurité et violateur chronique de la liberté religieuse. Le 9 avril 2010, la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié son rapport annuel 2010 au Club national de la presse américain. Le rapport recommandait que 13 nations, dont la Chine, soient nommées Pays Particulièrement préoccupants (PPP) «à cause de ces violations des libertés religieuses systématiques, continues et flagrantes».


    Dans son rapport annuel 2004 sur la liberté de religion et de croyance, Asma Jahangir, ancien rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de croyance à l'Assemblée générale des Nations Unies, écrivait à propos de la persécution du Falun Gong (1), première communauté réprimée en Chine: «La cruauté et la brutalité de ces actes allégués de torture défient toute description.»
    En mars 2006, le Rapporteur des Nations Unies sur la torture Manfred Nowak, rapportait que ces pratiquants représentaient 66% des cas de torture pour lesquels il avait demandé à la Chine de s'expliquer.

    Dans son rapport de 2010, la CIFD notait que la torture des pratiquants de Falun Gong par l'État chinois demeurait toujours largement répandue et que leur assassinat pour leurs organes a été documenté dans l'ouvrage de 2009, Bloody Harvest, écrit par deux nominés au prix Nobel de la paix David Kilgour et David Matas.

    La Chine et les relations internationales
    Concernant l’implication de la Chine dans l’économie mondiale, Le Monde écrit dans son article «En Chine, plus de croissance et toujours moins de libertés» qu’en décernant le prix Nobel de la Paix à un dissident chinois, le comité a interpellé «le monde occidental et l'incite à se démarquer d'une idée dangereuse qui a fait son chemin depuis le massacre de Tiananmen, en 1989: le développement économique conduira tout naturellement la Chine à la démocratie.»

     

    Deuxième puissance mondiale et véritable atelier du monde, le gouvernement chinois a en effet basé sa croissance sur la répression des droits humains et des droits sociaux. D’après l’article « Pour le plus grand bonheur des petits et des grands » paru dans le journal La Grande Epoque l’arme secrète que le Parti communiste chinois utilise pour dominer le commerce mondial est le travail d’esclave. Les prisons et les camps de travaux forcés des autorités chinoises abritent d’énormes usines qui fabriquent des produits pour l’export. Dans d’autres entreprises, «les ouvriers payés 67 euros par mois, peuvent travailler jusqu’à seize heures par jour ».C’est dans ce contexte de crise économique mondiale que Paris a répété ces derniers mois «sans Pékin il n’y a pas de solution». C’est par la porte étroite de la réévaluation du yuan que le président Nicolas Sarkozy et la gouvernance du G20 veulent avancer avec la Chine. En effet, les pays occidentaux, pénalisés dans leurs exportations par un yuan trop faible, veulent faire pression sur la Chine pour qu’elle apprécie sa monnaie, sans braquer un partenaire avec lequel des contrats de milliards d’euros sont en perspective. L'Europe, à l'instar des États-Unis envisagent d’ailleurs des mesures de rétorsion commerciales, soupçonnant Pékin de faire de la dévaluation compétitive en maintenant sa monnaie à un niveau artificiellement bas pour doper les exportations et la croissance chinoises.


    Pour finir le tour complet du contexte de cette rencontre France-Chine, James Zimmerman, expert de la Chine, Amnesty International signalait l’assistance du régime chinois aux dictatures mondiales telles que la Corée du Nord, la Birmanie, l’Iran ou encore le Vietnam: «Le danger est qu’ils forment ce que vous pouvez appeler le bloc des "non droits de l’Homme". Ils ont des alliances diplomatiques avec des pays comme la Birmanie, la Corée du Nord et plusieurs pays d’Afrique. S’ils jouent ce rôle diplomatique qui permet à ces pays de violer les droits de l’Homme avec impunité, ce sera très mauvais, non seulement pour les Chinois mais pour les peuples dans de nombreuses parties du monde, en particulier en Afrique et en Asie.»


    Cette rencontre diplomatique entre Nicolas Sarkozy et Hu Jintao, en France, pays des droits de l’homme, pourra peut-être sensibiliser en tout cas informer les Français sur la position très délicate de la Chine dans l’échiquier mondial et la place des pays occidentaux dans l’histoire.



    (1) Le Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa est une méthode bouddhiste de méditation et d’exercices, dont les enseignements soulignent l’importance de vivre selon les trois principes d’authenticité, de compassion et de tolérance. Prenant son origine en Chine dans les années 90, le Falun Gong est aujourd’hui pratiqué dans une centaine de pays. Le gouvernement chinois ayant évalué que 100 millions de gens en Chine pratiquaient le Falun Gong, en juillet 1999, le Parti communiste chinois a lancé une violente campagne à l’échelle nationale pour "éradiquer" cette pratique bouddhiste.

    Le Centre d’Information du Falun Dafa peut documenter 3.413 décès sous les persécutions aux mains des autorités et plus de 44.000 cas de torture, chiffres très inférieurs à la réalité dans le contexte de contrôle de l'information qui règne sous le régime communiste. Des millions sont toujours détenus ou envoyés dans des camps de travaux forcés où ils sont utilisés comme "banque d'organes" dans le cadre d'un vaste trafic d'humains organisé par les autorités communistes (voir article de L'Express).

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Nicolas-Sarkozy-rencontre-Hu-Jintao-avant-le-G20.html

  • Le rapport annuel de l’USCIRF recommande la Chine comme ‘’pays particulièrement préoccupant’

    Le 9 avril 2010, la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié son rapport annuel 2010 au Club national de la presse. Le rapport recommandait que 13 nations, dont la Chine, soient nommés Pays particulièrement préoccupants (PPP). ‘’A cause de ces violations des libertés religieuses systématiques, continues et flagrantes", l’USCIRF recommande en 2010 que la Chine soit de nouveau désignée ‘’pays particulièrement préoccupant’’, ou PPP. Le département d’état a désigné la Chine comme PPP depuis 1999.’’

    Dans son rapport, l’USCIRF a fait des recommandations à l’administration et au congrès américain dans le but d’aider les conditions des droits de l’homme en Chine. En particulier, la commission a recommandé que le secrétaire d’état impose de nouvelles sanctions visant les fonctionnaires auteurs d’abus à l’encontre des libertés religieuses ou les provinces où les conditions de liberté de religion sont les plus extrêmes.

    Ci-dessous un extrait du rapport sur la persécution de Falun Gong:

    Le gouvernement chinois continue à maintenir une campagne sévère contre les adhérents du mouvement spirituel Falun Gong, considéré comme une ‘’secte perverse’’ et interdit en 1999. Au cours de la dernière décennie, le gouvernement a mis en œuvre une campagne sans précédent contre le Falun Gong, emprisonnant un grand nombre de pratiquants et les maltraitant en détention. Les pratiquants qui ne renoncent pas à leurs croyances en détention sont soumis à la torture. Il existe des rapports récents, crédibles de décès lors de garde à vue. La campagne systématique visant à réprimer Falun Gong et autres ‘’sectes perverses’’ en utilisant des moyens extrajudiciaires est un grave problème des droits de l’homme.

    Des récits crédibles de première main issus de rapports d’adhérents de Falun Gong et les déclarations du gouvernement chinois confirment des arrestations à long terme et arbitraires, des conversions forcées de la foi, la torture et les mauvais traitements en détention. Bien qu’il soit difficile de déterminer avec précision le nombre de pratiquants de Falun Gong en détention au cours de l’année passée, selon certaines estimations ce nombre s’élèverait à 8 000, la plupart des arrestations s’étant déroulées avant les Jeux Olympiques de Pékin 2008. L’année précédant les Jeux Olympiques, la police a mené une campagne concertée pour harceler et détenir des pratiquants de Falun Gong connus et brutalement réprimé leurs activités. On estime que 8 037 adhérents de Falun Gong ont été détenus entre décembre 2007 et août 2008.

    Cibler les adhérents de Falun Gong continue à être une priorité pour les fonctionnaires de la sécurité du gouvernement chinois. Il reste une campagne à l’échelle de la nation afin de réprimer Falun Gong et ‘’transformer’’ ses pratiquants. Une directive de 2009 du Comité central sur la gestion exhaustive de la sécurité publique a incité les fonctionnaires de la sécurité à ‘’frapper fort contre les forces hostiles… [y compris par] l’infiltration, la subversion et le sabotage par ‘Falun Gong.’’’ Des instructions de sécurité similaires ont été émises dans les provinces de Jiangsu, de Hubei, de Jilin, de Guizhou, de Yunnan, de Hunan, de Anhui, de Sichuan et du Shandong, y compris des recommandations pour la surveillance, l’entretien d’informateurs rémunérés et les efforts de propagande.

    Des pratiquants de Falun Gong anciens et actuels restent incarcérés dans des camps de rééducation par le travail (RTL) et des institutions psychiatriques. Certains observateurs internationaux déclarent que les adhérents de Falun Gong pourraient composer la moitié des 250 000 chinois détenus dans les camps de RTL au cours de la décennie passée. Les fonctionnaires provinciaux auraient offert des récompenses importantes à quiconque fournirait des informations menant à l’arrestation d’un pratiquant de Falun Gong.

    Deux pratiquants de Falun Gong sont connus pour être décédés lors d’une garde à vue policière en 2008. La veuve de l’un deux, Xu Na, est restée emprisonnée, effectuant une peine de trois ans pour possession de matériaux de Falun Gong. De plus, en 2008, Chen Zhenping a été condamnée à huit ans d’emprisonnement parce qu’elle est pratiquante de Falun Gong. Elle a été jugée en secret sans représentation légale. En février 2009, les fonctionnaires de la sécurité publique d’une municipalité de la province de Sichuan ont rapporté détenir 114 pratiquants de Falun Gong. En avril 2009, Zhang Xingwu, professeur de physique en retraite de la province de Shandong, a été condamné à sept ans de prison après que la police a découvert des textes de Falun Gong dans son appartement. Fin novembre 2009, un tribunal de Shanghai a condamné Liu Jin à trois ans et demi de prison pour avoir téléchargé et distribué des informations sur Falun Gong sur Internet.

    Les Bureaux 610 dans toute la Chine ont pour mission de surveiller, enquêter, ‘’transformer’’ et détenir les pratiquants de Falun Gong. Le Bureau 610 aurait des installations de détentions extrajudiciaires utilisées exclusivement pour détenir les pratiquants de Falun Gong ayant effectué leurs peines de RTL, mais toujours considérés comme nuisibles.

    Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la Torture a rapporté que les pratiquants de Falun Gong constitueraient les deux tiers des prétendues victimes de torture qui lui ont été présentées en Chine. De nombreuses allégations de collecte d’organes sanctionnées par le gouvernement sur des pratiquants incarcérés ont de même fait surface au cours des dernières années. Une enquête indépendante sur les pratiques d’un hôpital à Sujiatun, Shenyang s’est avérée non concluante. Cependant, en se basant sur un rapport de deux célèbres activistes canadiens des droits de l’homme, les organisations des droits de l’homme et le rapporteur spécial sur la torture ont appelé à une enquête indépendante et une attention internationale continue sur les allégations de collectes d’organes sur des prisonniers. Le Comité pour la torture, organisme de surveillance des traités des Nations Unies, a aussi appelé le gouvernement, lors de sa révision de la Chine 2008, à mener des enquêtes indépendantes pour clarifier les désaccords dans les statistiques relatives aux greffes d’organes et aux allégations de torture sur des pratiquants de Falun Gong.

    De plus, l’USCIRF a noté que le gouvernement chinois continue à harceler, détenir, battre et faire disparaitre des avocats qui tentent d’utiliser le système légal pour défendre les droits des citoyens chinois, tels les pratiquants de Falun Gong et les membres des églises souterraines. Par exemple, l’avocat renommé des droits de l’homme, Gao Zhisheng a disparu en 2009. En décembre 2009, l’avocat des droits de l’homme Wang Yonghang, a été détenu et condamné à sept ans de prison pour avoir représenté des pratiquants de Falun Gong.

    Créé par l’Acte de la liberté religieuse internationale de 1998 (IRFA), l’USCIRF est une commission américaine indépendante qui surveille la liberté religieuse dans le monde et présente des recommandations au Président, au Secrétaire d’état et au Congrès.

    Tiré de: http://www.vraiesagesse.net/news/1005/07/E116640_20100503_fr.html

     

  • Une ancienne médaillée Olympique s’exprime sur le Falun Gong

     

    janbecker.jpgJe pratique le Falun Dafa depuis plus de dix ans. J'ai commencé par être attirée par les exercices qui, bien que très doux, ont une énergie étonnante.

    Je n'ai commencé à lire Zhuan Falun, écrit par M. Li Hongzhi, que trois mois plus tard. Les enseignements ont répondu à de nombreuses questions que j'avais sur la vie et l'univers. Aujourd'hui, avec les années, je suis stupéfaite des changements tant physiques que mentaux que je constate chez moi.

    Faire la méditation, les exercices, et suivre les trois principes de Falun Dafa, à savoir  Authenticité, Compassion, Tolérance, m'ont donné l'opportunité de m'améliorer personnellement et j'ai été capable de les appliquer à la fois dans ma vie quotidienne et dans mon travail de directrice des ressources humaines.

    Avant de commencer la pratique, j'étais traitée par un grand hôpital de Melbourne pour un grave problème respiratoire, une forme de tuberculose pulmonaire. La maladie n'était pas contagieuse, mais considérée comme fatale et je me voyais décliner progressivement. Après six mois de pratique de Falun Dafa, j'ai décidé de mettre toute ma foi dans la pratique et je n'ai pas eu besoin de revoir de médecin depuis – pour quoi que ce soit!

    Mon patron, avec qui j'ai travaillé pendant 17 ans, a été d'un soutien extraordinaire. Il m'a dit que bien qu'ayant été formé en sciences physiques, il pouvait voir que quelque chose d'extrêmement positif m'était arrivé par le biais de la métaphysique.

    Personne, y compris ma famille et mes amis, ne s'attendait à ce que je sois encore vivante aujourd'hui. Personnellement, je me sens dix ans plus jeune que lorsque j'ai commencé le Falun Dafa. Mon niveau d'énergie et mon enthousiasme pour la vie ont complètement changé.

    Les gens autour de moi soutiennent Dafa parce qu'ils peuvent voir que je suis en meilleure santé et plus attentionnée aussi.

    Place Tiananmen

    Six mois après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa, la Chine a interdit la pratique et la terrible persécution des pratiquants en Chine a commencé. Pour montrer mon soutien, en particulier en tant qu'occidentale, j'ai décidé avec huit autres Australiens, d'aller en Chine en 2002 pour soutenir les pratiquants chinois face à ce qui leur arrivait.

    Je pensais qu'en tant qu'ancienne médaillée olympique, je pouvais avoir un certain impact par le biais des médias, en informant le reste du monde sur ce qui leur était caché. Pouvoir crier sur la Place Tiananmen plusieurs fois du fond du cœur que le Falun Dafa est bon a été pour moi un véritable honneur. Je savais que cela faisait partie de mon chemin et n'ai pas éprouvé la moindre peur.

    Les Jeux Olympiques de Pékin

    La Chine a promis de changer si elle obtenait les Jeux Olympiques en 2008 et j'ai vu une grande opportunité pour le Comité international olympique de rendre cela possible. Au lieu de cela, ils sont allés contre les principes de la Charte et du code éthique olympique. A mes yeux, et je suis sûre que je ne suis pas la seule à penser ainsi, les Jeux Olympiques ont été diminués et j'ai honte de tout ce qui est arrivé.

    A cause des Jeux Olympiques il y a tant de cruauté et de bouleversements qui ont frappé la population chinoise. Même aujourd'hui, il y a encore des pratiquants du Falun Gong et d'autres personnes oeuvrant pour les droits de l'homme en Chine qui sont emprisonnés à cause des Jeux Olympiques. Les médias internationaux n'ont pas fait grand chose sur le sujet.

    Nous, en tant qu'êtres humains, devons considérer ce qui est le plus important dans la vie. Pour moi, le caractère sacré de la vie et le respect de la dignité humaine passent avant tout, y compris le commerce, le profit et le sport, même au niveau olympique.

    Personnellement, je suis dégoûtée par ce qui se passe et j'espère sincèrement que le monde pourra s'unir pour mettre fin à la persécution de cette belle et bénéfique pratique.

    Jan Becker médaillée olympique

    Jan Becker a concouru pour l'Australie aux Jeux Olympiques de Tokyo en 1964, en tant que membre de l'équipe de relais libre qui a remporté la médaille d'argent. Elle est mère de trois enfants, six fois grand-mère et travaille pour une grosse entreprise d'ingénierie à Melbourne. Elle pratique Falun Gong depuis 1998 et a été brièvement arrêtée en Chine en 2002 lorsqu'elle s'est rendue Place Tiananmen pour manifester contre la persécution. Mme Becker était ambassadrice de l'Australie au lancement de la Torche des Droits de l'Homme à Athènes en 2008 et reste engagée pour mettre fin aux abus des droits de l'homme en Chine.

    Tiré de La Grande Epoque : http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Opinion/Une-ancienne-medaillee-Olympique-sexprime-sur-le-Falun-Gong.html

  • Brèves d'Asie

    pokhara_panneau2.jpg NEPAL : Vendredi 19 décembre, le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme a rendu public un rapport sur les disparitions forcées au Népal. Ce rapport recense 170 cas de personnes disparues entre décembre 2001 et janvier 2003 dans le district de Bardiya, à 150 km au sud-est de la capitale Katmandou. Ces disparitions sont principalement le fait de l’ancien gouvernement népalais dans le cadre de la guerre civile qui l’a opposé aux maoïstes entre 1996 et 2006. Mme Navi Pillay, la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, a encouragé l’actuel gouvernement népalais à créer une commission d'enquête ; ce qui constituerait une avancée dans le processus de paix et la lutte contre l’impunité.

    UNION EUROPEENNE-CHINE : La remise du prix Sakharov 2008 s’est tenue le 17 décembre au Parlement Européen sans la présence du lauréat Hu Jia, emprisonné en Chine. Le président du Parlement Européen Hans-Gert Pottering a loué le courage de Hu, qu’il a considéré comme le représentant des voix silencieuses de Chine et du Tibet. La femme de Hu Jia, Zeng Jinyan, en résidence surveillée avec sa fille d’un an, avait fait passer une vidéo en rappelant les autres défenseurs des droits de l’homme emprisonnés. Selon le vœu de Hu, les 77000 dollars du prix seront utilisés pour créer une fondation venant en aide aux familles des défenseurs des droits de l’homme. Cette vidéo a été accueillie avec beaucoup d’émotion par l’assistance qui a salué Hu, sa famille et l’engagement en faveur des droits de l’homme en Chine avec de longs applaudissements.

    ASIE : La grippe aviaire a fait une réapparition dans plusieurs pays asiatiques. Mercredi 17 décembre, le gouvernement de la Corée du Sud a annoncé augmenter le contrôle et les quarantaines dans les ports et les aéroports. Le ministère indonésien de l'Agriculture a annoncé que la grippe aviaire se trouvait dans 294 districts de 31 villes et provinces. Il a renforcé les mesures de lutte et vise l’éradication de cette maladie pour 2014. Et au Cambodge, dans la province de Kandal, le 8e cas a été découvert. Le ministre cambodgien de l’Agriculture, Chan Sarun, a indiqué que toutes les volailles de cette province devaient être tuées.

    Tiré de Sound Of Hope

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu