Avertir le modérateur

drogue et médicament

  • Un aperçu de la médecine traditionnelle chinoise à travers le caractère Yao

    Caractère chinois Yao, drogue et médicament, médecine chinoise traditionnelle, origine des mots, mythologie chinoise

    Le caractère chinois (YAO) désigne un médicament ou une drogue. Il est composé de deux parties. La partie supérieure, , est le radical chinois qui indique l'herbe et les plantes apparentées, notamment les plantes médicinales. La partie inférieure, (prononcée yuè ou lè), est un caractère chinois à part entière. Il a deux significations: la musique ainsi que le bonheur (les délices).

    Ces deux éléments et leurs trois significations donnent un aperçu précis de la manière dont l'ancienne médecine chinoise était appréhendée. Le caractère originaire de la partie inférieure, témoigne de l'utilisation de la musique pour guérir les maladies depuis l'antiquité chinoise, avant même la découverte de la médecine à base de plantes.

     

    Bataille de l'Empereur Jaune avec Chi You

    Selon la mythologie chinoise, Huang Di, soit le légendaire Empereur Jaune vénéré comme l'ancêtre du peuple chinois, a du relevé le défi d'un combat contre Chi You, le terrible chef d'une ancienne tribu. Béni par la divine fée Xuan Nü  pour promouvoir la vertu et condamner la tyrannie, l'Empereur Jaune fut avisé lors d'un rêve. Seul le bruit assourdissant d'un tambour fait de la peau du Kui, un monstrueux bœuf sauvage qui résidait sur les rives de la mer occidentale, pourrait défaire  le métal sur la tête de Chi-You et sa tribu.

    Au réveil, l'empereur ordonna immédiatement la capture du Kui. Sa peau fut ensuite utilisée pour produire 80 tambours. Lorsque les soldats de l'empereur ont fait retentir les tambours sur le champ de bataille, la terre trembla dans toutes les directions et Chi-You et ses  soldats furent abattus, le métal se fissurant sur leur tête en provoquant d'atroces douleurs.

    Cependant, plusieurs des soldats de l'empereur furent submergés par le bruit et tombèrent aussi dans l'inconscience. L'empereur appela à l'aide son maître de musique, qui se hâta d'improviser un remède.

     

    L'instrument du sauvetage

    Le maître de musique délia les cordes des arcs de l'armée de l'empereur et les attacha sur un morceau de bois creux. Il pris ensuite  un petit morceau de métal et affleura méticuleusement les cordes, produisant une musique magnifique. Peu à peu, les soldats blessés reprirent conscience. Inspiré par cet instrument, Cang Jie, le fonctionnaire en charge de la création des sinogrammes, construisit le caractère pour la musique.

    La moitié supérieure représente (BAI) au centre, avec une «chaîne» de chaque côté. , désigne la couleur blanche, dans ce contexte, fait référence  au plectre - petit outil plat utilisé pour pincer les instruments à cordes. La moitié inférieure est le (mù), ce qui signifie bois.

    Ainsi, on peut voir que le sinogramme offre  une représentation habile et parfaite d'un instrument de sauvetage. Du fait que la musique a d'abord servi à guérir les blessés, le caractère de la musique a ensuite été intégré dans le sinogramme représentant les médicaments

     

    De l'amertume à la joie

    Le caractère chinois pour la musique a une autre signification: la joie, le bonheur. Bien que la relation soit évidente, la bonne musique peut procurer du plaisir, la notion de plaisir a ici un rôle particulier pour la médecine chinoise. Être malade c'est être dans l'amertume, un patient n'est capable de retrouver la santé et le bonheur qu'après avoir souffert par l'amertume. Ce paradoxe a sa racine dans La Doctrine du milieu, le classique confucéen qui enseigne que pour gagner une position invincible, il faut décider puis tenir le juste milieu entre les deux extrêmes.

    De là on peut retrouver l'espoir dans l'adversité et faire preuve de prudence au milieu de la prospérité. A partir de ce principe, on peut voir pourquoi le bonheur, , est  un des éléments du sinogramme de médicament . Le radical en haut de se réfère à l'herbe et aux plantes apparentées, notamment les plantes médicinales.

    Selon la mythologie, Shen Nong, considéré comme le père de l'agriculture en Chine, aurait échantillonné des centaines d'herbes pour tester leurs valeurs médicinales. Il est également celui qui aurait établi une base complète pour la médecine traditionnelle chinoise, plus tard compilée dans le premier livre de la Chine sur la pharmacologie, appelé Le classique de la phytothérapie de Shen Nong. C'est pourquoi on trouve le radical dans le caractère chinois pour la médecine.

     

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/12/12/30/n3507683.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu