Avertir le modérateur

divinité

  • Le caractère chinois qui apporte des bénédictions

    Chine, Empereur Kangxi, caractères chinois, FU, bénédiction, famille, Chine, divinité, signification, histoire

    Le caractère chinois “Fu,” écrit par l’Empereur Kangxi, avec au dessus le sceau du “ Trésor du pinceau impérial de Kangxi.” Parce que le “Tian” du côté gauche de “Fu” est ouvert, les gens croyaient qu’il signifiait des bénédictions infinies, et l’ont donc appelé “l’origine des cinq bénédictions et la source de toutes les bénédictions.”(Epoch Times)

    Le caractère chinois “Fu” (bénédiction) symbolise une atmosphère positive et joyeuse. À l’approche du Nouvel An chinois, les familles chinoises suspendaient traditionnellement ce caractère dans l’espoir d’une merveilleuse nouvelle année.


    Origine et Signification

    Le caractère “Fu” existe depuis que la Chine a établi son propre système d’écriture, il y a des milliers d’années.

    Dans l’ancienne inscription d’oracle sur os, "Fu " signifie " Offrir de la nourriture et du vin aux divinités avec les deux mains." Les anciens perpétuaient ce rituel en priant le ciel et en vénérant les divinités, recherchant la paix et la joie. Ainsi, “Fu” en est venu à prendre le sens de bénédiction.

     La signification du caractère “Shi, 示,”, le radical gauche de " Fu, 福,” signifie autel, il est associé aux rituels, aux divinités, à la prière et à l’anticipation. Dans l’antiquité, les gens allaient à l’autel pour recevoir conseils et révélations divines des divinités.

    Le “一口田” de la partie droite de “Fu, 福” peut être interprété comme “Une terre donnée par les divinités.” Chacun possède une terre ou une terre de conscience, conférée par les cieux.

    Si on peut récupérer cette terre de pureté dans son cœur, des bénédictions s’ensuivront immédiatement. Ceci implique que si on croit dans les divinités, elles vous accorderont des bénédictions.

    Le Ciel et ‘Fu’

    Chacun veut avoir de la chance et des bénédictions plutôt que de la malchance. Mais comment les obtenir ? Deux anciens dictons expliquent comment la " chance" arrive. " Le Ciel n’a pas de favoris, mais accompagne souvent ceux qui ont bon cœur " et "Le Ciel n’a pas de favoris, mais il aide souvent ceux qui sont vertueux " ce qui signifie que le ciel ne regarde ni le statut ni la naissance d’une personne. Il traite avec équanimité tous ceux qui se conforment aux voies du ciel. Par conséquent, les moyens du ciel demeurent toujours avec les gens qui ont bon cœur et les aident à faire les choses très efficacement et miraculeusement.

    Les bénédictions et la vertu sont étroitement liées. La relation existant entre elles dans la culture chinoise traditionnelle peut être comprise de deux façons :

    Tout d’abord, qu’on ait ou non des bénédictions la décision en revient au ciel. Deuxièmement, on peut changer son sort en cultivant la vertu.

    Les actions vertueuses retiennent les bénédictions du ciel, tandis que les mauvaise actions causent l’infortune et la souffrance. Deux anciens dictons chinois expriment la pensée que la bonne et la mauvaise chance ne sont pas accidentelles "La chance et l’infortune ne viennent de nulle part, mais ce sont les gens eux-mêmes qui les invoquent " et " Les calamités proviennent des mauvaises actions, tandis que les bénédictions proviennent de la vertu. "Sun Simiao, un célèbre médecin chinois de la Dynastie Tang, a dit dans ses " Commentaires sur les bénédictions et la longévité " : " la chance est le produit du bien accumulé ; la malchance est le résultat du mal accumulé."

    Sun a également écrit : "Les bénédictions peuvent être bien utilisées." Sun enseignait, et les anciens Chinois croyaient, que la chance dérivait des bonnes actions et qu’aider les autres peut non seulement accroître les propres bénédictions d’une personne, mais peut aussi bénéficier aux générations futures.

    Proportionellement, si une personne indécente est sans vertu, qu’elle commet toutes sortes de mauvaises choses, et qu’elle abrite quantité de désirs malsains, la “malchance” lui échoiera immédiatement.

    Les personnes qui ont bon coeur vivent-elles plus longtemps?

    Une étude de recherche conduite à l’Université du Michigan montre qu’en moyenne les gens qui font souvent un travail bénévole vivent plus longtemps. Et aussi que les personnes âgées qui passent 100 heures par an à aider les autres vivent plus longtemps que leurs homologues inactifs.

    Sonja Lyubormirsky, un professeur de psychologie à l’Université de Californie, a découvert que faire cinq bonnes actions par jour pendant six semaines consécutives pouvait sensiblement améliorer l’état mental et physique d’une personne, l’inscrivant dans un cercle vertueux. Plus d’effort y est mis et meilleurs sont les résultats.

    D’autres études ont montré que lorsque les gens font de bonnes actions, les neurotransmetteurs du cerveau leur font ressentir une sensation agréable. En ayant bon cœur, les gens peuvent réduire leur pression physique et mentale, ce qui a un impact positif sur leur santé. Donc, le fait de vivre plus longtemps n’est pas seulement lié aux bons gênes et à une bonne santé, mais dépend aussi de notre état d’esprit.

    Bien que le caractère " Fu " soit synonyme de sincérité et de gentillesse, ce n’est pas juste un sentiment, mais quelque chose qui se cultive.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/a115339-Le-caractere-chinois-qui-apporte-des-benedictions.html

  • Croire ou ne pas croire - Conte traditionnel chinois

    Croire, prier, Chine, Bodhisattva, conte, traditionnel, foi, dragon, divinité

    Dans les anciens temps, le Bodhisattva Dizang vint dans le monde humain et découvrit que les gens de cette époque ne croyaient plus dans les divinités. Il décida alors qu’il devait trouver une personne qui croyait encore et la sauver.

    Afin de chercher une personne ayant encore la foi, Bodhisattva Dizang se transforma lui-même en un mendiant et alla de village en village, mendiant sa nourriture. Personne sur son chemin ne lui donnait à manger et il ne pouvait toujours pas trouver quelqu’un adorant Dieu. Arrivé à l’entrée d’un village, il vit une vieille grand-mère brûlant de l’encens devant une statue de Bouddha. Il s’avança alors et lui demanda de la nourriture. La grand-mère hésita et dit, « Il ne me reste que ce bol de riz. Vous pouvez en prendre la moitié et je ferais des offrandes au Bouddha avec l’autre moitié. » Voyant la sincérité de la grand-mère et son bon cœur, le Boddhisattva indiqua une paire de lions de pierre et avant de partir s’adressa à la grand-mère en ces mots, « S’il t’arrive de voir les yeux de cette paire de lions de pierre devenir rouges, cela indiquera le temps d’une grande inondation. Tu devras courir très vite jusqu’en haut de la colline et tu seras alors en sûreté. » Cette bonne grand-mère répandit la nouvelle dans toute le village, non seulement personne ne la crut mais ils se moquèrent d’elles et la grondèrent. Ils dirent qu’elle était folle et superstitieuse. Comment les yeux d’une paire de lions de pierre pouvaient ils devenir rouges ? sans se soucier des sarcasmes, la vieille grand-mère supplia les villageois de croire ce qu’elle leur disait.

    La grand-mère garda fermement ces mots dans son esprit et chaque jour regardait les yeux des lions de pierre. Un jour, plusieurs villageois malveillants eurent une idée : « Jouons un tour à la vieille femme. Nous allons peindre les yeux des lions de pierre avec de la teinture rouge. » La grand-mère vit que les yeux des lions de pierre étaient vraiment devenus rouges et elle cria inquiète aux villageois, « Dépêchez-vous et courrez. La crue arrive. » En voyant la grand-mère si hystériquement inquiète, les gens s’esclaffèrent et se moquèrent d’elle. Elle vit qu’il n’y avait pas d’alternative et elle courut seule en direction de la colline . Lorsqu’elle arriva au sommet, elle regarda en arrière pour découvrir que tout le village avait été submergé par la crue et de rire il n’y en avait plus nulle part.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200306/7650.html

  • La fête de la Lune, son origine dans la tradition chinoise

    fête, chinoise, lune, Chine, tradition, famille, unité, prière, ciel, terre, divinité, tang, calendrier lunaire chinois

    Le festival de la Lune, aussi appelé le festival de la mi-automne, est l’une des principales fêtes traditionnelles célébrées par le peuple chinois. Il se déroule toujours le 15e jour du 8e mois, chaque année selon le calendrier lunaire chinois. Cette année, il aura lieu le 19 septembre 2013.

    C’est au début de la dynastie des Tang que cette fête a été présentée pour la première fois comme un jour férié officiel. Elle a été ensuite largement célébrée sous la dynastie des Song. Au cours de la dynastie des Qing, elle est devenue tout aussi importante que le Nouvel An. Comme toute autre fête traditionnelle chinoise, les origines de la fête de la Lune proviennent d’une histoire transmise de génération en génération et elle est toujours liée à Chang’e, la Dame de la Lune.

    Selon une légende chinoise, il fut un temps où il y avait dix soleils suspendus dans le ciel. Ainsi, la terre cuisait devenant sèche, privant les gens d’eau et de vie. Un héros nommé Hou Yi abattit neuf des dix soleils avec son arc et ses flèches, sauvant ainsi les gens sur Terre. Il obtint de la Reine-mère d’Occident un élixir d’immortalité qui en ferait un immortel et lui permettrait de vivre dans les cieux. Il donna l’élixir à son épouse Chang’e pour qu’elle le garde. Un voisin apprit qu’elle détenait l’élixir d’immortalité et essaya de l’obliger à lui remettre. Dans un moment de désespoir, Chang’e avala la potion, devint immédiatement une déesse et s’envola sur la Lune. Quand Hou Yi revint, il vit que sa femme avait disparu. Comme il levait les yeux au ciel pour crier son nom, il remarqua que la Lune cette nuit-là était particulièrement lumineuse et pleine. Il aperçut sa femme. Il sortit les gâteaux ronds qu’appréciait Chang’e et se mit à prier pour la bénédiction du ciel. C’est depuis qu’est apparue la tradition qui consiste à glorifier le ciel en mangeant des gâteaux de Lune ce jour-là.

    Il existe de nombreux rituels pour célébrer la fête de la Lune, mais la plupart des traditions sont aujourd’hui passées dans l’oubli, sauf que les Chinois sont encore nombreux à acheter et manger des gâteaux de lune (gâteaux ronds fourrés, composés de graines, d’épices et de sucre).

    La première fois que j’ai vraiment vu en quoi consistait la fête de la Lune, c’était dans ma ville natale et j’avais environ sept ans. Ma grand-mère était une Chinoise attachée aux traditions qui portait des chemises boutonnées traditionnelles chinoises.

    Durant la nuit de la fête de la Lune, j’ai aperçu ma grand-mère se glissant tranquillement hors de notre chambre. J’étais curieux de voir ce qu’elle faisait, j’ai donc entrepris de la suivre. Ma grand-mère m’écarta rapidement en me disant d’aller jouer. Insatisfait, je me suis faufilé derrière elle et je l’ai suivie jusque dans la cour arrière de notre maison. J’ai vu qu’elle déposait des assiettes remplies de fruits et de gâteaux sur un plateau. Elle a procédé à l’allumage de l’encens et s’est agenouillée pour prier. Je l’ai regardée un moment, puis je l’ai rapidement quittée.

    Plus tard, j’allais apprendre que ma grand-mère priait le ciel et la terre. Le festival de la Lune n’était pas une simple adoration de la déesse de la Lune, mais il s’agissait aussi de montrer le fait qu’on aimait le Ciel et la Terre. En ce jour, les familles se rassemblent et célèbrent la fête dans l’unité.

    Des fruits et des gâteaux de Lune sont déposés pour le dieu de la Terre et la déesse de la Lune. Les familles doivent également partager des gâteaux de Lune. Traditionnellement, les gâteaux de Lune sont coupés en plusieurs morceaux, un bout pour chaque membre de la famille. Si l’un d’entre eux est absent, une part doit lui être réservée.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/9/17/n3508798.htm

  • La force vitale de la fleur de prunier et l’esprit du jade

    divinité, culture chinoise, vitalité, vie, santé, univers, bambou, éthique, jadeTransmise des divinités aux hommes, la culture chinoise est profonde et a une très longue histoire. Elle représente l’harmonie entre la nature et l’humanité. Elle met également l’accent sur l’harmonie entre le ciel et la terre, s’agissant de la compréhension de l’univers, de la vie et de la moralité. Par conséquent, le peuple chinois a adoré le ciel et prêté attention à la vertu tout au long de l’histoire. Ils accordent de l’importance aux normes éthiques et morales, comme on peut le voir dans divers aspects de la culture traditionnelle chinoise. Les gens utilisent souvent des métaphores telles que la fleur de lotus pour la pureté – «qui pousse immaculée hors de la boue» – le bambou pour l’intégrité, la fleur de prunier pour la dignité et le jade pour le caractère intérieur noble d’un gentilhomme. Les métaphores reflètent l’admiration des gens pour la grande vertu, ainsi que l’espoir d’un caractère humain parfait.


    Dans le froid glacial de l’hiver, la fleur de prunier, qui a été chantée à travers l’histoire, annonce l’arrivée du printemps. Elle est élégante, pure et charmante. Son parfum portant loin est plaisant, élevé et respecté. Sa persévérance et sa force vitale sous la pluie et la neige motivent également les gens à s’efforcer d’aller de l’avant. La fleur de prunier est la plus belle en hiver, ce qui donne aux gens l’espoir de la magnificence du printemps.

    Beaucoup de gens vertueux de statut élevé dans toute l’histoire chinoise ont eu des caractères semblables à la fleur de prunier. Par exemple, Tao Yuanming (365 ou 372- 427) a préservé sa dignité et n’a pas cédé à la renommée et aux intérêts personnels. Zhuge Liang (181-234) est resté lucide et avait de grandes aspirations. Liu Yuxi (772-842) avait le monde entier dans son esprit bien qu’il vécut dans un abri simple et rudimentaire. Lu You (1125-1210) fut dégradé plusieurs fois, mais resta toujours fidèle à la nation. En outre, durant toute sa vie, Lu You aima et fit l’éloge de la fleur de prunier, considérant qu’il avait le caractère de la fleur de prunier.

    Les attributs du jade en font un composant précieux de la culture traditionnelle chinoise. En partie concept moral et en partie étiquette, le jade représente les valeurs et l’esprit traditionnels chinois. La qualité du jade était utilisée comme une métaphore pour la vertu d’un gentilhomme. Dans le confucianisme, la signification du jade a été bien expliquée. Confucius a dit une fois: «Un gentilhomme prise la vertu tout comme le jade» et «Un gentilhomme porte toujours du jade sur lui». Le lien entre le jade et le gentilhomme était énoncé dans ce sens et était employé pour discipliner les érudits et les fonctionnaires. On dit que le jade a cinq caractéristiques. Le jade est lisse et glacé, ce qui représente la bienveillance. Le jade a des arêtes mais ne blessera pas les autres, ce qui représente la droiture. Lorsque le jade est en pendentif, il représente l’étiquette appropriée. Le jade est très solide et dense, ce qui représente la sagesse. Le jade est coloré et pourtant clair dedans comme dehors, ce qui représente l’honnêteté. Ainsi, le jade possède les caractéristiques de la bienveillance, de la droiture, de l’étiquette, de la sagesse et de l’honnêteté.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Arts-et-cultures/La-force-vitale-de-la-fleur-de-prunier-et-lesprit-du-jade.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu