Avertir le modérateur

dissidents chinois

  • Liberté ou prison: la «détention souple» en Chine

    Pour certains dissidents chinois, même s'ils ont purgé leur peine, la vie à l'extérieur peut être aussi restreinte. (NTD)
    Pour certains dissidents chinois, même s'ils ont purgé leur peine, la vie à l'extérieur peut être aussi restreinte. (NTD)

    Vous pensez peut-être que sortir de prison signifie que vous êtes libre. Pour certains dissidents chinois, même s'ils ont purgé leur peine, la vie à l'extérieur peut être aussi restreinte que s’ils étaient derrière les barreaux.

    «Souvent, ce qu'on appelle « détention souple» ou «résidence surveillée» n'est pas, la plupart du temps, imposée par un juge», a expliqué Sarah Cook analyste en Asie pour Freedom House, organisation non gouvernementale qui étudie l’état de la démocratie dans le monde.

    Le militant contre le sida, Hu Jia, a été libéré de prison le 26 Juin 2011. Il a purgé une peine de trois ans et demi pour «incitation à la subversion». Pourtant, aujourd'hui la police surveille son domicile et il est restreint dans ses mouvements.

    La condamnation de M. Hu  inclut une interdiction de parler aux médias ou d’assister à des rassemblements publics pendant 12 mois après sa libération, mais les autorités sont allées plus loin et imposent une véritable résidence surveillée.

    Sarah Cook a précisé: «Ce n'est pas comme une certaine procédure, en vertu du droit chinois basé sur tel ou tel article, qu’une personne est soumise à résidence surveillée pour une période indéfinie. C'est le type de détention arbitraire et indéterminée qui peut s’appliquer ou non». Cette assignation à résidence va parfois plus loin et se transforme en violence.

    Le militant aveugle, Chen Guangcheng, est devenu un héros local, dans la province du Shandong. Il avait défendu les victimes d'avortements forcés, suite à la politique chinoise de l’enfant unique. Pourtant Chen a été mis en prison à la suite de ce que beaucoup considèrent comme de fausses accusations. Depuis la libération de Chen, en septembre 2010, il est maintenu en résidence surveillée.

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Liberte-ou-prison-la-detention-souple-en-Chine.html

  • Comment Twitter change la société chinoise

    twitter.jpg

    Qui aurait pu prédire qu’un système de messagerie textes de 140 caractères -généralement utilisés aux Etats-Unis pour raconter les aléas de son quotidien- deviendrait un symbole d’espoir pour les militants des droits civiques sous un régime quasi-dictatorial ?

    Twitter, le système de messagerie en question est un service Internet permettant  à ses utilisateurs d’envoyer de courts messages textes et de les partager avec de milliers d’abonnés. Ce système devient en Chine un puissant outil  qui aide les dissidents à rester connectés et à se mobiliser. Les utilisateurs de Twitter peuvent suivre les mises à jour (ou «tweets») des personnes qu’ils suivent et sont tout de suite au courant lorsque ces dernières sont harcelées par la  police chinoise et peuvent ainsi leur porter secours immédiatement si le tweet appelle à l’aide.

    C’est justement ce qui s’est passé dans la nuit du 23 Décembre dernier lorsque Teng Biao,  avocat des droits civiques et professeur d’université à Beijing et son ami Zhang Yongpan ont rendu visite à la mère d’un ami Fan Yafeng. Arrivés au domicile de la maison, les deux amis sont tombés sur la police qui leur a réclamé leur papier d’identité.

    Teng, l’avocat leur a rétorqué que les policiers n’avaient pas le droit d’exiger leur papier d’identité. Furieux, ces derniers ce sont saisis des deux amis et les ont conduit au poste où ils ont été battus et maltraités.

    Alors que les choses tournaient mal à la suite de l’arrestation, Teng a utilisé son téléphone portable pour envoyer des tweets aux quelques 20 000 abonnés qui le suivent (qui ont relayé à leur tour les tweets  à leurs propres abonnés) pour les informer qu’il était en danger. Les bloggeurs qui ont eu vite fait de trouver l’adresse du poste de police incriminé et l’ont publié ainsi que les coordonnés du contact et du chef de police.

    En peu de temps, le poste de police a été assiégé  par des militants et des avocats, et avant minuit Teng et son ami étaient libres.

    Dans la nuit du 18 Décembre, un groupe d’avocats des droits de l’homme de Beijing dont Zhang Kai, Li Heping, Wang Quanzhang et d’autres se rendaient au Centre de Recherche de la Montagne Sainte (Shengshan) voir le Dr Fan Yafeng qui venait d’être libéré après une arrestation illégale. Ils ont été arrêtés à leur tour et conduit au poste de police. De la même manière, les avocats ont envoyé des tweets et ils ont été libérés grâce à l’aide des avocats de Beijing, des bloggeurs et des journalistes qui se sont rendus au poste de police réclamer leur libération.

    L’adoption d’outils comme Twitter aide à promouvoir une véritable société civile en Chine, malgré tous les efforts des autorités pour la contrecarrer.

    Tout du moins c’est ce que pense l’avocat des droits de l’homme de Beijing Jiang Tianyong : «Il y a un éveil des consciences civiques à grande échelle, et de nombreux groupes se sont formés, tel que les avocats des droits humains, les médias privés ainsi que des journalistes citoyens» explique t-il. «Grâce à Twitter ils restent en contact pour diffuser leur messages et organiser des activités». Certains utilisateurs de Twitter avaient peur au début, concède Jiang, mais ils ont pris confiance par la suite en voyant les autres réussir. «C’est la preuve qu’un petit groupe de gens qui ose entreprendre des actions peut grandement motiver et devenir une source d’inspiration pour beaucoup d’autres».

    Lorsque les militants, utilisateurs de Twitter se retrouvent face à la police, à la police secrète ou à d’autres groupes de fonctionnaires corrompus de la bureaucratie chinoise, ils ont le sentiment que ce sont les autorités qui ont peur. Il l’explique ainsi : «Les menaces des autorités n’ont généralement aucune base juridique, et une fois que les menaces s’avèrent inefficaces, les autorités n’ont plus aucun moyen de pression sur les utilisateurs de Twitter».

    Zhang Jianping, directeur exécutif du Mouvement de Droits confie que les gens qui voient ou assistent à un incident peuvent le diffuser et faire de la défense du droit une affaire publique.

    Il pense que dans la mesure où les protestations et les poursuites s’avèrent de plus en plus inefficaces, plus de chinois utiliseront Twitter, plus il y aura de personnes pour suivre ou être témoin d’un événement, plus grand sera son impact.

    Cette possibilité unique qu’offre twitter de créer des groupes de participation demeure pour l’instant une mouvance timide, mais Jiang croit que son impact va grandir dans les années qui viennent. «Twitter est en train de changer la société chinoise. Avec un simple téléphone, les gens peuvent envoyer des tweets ou des photos en direct du lieu de l’événement, et réduire à néant le blocus de l’information imposé par le gouvernement»

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Comment-Twitter-change-la-societe-chinoise.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu