Avertir le modérateur

dictateur nord-coréen kim jong-il

  • Ce que la presse chinoise ne dira pas

    Le pavillon chinois de l’Exposition Universelle, symbole voulu d’une Chine dominatrice. (PHILIPPE LOPEZ/AFP/Getty Images)
    Le pavillon chinois de l’Exposition Universelle, symbole voulu d’une Chine dominatrice. (PHILIPPE LOPEZ/AFP/Getty Images)

    Le Département de la propagande a célébré à sa manière le 3 mai, la Journée internationale de la liberté de la presse, en imposant aux médias chinois des restrictions sur la couverture de la série d’attaques d’écoles, de l’Expo Shanghai, des risques de bulle immobilière, de la visite de Kim Jong-il en Chine et de la situation politique à Taiwan. Reporters sans frontières a obtenu des retranscriptions des directives adressées récemment aux responsables de médias chinois.

    «Il est strictement interdit de rapporter les affaires d’attaques dans les écoles ou de publier des commentaires. Les articles concernant les affaires du Jiangsu et de Leizhou déjà publiés doivent être supprimés d’Internet. Enfin, les reporters du Nanfang Dushi Bao et du Nanfang Zhoumo qui sont allés à Taizhou pour couvrir une attaque doivent quitter les lieux immédiatement», a ordonné le Département de la propagande aux responsables des médias suite à une série d’attaques dans des écoles chinoises. Les autorités locales ont été critiquées pour avoir empêché la presse de rendre compte des événements, notamment de la colère des familles.

    «A propos des activités des autorités centrales lors de l’Expo Shanghai, tous les médias doivent utiliser les rapports de l’agence centrale Xinhua ou des autres organes de presse centraux. Les autres médias ne doivent pas publier leurs propres reportages et ne doivent pas poser de questions aux dirigeants nationaux durant leurs déplacements à Shanghai», a prévenu le département de la Propagande, à la veille de l’inauguration de l’Expo universelle 2010. L’organe de censure précise: «A propos de la cérémonie d’ouverture, vous devez respecter les règles déjà établies. Il est interdit d’émettre des doutes et si un quelconque incident intervient soudainement, il est interdit de l’annoncer sans autorisation ou de publier de commentaire.»

    «Il est interdit de relayer les critiques des médias occidentaux, notamment sur l’inflation qui affecte le marché immobilier. Pour traiter de ce sujet, vous ne pouvez utiliser que les rapports contenant les explications des officiels», a indiqué le Département de la propagande à propos des risques de bulle immobilière annoncés dans des médias étrangers.

    Alors que le dictateur nord-coréen Kim Jong-il vient d’entamer une visite en Chine, la presse en chinois n’a publié aucun article détaillé sur sa présence dans le pays. En revanche, des médias chinois en anglais ont diffusé cette information.

    Par ailleurs, le Département de la propagande a récemment demandé aux médias de ne pas couvrir les récentes déclarations de responsables de l’opposition taïwanaise à propos des relations entre la Chine et Taïwan.

    Ces nouvelles directives font suite à une série de restrictions sur la couverture du tremblement de terre du Qinghai: http://fr.rsf.org/chine-censure-exp...

    Le Département de la propagande, bastion conservateur fidèle au président Hu Jintao, prédateur de la liberté de la presse, a également lancé une nouvelle attaque contre les «forces hostiles» qui utilisent Internet pour déstabiliser la Chine. Wang Chen, numéro 2 du Département, a appelé les députés chinois à adopter une Loi d’administration d’Internet pour bloquer les informations dangereuses et empêcher l’«infiltration d’Internet par des forces hostiles».

    Reporters sans frontières déplore la série de sanctions prises contre des journalistes ou des titres de la presse économique chinoise pour leurs articles sur des entreprises. En l’espace de quelques jours, un magazine a été suspendu pendant un mois et le responsable de la rédaction d’un journal économique a été écarté de son poste.

    Début mai, le magazine Business Watch a été suspendu pendant un mois suite à une enquête datée de mars sur l’entreprise d’électricité d’Etat Grid Corp. Les autorités n’auraient pas apprécié que le journaliste utilise des documents internes. Il y a quelques années, Business Watch, basé à Xiamen, avait été suspendu pendant deux mois après un article sur le maire de Tianjin.

    Bao Yueyang, rédacteur en chef du journal China Economic Times, vient d’être écarté de son poste pour être transféré à une autre fonction au sein de la Development Publishing Company. Cette sanction ferait suite à une enquête sur le scandale de vaccins contaminés dans la province du Shanxi. Cette affaire fait grand bruit depuis mars dans la presse chinoise. Le gouvernement avait restreint la publication d’informations sur ce scandale sur les sites chinois, et les médias traditionnels avaient été priés de se limiter aux dépêches de l’agence officielle Xinhua.

    Déjà, en mars 2010, Zhang Hong, rédacteur en chef adjoint du journal Economic Observer, avait été démis de ses fonctions pour avoir participé à la rédaction d’un éditorial sur la nécessité de réformer la loi sur le passeport intérieur (hukou).

    Par ailleurs, une dizaine de journalistes étrangers et de Hong Kong ont été détenus par la police chinoise au cours des dernières semaines. Lors de la visite de Kim Jong-il en Chine, au moins trois journalistes japonais et plusieurs reporters sud-coréens ont été interpellés à Dalian et à Tianjin. Plus récemment, quatre journalistes de Hong Kong ont été empêchés de travailler et conduits au commissariat par des officiels chinois dans la province du Sichuan. Ils enquêtaient sur une affaire de corruption liée au tremblement de terre de 2008.

    Tiré de:http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Ce-que-la-presse-chinoise-ne-dira-pas.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu