Avertir le modérateur

crime contre l'humanité en chine

  • Une chronologie de la persécution

    La persécution du Falun Gong depuis 1999 connaît censure et propagande de la part du parti communiste chinois même au delà des frontières de la Chine. Les médias internationaux et les gouvernements n'osent pas en parler.  Pourtant cette persécution semble être d'une cruauté et d'une injustice jamais rencontrées auparavant. Elle représente un moment historique clé de la Chine qu'il est important de connaître pour comprendre la complexité de la Chine. Laurent Gey

     

    Nous croyons que lorsque la vérité sur la persécution de Falun Gong en Chine sera totalement révélée, la persécution prendra fin, car le monde ne pourra simplement pas le tolérer. Que les dirigeants communistes en Chine se soient donnés tant de mal pour dissimuler leurs actions depuis 1999 indique qu’ils le pensent aussi.

    À cette fin, l'article qui suit s'intègre dans une série spéciale visant à révéler plus complètement la persécution de Falun Gong en Chine sous tous ses aspects et en faire la chronique. Nous invitons nos lecteurs à prêter attention ce mois-ci, au quotidien, à d'autres articles documentant les crimes contre l'humanité commis par le Parti communiste chinois au cours des onze dernières années de la persécution de Falun Gong.

    **************

    1996
    À mesure que Falun Gong devient plus populaire, les premiers signes de répression par l'état apparaissent. Peu de temps après avoir été nommés best-sellers, les livres de Falun Gong sont interdits de toute publication. Le premier article de critique du Falun Gong parle principal média géré par l'État apparaît dans le Guangming Daily le 17 juin. M. Li part aux États-Unis


    1997
    Le Bureau de sécurité publique mène une enquête afin de déterminer si Falun Gong doit être considérée comme une «secte diabolique», mais l'enquête conclut : "aucune preuve trouvée à ce jour." (http://faluninfo.net/article/518/?cid=4)


    1998-1999
    La police perturbe les pratiques d'exercices matinales du Falun Gong dans les parcs et fouille le domicile d’adhérents de Falun Gong qui aident à organiser des activités de groupe.

    Les attaques contre Falun Gong continuent dans les médias d'Etat. Falun Gong répond aux critiques en rendant visite et parfois en pétitionnant devant les locaux du journal local ou de la télévision afin d'expliquer ce qu'est le Falun Gong et laver sa réputation. De tels événements ont lieu à Pékin, Tianjin, Guangzhou et d'autres grandes villes.

    Les médias chinois et les enquêtes gouvernementales indiquent qu'au moins 70 millions de personnes en Chine pratiquent le Falun Gong.(http://faluninfo.net/article/517/?cid=4


    Avril 1999
    He Zuoxiu, un éminent marxiste-athée, dénigre le Falun Gong et le qigong en général dans un magazine universitaire de Tianjin. Les pratiquants de Falun Gong locaux se rassemblent à Tianjin, et demandent au magazine de réparer les dommages causés à leur réputation.

    Bien que le rassemblement soit pacifique, les 23 et 24 avril, la police anti-émeute est envoyée, et 45 pratiquants sont arrêtés et certains battus. Lorsque les pratiquants demandent aux autorités de Tianjin de libérer ceux qui ont été arrêtés, on leur dit que les ordres sont venus de Pékin et que s'ils veulent faire une requête ils doivent se rendre à la capitale.


    25 avril 1999
    Le lendemain, le 25 avril 1999, plus de 10 000 adhérents du Falun Gong de Pékin, des alentours de Tianjin et d'autres villes de la région se rassemblent à l'extérieur du bureau des appels du conseil d'état à Pékin.

    Le bureau est situé juste à côté de Zhongnanhai, le complexe résidentiel des dirigeants du Parti communiste. Malgré l'accusation ultérieure par le Parti que le Falun Gong avait "assiégé" Zhongnanhai, le rassemblement était en fait remarquablement pacifique et ordonné, avec des pratiquants veillant à laisser libres les entrées et les sorties, et les trottoirs - comme l’ont également rapporté les médias étrangers.

    Les adhérents demandent que ceux qui ont été arrêtés à Tianjin soient libérés, que l'interdiction de publication des livres du Falun Gong soit levée et qu'ils puissent recommencer à pratiquer sans l'interférence du gouvernement.

    Puis, le Premier Ministre Zhu Rongji rencontre les représentants du Falun Gong dans son bureau. A la fin de la journée, ceux ayant été arrêtés à Tianjin sont libérés et le rassemblement se disperse calmement.
    Toutefois quelques heures plus tard, le dirigeant communiste d’alors, Jiang Zemin, s’oppose à la position apaisante de Zhu, et déclare que s’il ne peut pas venir à bout du Falun Gong, le Parti deviendra la « risée » de tous. ( http://faluninfo.net/article/518/?cid=4)


    10 juin, 1999
    Jiang Zemin créé le bureau 610, une agence de sécurité secrète ayant mandat de spécialement éradiquer le Falun Gong. Jiang lui accorde un pouvoir absolu sur chaque niveau de la police, du gouvernement et sur le système judiciaire et plus tard le bureau 610 devient le principal outil servant à arrêter, torturer et assassiner Falun Gong ( http://faluninfo.net/topic/17/)


    Juillet 1999
    Depuis le rassemblement du 25 avril jusqu'à la mi juillet, les pratiquants dans toute la Chine rapportent être suivis et interrogés par des policiers en civil, tandis que le Parti compile des listes de pratiquants et fait ses derniers préparatifs pour l'interdiction qui va suivre.

    Le 20 juillet 1999, la police commence à arrêter des adhérents qu’ils considèrent comme des organisateurs clés. Le 22 juillet 1999, un bombardement médiatique commence. Les ondes, les écrans de télévision et les colonnes des journaux se remplissent d’attaques du Falun Gong. Des camionnettes équipées de haut-parleurs sillonnent les rues et les campus, avertissant les gens que pratiquer Falun Gong est désormais illégal. Parmi les stipulations de l’interdiction, protester de l’interdiction est également interdit. (report)


    Octobre 1999
    Des adhérents de Falun Gong tiennent une conférence de presse secrète pour les médias étrangers à Pékin visant à dénoncer la persécution à laquelle ils font face. A la fin de la conférence, les participants sont arrêtés. Mme Dong Yan, l'une des adhérentes à avoir pris la parole à la conférence de presse a été plus tard torturée à mort en détention.

    Jiang fait voter une loi qui rétroactivement justifie l'interdiction du Falun Gong. (Rapport de Human Rights Watch report)


    Hiver 1999-2000
    Alors que les séries d’arrestation continuent et que les premiers rapports de décès suite à la torture en garde vue voient le jour, les Falun Gong à travers la chine se rendent à Pékin pour faire appel à leur gouvernement et demander l'aide de la communauté internationale en faisant la méditation ou en déployant des banderoles sur la place Tienanmen. Les banderoles énoncent souvent simplement "Falun Dafa hao (Falun Dafa est bon).

    Les médias internationaux saisissent à répétitions des images de la police assaillant des gens en méditation sur la place et les frappant à terre avant de les emmener (report)


    Janvier 2001
    Les médias gérés par l'état affirment que les pratiquants de Falun Gong se sont immolés sur la place Tienanmen pour protester. La soi disant auto-immolation devient la pièce maîtresse de la propagande contre le Falun Gong et est utilisé pour donner du crédit à une campagne devenue de plus en plus impopulaire.

    Bien que la plupart des médias étrangers se contentent de faire un copier coller des rapports du porte parole du Parti l'agence Xinhua et de la Télévision Centrale de Chine, l'incident de l'auto immolation apparait de plus en plus suspect, notamment parce que les enseignements du Falun Gong considèrent le suicide comme un péché. Les enquêtes menées par le Washington Post et d'autres, notamment l'analyse au ralenti de la propre vidéo du Parti, font un trou après l’autre dans la version de l'histoire du Parti et soulève des questions alarmantes. ((http://faluninfo.net/tiananmen/immolation.asp) ).


    Le 20 novembre 2001
    Un groupe de 35 pratiquants de Falun Gong de 12 pays différents se rassemble la place Tienanmen pour méditer sous une banderole avec les mots: "Authenticité, Compassion, Tolérance". –les principes du Falun Gong. Ils ont arrêtés et battus dans les minutes qui suivent. Des manifestations similaires par des pratiquants du Falun Gong étrangers se poursuivent les années suivantes. (report1 / report2)


    Le 5 mars 2002
    Les pratiquants de Falun Gong du nord-est de Changchun interceptent le réseau télévisé officiel chinois. Ils diffusent une vidéo de 45 minutes qui n'aurait aucune chance d'être vue autrement en Chine, montrant notamment comment Falun Gong est librement pratiqué à l'extérieur de la Chine et pourtant persécuté sur le continent chinois.(news)

    De rage, Jiang Zemin donne l'ordre à la police de "tirer pour tuer" sur les pratiquants de Falun Gong attrapés entrain d’afficher des matériaux d'information.

    Pendant plus de trois jours, la ville de Changchun se transforme en scène de chaos, 5 000 personnes étant arrêtés, le nombre de décès pendant cette période reste toujours inconnu (news).. Parmi ceux qui participent à la diffusion, plusieurs sont par la suite torturés en garde à vue, y compris M. Liu Chengjun, objet d'une action urgente d'Amnesty International (news). Des interceptions similaires des signaux de radiodiffusion continuent de façon sporadique dans toute la Chine les années suivantes.


    Novembre 2002
    Hu Jintao commence officiellement à remplacer Jiang, bien que Jiang et ses partisans profondément attachés à la persécution du Falun Gong - principalement Luo Gan, Zhou Yongkang, Jing Liu, Li Lanqing, et Zeng Qinghong – continuent à pousser la campagne.


    Juillet 2004
    Le nombre de cas documentés de pratiquants du Falun Gong décédés suite à la persécution la plupart suite à la torture en garde à vue, atteint les 1 000. Des estimations évaluent le nombre actuel de morts à 10 000.


    Novembre 2004
    Les "Neuf commentaires sur le Parti communiste" une série d'éditoriaux sur le Parti publié outremer par The Epoch Time (www.ninecommentaries.com), commencent à circuler clandestinement à travers la Chine. Les touristes ramènent des copies de Hong Kong, d'autres les téléchargent d’Internet ou les reçoivent dans des mails.

    Les Neuf commentaires incluent un chapitre sur la persécution du Falun Gong, et déclenchent une vague de dénonciations et de retraits du Pari et de ses organisations affiliées à travers toute la Chine et la diaspora chinoise


    Décembre 2004
    L'éminent avocat des droits de l'homme Gao Zhisheng de Pékin écrit au Congrès national du peuple à propos de la persécution du Falun Gong. Les mois qui suivent le cabinet de Gao est fermé, il est radié du barreau, traqué, placé en résidence surveillée et finalement détenu- en grande partie pour sa position ouverte sur la question sensible du Falun Gong et parce qu'il a démissionné du PCC. Le procureur Guo Guoting (report ) s'était déjà prononcé contre la persécution et avait été radié ()


    Juin 2005
    Le nombre de cas documentés de pratiquants du Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 2 500. (news).

    L'ancien diplomate chinois Chen Yonglin et l'ancien policier du bureau 610 Hao Fengjun désertent pour l’Australie en faisant sortir clandestinement des documents. Chen affirme qu'il y a 1000 espions chinois actifs, rien qu'en Australie. Hao dit qu'il a quitté la Chine après avoir assisté à la torture d'une adhérente du Falun Gong (report ).


    Mars 2006
    Une femme ayant travaillé dans un hôpital chinois et un journaliste chinois révèlent que les pratiquants du Falun Gong dans le nord-est de Sujiatun sont tués par milliers pour leurs organes. Alors que les éléments d’enquêtes s’accumulent dans les semaines qui suivent un médecin militaire chinois se présente et révèle que les atrocités ont lieu dans tout le pays (pour en savoir plus Organ Harvesting).).


    Juillet 2006
    L'ancien secrétaire d'Etat canadien David Kilgour et l'avocat international des droits de l'homme David Mathas publient un rapport avec des preuves, montrant que le prélèvement d'organes de pratiquants du Falun Gong en Chine semble plus répandu qu’on imaginait jusque là. ( http://organharvestinvestigation.net/)


    Mars 2007
    Le nombre de cas documentés de pratiquants de Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 3 000 (news)Selon les estimations, le nombre de décès réel serait beaucoup plus élevé.


    Mai 2008
    Le nombre de cas documentés de pratiquants de Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 3 000 (Voir news)Selon des estimations, le nombre de décès réel serait beaucoup plus élevé.

     

    Article original : http://faluninfo.net/print/225/

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu