Avertir le modérateur

corée du nord et communauté internationale

  • La communauté internationale s'interroge sur les moyens de punir la Corée du Nord

    Avec le lancement d'une fusée dimanche, la Corée du Nord nargue une communauté internationale qui se demande comment faire pression sur le régime communiste. Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunissait en urgence dimanche soir, mais les options apparaissent limitées.

    La Russie et la Chine, membres permanents du Conseil, risquent de s'opposer à de nouvelles sanctions. Et comme le régime nord-coréen et d'autres Etats considérés comme renégats l'ont constaté ces dernières années, il y a toujours un moyen de les contourner. Selon un récent rapport international, celles qui ont été imposées à Pyongyang en 2006 suite à un essai nucléaire ont eu peu d'effet.

    Une action militaire n'apparaîtrait guère sage contre un pays imprévisible qui a menacé d'avoir recours à des armes nucléaires. La Chine, qui est son voisin et son plus proche allié, souhaite que la Corée du Nord continue à jouer un rôle de tampon avec la Corée du Sud démocratique et a appelé au calme pour éviter d'aggraver les tensions.

    Pyongyang a assuré qu'il mettait un satellite en orbite. Mais les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon pensent que le régime communiste testait en fait une technologie de missiles à longue portée, ce qui violerait une résolution du Conseil de sécurité interdisant à Pyongyang toute activité balistique.

    Le Japon a immédiatement demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, alors qu'on évoquait de nouvelles sanctions. Face à cette "provocation" de Pyongyang, "il n'y a qu'une seule réponse c'est l'union de la communauté internationale pour sanctionner un régime qui ne respecte aucune des règles internationales", a notamment déclaré le président français Nicolas Sarkozy, plaidant pour des "sanctions renforcées".

    Mais la Chine dispose d'un droit de veto au Conseil et a empêché l'application de sanctions dans le passé. Même si la Russie, autre membre permanent, semble se rapprocher des Etats-Unis sur ce sujet en signe de bonne volonté, Moscou devrait préconiser des sanctions légères. La Russie n'a pas beaucoup de prise sur son ancien allié, mais elle a toujours hésité à critiquer la Corée du Nord, craignant de perdre le peu d'influence qu'elle a sur elle.

    La Chine ne devrait pas soutenir des sanctions plus dures, parce qu'elle ne croit pas que cela ait beaucoup d'effet sur Pyongyang, selon Shi Yinhong, professeur de relations internationales à l'Université du peuple à Pékin.

    De plus, Pékin pourrait être encore plus réticent à appliquer des sanctions parce qu'il ne souhaite pas empoisonner l'atmosphère des commémorations du 60e anniversaire de la création de liens diplomatiques entre les voisins communistes, a précisé Shi Yinhong.

    "L'attitude de la Chine est très prudente. Elle a appris d'expériences passées que les mesures dures ne marchent pas", a-t-il poursuivi. La Chine craint que de telles mesures n'entraînent une détérioration de ses relations avec Pyongyang. "Mon opinion personnelle, c'est que la Chine pourrait bien bloquer toute punition visant la Corée du Nord", a-t-il conclu.

    Tiré de NouvelObs.com

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu