Avertir le modérateur

corée du nord

  • Le fils aîné de Kim Jong Il prédit la chute du régime en Corée du Nord

    fils aîné de Kim Jong Il, Corée du nord, régime nord coréen, dictateur, Kim Jong-Nam, communiste, réformes économiquesDans son livre sorti le 20 janvier au Japon, Kim Jong-Nam, le fils aîné du défunt dictateur de la Corée du Nord Kim Jong II, déclare que le régime de Corée du Nord va bientôt s'effondrer sous le règne de son demi-frère, le chef suprême Kim Jong-Un.

    D’après le journal The Guardian, Kim Jong-Nam a donné des interviews à un écrivain basé à Tokyo, Yoji Gomi, disant: «Le régime de Kim Jong-Un ne va pas durer longtemps», suggérant une lutte de pouvoir sous-jacente. Son interview figure dans son nouvel ouvrage Mon père Kim-Jong-II et moi sorti récemment au Japon.

    «Sans réforme, la Corée du Nord va s'effondrer, et si de tels changements ont lieu, le régime va s'effondrer aussi», a t-il dit.

    Concernant ce pays communiste isolé, «je pense que nous verrons qu’un temps précieux a été perdu parce que le régime est resté inactif à se demander s’il devait plutôt entamer des réformes ou rester fidèle à la structure politique actuelle», a ajouté Jong-Nam.

    Jong-Nam, qui vit actuellement en Chine, est tombé en disgrâce auprès de son père depuis plus d'une décennie quand il a été arrêté au Japon avec un faux passeport dominicain alors qu'il tentait de visiter Disneyland.

    L’écrivain Gomi, dans une interview à CNN, a déclaré que Jong-Nam n’était pas tombé en disgrâce à cause de l'incident de Disneyland, mais parce qu'il avait critiqué la «politique de Songun» de son père, une doctrine donnant à l’armée tous les pouvoirs pour régler aussi bien les problèmes inté-rieurs que les conflits extérieurs du pays.

    «Il veut (Kim Jong-Nam) que la Corée du Nord adopte des réformes économiques et ouvre ses portes», ajoute Gomi.

    Tiré de:  http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Le-fils-aine-de-Kim-Jong-Il-predit-la-chute-du-regime-en-Coree-du-Nord.html

  • Manifestations dans les rues de Corée du Nord

    manifestation coree du nord.jpgSEOUL - Inspirées par les informations venues d'Égypte, plusieurs manifestations ont enflammé la Corée du Nord. Le dirigeant du régime au pouvoir, Kim Jong-il, a alerté les forces anti-émeutes et il semblerait que le ministère chinois de la sécurité publique ait conseillé Pyongyang sur la façon de réagir à de possibles soulèvements de masse.

    Deux jours après la démission de Mubarak, Meng Jianzhu, le ministre chinois de la Sécurité publique, s'est rendu à Pyongyang et s'est exprimé sur les différentes manières de prévenir des manifestations anti-régime en Corée du Nord, selon un article du quotidien coréen Joongan daté du 22 février.

    Meng a par exemple offert son soutien aux responsables nord-coréens sur la mise sur écoute des téléphones portables. Peu après, la Corée du Nord a renforcé le contrôle sur l'utilisation des portables et annulé les services de location de portables pour les visiteurs étrangers.

    Malgré les efforts conjoints des dirigeants des régimes chinois et nord-coréen pour censurer et contrôler de près le flux des informations, les Coréens ont eu vent des manifestations antigouvernementales en Égypte grâce aux diffusions de certaines chaînes chinoises et par le réseau des réfugiés nord-coréens. La chute de Moubarak est un sujet sensible en Corée du Nord, selon un article du Chosun Libo du 23 février.

    Faim et répression

    De nombreuses manifestations de petite envergure ont eu lieu en Corée du Nord vers le 16 février, jour de l’anniversaire de Kim Jong-il. La nuit du 14 février, les habitants des cantons de Jongiu, Yongchon et Sonchon dans la province du Pyongan sont descendus dans les rues. Ils criaient: «Donnez-nous du riz ! Donnez-nous de l'électricité!» L'électricité avait été coupée et redirigée vers Pyongyang pour la célébration de l'anniversaire de Kim Jong-il, explique un journaliste du Chosun Libo.

    Le 18 février, des centaines de personnes...

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Manifestations-dans-les-rues-de-Coree-du-Nord.html

  • Malgré les menaces de la Corée du Nord, démonstration de force US en mer du Japon

    kor-art-9211b.jpgL’armée américaine a débuté aujourd’hui une série de manœuvres militaires de grande ampleur au large de la péninsule coréenne, en collaboration avec la Corée du Sud. Washington entend répondre aux menaces proférées par le régime communiste. La Corée du Nord, a menacé hier de riposter à ces manœuvres par une "puissante dissuasion nucléaire" .

    L’exercice a pour nom de code "Esprit invincible", il mobilise 8.000 militaires américains et sud-coréens, 20 sous-marins et navires, 200 avions et même l’USS George Washington. L’objectif des impressionnantes manœuvres américano-sud-coréennes qui ont débuté hier au large de la péninsule coréenne est de répondre aux provocations de Pyongyang. Malgré les sanctions internationales, le régime totalitaire continue à harceler de son voisin du Sud.

    La Corée du Nord a réagi à ces exercices en menaçant d’une " puissante dissuasion nucléaire ", une escalade de tensions qui pourrait mener à une " guerre sacrée de représailles".

    "Nous ne sommes pas intéressés par une guerre des mots", a déclaré de son côté le porte-parole du département d’Etat américain Philip Crowley. "Ce que nous souhaitons de la part de la Corée du Nord, c’est moins de langage provocateur et plus d’actes constructifs".

    En mai, la Corée du Nord avait affirmé que ses scientifiques étaient parvenus à la fusion nucléaire, une technologie utilisée pour fabriquer des engins thermonucléaires (bombe H).

    Les relations entre les deux Corées n’ont cessé de se détériorer depuis le 26 mars dernier, quand une corvette sud-coréenne a été coulée par une torpille nord-coréenne, faisant 46 morts. La pire attaque militaire commise par le régime de Kim-Jong-Il depuis la Guerre de Corée, au début des années 50.

    Tiré de: http://www.france-info.com/monde-asie-2010-07-25-malgre-les-menaces-de-la-coree-du-nord-demonstration-de-force-us-en-469673-14-17.html

  • Pékin et Pyongyang se rapprochent sur le dossier nucléaire

     

    Le Premier ministre chinois à quitté ce, mardi 6 octobre au matin, la Corée du Nord à l'issue d'une visite de 3 jours. Un déplacement  destiné à relancer le processus de  dénucléarisation de la Corée du Nord, après 6 moins d'interruption des négociations. Les autorités de Pyongyang ont donné leur accord, mais cette visite a surtout été l'occasion de resserrer les liens entre la Chine et la Corée du Nord, après les tensions provoquées par le nouvel essai nucléaire nord-coréen.

     

    Wen_Jiabao_Kim_Il_Jong_Jang_Jiechi432.jpg

    Le leader nord-coréen Kim Jong-Il (C), encadré du Premier ministre chinois Wen Jiabao (G) et du ministre des Affaires étrangères Jang Jiechi (D), à Pyongyang, le 5 octobre 2009.

    ( Photo : AFP )

     

    Wen Jiabao a quitté Pyongyang mardi 6 octobre, avec l'assurance que  la Corée du Nord allait revenir à la table des négociations. Au cours de ces entretiens, le numéro un nord-coréen a déclaré au Premier ministre chinois  qu'il était «prêt à participer aux négociations multilatérales».  « L'engagement en faveur d'une dénucléarisation de la péninsule coréenne n'a pas changé »,  aurait également déclaré un autre responsable nord-coréen, cité par l'agence de presse Chine Nouvelle.

    Rien n'a filtré sur les conditions de la reprise du dialogue

    Des déclarations très prévisibles, le Premier ministre chinois n'aurait pas pris le risque d'une telle visite sans l'assurance d'un engagement de Pyongyang. Mais au-delà de ces déclarations de principe, rien n'a filtré sur le calendrier ou sur les conditions de la reprise du dialogue. On sait que la Corée du Nord cherche à avoir des entretiens directs avec les Etats-Unis.

    Cette visite aura surtout été l'occasion pour la Chine et la Corée du Nord de réaffirmer leur amitié. Le président Kim Jong-il et son invité, ont assisté à un  gigantesque spectacle réunissant près de 100 000 participants, à l'occasion de la célébration du soixantième anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays.

     

    Tiré de Radio France Internationale : http://www.rfi.fr/actufr/articles/118/article_85346.asp 

  • Quoi de neuf l'Asie?

    USA-CHINE : Washington accueillait ces derniers jours des milliers de pratiquants de Falun Gong, des ongs, des personnalités politiques rassemblés pour dénoncer les 10 ans de la persécution de cette pratique de Qi-Gong. Une intervenante de marque : Geng He l'épouse de l'avocat Gao Zisheng, dont on est sans nouvelles depuis plusieurs mois. Elle a déclaré que cette persécution était au delà de toute imagination et avait très fortement choqué son mari qui avait décidé de défendre devant la justice les pratiquants. Gao avait vu dans le Falun Gong, qui a montré tout au long de ces 10 ans une résistance pacifique, un espoir pour la nation chinoise et un allié pour dissoudre le parti communiste source de tant de souffrances et de désastre a t'elle expliqué.


    COREE DU NORD : La Corée du Nord a annoncé qu’elle mettait définitivement fin aux pourparlers sur le nucléaire, a titré à la Une le quotidien sud-coréen JoongAng Daily. Cette annonce survient alors même que la pression internationale s’intensifie. Selon le quotidien, les nouvelles sanctions internationales ne sont pas encore connues car la Chine a traîné, mais elles vont bientôt être révélées. Il est prévu que les banques nord-coréennes rendent elles aussi des comptes. Les États-Unis sont fermement décidé à poursuivre le processus de dénucléarisation de la Corée du Nord.


    SRI LANKA : Samedi 18 juillet, dans un communiqué, l'ONG française Action contre la Faim a demandé à nouveau une enquête internationale pour établir la vérité sur l’assassinat par balle le 4 août 2006 de 17 de ses employés, en majorité tamouls, dans ses bureaux à Muttur, dans le nord-est du Sri Lanka. Cette région était secouée par le conflit entre le gouvernement et les Tigres pour la libération de l'Eelam tamoul. Les deux côtés se rejettent la responsabilité de ce massacre. Cette demande qui n’est pas nouvelle donne suite au rapport publié par le responsable d'une enquête présidentielle qui indique que son travail d’investigation n’a pas pu aboutir en raison de la fin brutale de son enquête et de l’absence de protection des témoins.

    FRANCE CHINE : Le 18 juillet, le Tribunal administratif de Paris a rendu une ordonnance autorisant l’association française de Falun Gong à manifester le 20 juillet devant l’ambassade de Chine à Paris. Le Tribunal a ainsi annulé le refus d’autorisation de la Préfecture de Police de Paris et a condamné l’Etat français à payer 1000 Euros à l’association. Depuis 10 ans que la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine a commencé, l’association française de Falun Gong et d’autres associations de défense des droits de l’homme en Chine se sont toujours vu refuser l’autorisation de manifester devant l’ambassade de Chine, fu à lz pression du pouvoir chinois sur les autorités françaises.


    NEPAL : Le gouvernement népalais et le Parti communiste unifié du Népal maoïste ont décidé de commencer le 17 juillet la démobilisation et la réinsertion des militaires maoïstes. Ces derniers sont au nombre de 4.008, dont 2.973 jeunes encore mineurs. La Mission des Nations Unies au Népal a manifesté sa satisfaction devant cette décision. IL s’agit pour la Mission d’« une étape cruciale dans le processus de paix ». Par ailleurs, la Mission a précisé que les Nations Unies étaient prêtes à aider ce processus de réinsertion.


    TAIWAN : Les 8ème Jeux Mondiaux ont débuté jeudi 16 juillet à Kaohsiung, dans le sud de Taïwan. Moins connus que les Jeux Olympiques, ces jeux mettent en compétition des athlètes de tous les pays dans une trentaine de disciplines sportives qui ne figurent pas aux JO, comme, par exemple, les arts martiaux ou le parachutisme, l'escalade ou encore le football américain. Ils dureront jusqu’au 26 juillet 2009. 3236 athlètes représentant 105 pays y participent. Il s’agit aussi d’une grande fête de l'amitié et de l’unité. Le défilé d’ouverture le démontre en ayant groupé les athlètes par sport et non par pays. La délégation chinoise a toutefois choisi de ne pas participer à la cérémonie d’ouverture.

  • La Corée du Nord confirme l'arrestation de deux journalistes américaines le 17 mars

    SEOUL (AFP) — La Corée du Nord a confirmé samedi l'arrestation de deux journalistes américaines le 17 mars le long de sa frontière avec la ALeqM5j0Ag2-0gayjlF_8R-HeOMXVwQQAg.jpgChine, comme annoncé jeudi de source diplomatique et par Washington.

    "Deux Américains ont été arrêtés le 17 mars alors qu'ils pénétraient illégalement sur le territoire nord-coréen par la frontière chinoise", a annoncé l'agence officielle nord-coréenne KCNA, sans préciser le sexe des personnes interpellées.

    "Un organe compétent mène actuellement l'enquête" sur cette affaire, a-t-elle ajouté.

    Deux femmes journalistes ont été placées en détention par des garde-frontières, semble-t-il pour être entrées illégalement sur le territoire nord-coréen, après avoir traversé un cours d'eau frontalier avec la Chine, avait précisé jeudi une source diplomatique à Séoul, dans un contexte de vive tension sur la péninsule.

    Les deux femmes qui travaillent pour Current TV, une chaîne de télévision basée en Californie, sont une Coréenne-américaine, Euna Lee, et une sino-américaine, Laura Ling, selon des sources diplomatiques et plusieurs médias.

    Elles "ont été interpellées le 17 mars en train de filmer sur la rive nord-coréenne du fleuve Tumen" (marquant la frontière entre la Corée du Nord et la Chine, ndlr), avait précisé la source diplomatique sous couvert d'anonymat.

    Les Etats-Unis avaient réagi en faisant part à Pyongyang de leur "préoccupation" concernant le sort de leur deux ressortissantes, qui préparaient un sujet sur les Nord-Coréens ayant fui leur pays, selon un pasteur ayant arrangé leur voyage en Chine.

    Dans les années 1990, Washington avait obtenu la libération de deux de ses ressortissants arrêtés par Pyongyang: un jeune homme soupçonné d'espionnage et un pilote d'hélicoptère militaire abattu après avoir pénétré l'espace aérien nord-coréen.

    Les journalistes souhaitant se rendre en Corée du Nord, l'un des pays les plus fermés au monde, doivent être munis d'un visa spécifique, très rarement accordé, et sont étroitement surveillés lors de leur séjour.

    Cet incident survient dans une période de tension dans la péninsule coréenne alors que le régime communiste s'apprête à lancer, vraisemblablement début avril, ce qu'il a présenté comme un "satellite" dans l'espace.

    Washington et Séoul redoutent qu'il ne s'agisse en fait d'un nouvel essai de missile longue portée pouvant théoriquement atteindre l'Alaska.

    Dans ce contexte tendu, Pyongyang a rétabli samedi ses liaisons téléphoniques militaires frontalières avec la Corée du Sud et rouvert sa frontière aux Sud-Coréens se rendant dans le parc industriel frontalier de Kaesong, a annoncé l'agence sud-coréenne Yonhap.

    La Corée du Nord avait coupé ces liaisons en réaction à des manoeuvres militaires conjointes de 11 jours entre les Etats-unis et leur allié sud-coréen qui se sont achevées la semaine dernière.

  • Brèves d'Asie

    COREE DU NORD : Un projet de résolution appelant la Corée du Nord à améliorer les Droits de l'Homme sera mis au vote encore cette année à l'Assemblée générale des Nations Unies. Ce projet de résolution a été proposé par l'Union Européenne, rejointe par la Corée du Sud, qui généralement préfère ne pas prendre position pour éviter d’envenimer ses relations avec le Nord. Le projet appelle à cesser les violations systématiques des droits humains, à une meilleure coopération avec les organisations humanitaires, de les laisser entrer dans le pays, et de régler la question des ressortissants étrangers enlevés par ses agents. L'ambassade de Corée du Nord à l'ONU a immédiatement réagi en qualifiant ce projet de « résultat d'un complot politique ».

    CAMBODGE : La première usine d'éthanol vient d'ouvrir ses portes. Cette usine va produire du biocarburant à partir du manioc, une des premières cultures du pays. Ce biocarburant destiné à l'exportation vers l'Europe pourrait engloutir 100 000 tonnes de farine de manioc séché par an et prévoit de doubler son volume d’exportation dans les prochaines années. L’usine permettra la création de 192 emplois et demande également aux paysans de cultiver davantage de manioc. Le biocarburant est d'un bon rendement sur le marché international.

    Tiré de Sound Of Hope

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu