Avertir le modérateur

conseil des droits de l’homme

  • Le Rapporteur spécial des Nations-Unies sur la torture : ‘Aucun changement positif n’est à constater” quant à la persecution du Falun Gong

    Par le Groupe de Travail des Droits humains du Falun Gong

    Le 5 août 2009, le Dr Manfred Nowak, Rapporteur spécial des N.U. sur la Torture a été interviewé par le journal Epoch Timeset il a abordé le sujet de la persécution du Falun Gong en Chine.


    M. Manfred Nowak, Rapporteur spécial des N.U. sur la Torture


    "Aucun changement positif n’est à constater," a dit M. Nowak au reporter d’ Epoch Times à propos de la situation des pratiquants persécutés par le régime communiste chinois.” "La majorité des détenus dans ces camps [de travaux forcés] étaient des membres du Falun Gong. Et c’est vraiment effrayant, parce qu’aucune de ces personnes n’a jamais bénéficié d’un procès. Ils n’ont jamais été inculpés."

    Dans son rapport soumis à la septième session du Conseil des Droits de l’homme le 14 janvier 2009, le Dr Nowak écrivait , "Qui plus est, dans de nombreux cas, leur détention et/ou traitement forcé ne sont soumis à aucun examen judiciaire. Par exemple, au moment de la visite du Rapporteur spécial en Chine, des programmes de "réhabilitation forcée par médicaments" étaient une forme spécifique de détention administrative."

    En 2005, lors d’un voyage en Chine, M. Nowak a découvert que les deux tiers des cas de torture dans les camps de travail concernaient des pratiquants de Falun Gong.

    Non seulement le régime communiste chinois applique les mesures des programmes de " réhabilitation forcée par médicaments " aux pratiquants de Falun Gong dans les prisons et les camps de travail, mais ils envoient aussi des pratiquants de Falun Gong sains et normaux dans des institutions psychiatriques. Par ailleurs, ils forcent les membres de famille des pratiquants de Falun Gong à leur injecter ,chez eux ,des produits psychiatriques.

    Des statistiques indiquent que les cas de pratiquants de Falun Gong étant persécutés par " traitement psychiatrique " se sont étendus de 23 à 33 provinces, régions autonomes et municipalités sous l’autorité directe du gouvernement central en Chine. Au moins 100 institutions psychiatriques aux niveaux provincial, de la ville, du canton ou du district se sont engagés dans la persécution. D’après le nombre et la distribution de ces cas, il est clair que l’abus de médicaments psychiatriques sur des pratiquants de Falun Gong a été une politique répercutée du haut jusqu’en bas, bien planifiée, systématiquement mise en œuvre. Des pratiquants de Falun Gong parfaitement sains et rationnels ont été arbitrairement enfermés dans des institutions psychiatriques. Nombre d’entre aeux ont été soumis de force à l’ingestion de produits pouvant potentiellement détruire le système nerveux. Ces pratiquants de Falun Gong ont également été attachés à des cordes et torturés avec des décharges électriques. Les substances inconnues ont fait que certains de ces pratiquants ont été réduits à l’infirmité totale ou partielle. Certains ont perdu l'ouie ou la vue. Certains ont expérimenté la destruction de muscles ou d'organes internes. Certains ont perdu partiellement ou totalement la mémoire et sont devenus mentalement handicapés. Les organes internes de certains pratiquants ont été gravement endommagés. Certains ont souffert un total effondrement psychologique. Certains sont même morts peu après l’injection de telles substances.


    L’utilisation de la torture psychiatrique par le Parti communiste chinois a attiré une large attention internationale
    La dénonciation continuelle de la persécution des pratiquants de Falun Gong a attiré l’attention internationale. Durant la 41ème session de la réunion annuelle du Comité contre la torture des Nations Unies, du 3 au 21 novembre 2008, la torture par substance médicamenteuse et la détention psychiatrique forcée ont été abordées.

    Le rapport annuel résumant cette session, a été envoyé aux comités membres, y compris la Chine.
    Les médias les plus influents tels que les Presses Associées, Reuters, l’Agence France Presse, Central News Agency, le New York Times, Radio France Internationale, Voice of America, la New Zealand television, les Canadian news, Voice of Germany et d’autres, ont rapporté la situation.

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200909/47332.html

     

  • Non résolu : La collecte d’organes en Chine - Entretien avec Manfred Nowak

    Ecrit par Charlotte Cuthbertson, Rédaction d’Epoch Times, le 5 août 2009

    Le rapporteur spécial des NU sur la torture, Dr. Manfred Nowak (Fabrice Coffrini/AFP/Getty Images)

    Aucune réponse directe n’a été donnée par le régime chinois quant aux allégations de collecte d’organes sanctionnée par l’état sur des pratiquants de Falun Gong, dit Manfred Nowak, le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la Torture

    “Le gouvernement chinois doit encore se disculper et faire preuve de transparence,” a dit Nowak lors d' un entretien avec Epoch Times. “Il reste à voir comment il a été possible que les chirurgies de transplantation d’organes dans les hôpitaux chinois aient augmenté massivement depuis 1999, alors qu’il n’y a jamais eu autant de donneurs volontaires disponibles.”

    Le Parti communiste chinois a nié les allégations pendant trois ans, en dépit de plusieurs rapports d’investigation accablants et de plusieurs enquêtes des Nations Unies. Falun Gong est une pratique spirituelle basée sur vérité, compassion, tolérance, et inclue cinq séries d’exercices méditatifs. En juillet 1999, le régime communiste a commencé à persécuter les gens qui le pratiquent.


    Rapports d’enquête
    L’avocat international des droits de l’homme David Matas, et l’ancien procureur de la couronne et membre du parlement, David Kilgour, ont publié leur premier rapport en juillet 2006, suivi d’un second en janvier 2007.

    Leur rapport “Prélèvement meurtrier : Rapport révisé sur les allégations de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine ,” conclu t: "Nous croyons qu’il y a eu et qu’il continue à y avoir des saisies d’organes à grande échelle sur des pratiquants de Falun Gong non consentants … l’horreur même nous a fait reculer, incrédules. "

    Les découvertes majeures incluent 41,500 organes greffés non expliqués entre 2001 et 2005. Les transplantations ont augmenté en parallèle à la persécution du Falun Gong. En 2001, la quantité de transplantations de foies en Chine se montait à sept. En 2005 elle avait atteint les 2,168 pour un seul hôpital. L’armée chinoise est lourdement impliquée dans le système de transplantation en Chine, et le régime a admis que la vaste majorité des organes pour les greffes venaient de prisonniers exécutés.

    “L’explication que la plupart de ces organes viennent de prisonniers condamnés à mort n’est pas concluante," a dit Nowak. " Si elle l’était, le nombre de criminels exécutés devrait être beaucoup plus élevé que ce qui a été assumé jusque là. J’ai demandé au gouvernement chinois de faire la lumière et demandé des données précises.”

    Les accusations demeurent, a dit Nowak. “Elles ont été rejetées, mais le gouvernement chinois ne les a pas invalidées, mais d’un autre côté, elles n’ont pas été prouvées non plus. Ceci constitue un dilemme difficile – de ceux qui ne peuvent être résolus que si la Chine est prête à coopérer. Et c’est ce qui manque.”

    Une carte de la Chine montrant des régions où le personnel a admis lors d’appels téléphoniques que le prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong avait bel et bien lieu. (Rapport prélèvements meurtriers, Kilgour-Matas)

    Les requêtes des Nations Unies sont ignorées
    Nowak a soumis deux rapports au Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies demandant officiellement au régime chinois de répondre aux allégations. Le rapport déclare, en partie, que : " Les pratiquants [de Falun Gong] ont reçu des injections induisant un arrêt cardiaque, et par conséquent ont été tués au cours d’opérations de prélèvement d’organes ou immédiatement après."

    “Rien ne semble avoir changé en bien,” a dit Nowak. “Nous manquons de statistiques exactes. Je ne peux pas dire si la situation a changé depuis que j’ai quitté la Chine. Mais je n’ai aucune raison d’assumer que quoique ce soit ait changé pour le meilleur, parce que je n’ai eu aucune telles indications. La majorité des détenus dans ces camps [de travaux forcés] étaient membres du Falun Gong. Et c’est vraiment effrayant, parce qu’aucune de ces personnes ne s’est vue accorder le bénéfice d’un procès. Ils n’ont jamais été accusés.”

    “Prélèvements meurtriers” indique des temps d’attente extraordinairement courts pour les organes en Chine – une à deux semaines pour un foie, comparé à 32 mois et demi au Canada (l’attente moyenne pour 2003) comme facteur incriminant supplémentaire. Kilgour et Matas présentent aussi des documents auto-accusateurs provenant des sites web du centre de transplantation qui font de la publicité pour la disponibilité immédiate d’un grand nombres d’organes de donneurs vivants. Les listes de prix par organe étaient disponibles sur les sites Web d’ Hôpitaux chinois.

    Le rapport Kilgour-Matas inclue le témoignage d’un site Web d’un Hôpital (qui a été retiré depuis), de " janvier 2005 à aujourd’hui, nous avons fait 647 greffes de foie- dont douze en l’espace d’une semaine. Le temps d’attente moyen est de deux semaines. "

    Une charte également retirée à peu près au même moment indique qu’en 1998, l’hôpital a accompli seulement neuf transplantations de foie – en 2005, il en avait accompli au total 2248.


    Camps de travaux forcés sans procès.
    Lors d’un voyage en Chine en 2005, après que Nowak en ait fait la requête au régime pendant dix ans, il a découvert que les deux tiers des cas de torture rapportés dans les camps de travail concernaient des pratiquants de Falun Gong.

    Les pratiquants de Falun Gong sont placés dans des camps de travail forcé, a dit Nowak. " De la même façon que les fonctionnaires s’occupent des prostituées, ou de ceux qui affichent un comportement socialement dommageable. On peut dire qu’une partie relativement grande des détenus dans ces camps sont des personnes du Falun Gong. C’est assurément un des groupes les plus importants.”

    Nowak a dit que le nombre de pratiquants en Chine est énorme. " En dépit de la persécution ... (il) n’a pas diminué, mais augmenté,” a-t-il dit.

    “Le génocide a un arrière-plan spécifique—ethnique, raciste, ou de discrimination religieuse; dans ce cas, ça pourrait être la discrimination religieuse. " [Ce que fait le régime] revient à une répression systématique d’un groupe spécifique de gens pour des raisons religieuses/politiques, bien que le leadership chinois ait toujours nié que ce soit un mouvement religieux.”

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200908/47109.html

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu