Avertir le modérateur

condition des femmes

  • Une enseignante de Shenyang et sa fille, cadre supérieure, sont persécutées

    Chine, torture, emprisonnement, condition des femmes, femmes, Falun Gong

    Mme Yang Shuqing et sa fille, Mme Li Fangfang, deux pratiquantes de la ville de Shenyang, province du Liaoning, ont été arrêtées en 2008 et plus tard condamnées à trois ans de prison. En juin 2011, elles ont été libérées. Voici un compte-rendu de leur épreuve.

    Mme Yang était une enseignante à la retraite du collège n°38 de la ville de Shenyang. Mme Li Fangfang est diplômée du département de langues étrangères de l'Université de Shenyang. Elle était directrice exécutive de McDonald dans la région du nord-est avant l'arrestation.

    L'après-midi du 23 juin 2008, la mère et la fille étaient à la maison quand les policiers du commissariat de la rue Shisiwei, ville de Shenyang, sont entrés en et ont fouillé les lieux. Ils ont confisqué leurs ordinateurs personnels, les imprimantes, les disques durs externes, des biens personnels et 5000 yuans d'espèces. L'argent n'a pas été inscrit dans la liste des objets confisqués et ne leur a jamais été retourné. La police les a emmenées au commissariat. Le 24 juin, elles ont été transférées au centre de détention de la ville de Shenyang.

    Au centre de détention

    Au centre de détention, elles ont continué à clarifier la vérité à la police et aux détenues. Mme Li a refusé de porter l'uniforme de détenue et a fait les exercices de Falun Gong. La police a ordonné aux détenues de l’insulter et de la battre.

    Un jour, alors que Mme Li essayait de retirer l'uniforme de détenue qu'on la forçait à porter, deux détenues lui ont donné des coups de pied dans le bas du dos, lui causant une fracture et une enflure sur le côté de la poitrine. Elle n'a pas pu marcher pendant deux semaines. L'année suivante, elle avait sans arrêt des douleurs dans cette zone. Les autorités du centre de détention ne lui ont donné aucun soin médical approprié quand elle l'a demandé.

    Une autre fois, quand Mme Li a essayé d'enlever l'uniforme, la détenue principale et une autre détenue l'ont maintenue au sol et ont commencé à la battre sauvagement. Une des détenues mesurait environ 1m75 et était bâtie comme un homme. L'autre était une judoka. Elles ont frappé Mme Li à la tête et au cou pendant plus de 10minutes. D’autres détenues étaient très inquiètes qu'elle ne meurt sous les coups.

    Une fois, alors qu'elle essayait de faire les exercices de Falun Gong, les détenues lui maintenaient les mains vers le bas et les pinçaient, lui causant de sérieuses contusions.


    La condamnation

    La mère et la fille ont été détenues au centre de détention de la ville de Shenyang pendant 16 mois. Le 16 avril 2009, le tribunal du district de Heping les a mises en procès et condamnées à trois ans de prison, bien qu'aucune preuve légale n'ait été présentée. Lors des deux appels qui ont suivi, le tribunal a confirmé la condamnation originelle.

    Le 13 octobre 2009, elles ont été transférées à la prison pour femmes de la province du Liaoning. À ce moment-là, Mme Yang avait 69 ans.


    Les gardes ont ordonné aux détenues de torturer Mme Li

    Dans la prison, les autorités affectent un groupe de deux ou trois détenues, appelé «l’équipe d'action de trois» pour surveiller et essayer de transformer chaque pratiquante de Falun Gong. Les autorités font tout ce qu'elles peuvent pour isoler les pratiquantes des autres détenues et leur interdisent de parler avec quiconque. Toutes les détenues désignées entretiennent des relations avec les autorités de la prison et ont des expériences antérieures de torturer et menacer les pratiquantes. Le pouvoir derrière ces détenues, sont les chefs de division et les capitaines de chaque quartier. Les détenues recourent à toutes sortes de méthodes pour amener les pratiquantes à abandonner leur pratique du Falun Gong afin de gagner la confiance du chef de division et une chance d'obtenir une réduction de peine.

    Dans le septième quartier, Mme Li Fangfang a refusé de porter l'uniforme de détenue et a crié "Falun Dafa hao !" (hao=bon-ndt) Les détenues l’ont insultée, battue, lui ont scellé la bouche avec du ruban adhésif, l’ont bâillonnée avec un tissu et l'ont privée de sommeil. Pendant un mois, à partir du 13 octobre 2009, elle n'a été autorisée à dormir que deux heures par jour. Elle a d'abord été privée de sommeil pendant trois jours complets. Plusieurs détenues la surveillaient à tour de rôle. Quand elles voyaient qu’elle s'endormait, elles lui versaient de l'eau froide dessus pour la réveiller. Parce qu'elles voulaient que personne ne l'entende crier, elles lui ont scellé la bouche avec du ruban adhésif et lui ont également les mains avec du ruban adhésif. Après toute une nuit, ses mains, ses bras et ses épaules étaient meurtris et douloureux. Dans la journée, on la forçait à rester debout. À chaque repas, on lui donnait seulement un petit pain cuit à la vapeur sans légume ni viande. Pendant le froid hivernal de novembre et décembre, les détenues ouvraient délibérément grand les fenêtres.

    Lire la suite sur:http://fr.clearharmony.net/articles/201112/59235.html

    Clearharmony, culture chinoise, culture chinoise traditionnelle, sagesse, eveil, chine, philosophie, Falun Dafa

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu