Avertir le modérateur

comprendre le chinois

  • La richesse des expressions de la langue chinoise (2)

    paradis.jpg

    (Image tiré de ce site)

    Suite de cet article.

    Une troisième source des expressions chinoises sont les récits historiques chinois. S'agissant des expressions ayant cette origine, quelques-unes sont des citations directes de l'ancienne littérature chinoise. Certaines sont formées par la synthèse d'anciens articles chinois, et d'autres par l'apport de cultures étrangères ou populaires, ou celui d'expressions populaires.

    De nombreuses expressions chinoises viennent de récits historiques issus du Confucianisme, du Taoïsme, et du Bouddhisme. (Nous en parlerons plus tard.)

    De plus, certaines expressions chinoises proviennent de récits historiques chinois, tels que "Wan (intacte) Bi (jade) Gui (retourner) Zhao (Nation de Zhao)." (完璧归赵) Cette expression fait référence à une histoire dans l'histoire au sujet de Lin Xiangru, le Premier Ministre de la Nation de Zhao, qui apporta un jade d'une valeur inestimable à la Nation très puissante de Qin en échange de terre. Il rapporta le jade intact, faisant preuve de stratégie et de courage, en découvrant que le Roi de Qin voulait garder la pierre sans donner la terre en échange à la Nation de Zhao.

    "Fu (porter) Jing (une sorte de bâton) Qing (demander volontairement) Zui (punition)" (负荆请罪) fait référence à une histoire au sujet de Lian Po, qui fut un général célèbre de la Nation de Zhao. En voyant que Lin Xiangru, le Premier Ministre de la Nation de Zhao, ne voulait pas l'affronter pour le bien de la nation, Lian Po prit un bâton sur son dos et alla trouver Lin pour lui demander de s'en servir pour le punir.

    "Yi (première série) Gu (tambours) Zuo (égayer) Qi (la morale)" (一鼓作气) se traduit par égayer les esprits des soldats avec le premier roulement de tambour.

    Pour finir, "Po (casser) Fu (les bateaux de cuisine) Chen (couler) Zhou (les bateaux)" (破釜沉舟) fait aussi référence à un récit historique dans lequel Xiang Yu, un général de la Nation de Chu, après avoir traversé un fleuve pour combattre l'ennemi, ordonna à ses troupes de bien manger puis de casser les bateaux de cuisine et les faire couler, de manière à ne donner aucune autre alternative à ses troupes que de se battre jusqu'à la victoire.

    Une quatrième source des expressions chinoises est la littérature chinoise. Voici quelques exemples:

    "Shi Wai (hors du monde séculier) Tao Yuan (jardin de pêches)" (世外桃源) se réfère à un lieu situé hors du monde séculier, rempli de paix et de bonheur. L'expression était originalement issue de La Vallée des fleurs de pêchers, un célèbre essai de Tao Yuanming, un poète très célèbre de la Dynastie Jin de l'Est.

    "Cheng (chevaucher) Feng (le vent) Po (briser) Lang (les vagues)" (乘风破浪) se traduit par chevaucher le vent et briser les vagues. Cela se réfère à quelqu'un qui a de grandes aspirations à réussir face à de grands défis.

    "Lao (vieux) Ji (un coursier) Fu Li (dans une écurie)" (老骥伏枥) est extrait du poème traitant de Cao Cao durant la période des Trois Royaumes. Il se réfère à un vieux coursier d'étable qui aspire encore à galloper des milliers de kilomètres.

    Dans "Shui (l'eau) Luo (s'éloigne) Shi (la pierre) Chu (émerge)" (水落石出), la pierre émerge lorsque l'eau s'éloigne; ce qui signifie que la vérité finit toujours par être révélée. Ce proverbe est issu à l'origine d'un essai de Su Shi, un poète célèbre de la Dynastie Song.


    Influences spirituelles

    Le Confucianisme, le Taoïsme, et le Bouddhisme constituent les courants dominants de la culture traditionnelle chinoise. Les pensées de ces trois religions sont reflétées dans les proverbes chinois. De nombreux proverbes chinois tirent leur origine d'histoires confucéennes, taoïstes et bouddhistes.

    Depuis plus de deux mille ans, la pensée confucéenne a tenu le rôle dominant dans la culture traditionnelle chinoise. Il y a de nombreux proverbes qui reflètent les aspects du Confucianisme; par exemple, la cultivation de la moralité et du comportement. Voici quelques exemples:

    "Jian (voir) Li(intérêt) Si (penser à) Yi (principe)" (见利思义) se réfère au fait que, devant ses propres intérêts, on doit s'examiner soi-même pour voir si l'on se conforme aux principes du monde. Cette expression vient de Lun Yu – Xian Wen (Les Annales de Confucius—Questions de Xian). Zi Lu (un disciple de Confucius) demanda à Confucius quel type de personne était Cheng Ren (un adulte). Confucius répondit, "Devant ses intérêts, on doit d'abord vérifier s'ils se conforment aux principes; dans l'adversité, on ne doit pas oublier ce que l'on a promis. Ce sont les critères de base pour être un Cheng Ren."

    Un autre exemple est...

    Lire la suite: http://fr.clearharmony.net/articles/201103/55466.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu