Avertir le modérateur

compassion

  • La vision d'un sage

    Feng Huan, lao tseu, sagesse, chine, Royaumes combattants,Seigneur, érudit, compassion, histoire, conte, traditionnel, enfants  L'ancienne culture chinoise met l'accent sur le fait d'accumuler de la vertu et de planter de bonnes graines pour son propre avenir. Ce qui suit est une histoire de la légende chinoise à ce propos.

    Le Seigneur Mengchang, chancelier de l'Etat de Qi au cours de la période des Royaumes combattants (453 - 221 av. JC), reçut un jour un invité nommé Feng Huan. Feng Huan était très sage et érudit, et doté d' une bonne clairvoyance.

    L'époque des Royaumes Combattants est une période de la Chine ancienne qui s'est conclue par la victoire de l'Etat de Qin en 221 avant JC, ce qui mena à une Chine unifiée sous la dynastie Qin.

    Le Seigneur Mengchang était connu pour l'ampleur de son entourage. Il était courant durant cette période pour des aristocrates de payer des invités tel que Feng Huan afin qu'ils demeurent dans leur propriété et prodiguent des conseils. Les stratégies et les alliances pour l'équilibre du pouvoir étaient la clé de la survie de tout grand aristocrate.

    Le Seigneur Mengchang envoya Feng dans son fief à Xue (une région située aujourd'hui dans la province du Shandong) afin de collecter des impôts en souffrance. Feng demanda si le Seigneur Mengchang souhaitait qu'il lui rapporte quelque chose d'autre que l'argent collecté. Le Seigneur Mengchang répondit: "Vous pouvez acheter ce que vous pensez qu'il nous manque."

    Feng constata que le fief de Xue était rempli de paysans pauvres qui devaient beaucoup d'impôts. Il déclara au nom du Seigneur Mengchang que toutes les taxes étaient exonérées, et il brûla les documents de créances.

    Lorsque le Seigneur Mengchang demanda à Feng ce qu'il avait rapporté à la maison, Feng répondit : "Je vous ai rapporté la bienveillance et la justice. Vous avez tous les trésors, de bons chevaux, et de belles femmes, aussi j'ai acheté pour vous la bienveillance et la droiture." Mengchang en fut très irrité, mais ne put rien faire puisque les documents de créances avaient déjà été détruits.

    Quelque temps plus tard, le Seigneur Mengchang dut retourner dans son fief de Xue pour y vivre après que le Roi de Qi ait mis fin à son poste de chancelier. Quand les habitants là-bas apprirent qu'il arrivait, ils marchèrent des dizaines de li (environ 6,4 km) jusqu'à la périphérie de la ville pour l'accueillir. Le Seigneur Mengchang réalisa alors la valeur de la bienveillance et de la justice que Feng Huan lui avait acheté.

    Cette histoire est largement connue parmi nombre de Chinois. La vision et la sagesse de Feng Huan étaient profondes. Meng possédait tout, sauf la bienveillance et la justice. Feng lui avait préparé un avenir au cas où il perdrait un jour le pouvoir. Une personne sage sait que son destin est imprévisible, donc il faut faire de bonnes choses quand on est au pouvoir et semer des graines positives pour l'avenir. Feng Huan avait préparé une porte de sortie à son seigneur.

    Dans l'histoire chinoise, il a existé beaucoup de tels sages qui ont laissé derrière eux de nombreuses histoires inspirantes.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/a115161-La-Vision-du-Sage.html

  • Rendre le bien pour le mal

    Chine, moralité, bien et mal, compassion, être une bonne personne, histoire chinoise, noblesse, cour royale, Dynastie SongTitre article original: Cultiver strictement la moralité et rendre le bien pour le mal

    Zhao Gai, un résident de Nanjing durant la Dynastie Song, était autrefois un érudit à la cour royale et précepteur du fils de l’empereur. Il était collègue de Ouyang Xiu, figure renommée de la littérature de l’époque et ils travaillaient ensemble à rédiger des livres. Zhao était un homme honnête et prudent et il était très calme. Ouyang le regardait de haut. Lorsque Ouyang fut promu secrétaire de l’empereur, il rétrograda Zhao à cause de son style d’écriture simple. Zhao ne le prit pas à cœur parce qu’il ne se souciait guère de renommée et de richesse.


    Plus tard, la nièce de Ouyang se compromit dans des affaires indécentes avec d’autres personnes, et ceux qui n’aimaient pas Ouyang voulurent prendre avantage de la situation pour le diffamer. L’empereur fut très en colère en apprenant ces affaires et personne, excepté Zhao n’osa parler ouvertement en faveur de Ouyang. Zhao écrivit à l’empereur déclarant : ‘’ Ouyang Xiu est devenu un des plus proches fonctionnaires de l’empereur grâce à son extraordinaire talent littéraire. Votre Majesté, ne croyez pas les mots calomnieux que vous avez entendus, propres à le stigmatiser vite et bien. Je l’ai beaucoup fréquenté et il ne m’a pas bien traité, mais je me soucie de cette affaire dans l’intérêt général de la cour royale.’’ Quelques personnes demandèrent à Zhao : ‘’ N’es tu pas fâché contre Ouyang ?’’ Zhao répondit : ‘’ Je ne peux pas mettre mes intérêts personnels au dessus des affaires publiques.’’

    L’empereur ne fut pas heureux de la lettre de Zhao et Ouyang fut quand même rétrogradé. Zhao devint conséquence en charge de Suzhou. Plus tard, il quitta son emploi pour veiller sur l’un de ses parents. Lorsque la période de veille fut terminée, Zhao reçut la position d'érudit officiel à la cour royale. De nouveau, Zhao écrivit à l’empereur, lui demandant de réhabiliter Ouyang à son ancien poste.


    Bien que la cour royale rejeta l’appel de Zhao, chacun admira les hautes qualités morales de Zhao et ses gestes magnanimes. Ouyang en vint aussi à apprendre que Zhao était un si noble aîné et le respecta beaucoup. Ils devinrent alors, bons amis.
    Lorsque Zhao fut en charge de la région de Yunzhou, un de ses jeunes fonctionnaires détourna trois cent mille dollars du trésor public, acheta une terre en bail et gagna de l’argent. Lorsque Zhao entendit celà, il utilisa son propre argent pour régler la dette, parce qu’il connaissait les luttes financières de ce fonctionnaire. Le livre d’histoire parle des hautes qualités morales de Zhao ainsi que de sa gentillesse et de sa bienveillance dans sa façon de traiter les autres durant sa vie.

    Le noble comportement moral de Zhao était le résultat d’une stricte 'cultivation' morale quotidienne, durant sa vie entière. Dans le but d’avoir un standard moral élevé et strict pour lui-meme, il avait deux bouteilles vides. Il mettait une pousse de soja jaune dans l'une d'elles dès qu’une bonne intention surgissait dans son esprit ou qu’il accomplissait une bonne action. Il mettait un haricot noir dans l’autre bouteille aussitôt qu’il avait une mauvaise pensée ou commettait une mauvaise action. Au début, il y avait beaucoup de haricots noirs. Considérant ce fait, nous pouvons voir que chacun a des failles et commet des erreurs. La clé est comment nous les gérons.


    Plus tard, Zhao continua à se cultiver strictement, et regardait en lui de façon régulière, exerçait sa tolérance, corrigeait constamment des erreurs et allait dans la direction de la bienveillance. Ainsi, de plus en plus de haricots jaunes s’accumulèrent dans la bouteille. Finalement, Zhao Gai atteint un caractère élevé et noble. Cet exemple illustre qu’un comportement noble et droit, semble être le résultat d’une 'cultivation' graduelle et stricte de soi-même.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200601/24178.html

  • Mystérieux caractères chinois

    2008-10-27-ren.jpgRen : Tolérance, Compassion, Endurance, Patience

    Le caractère chinois 忍 (rěn) tire son origine du symbole 能 (néng). Ce symbole contient aussi le caractère 月, qui désigne également le mot “viande.” Dans les inscriptions sur os divinatoire, le symbole 能 est utilisé pour nommer le cerf, la biche ou le cerf rouge. Ces animaux étaient admirés pour leur force et pour leur corps musclé et robuste. Graduellement, le sens a changé et au lieu de “musclé” noté par le symbole 能 dans le langage d'aujourd'hui, il s'utilise pour “capacité” ou ‘compétence.”

    On peut par conséquent déduire du caractère original 忍 que dans la Chine ancienne “ indulgence, endurance, tolérance et clémence” étaient considérées comme une force et non comme une faiblesse. Aujourd'hui, le symbole 忍, vu dans la partie inférieure du caractère 心 (xīn) fait référence au “coeur.” D'où, endurance, tolérance et indulgence sont des caractéristiques humaines, qui viennent du cœur d'une personne. Ces caractéristiques requièrent que l'individu soit ouvert, cultive la maîtrise de soi et soit capable de se limiter lui-même. Le signe 刃 est utilisé pour un bord coupant, une lame ou le tranchant, fin comme un rasoir, d'un couteau. Par conséquent, le caractère 忍 désigne un coeur humain qui se tient sur le fil d'un couteau. Cela signifie qu'une lutte peut survenir si on ne peut pas se contrôler dans une situation difficile. Le couteau s'enfonce dans le cœur dans ce type de situation. Le dessin de ce caractère忍 dénote une grande retenue, caractéristique qui est nécessaire à quelqu'un de tolérant.

    Le contraire du caractère 忍 est le signe 鬥 (dòu), qui désigne le combat, la discussion ou la lutte. Ces caractères étaient conçus pour être l'image inversée l'un de l'autre. On peut voir au centre deux fois le même signe, lequel également fait référence au roi, ou peut-être au maître. D'un seul regard, on peut voir que deux guerriers se font face et refusent de se retenir – par conséquent un combat est imminent.

    Tiré de:

    http://www.fr.clearharmony.net/articles/200810/42224.html

  • Le Falun Gong est toujours persécuté en chine

    Combien de personnes ont été touchées par la persécution contre le Falun Gong lancée par Jiang Zemin ?

    Depuis que l’ancien président de Chine, Jiang Zemin a commencé la persécution des pratiquants de Falun Gong en 1999 :100 millions de gens pratiquent le Falun Gong en 1998 et perdent ce droit en 1999 lorsque Jiang interdit la pratique;Des millions de pratiquants de Falun Gong ont été illégalement arrêtés, détenus et/ou maltraité par la police chinoise; Entre 200 000 et un million d’entre eux ont été envoyé en camp de travaux forcés sans aucun jugement.Les associations de protection des droits de l’homme ont des renseignements sur plus de 38 000 cas spécifiques de torture ou de mauvais traitements graves. Plus de 1 000 personnes en bonne santé ont été incarcérées dans des hôpitaux psychiatriques et torturé là-bas, ce que condamne l’association mondiale de psychiatrie (World Psychiatric Association). Plus de 500 ont été condamnés à des peines de prisons allant jusqu’à 18 ans.Au moins 3700 morts sous la torture et les mauvais traitements policiers ont été confirmés, mais des sources provenant du gouvernement chinois parlent d’un chiffre de 7 000 minimums.

    Qu’est-ce que le Falun Gong ?

    Falun Gong est une discipline traditionnelle chinoise qui comprend des exercices méditatifs. Ces principes sont « Vérité », « Compassion » et « Tolérance ». Ceux qui pratiquent régulièrement constatent l’amélioration de leur santé, l’établissement d’une paix intérieure ainsi qu’un plus grand sens moral. La pratique du Falun Gong a commencé en Chine en 1992 et s’est répandue de bouche à oreille à travers toute la Chine et au-delà. Libre et gratuite, elle est aujourd’hui pratiquée par 100 millions de personnes dans plus de 60 pays.

    Est-ce que le Falun Gong est une religion ?

    Falun Gong n’est pas une religion dans le sens où l’entendent les cultures occidentales. C’est la « cultivation et la pratique », l’accent est mis à la fois sur l’élévation de l’esprit et l’amélioration de la santé physique. Le concept de « cultivation » n’est pas familier à la plupart des occidentaux. En Chine, au contraire, on comprend profondément le sens de ce mot. Le terme en chinois est : xiu lian. Xiu signifie « réparer », « mettre en place ». Lian signifie « sentir » ou « raffiner ». Les caractères chinois pour le mot “lian” sont similaires et se prononcent de la même façon que ceux utilisés pour dire « pratiquer [les exercices] ». Ceci est seulement une traduction littérale des caractères qui composent le terme.

    Pour avoir une meilleure compréhension du concept de la cultivation, regardons l’histoire de la Chine. Il y a environs 2 500 ans, le sage Lao Zi (Lao Tseu) apparut en Chine. Lao Zi écrivit le livre Tao Te Ching (Dao De Jing) et c’est de cette manière qu’une grande partie de la société entendit parler du « Tao » également appelé « la Voie ». À peu près au même moment, le Bouddha Shakyamuni (connut aussi sous le nom de Gauthama Siddartha) est apparu en Inde. Shakyamuni diffuse le bouddhisme en Inde pendant 49 ans avant qu’il ne se répande en Chine.
    Ces deux écoles forment la base de la plupart des pratiques spirituelles en Chine.

    Les religions - tel que les définît la culture asiatique - sont également considérées comme des formes de cultivation. Il y a le Bouddhisme avec ses temples, ses moines etc., et il y a également différentes sectes bouddhiques. De la même façon pour la religion Taoïste.
    Mais, la voie de cultivation de l’école de Bouddha ne s’arrête pas là et l’école Taoïste non plus. Il y a en effet beaucoup de pratiques de ces écoles qui ne sont pas considérées comme faisant partie de la religion bouddhiste ou taoïste. Souvent, ces pratiques sont transmises à quelques disciples par un enseignant, et ce, sans aucune formalité religieuse, édifices religieux etc. Elles sont également considérées comme des voies de cultivation. Les Asiatiques ne les considèrent pas comme des religions.

    Donc, en Chine, on considère qu’il n’est pas nécessaire d’être religieux pour atteindre un niveau d’accomplissement spirituel, en revanche, suivre une méthode pour cultiver est nécessaire. Ici en occident, nous ne connaissons pas vraiment le concept de cultivation et tout ce qui appartient ou domaine spirituel et à la question de transcender le monde humain est traditionnellement classé dans le domaine religieux.

    Pourquoi le gouvernement chinois persécute-t-il le Falun Gong ?

    Une enquête du gouvernement chinois indique qu’en 1998 - 6 ans après sa présentation au public - le nombre de pratiquant du Falun Gong atteint 100 millions de personnes. Craignant que le succès du Falun Gong éclipse son pouvoir, le chef des autorités chinoises ordonna l’ « éradication » de cette pratique chinoise traditionnelle. Selon un article du Washington Post en 1999 : « Des sources au sein parti communiste affirment que le comité du Politburo en place à ce moment-là n’approuve pas à l’unanimité les mesures prise contre le Falun Gong. Jiang Zemin a décidé seul que le Falun Gong devait être éliminé. » D’autres groupes dont les croyances ne sont pas sous le contrôle des autorités chinoises sont persécutés en Chine, tel les protestants, les catholiques qui reconnaissent le pape et les bouddhistes tibétains.

    Pour avoir plus d’informations sur les raisons de la persécution du Falun Gong par Jiang Zemin et le régime chinois, visitez la page de notre rapport spécial sur ce sujet.


    Comment le Falun Gong a-t-il répondu à cette oppression ?

    Les pratiquants de Falun Gong de Chine Continentale ont, pendant les six dernières années, continuellement fait appel auprès des autorités chinoises avec des moyens légaux et non violents. Ils ont également résisté à la persécution par des protestations publiques non violentes, actes qui les ont souvent amenés à être emprisonnés, torturés et tués par la police chinoise. Pas un seul rapport ne fait état d’un pratiquant de Falun Gong répondant avec violence, détruisant la propriété d’autrui ou autre comportement de ce type malgré l’injuste traitement qu’ils connaissent. Les pratiquants et les gens qui soutiennent le Falun Gong en dehors de Chine font de longues marches, des « sit-in », font signer des pétitions, organisent des manifestations, font des conférences de presse et informent en détail des abus en matière des droits humain. Ils font leur possible pour permettre aux gens une prise de conscience en utilisant toujours des moyens pacifiques.

    Tiré de : http://www.infofalungong.net/Bulletin/files/questions%20frequentes.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu