Avertir le modérateur

ciel

  • L'étoffe du temps – Le style de la robe de l'Empereur

    Chine, empereur, robe, couture, tradition, ciel, divin, paix, terre

    Il y a quelques 5 000 ans, au cours du règne du légendaire Empereur jaune, les gens croyaient que les Cieux et la Terre étaient entremêlés et que le divin se manifestait dans tous les aspects de ce qui pouvait être trouvé sur Terre. Ainsi, l'habit de l'Empereur jaune était conçu pour se marier avec les couleurs des différentes parties de l'Univers. Par exemple, la moitié supérieure de la robe était fabriquée avec des couleurs des Cieux, tandis que les couleurs de la Terre venaient remplir la partie inférieure. De plus, différentes créatures de la Terre et des Cieux étaient représentés sur tout l'habit. Dans son ensemble, le modèle de la robe représente l'équilibre entre les Cieux et la Terre.

    Les anciens pensaient que ce genre d'habit monumental pourrait être transmis pour aider les gens à maintenir leur piété envers les Cieux et plus encore, aider à maintenir la paix sur Terre.

    Tiré de: https://www.facebook.com/ShenYunFR

  • La fête de la Lune, son origine dans la tradition chinoise

    fête, chinoise, lune, Chine, tradition, famille, unité, prière, ciel, terre, divinité, tang, calendrier lunaire chinois

    Le festival de la Lune, aussi appelé le festival de la mi-automne, est l’une des principales fêtes traditionnelles célébrées par le peuple chinois. Il se déroule toujours le 15e jour du 8e mois, chaque année selon le calendrier lunaire chinois. Cette année, il aura lieu le 19 septembre 2013.

    C’est au début de la dynastie des Tang que cette fête a été présentée pour la première fois comme un jour férié officiel. Elle a été ensuite largement célébrée sous la dynastie des Song. Au cours de la dynastie des Qing, elle est devenue tout aussi importante que le Nouvel An. Comme toute autre fête traditionnelle chinoise, les origines de la fête de la Lune proviennent d’une histoire transmise de génération en génération et elle est toujours liée à Chang’e, la Dame de la Lune.

    Selon une légende chinoise, il fut un temps où il y avait dix soleils suspendus dans le ciel. Ainsi, la terre cuisait devenant sèche, privant les gens d’eau et de vie. Un héros nommé Hou Yi abattit neuf des dix soleils avec son arc et ses flèches, sauvant ainsi les gens sur Terre. Il obtint de la Reine-mère d’Occident un élixir d’immortalité qui en ferait un immortel et lui permettrait de vivre dans les cieux. Il donna l’élixir à son épouse Chang’e pour qu’elle le garde. Un voisin apprit qu’elle détenait l’élixir d’immortalité et essaya de l’obliger à lui remettre. Dans un moment de désespoir, Chang’e avala la potion, devint immédiatement une déesse et s’envola sur la Lune. Quand Hou Yi revint, il vit que sa femme avait disparu. Comme il levait les yeux au ciel pour crier son nom, il remarqua que la Lune cette nuit-là était particulièrement lumineuse et pleine. Il aperçut sa femme. Il sortit les gâteaux ronds qu’appréciait Chang’e et se mit à prier pour la bénédiction du ciel. C’est depuis qu’est apparue la tradition qui consiste à glorifier le ciel en mangeant des gâteaux de Lune ce jour-là.

    Il existe de nombreux rituels pour célébrer la fête de la Lune, mais la plupart des traditions sont aujourd’hui passées dans l’oubli, sauf que les Chinois sont encore nombreux à acheter et manger des gâteaux de lune (gâteaux ronds fourrés, composés de graines, d’épices et de sucre).

    La première fois que j’ai vraiment vu en quoi consistait la fête de la Lune, c’était dans ma ville natale et j’avais environ sept ans. Ma grand-mère était une Chinoise attachée aux traditions qui portait des chemises boutonnées traditionnelles chinoises.

    Durant la nuit de la fête de la Lune, j’ai aperçu ma grand-mère se glissant tranquillement hors de notre chambre. J’étais curieux de voir ce qu’elle faisait, j’ai donc entrepris de la suivre. Ma grand-mère m’écarta rapidement en me disant d’aller jouer. Insatisfait, je me suis faufilé derrière elle et je l’ai suivie jusque dans la cour arrière de notre maison. J’ai vu qu’elle déposait des assiettes remplies de fruits et de gâteaux sur un plateau. Elle a procédé à l’allumage de l’encens et s’est agenouillée pour prier. Je l’ai regardée un moment, puis je l’ai rapidement quittée.

    Plus tard, j’allais apprendre que ma grand-mère priait le ciel et la terre. Le festival de la Lune n’était pas une simple adoration de la déesse de la Lune, mais il s’agissait aussi de montrer le fait qu’on aimait le Ciel et la Terre. En ce jour, les familles se rassemblent et célèbrent la fête dans l’unité.

    Des fruits et des gâteaux de Lune sont déposés pour le dieu de la Terre et la déesse de la Lune. Les familles doivent également partager des gâteaux de Lune. Traditionnellement, les gâteaux de Lune sont coupés en plusieurs morceaux, un bout pour chaque membre de la famille. Si l’un d’entre eux est absent, une part doit lui être réservée.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/9/17/n3508798.htm

  • Proverbe chinois sur le Tao

    Proverbe, chinois, Tao,Chine, Lao Tseu, nature, culture, philosophie, sens de la vie, qui suis-je ?, bouddhisme, taoisme

    " L'homme suit la terre.

    La terre suit le ciel.

    Le ciel suit le Tao.

    Le Tao suit la nature"

    Lao Tseu


  • Le pouvoir de la bonté

    Chine, humanité, bonté, ciel, croyance, conscience, vie, vertu, morale, bien, bon

    Le ciel a donné à l’humanité le sens de la vertu et de la conscience. Il s’agit du meilleur de l’essence même de la vie humaine. Il permet aux êtres humains de maintenir un cœur de bonté, d’élever la moralité continuellement, la qualité humaine la plus importante à atteindre.

    Le véritable homme de bien aime lire de bons livres et faire de bonnes actions. Il favorise également la gentillesse, encourage les autres à être bons. Le véritable homme de bien est celui qui traite les autres avec bonté.

    Il est capable de transformer les autres, de les aider à comprendre l’importance de la bonté, apportant ainsi la paix et la prospérité autour de lui selon les principes justes du ciel.

    Ainsi l’ancien adage nous dit: «Le véritable homme de bien  est celui qui traite les autres avec douceur.»

    Beaucoup d’histoires parvenues des anciens nous offrent des conseils précieux dans nos rapports avec autrui. Voilà l’histoire d’un homme du nom de Wu Qianjin, sous la dynastie Ming (AD 1368-1644).

    Wu était un homme fort et agressif qui pratiquait les arts martiaux. Si quelqu’un lui barrait la route, il ripostait sans réfléchir avec des coups de poing. Il saisissait les biens ainsi que l’argent d’autrui sans jamais croiser d’obstacle et tout le monde avait peur de lui.

    Or, par une journée caniculaire, il monta sur une terrasse pour se rafraîchir. Là,  plusieurs personnes sur la terrasse s’étaient rassemblés pour se protéger de la chaleur, mais quand ils virent Wu, tout le monde paniqua, on prit ses jambes à son cou, de sorte qu’il ne resta plus personne... sauf… un vieillard.

    Wu dit au vieil homme d’une voix menaçante: «Tout le monde s’est enfui. Sauf toi qui n’a pas bougé. Douterais-tu de mes formidables capacités dans les arts martiaux?»

    Le conseil de la bonté

    «Vous êtes perdu et n’avez pas même conscience de l’erreur de vos manières», répondit le vieux monsieur.

    «Vos parents vous ont élevés, en espérant que vous deveniez une personne de bien pour votre pays. Mais en tant qu’expert en arts martiaux, vous ne réfléchissez nullement à la façon de contribuer à la prospérité du pays. Au contraire, vous semblez résigner à n’être qu’un bon à rien. Le pays perd ici une personne de talent. Quel dommage!»

    Wu éprouva une grande honte. En larmes, il déclara: «Tout le monde dit que je suis une mauvaise personne, moi aussi je me considère comme mauvais. Vos bons mots d’aujourd’hui sont comme les sons de la cloche du matin et le tambour du soir, qui me réveille tout à coup.»

    «Mais j’ai été mauvais pour une si longue période. Comme une lune éclipsée qu’il est difficile de rendre ronde à nouveau, même si je voulais réparer mes fautes, puis-je encore devenir une bonne personne?»

    Le vieil homme répondit: «Si vraiment vous changez votre cœur et votre esprit, si vous vous cultivez pour devenir une bonne personne, comment pouvez-vous ne pas réussir?»

    Dès lors, Wu Qianjin changea ses manières. Il commença à servir son pays et devint ensuite maréchal adjoint de l’armée. Il fut très respecté et loué pour son commandement admirable et l’amour que lui portait le peuple.

    Changer le cœur des gens

    Il existe un vieux dicton: «Il est humain de se tromper, mais il n’existe rien de plus fort  que de corriger ses erreurs.»

    Quand on enseigne la vertu et travaille à apporter des changements avec gentillesse, on peut inspirer les autres à réfléchir sur le sens véritable de la vie et d’autres questions d’ordre moral – comme la façon de prendre soin et d’aimer les autres au lieu de se perdre dans les désirs et l’intérêt.

    Le pouvoir de la bonté est immense, car il est omniprésent et capable de changer le cœur d’une personne en son cœur.

    La bonté peut guider les autres dans leur quête de la vérité, les ramener à la conscience pour faire les choix justes, et dissoudre tout ce qui n’est pas juste.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/12/11/9/n3507399.htm

  • Mille milliards de Mondes

    galaxie.JPG

    C'est une photo unique au monde. La voûte céleste au dessus et au dessous de nous.

    Deux ans de travail et des nuits à scruter le ciel, aux Canaries et au Mexique.
    Comme "outil " , un  appareil numérique mais rien de sophistiqué, et comme résultat final , une mosaïque de clichés pour réaliser ce que personne n'avait jamais maîtrisé jusqu'à présent : une photo du ciel "en une fois". Les astronomes ont confirmé leurs calculs : au-delà des étoiles et planètes que l'on découvre ainsi, ce sont bien "mille milliards de Mondes" qui sont  réunis.

    Voir sur le site Défi Futur:

    http://www.defifutur.com/billet/mille-milliards-de-mondes

  • Citations - Sincérité

    "La sincérité est un perpétuel effort pour créer son âme telle qu'elle est."
    De la sincérité envers soi-même
    Jacques Rivière

  • La longue tradition de la culture chinoise est basée sur la croyance et la vertu

    image002.jpgLa culture authentique de la nation chinoise a commencé il y a environ 5 000 ans avec le légendaire empereur Huang, considéré comme le premier ancêtre du peuple chinois. En fait, l’empereur Huang est reconnu pour avoir fondé le taoïsme – aussi connu sous le nom de l’école de pensée Huang-Lao (Lao Tseu). La profonde influence du taoïsme sur le confucianisme est perceptible dans les paroles confucéennes : « Rechercher le Tao, se conformer à la vertu, s’en tenir à la bienveillance, et s'immerger dans les arts » ; « si quelqu'un entend le Tao le matin, il peut mourir sans regret le soir ». Un des plus importants classiques chinois, le Livre des Mutations (I Ching), est une compilation de notes sur le ciel et la terre, le yin et le yang, les changements cosmiques, l’ascension sociale et le déclin, et les lois de la vie humaine. Le pouvoir prophétique de ce livre a surpassé de loin ce que la science moderne peut concevoir. En plus du taoïsme et du confucianisme, le bouddhisme, en particulier le bouddhisme zen, a eu une subtile mais profonde influence sur les intellectuels chinois.

    Le confucianisme est la partie de la culture traditionnelle chinoise qui se concentre sur « l’entrée dans le monde humain ». Il mettait l’accent sur une éthique basée sur la famille dans laquelle la piété filiale jouait un rôle très important, enseignant que toute bonté commence par la piété filiale. Confucius prônait « bienveillance, droiture, bienséance, sagesse et fidélité » mais il a dit aussi : « La piété filiale et l’amour fraternel ne sont-ils pas les racines de la bonté ? »

    L’éthique familiale peut naturellement être appliquée pour guider la morale sociale. La piété filiale peut aussi être appliquée à la loyauté envers le monarque. On dit qu’« il est rare que quelqu'un ayant de la piété filiale offense ceux d'en haut ». L’amour fraternel peut aussi s’appliquer à la loyauté envers les amis. Les confucéens croient que dans une famille, un père devrait être bon, un fils dévoué, un frère aîné amical, et un frère cadet respectueux. Ici, la bonté paternelle peut aussi s’appliquer à la bonté d’un empereur envers ses subordonnés. Tant que les traditions d’une famille peuvent être maintenues, la moralité sociale peut naturellement perdurer. « Se cultiver soi-même, réguler sa propre famille, gouverner justement son propre Etat et offrir tranquillité et bonheur à tout le royaume . »

    Le bouddhisme et le taoïsme, par contre, sont la partie de la culture chinoise qui se concentre sur « la sortie du monde séculaire », guidant les gens dans leur2004-05-19-painting-foen_copy1.jpg élévation spirituelle. L’influence du bouddhisme et du taoïsme se reflétait dans tous les aspects de la vie du peuple chinois. Les pratiques profondément enracinées dans le taoïsme incluent la médecine chinoise, le qigong, la géomancie (Feng Shui) et la divination. Ces pratiques, ainsi que les conceptions bouddhistes du royaume des cieux et de l’enfer, la récompense karmique du bien et la rétribution du mal, ont, en synergie avec l'éthique confucéenne, formé le noyau de la culture traditionnelle chinoise.

    Les croyances du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme ont offert au peuple chinois un système moral très stable, immuable, « aussi longtemps que le ciel demeure ». Ce système éthique a donné la base d’une stabilité durable, de la paix et de l’harmonie dans la société.

    La moralité relève du monde spirituel, donc elle est souvent conceptuelle. La culture exprime un tel système abstrait de moralité en un langage qui peut être communément compris.

    Prenez les Quatre classiques chinois, qui sont les quatre romans les plus connus de la culture chinoise, pour exemple. Le Pèlerinage d’Occident est un conte mythique. Le Rêve dans le pavillon rouge commence avec un dialogue entre une roche vivante, la divinité de l’espace infini et le Tao du temps illimité, sur la falaise sans fond de la montagne de la grande perte – ce dialogue donne les repères pour le drame humain qui se déroule dans le roman. Au bord de l'eau commence avec un conte sur Hong Taiwei, responsable des affaires militaires, qui avait par mégarde libéré 108 démons. Cette légende explique l’origine des 108 « militants des prouesses hors-la-loi ». Les Trois royaumes commence avec un avertissement céleste à propos d’un désastre, laissant présager la conclusion inéluctable de la volonté divine : « Les affaires du monde affluent en un flot continu, un destin déterminé par le ciel, dont la portée est infinie, met fin à tout ». D’autres histoires célèbres, comme L’Histoire des Zhou orientaux et L'histoire de Yue Fei , commencent avec des légendes similaires.

    2008-09-12-350.0.1.0.16777215.0.stories.large.2008.09.11.portrait_of_the_qianlong_emperor_in_court_dress.jpgL’utilisation des mythes par ces conteurs n’était pas une coïncidence, mais un reflet de la philosophie fondamentale des intellectuels chinois relevant de la nature et des humains – une contemplation de l’origine divine de la vie humaine. Ces contes ont eu une si profonde influence sur l’esprit chinois que leurs personnages ont été utilisés pour exprimer des caractéristiques de certaines valeurs morales. En parlant du concept de « droiture » par exemple, les gens pensent à Guan Yu (160-219) des Trois Royaumes – ils pensent à comment son sens de l’honnêteté a transcendé les nuages et atteint le ciel, comment sa loyauté inébranlable envers son supérieur Liu Bei lui a valu le respect, même auprès de ses ennemis, comment sa bravoure dans la bataille a prévalu dans les conditions les plus dangereuses, et même dans sa défaite finale dans une bataille près de la ville de Mai, et finalement, devenu divinité, à l’entretien qu’il a avec son fils. En parlant de « loyauté », les gens pensent naturellement à Yue Fei (1103-1141), grand général de la dynastie Song qui servit son pays avec une intégrité et une loyauté sans réserve, et à Zhuge Liang (181-234), premier ministre de l’Etat de Shu durant la période des Trois royaumes, qui « se donna entièrement jusqu’à ce que son cœur cesse de battre ».

    Le panégyrique de la loyauté et de la droiture appartenant à la culture traditionnelle chinoise a été entièrement élaboré dans les histoires pittoresques de ces écrivains. Les valeurs morales abstraites qu’elles épousent ont été rendues spécifiques et se sont incarnées dans des expressions culturelles.

    2006-5-11-fo-paiting.jpgLe taoïsme met l’accent sur l’authenticité, le bouddhisme met l’accent sur la compassion, et le confucianisme valorise la loyauté, la tolérance, la bienveillance et la droiture. « Si leurs formes diffèrent, leurs objectifs sont les mêmes… tous encouragent les gens à retourner à la bonté . » Ce sont les aspects les plus précieux de la culture traditionnelle chinoise basés sur les croyances dans le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme.

    La culture traditionnelle chinoise a enseigné aux gens d’importants concepts et principes, tel que le ciel, le Tao, Dieu, Bouddha, le destin, l’affinité prédestinée, la bienveillance, la droiture, la bienséance, la sagesse, la fidélité, l’honnêteté, le sens de la honte, la loyauté, la piété filiale, la dignité, etc. Beaucoup de Chinois sont peut-être illettrés mais les pièces de théâtre et les opéras traditionnels, à travers lesquels ils apprennent la moralité traditionnelle, leur sont familières. Ces formes culturelles ont été extrêmement importantes dans la transmission de la tradition chinoise. Alors, la destruction de la culture traditionnelle chinoise par le PCC est évidemment une attaque directe à la moralité chinoise et détruit la base de la paix et de l’harmonie dans la société

    Tiré des 9 commentaires sur parti communiste chinois: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-Parti-communiste/Comment-le-Parti-communiste-chinois-a-detruit-la-culture-traditionnelle.html

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu