Avertir le modérateur

chine communiste

  • On n'oublie pas le sang de Tiananmen

    Reportage des 20 ans du massacre de la place Tienanmen en 2009

    Alors que le jour se lève sur le place Tiananmen de Pékin en ce jeudi 4 juin 2009, ils sont nombreux à se souvenir silencieusement des évènements qui se sont passés ici-même le 4 juin 1989. Dans les premières heures de ce jour fatidique, l'armée a soudainement ouvert le feu sur une manifestation étudiante en faveur de la démocratie, une de ces manifestations qui s'étendaient depuis plusieurs semaines dans tout le pays.

    La Croix-rouge en Chine et des associations d'étudiants estiment à au moins 2.000 le nombre de morts ce jour-là, un nombre généralement annoncé comme étant sous-estimé. Qi Zhiyong était un employé âgé de 33 ans lorsqu'il a rejoint les manifestations de Pékin. Il a dû être amputé d'une jambe. Vingt ans plus tard, il suit un traitement pour la tension et le diabète, qu'il associe à la perte de sa jambe.

    [Qi Zhiyong, survivant du massacre de la place Tiananmen]:
    " Cette balle que j'ai reçue m'a fait comprendre la valeur de la vie. Je comprend mieux dans quelle sorte de pays je suis et comment mon gouvernement m'a traité. Dans les vingt dernières années, j'ai ressenti et expérimenté les épreuves. "

    De nombreuses victimes des balles ce jour-là ont eu moins de chance. Le fils de Zhang Xianling a été tué par arme à feu. Wang Nan était un jeune homme joyeux, de 19 ans, lorsqu'il a laissé un mot dans la nuit du 3 au 4 juin pour prévenir qu'il allait rejoindre ses amis sur la place.

    Zhang a fondé l'association des Mères de Tiananmen avec une autre femme, Ding Zilin, dont le fils de 17 ans a également été tué cette nuit-là. L'association essaye de recenser les morts de Tiananmen pour renverser le verdict annonçant que le mouvement étudiant avait été un complot "contre-révolutionnaire".

    [Zhang Xianling, co-fondatrice des "Mères de Tiananmen"]:
    " Au cours de ces 20 dernières années, mon point de vue n'a pas du tout changé sur le mouvement de Tiananmen, le soulèvement étudiant du 4 juin. Les étudiants se battaient contre la corruption et le contrôle absolu du Parti. Les 20 dernières années ont prouvé qu'ils avaient entièrement raison. "

    La plupart des meneurs ont pu fuir la Chine continentale après l'évènement, poursuivant leur vie à l'étranger. Bao Tong était le bras droit de l'ancien chef du Parti communiste, Zhao Ziyang, qui a sympathisé avec les manifestants étudiants, ce qui lui a valu d'être maintenance à sous résidence surveillée jusqu'à sa mort, survenue en 2005.

    [Bao Tong, bras droit de Zhao Ziyang]:
    " Si l'économie de la Chine a prospéré grâce à cette répression, alors j'invite le gouvernement chinois à faire part de leur expérience au reste du monde et à dire au monde que si vous voulez une économie prospère, tout ce que vous avez à faire est d'envoyer des tanks et des machines à tuer dans votre capitale pour viser votre population. "

    La plupart garde l'espoir qu'un jour l'évènement de Tiananmen ne sera plus un tabou dans le pays le plus peuplé du monde. En effet, 20 ans après que des reportages du massacre aient choqué le monde, les voix de Tiananmen ne sont toujours pas les bienvenues dans leur propre pays.

     Tiré de: https://www.youtube.com/watch?v=ELZdUXcmSe4

  • Comprendre de A à Z la Chine communiste et les dictatures mondiales

    dictature mondiale, chine communiste, 9 commentaires sur le parti communiste chinois, histoire de la Chine communiste, fin des dictatures, Chine, lire les 9 commentaires sur le parti communiste chinois, PCCUne dizaine d’années après l’effondrement de l’ex-Union Soviétique et des régimes communistes de l’Europe de l’Est, le mouvement communiste international est aujourd’hui rejeté dans le monde entier, et la fin du Parti communiste chinois (PCC) n’est qu’une question de temps.

     
    Néanmoins, avant son effondrement total, le PCC essaie de lier son destin à la nation chinoise et ses cinq mille ans de civilisation. C'est un désastre pour le peuple chinois. Comment considérer le PCC ? Comment passer à une société sans PCC ? Comment transmettre l’héritage chinois ? Ce sont les grandes questions auxquelles le peuple chinois est à présent confronté. Aujourd’hui, La Grande Époque publie une série d’éditoriaux spéciaux : Neuf commentaires sur le Parti communiste. Avant que le couvercle ne se referme sur le cercueil du PCC, nous souhaitons prononcer un jugement définitif sur lui et sur le mouvement communiste international, qui pendant plus d’un siècle a été un fléau pour l’humanité.


    Pendant plus de 80 ans, tout ce que le PCC a touché a toujours été accompagné par les mensonges, les guerres, la famine, la tyrannie, les massacres et la terreur. Les croyances et les valeurs traditionnelles ont été violemment détruites. Les concepts éthiques et les structures sociales originels ont été désagrégés de force. L’empathie, l’amour et l'harmonie entre les gens ont été transformés en lutte et en haine. La vénération et le respect du ciel et de la terre ont été remplacés par l’arrogant désir de lutter contre le ciel et la terre. Il en a résulté un effondrement total des systèmes social, moral et écologique de la société et une crise profonde pour le peuple chinois et en vérité pour toute l'humanité. Toutes ces calamités se sont produites suite aux manœuvres, à l'organisation et au contrôle délibérés du PCC.

     
    Comme le dit un célèbre poème chinois de la dynastie Song : « Que faire, impuissant, à la vue des fleurs qui se fanent ». La fin du régime communiste est proche, il est aux abois et ses jours sont comptés. Avant sa disparition totale, nous pensons que le temps est venu d’une réflexion rétrospective, afin de mettre à nu tous les aspects de cette organisation sectaire, la plus grande et la plus malveillante de l’histoire. Nous espérons que ceux qui sont encore trompés par ce régime pourront voir clairement sa nature, purger leur esprit de son poison, se dégager de son contrôle pervers, se libérer du joug de la terreur et abandonner toute illusion à son propos.

     
    Le règne du PCC est la page la plus sombre et la plus ridicule de l'histoire de la Chine. Dans la liste interminable de ses crimes, les plus vils pourraient être sa persécution du Falun Gong. En s’attaquant à « Authenticité, Bienveillance, Tolérance » le communisme chinois a lui-même enfoncé le dernier clou à son cercueil. La Grande Époque croit qu’en comprenant la véritable histoire du PCC, nous pourrons empêcher que de telles tragédies se reproduisent. En même temps, nous espérons que chacun d’entre nous réfléchira sur soi-même et examinera si notre lâcheté et nos compromis nous ont rendus complices dans nombre de tragédies qui auraient pu être évitées.

     
    Les titres des Neuf commentaires sur le Parti communiste sont les suivants :


    1. Qu'est-ce que le Parti communiste ?
    2. Les débuts du Parti communiste chinois
    3. La tyrannie du Parti communiste chinois
    4. Le Parti communiste est une force qui s'oppose à l'univers
    5. La connivence de Jiang Zemin et du Parti communiste chinois : s’utiliser mutuellement pour persécuter le Falun Gong
    6. Comment le Parti communiste chinois a détruit la culture traditionnelle
    7. L'histoire de tueries du Parti communiste chinois
    8. En quoi le Parti communiste chinois est une secte perverse
    9. Sur la nature sans scrupules du Parti communiste chinois

    dictature mondiale, chine communiste, 9 commentaires sur le parti communiste chinois, histoire de la Chine communiste, fin des dictatures, Chine, lire les 9 commentaires sur le parti communiste chinois, PCC

    Lire les 9 Commentaires sur le parti communiste chinois: http://neufcommentaires.wordpress.com/2010/06/13/les-neuf-commentaires-sur-le-parti-communiste-chinois/

    dictature mondiale, chine communiste, 9 commentaires sur le parti communiste chinois, histoire de la Chine communiste,dictateur, fin des dictatures, Chine, lire les 9 commentaires sur le parti communiste chinois, PCC

    Regarder les 9 Commentaires sur le parti communiste chinois: http://www.dailymotion.com/video/x8zsnr_les-9-commentaires-sur-le-parti-com_news

     

  • Hong Kong expulse le sculpteur de la «déesse de la démocratie»

    La statue de la déesse de la démocratie le 29 mai à Hong Kong. La Grande Époque
    La statue de la déesse de la démocratie le 29 mai à Hong Kong. La Grande Époque

    Les autorités de Hong Kong ont refusé l’entrée au créateur d’une statue dédiée aux victimes du massacre de Tiananmen en 1989. Chen Weiming, le sculpteur qui a créé la statue de la « déesse de la démocratie », est arrivé à l’aéroport de Hong Kong le 1er juin à 11 heures. Après avoir été identifié par les autorités d’immigration, il a été empêché d’entrer et expulsé vers les États-Unis le 2 juin.

    Avant son expulsion, Chen Weiming a fait une déclaration dans laquelle il a affirmé que l’arrangement de Hong Kong avec la Chine, le « un pays, deux systèmes » censé préserver la démocratie à Hong Kong, est une « tromperie ». L’artiste s’est également plaint de la confiscation par les autorités de Hong Kong de deux de ses statues, sous prétexte d’entrave à la circulation et de recherche de drogues.

    Il a dit que la raison derrière les actions menées par les autorités est que l’œuvre a suscité des « tensions chez certains individus ».

    Selon un rapport publié par Boxun, Hon James To et les membres du Parti démocratique de Hong Kong ont organisé une visite de deux heures au ministère de l’Immigration avec Chen Weiming et plusieurs fonctionnaires de l’immigration. M. Chen a été autorisé à faire appel au cas où il se verrait refuser l’entrée sur le territoire. M. To déclare que selon les lois de la région administrative spéciale de Hong Kong, au cours de la période d’appel, le gouvernement de Hong Kong n’avait pas le droit d’expulser M. Chen. Il a lu la déclaration de M. Chen au cours d’une motion du Conseil législatif « mettant en avant le 4 juin ».

    Après que M. Chen a été expulsé, Hon To a accusé les autorités du territoire de  lui avoir délibérément mis des bâtons dans les roues pour empêcher son intervention, en ne lui communiquant pas à temps les informations qui lui auraient permis de faire appel pour le sculpteur. Il s’agit là de « moyens méprisables » pris par les autorités, s’indigne le démocrate.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Hong-Kong-expulse-le-sculpteur-de-la-deesse-de-la-democratie.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu