Avertir le modérateur

birmanie

  • Besson: « Filmer contre le cynisme »

    Luc Besson, Michelle Yeoh, The Lady, Chine, Birmanie,Aung San Suu Kyi, droits de l'homme

    Si le dernier film de Luc Besson raconte le combat et les épreuves vécus par Aung San Suu Kyi, à partir d'un scénario que lui avait remis Michelle Yeoh, il dit aussi la force de l'amour. « Grâce à l'amour de son pays, de son mari et de ses enfants, une petite femme de 50 kilos résiste à 300.000 militaires pendant 20 ans », résume le réalisateur. Qi semble transformé par ce tournage.

     

    Au départ, Michelle Yeoh cherchait un producteur, pas un réalisateur ?

    Elle m'a dit que, si je voulais faire la mise en scène, ce serait super. Comme j'étais très pris à l'époque, j'ai dégagé en touche. Avant de lire, en fait. Je savais juste un petit peu de quoi il retournait, mais je n'étais pas branché là-dessus.

     

    Vous avez ensuite lu le scénario…

    Et j'ai beaucoup pleuré, déjà. Je me suis rendu compte de l'importance du sujet et de ce que ça disait. Là, c'est devenu essentiel, pour moi, dans ma vie. Vu l'âge que j'ai, ce que j'ai déjà pu vivre, où on en est dans la société, cette espèce de cynisme qui coule comme de la confiture dans tous les domaines… A un moment, il faut qu'on envoie quelques messages, à la fois douloureux mais aussi très positifs parce que l'histoire d'Aung San Suu Kyi, c'est le meilleur de l'être humain.

     

    Luc Besson, Michelle Yeoh, The Lady, Chine, Birmanie,Aung San Suu Kyi, droits de l'homme Et le pire, chez les autorités birmanes !

    Ces militaires sont… bêtes, avides de pouvoir et d'argent. J'ai été à Rangoon, j'ai vu des maisons très belles avec 15 Ferrari ; vous faites trois mètres dans la rue et vous tombez sur des nids-de-poule et de la terre. A quoi ça sert ? C'est un des peuples les plus gentils du monde, mais il y a 50 millions de Birmans qui doivent vivre avec moins d'un dollar par jour. Ils affament leur peuple pour avoir un peu plus d'argent pour en faire… rien ! J'ai mon âge, j'ai des enfants, et j'ai envie de parler du cynisme de la société d'aujourd'hui. Mais on ne sait jamais trop comment, ça reste au stade des discussions entre amis à table : on donne son opinion, on est citoyen… En tant que cinéaste, ce n'est pas toujours facile, parce que les gens ont envie aussi de voir du divertissement. Ils ne vont pas forcément au cinéma pour se prendre la tête.

     

    Vous n'auriez pas pu faire ce film il y a 10 ans ?

    Je pense que je n'aurais pas compris l'importance du sujet. J'ai été présenter le film notamment dans des facultés : l'autre jour, un étudiant m'a dit qu'il n'avait jusque-là pas mesuré la liberté dont nous disposions. C'est-à-dire que le film révèle la liberté qu'on a et celle qu'on n'a pas. Il y a encore un an, en Birmanie, si vous lisiez le Times, vous alliez en prison. Quand vous écrivez une chanson, vous êtes obligé de donner le texte à l'Etat qui met un cachet, sinon aucun studio n'est autorisé à l'enregistrer. L'humoriste Zarganar a pris 65 ans de prison pour avoir raconté des blagues dans un bar ! (NDLR : il a été libéré depuis)

     

    Inscririez-vous « The lady » dans cette actualité où il est beaucoup question de révolutions et de manifestations pour la liberté ?

    C'est bizarre comme les gouvernements n'écoutent jamais leur peuple, alors qu'ils sont là pour nous, normalement. Voyez le printemps arabe, ces révolutions qui se font grâce au peuple, et puis on modifie l'organigramme pour que les gens soient contents. Ils n'ont pas encore compris, mais le mouvement s'étend. Le mouvement des 99 % est magnifique ! Alors que les élites devraient « philosophiquement » élever la société, ce sont les 99 % du bas, a priori « moins cultivés », qui lancent les véritables messages.

     

    Lire l'article en entier sur: http://www.lesoir.be/culture/cinema/2011-12-21/besson-filmer-contre-le-cynisme-885298.php

  • Tollé international après la condamnation d'Aung San Suu Kyi

    Si l'UE mettait ses menaces à exécution, le groupe pétrolier français Total serait en première ligne. Une des actions réclamée par les soutiens de Aung San Suu Kyi est «le compte séquestre», dispositif prévu par l'ONU, pour les revenus versés par Total à la Birmanie pour l'exploitation des gisements gaziers.

    Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon a pour sa part appelé la junte militaire birmane à libérer Aung San Suu Kyi de façon «immédiate et inconditionnelle et à la considérer sans tarder comme un acteur essentiel dans le processus de dialogue et de réconciliation» nationale.

    Renforcement des sanctions de 2007

    Le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt a pour sa part évoqué de «nouvelles restrictions commerciales pour les compagnies appartenant à l'Etat» birman et «une interdiction d'entrée dans l'UE pour les quatre personnes clés responsables de la décision» de condamner Aung San Suu Kyi.

    Les sanctions européennes contre la Birmanie, renforcées en 2007, incluent, entre autres, un embargo sur les armes, une interdiction d'entrée dans l'UE et un gel des avoirs d'une dizaine de responsables de la junte.

    Les Européens veulent agir avec tous leurs partenaires et comptent sur les pressions des pays d'Asie pour obtenir la libération de l'opposante.

    Brown «en colère»

    La réaction des pays de la région vont en ce sens. La Malaisie a appelé ainsi à une réunion d'urgence de l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est (Asean) «pour évoquer cette question, qui suscite une grande inquiétude». «Avec cette condamnation, Aung San Suu Kyi n'a aucun moyen de participer à l'élection générale de l'année prochaine, qui devrait être libre et juste», a expliqué le chef de la diplomatie malaise, Anifah Aman.

    Le Premier ministre britannique Gordon Brown s'est dit «attristé» et «en colère», alors que la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a affirmé qu'Aung San Suu Kyi «n'aurait pas dû être jugée et n'aurait pas dû être condamnée». «Nous demandons aussi la libération de plus de 2.000 prisonniers politiques dont l'Américain John Yettaw. Nous sommes inquiets de la condamnation sévère qui lui est imposée, surtout au regard de son état de santé», a-t-elle plaidé.

    Du côté des ONG, Amnesty International a fustigé une condamnation «honteuse», qui relève de la «mascarade politique», alors que la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) a pressé la communauté internationale d'agir pour mettre fin à la répression «inhumaine» en Birmanie.

    Merci à Libération: http://www.liberation.fr/monde/0101584753-tolle-international-apres-la-condamnation-d-aung-san-suu-kyi

  • Nouvelles d'Asie

    CHINE : Du 3 au 21 novembre se tient à Genève la 41ème session du Comité des Nations Unies contre la Torture (CAT) qui, pour la première fois depuis 2001, étudie la question de la Chine, et spécialement des tibétains et des pratiquants de Falun Gong. Le Comité, dont la Chine est membre d’ailleurs, a dénoncé un « manque sérieux d’informations, opacité, lacunes énormes » de la part des autorités chinoises qui ont rétorqué en accusant les ONGs « de propager de fausses informations pour porter tort à la Chine ». Mme Felice Gaer, un des experts du CAT, a reproché à la Chine l’usage intensif du secret d’état pour refuser de dévoiler les faits de torture. Le groupe des droits de l’homme pour le Falun Gong a suggéré que le Haut Commissariat aux Droits de l’homme des Nations Unies, face à ces sévères violations de la convention contre la torture, suspende sa qualité de membre à la Chine.

    BIRMANIE : Les conséquences du Cyclone Nargis se font encore sentir six mois après. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance – l'UNICEF – est soucieux du sort des nombreux orphelins et veuves laissés après le passage du cyclone qui a fait 140 000 morts et touchés 2,4 millions de personnes. L'UNICEF soutient près de 390 000 enfants dans 2 500 écoles et compte construire encore sept écoles modèles, résistant aux tremblements de terre et aux cyclones. L'organisation a fourni des kits éducatifs aux enfants, et également aux enseignants, qui bénéficient en outre d'une formation psycho-sociale pour aider les victimes du cyclone. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, d’autre part, s’inquiète du sort des veuves et des orphelins qui sont les plus vulnérables au risque d'exploitation, de travail forcé, de prostitution et de trafic.

    Démissions.jpgCHINE : 45 500 000 personnes ont démissionné du Parti communiste chinois, au rythme de 50 000 par jour. Le mouvement est né après la publication par le Journal Epoch Times International en 2004 d’un essai : Les 9 commentaires sur le parti communiste, qui montre toutes les exactions que celui-ci a commises. En Chine, depuis sa prise de pouvoir en 1949, il serait responsable de la mort de 60 à 80 millions de personnes. 

    CAMBODGE : De plus en plus d'abus de pouvoir se constatent dans les cas de litiges fonciers où des personnes ou des groupes riches et influents, utilisent la justice à leur avantage. Amnesty International dénonce la situation des défenseurs des droits humains qui depuis deux ans cherchent à faire respecter les droits fonciers et à lutter contre les expulsions forcées. Selon Brittis Edman, d’Amnesty, le système judiciaire actuel ne protège pas les droits humains et ne rend pas la justice.

     

    Tiré de la radio Sound Of Hope www.sondelespoir.org

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu