Avertir le modérateur

barck obama et hu jintao

  • Barack Obama en Chine, entre bonne volonté et désaccords

    SHANGHAI - Barack Obama entame sa première visite officielle en Chine sous le signe de l'ouverture et de la bonne volonté mais dans un climat tendu en raison des différends entre Washington et Pékin sur le commerce, les changes et le Tibet.

    Arrivé dimanche soir à Shanghai, Barack Obama entame sa première visite officielle en Chine sous le signe de l'ouverture et de la bonne volonté mais dans un climat tendu en raison des différends entre Washington et Pékin sur le commerce, les changes et le Tibet. (Reuters/Jim Young)

    Arrivé dimanche soir à Shanghai, Barack Obama entame sa première visite officielle en Chine sous le signe de l'ouverture et de la bonne volonté mais dans un climat tendu en raison des différends entre Washington et Pékin sur le commerce, les changes et le Tibet. (Reuters/Jim Young)

    Sous une pluie torrentielle, le président américain est arrivé tard dimanche soir à Shanghai, le coeur économique du pays, où il participera lundi à une séance de questions-réponses avec de jeunes Chinois avant de gagner Pékin où il s'entretiendra mardi avec son homologue Hu Jintao.

    Les discussions entre les deux dirigeants devraient notamment porter sur la Corée du Nord, l'Iran et les efforts pour lutter contre le réchauffement climatique à moins d'un mois du sommet de Copenhague.

    Barack Obama a déclaré qu'il n'entendait pas laisser de côté des dossiers délicats comme ceux des droits de l'homme, des différends commerciaux entre les deux pays - notamment l'imposition par Washington de surtaxes sur les pneus et certains composants en acier importés de Chine - et la valeur du yuan, la devise chinoise que les Etats-Unis jugent sous-évaluée et cause de déséquilibre dans les échanges internationaux.

    Les autorités chinoises ont laissé entendre cette semaine qu'elles pourraient permettre une certaine appréciation du yuan, déclarant qu'elles prendraient en compte l'ensemble des grandes devises et non pas seulement le dollar pour orienter le taux de change.

    Mais sourd aux appels sur une réévaluation du yuan, Hu Jintao a réclamé vendredi lors d'un forum économique à Singapour la levée des restrictions commerciales "déraisonnables" imposées selon lui aux pays en développement.

    Estimant que le protectionnisme faisait barrage à une reprise économique mondiale, le numéro un chinois a appelé à des avancées dans les négociations du cycle de Doha sur une libéralisation du commerce, menées sous l'égide de l'OMC et qui sont dans l'impasse depuis huit ans.

    "PARTENAIRE ESSENTIEL MAIS AUSSI CONCURRENT"

    Après avoir été ralentie par la crise économique mondiale, l'économie chinoise a retrouvé un rythme de croissance de l'ordre de 8% (8,9% en glissement annuel au troisième trimestre; à titre de comparaison, à la fin du premier trimestre, la croissance sur les douze mois précédents n'était que de 6,1%).

    Dans une interview accordée cette semaine à Reuters, le président Obama disait voir dans la Chine un "partenaire essentiel ainsi qu'un concurrent".

    Il mettait cependant en garde contre des "tensions énormes" dans les relations entre les deux puissances si les déséquilibres commerciaux entre eux n'étaient pas corrigés.

    Beaucoup considèrent ces déséquilibres - la consommation excessive et les emprunts des Etats-Unis, facilités par la stratégie d'exportation très offensive de la Chine et les achats d'obligations et bons américains par Pékin - comme une cause majeure des maux économiques mondiaux.

    Les industriels américains se plaignent de longue date de voir Pékin maintenir artificiellement bas la valeur du yuan pour rendre plus attractives les exportations chinoises et, a contrario, pour que les produits américains soient plus chers pour les consommateurs chinois.

    Obama risque de se heurter à une certaine résistance de la part de la Chine comme d'autres pays qui craignent que les efforts de Washington pour coopérer avec l'Asie dans le domaine économique ne cherchent qu'à servir ses propres intérêts.

    La démarche adoptée par l'administration Obama envers la Chine, connue sous le nom de "réassurance stratégique", s'appuie sur les efforts de l'administration Bush pour atténuer la méfiance entre Washington et Pékin et encourager la Chine à devenir un acteur responsable des affaires internationales.

    Obama a de ce fait été accusé par certains de ne plus accorder de véritable place aux questions des droits de l'homme mais il a assuré qu'il soulèverait le problème lors de ses rencontres en Chine.

    Fait qui souligne l'importance accordée à sa visite de trois jours, le programme d'Obama en Chine prévoit un dîner d'Etat, une série d'entretiens avec le président Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao.

    TIré de:

    http://www.lexpress.fr/actualites/2/barack-obama-en-chine-entre-bonne-volonte-et-desaccords_828564.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu