Avertir le modérateur

baidu

  • Sony Xperia Z3: une application malveillante au service du régime chinois

    Chine, espionnage, Sony Xperia Z3, application malveillante, smartphone, régime chinoise, Baidu

    Un fichier mystérieux a été découvert dans deux modèles de smartphones Sony Xperia. Selon des experts, ce fichier relaie des données vers des serveurs en Chine.

    Le fichier s’appelle «Baidu», le même nom que le plus grand moteur de recherche chinois sur Internet. Il a été détecté dans les téléphones Xperia Z3 et Xperia Z3 Compact. Si un utilisateur tente de supprimer le fichier, il se restaure automatiquement après un court instant. Le blog indépendant Xperia mentionne que le fichier est enraciné dans le micrologiciel des téléphones.

    Sony a annoncé dans son document de support technique que le «fichier infecté sera supprimé dans les futures mises à jour du logiciel du téléphone».

    Cette application représente la troisième attaque de ce genre.  Elle est quasiment identique aux logiciels d’espionnage trouvés dans les smartphones de la société chinoise Xiaomi ainsi que d’un autre fabricant chinois anonyme.

    Dans tous les cas, la faille utilisait une application mobile infectée et enracinée dans le micrologiciel du téléphone qui renvoie les données vers la Chine.

    Dans les trois cas, l’application infectée se restaure d’elle-même lorsqu’elle est effacée.

    Le 16 juin, la société allemande de sécurité G Data a révélé que les smartphones chinois Star N9500, vendus en ligne par une société anonyme, contiennent un fichier intitulé Uupay.D qui transfère des données du téléphone vers la Chine.

    Le fichier espion était déguisé en programme de Google Play et tourne en arrière-plan et donc à l’insu de l’utilisateur. Christian Geschkat, responsable de produits pour solutions mobiles chez G Data, a  confié dans un blog que «les possibilités de  ce programme d’espionnage sont presque illimitées».

    Juste un mois plus tard, un logiciel similaire d’espionnage a été découvert dans les smartphones du fabricant chinois Xiaomi.

    Cela  a été découvert pour la première fois lors du salon IMA Mobile de Hong Kong par un utilisateur qui a examiné le smartphone Note Redmi de Xiaomi pour en faire un compte-rendu. Des chercheurs de la société de sécurité F-Secure ont plus tard confirmé ses conclusions.

    Les smartphones Note Redmi de Xiaomi essayaient continuellement de se connecter à une adresse IP à Pékin. Les experts ont observé que ces téléphones continuaient à relayer des données, même après que leur contenu ait été effacé et remplacé par une nouvelle version d’Android, suggérant à nouveau que cette application était intégrée dans le micrologiciel du téléphone.

    Les smartphones sont des cibles intéressantes pour l’espionnage. Les utilisateurs les portent sur eux, ils possèdent un micro et une caméra et les gens y stockent souvent de grandes quantités de données personnelles.

    Les pirates informatiques travaillant pour l’État chinois semblent tout à fait conscients de l’importance des smartphones pour l’espionnage.

    Une campagne d’espionnage visant les utilisateurs de smartphones soutenant le mouvement pro-démocratie à Hong Kong, a été récemment révélée. Ces  attaques ont été découvertes le 30 septembre par des experts de la société Lacoon Mobile Security.

    L’attaque contre les manifestants pro-démocratie à Hong Kong ciblait les téléphones Androïd ainsi que les iPhones et iPads. Les protestataires ont reçu une annonce sur leur messagerie WhatsApp les invitant à télécharger l’application infectée, présentée comme un outil d’aide aux manifestants.

    Selon les experts de Lacoon Mobile Security, l’attaque visant le mouvement pro-démocrate de Hong Kong vient du régime chinois, étant donné la nature de la cible et le niveau technologique très élevé nécessaire au lancement d’une telle attaque.

    D’un point de vue global, il semble que les pirates informatiques du régime chinois aient trouvé le point faible dans la cyber-sécurité mondiale, leur permettant d’obtenir de nombreux accès et informations importantes.

    Par ailleurs, le South China Morning Post a fait observer dans un article daté du 27 octobre que le régime chinoise cherche de plus en plus à contrôler le marché des applications portables.

    Le Bureau chinois des informations sur Internet, supervisé par le Conseil d’État et responsable de la régulation d’Internet, est en train de réfléchir à la mise en place d’une réglementation autour des applications mobiles. Selon les médias officiels, cette campagne a pour but de réprimer les logiciels malveillants.

    Toutefois, si le régime chinois est derrière les nombreuses attaques visant les  smartphones observées récemment, la réglementation du marché des smartphones annoncée par les autorités pourrait simplement renforcer leur emprise sur cette nouvelle forme d’espionnage.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/14/11/6/n3510467/sony-xperia-z-une-application-malveillante-au-service-du-regime-chinois.htm

  • Baidu lève l'interdiction sur le documentaire concernant la «Fausse immolation à Tiananmen»

    Fausse immolation, Tiananmen, régime chinois, falun gong, Baidu, moteur de recherche chinoisÀ la veille du 23e anniversaire du massacre du 4 juin sur la place Tiananmen, le plus grand moteur de recherche chinois Baidu a levé l’interdiction sur un documentaire intitulé «False fire in Tiananmen» produit à New York par un organisme indépendant, une station diffusant principalement en chinois, la New Tang Dynasty Television. (Chaine diffusée en France sur le canal 725 pour SFR, 685 pour Free et 704 pour Bouygues et sur le site internet en français: http://fr.ntdtv.com/).

    
Le documentaire est lié à un incident sur la place Tiananmen en janvier 2001, où cinq personnes s’immolent par le feu. CCN a également filmé l’événement, mais ses images ont été confisquées par la sécurité chinoise.

    
Une semaine plus tard, les médias sous la tutelle de l’État ont déclaré aux citoyens chinois que les personnes qui s’étaient auto-immolées étaient des pratiquants du Falun Gong.

    
Le documentaire «False fire» démontre à l’inverse que cet incident est une tentative du régime chinois pour inciter à la haine le public envers les membres de la pratique spirituelle du Falun Gong. Le documentaire pose entre autre la question de savoir comment la sécurité a pu être sur place aussi rapidement si elle n’était pas elle-même «dans le coup» et pourquoi elle a attendu qu’ils soient aussi sévèrement brûlés avant d’intervenir si ce n’est pour s’assurer que les comédiens se faisant passer pour des pratiquant du Falun Gong ne seraient plus en mesure de révéler la vérité.

    
Le 3 mai en utilisant les mots-clés «vérité sur l’auto-immolation» apparaissait en réponse «Conférence des Nations-Unies: l’auto-immolation de Tiananmen est une imposture orchestrée par le Parti Communiste Chinois».

    Vers la fin mai, Baidu a levé l’interdiction de deux reportages vidéo liées à la question du Falun Gong, «les signatures des 300 courageux villageois du Hebei» et «les avocats des droits de l'homme préconisent de traduire en justice la faction aux mains tâchées de sang de Jiang».

    Le 20 mars lorsque le Grand Fire Wall de Chine a été partiellement débloqué, les internautes chinois ont  été sur Google pour voir bien souvent des mots-clés sensibles tels que «Falun Gong», «4 juin» ainsi que « Zhuan Falun », titre du livre principal de la pratique spirituelle du Falun Gong, interdite en Chine depuis plus d’une décennie.

    Ce même jour les recherches liées au Zhuan Falun ont mené au fait que le site du Falun Gong a été l’un des plus consultés du pays.

    Les internautes chinois pourraient désormais avoir accès librement aux informations sur le Falun Gong y compris les photos du maître Li Hongzhi ainsi que les photos des pratiquants faisant les exercices du Falun Gong, en Chine et à l’étranger.

    
Wen Zhao, un journaliste politique basé au Canada pour la New Tang Dynasty Television déclare que l’autorisation d’accéder à des sites web concernant le Falun Gong en Chine continentale est liée aux changements dans les plus hautes sphères du régime.

    
«Ce phénomène n’est pas un accident. Cela signifie que certains dirigeants du PCC voudraient vraiment voir la question du Falun Gong être résolue», explique Zhao, «c’est un élément clé pour eux, leur permettant de se distinguer de la faction aux mains rouges de Zhou Yongkang».

    
L’immolation de Tiananmen a eu lieu le 23 janvier 2001 et a été filmée par la Télévision Centrale Chinoise (CCTV).

    
Selon les pratiquants les cinq auto-immolés ne peuvent être des adeptes de cette pratique spirituelle, qui interdit le suicide. Le centre d’information du Falun Dafa estime que cet incident a été orchestré par le PCC pour tenter de justifier aux yeux du public la persécution du groupe en Chine.


    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Baidu-leve-linterdiction-sur-le-documentaire-concernant-la-Fausse-immolation-a-Tiananmen.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu