Avertir le modérateur

bénéfice

  • Une décision à soixante millions de dollars

    commerce, Chine, bénéfice, économie, Époque Times, Sillicon Valley, laboratoire, scientifique, ingénieur
    Jeffrey Van Middlebrook, inventeur et entrepreneur, a refusé 60 millions de dollars en recherche et développement de la Chine pour respecter ses principes. (Jasper Fakkert/Époque Times)

    «J’ai refusé de prendre l'argent d'un gouvernement qui tue sa propre population », annonce l’inventeur de la Sillicon Valley, Jeffrey Van Middlebrook.

    Jeffrey Van Middlebrook, un inventeur au génie universel de Silicon Valley, a découvert en 2006 un procédé pour isoler le gaz produit par les combustibles fossiles. Une telle invention, déployée à l'échelle industrielle, pourrait valoir une fortune.

    M. Van Middlebrook a inventé le système dans son atelier et l'a baptisé le liquéfacteur de gaz polyvalent à isolation fractionnelle de la combustion (broad-spectrum fractional sequestration combustion gas liquefier). Après l'avoir fait fonctionner à petite échelle, il est parti à la recherche de financement domestique. Ni le gouvernement ni l'entreprise privée n'étaient intéressés à fournir les fonds nécessaires pour faire fructifier l'invention à l'échelle industrielle.

    Puis, en 2011, la Chine a frappé à la porte. À deux reprises, M. Van Middlebrook a rencontré des délégations du Parti communiste : l’une de la province du Hubei à San Jose en 2011 et l’autre de la province du Jiangsu à San Francisco en février 2012.

    Étant affiliées à une université en Chine et étant soutenues par les vastes ressources du Parti communiste, elles lui ont offert, ainsi qu’à un partenaire d'affaires, 60 millions de dollars pour la recherche et le développement. Il aurait eu un laboratoire en Chine, avec les scientifiques, les ingénieurs et l'équipement nécessaires pour déployer son invention à un niveau industriel. C'était au début de 2012 et les négociations avaient commencé sur une bonne note.

    En mai 2012, l'associé chinois de M. Van Middlebrook, un scientifique diplômé du Massachusetts Institute of Technology (MIT) qui dirigeait les négociations avec les délégations chinoises, planifiait pour eux un voyage en Chine en septembre 2012.

    Les Chinois étaient très intéressés par l'invention de M. Van Middlebrook, en raison de son potentiel pour faire avancer les technologies du charbon propre. La Chine est le plus important consommateur de charbon, et la pollution qui découle de sa combustion pour générer de l'électricité est immense. Près d'un demi-million de personnes meurent chaque année en Chine de maladies reliées à la pollution de l'air, et la combustion du charbon contribue grandement au smog dense qui étouffe les villes chinoises.

    C'est alors que M. Van Middlebrook a commencé à lire dans Époque Times que les hôpitaux militaires chinois avaient prélevé de force les organes de dizaines de milliers de prisonniers de conscience, principalement des pratiquants de Falun Gong, une discipline spirituelle pacifique. Il a lu au sujet de la torture inimaginable et d'une persécution sans merci orchestrée par l'État. Il s'est donc retiré.

    «Quand j'ai commencé à lire ça, j'ai commencé à être déchiré sur le plan moral», explique M. Van Middlebrook. «D'un côté, il y a la Chine qui agite 60 millions de dollars au-dessus de ma tête. C'est très attrayant. Il est très difficile d'obtenir du financement en recherche et développement pour de nouvelles technologies. C'est un processus difficile, peu importe la technologie.»

    Il ajoute :...

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/5/28/n3508396.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu