Avertir le modérateur

artistes chinois

  • Un producteur sur Shen Yun: "Une unité qui est rare"

    Tiré de: http://www.youtube.com/user/NTDShenyunNews?feature=watch

  • Il est inadmissible de mourir parce que l’on croit à quelque chose

    art contemporain, artistes chinois, Chine, croyance, Marcel Rogemont, exposition, art, beauté, liberté de conscience

    Rennes. Marcel Rogemont, député à l’Assemblée nationale

    L’exposition internationale L’Art de Zhen-Shan-Ren (le Vrai – le Bien- la Tolérance) a été accueillie du 14 au 19 février 2014 à l’Orangerie du Thabor à Rennes, dans un parc référencé comme l’un des plus beaux jardins publics de France.

    L'exposition retrace l’histoire de la discipline spirituelle Falun Gong. Elle rend compte de la beauté de cette pratique ancestrale et de sa répression par le régime chinois depuis 1999. Une partie des œuvres révèle les épreuves terrifiantes que les pratiquants de Falun Gong en Chine – et les artistes eux-mêmes - ont traversées.

    Déjà présentée dans plus d’une cinquantaine de pays L’Art de Zhen Shan Ren a été visité par des dizaines de milliers de personnes. Un visiteur a résumé en ces mots son ressenti après avoir vu l’exposition : Une lumière qui transperce le cœur. Un maire européen a déclaré à son propos je crois que quiconque voit cette exposition sera touché pour peu qu’il soit un être humain.

    Marcel Rogemont, député à l’Assemblée nationale, a été marqué par le réalisme des oeuvres et la thématique sur la liberté de conscience: le combat pour la liberté de conscience est un combat continu que nous devons mener ici comme en Chine, car c'est un combat de tous les jours a-t-il affirmé.

    Dans un tableau de Xiaopin Chen intitulé L’Appel de l’innocence qu'on aperçoit sur la photo, une fillette entourée des gratte-ciels de Manhattan, tient une pancarte sous la pluie. L’intensité de son regard témoigne d’une conviction au-delà de son âge. On peut lire sur sa pancarte Tués pour leurs convictions ( "Killed for their belief"), C'est un des tableaux ayant tout spécialement touché le député, qui a répété combien il était inadmissible de mourir parce qu’on croit à quelque chose...

    Une exposition bouleversante

    Nasra Casani, artiste peintre iranienne, a trouvé l’exposition extraordinaire en termes des techniques de peinture, du rendu de la lumière et de l'espace. Elle a noté le fait que les peintures sont très réalistes et que l’on sent directement ce qui se passe.

    Plusieurs visiteurs ont dit avoir pleuré en regardant les tableaux. Je trouve triste que des gens soient persécutés pour leur croyance, toutes les tortures infligées aux femmes, aux hommes comme aux enfants à n'importe quel âge, j'ai versé des larmes, c'est très touchant a confié une étudiante en communication.

    J'ai failli pleurer en voyant certains tableaux, c'est une exposition qui m'interpelle et me laisse presque sans voix, a partagé Odile Dubauièse, une puéricultrice. Ce qui me touche c’est la souffrance, Notant que c’était aussi un plaisir de voir cette exposition, certaines toiles ont de la lumière, de la tristesse, de la violence ; certaines tout cela réuni sur une même toile, c'est beau, bravo d'avoir réussi à faire passer le message

    Un art et une vérité impressionnants

    Xavier Emere, ingénieur a trouvé L’exposition bouleversante de beauté. Cela rappelle la force des dessins de la renaissance, a-t-il remarqué impressionné par la spiritualité imprégnant chaque tableau. Je trouve intéressant de revenir à tout ce qui est paradis et divinités, il faut continuer dans cette voie-là. Merci à tous les artistes qui ont accompli ces tableaux merveilleux et je conseille à tous les français qui ont entendu parler de cette exposition, d'aller la voir.

    De nombreux visiteurs ont exprimé leurs encouragements afin que l’exposition continue à rendre compte de la tragédie en Chine, encore trop largement passée sous silence, et à véhiculer une conscience accrue et l’espoir.

    Un sentiment d’admiration était manifeste dans de nombreux messages laissés sur le livre d’or. De très belles toiles, un réel talent, les messages touchant directement au cœur. De quoi faire réfléchir sur la vie ! pouvait-on notamment y lire . Ou encore Cette exposition est très belle. Il en ressort un art et une vérité impressionnants .

    L’Art de Zhen Shan Rensera visible de nouveau dans la cadre de sa tournée des villes de France, dans la salle de la Coupole à Dijon du 16 au 28 avril 2014.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/a115465-France-L%E2%80%99Orangerie-du-Thabor-a-Rennes-presente-l%E2%80%99Art-de-Zhen-Shan-Ren-Un-art-et-une-verite-impressionnants.html

  • Au Canada, les immigrants chinois trouvent la liberté pour vivre leurs croyances

    Droits de, homme, Canada, immigrants chinois, falun gong, exposition, art, Zhen Shan Ren, artistes chinois, art moderne, art contemporain, camps travail forcé, torture, différences culturelles, humanité, sciences humaines, multiculturalisme, liberté, croyance, professeur

    Un historien qui a quitté la Chine après le massacre de la place Tiananmen, un ingénieur en informatique qui ne s'est jamais senti à l'aise en parlant de Hong Kong, sa ville natale, ainsi qu’un artiste; tous ont en commun des expériences similaires en arrivant au Canada. Chacun s'est épanoui grâce à la liberté qu'ils ont pu apprécier au Canada. Ils profitent de leur nouveau pays tout en exprimant leurs convictions les plus profondes, ce qui est impossible à réaliser en Chine.

    Vivre ses valeurs

    Su Ming, un commentateur et membre du conseil d'administration de la Fédération pour une Chine démocratique (FDC), est arrivé au Canada il y a 24 ans. Il a déclaré : « Le Canada m'a accepté et m'a donné asile, ce qui prouve que mes philosophies étaient compatibles avec les valeurs canadiennes. Le Canada est un pays libre et démocratique, où je peux dire ce que je veux dire et continuer à dénoncer le Parti communiste chinois (PCC).»

    Avant l'incident de la place Tiananmen en 1989, Su Ming était directeur d'un institut de l'Académie chinoise des sciences sociales et historien. Il a raconté que, lors du massacre, certains de ses collègues ont été tués, blessés et se sont enfuis. «[Après le massacre de la place Tiananmen] ils [le régime chinois] me tenaient responsable de la plupart de ces émeutes.»

    Toutefois, Su Ming estime que plaider pour la justice pour le peuple est juste et qu'un intellectuel devrait être un homme libre qui a une personnalité et une pensée indépendantes. «C'est-à-dire, ils doivent parler pour le peuple, surveiller et critiquer le gouvernement du point de vue social et de la justice, de la conscience et de la morale», a déclaré Su.

    «J'ai fait des choses basées sur ces valeurs, mais le résultat était offensant pour le régime totalitaire.» Après son arrivée au Canada, Su a trouvé que c'était un endroit convenable pour remplir sa philosophie personnelle de vie. Il a accompli ce qu'il pense comme étant de sa responsabilité et un devoir en Chine. «Comme un homme, j'ai fait ce que je devais faire et j'ai dit ce que je devais dire.»

    Su a souligné que, dans les universités partout dans le monde, les sciences humaines, les sciences sociales et les sciences naturelles sont étudiées. Mais en Chine continentale, selon Su, seules les sciences sociales et les sciences naturelles sont enseignées.

    «Il n'y a pas d'humanité, ce qui signifie la négation de la nature humaine de l'homme, de la culture humaine et de l'esprit humain», a déclaré Su. «L'idée du Parti communiste était, “par le biais des sciences naturelles, de résoudre les problèmes sociaux”, mais je pense que c'est une erreur.»

    Bien que ce soit réprimé par le PCC, Su a toujours insisté pour vivre selon ses propres valeurs. «Nous naissons en tant qu'être humain, ce qui est une grande bénédiction et satisfaction. Nous devons agir en fonction de nos valeurs dans la vie.»

    Beaucoup de Chinois qui sont venus au Canada étaient incapables de s'intégrer parce qu'ils pensaient que les différences culturelles entre les peuples asiatiques et occidentaux étaient un obstacle majeur.

    «Les cultures qui peuvent durer des milliers d'années sont toutes des cultures humaines», a déclaré Su. «Confucius a dit que la nature des gens est la même, mais que leurs habitudes sont très différentes, ce qui signifie que l'humanité est pareille, mais il y a des différences dans les habitudes de vie.»

    Depuis son arrivée au Canada à l'âge de 39 ans, Su Ming a appris l'anglais diligemment et s'est bien adapté à la société canadienne. Il a travaillé pour le gouvernement de la ville de Toronto pendant longtemps et n'a jamais cessé de se battre pour la liberté et la démocratie en Chine. Su a résumé pourquoi il ne peut jamais arrêter de parler du système communiste : «Les communistes sont toujours fous là-bas. Certes, je ne peux pas arrêter de parler de ça tant que je suis vivant. Si les Chinois continuent à supporter ce système, le comportement du peuple ira du simple soutien, à la sympathie, à la pitié. Alors, ce sera fini pour le peuple chinois.»

    Au service de la communauté

    Li Shude n'a jamais parlé en public lorsqu’il était à Hong Kong. Il a expliqué à Epoch Times : «Je ne suis allé à aucune manifestation lorsque je vivais à Hong Kong. Même si j'avais quelque chose à dire, je ne voulais pas le dire.»

    ....

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/7/5/n3508570.htm

  • Exposition d'art de Zhen-Shan-Ren à Périgueux – "Un immense encouragement à ne jamais désespérer"

    Périgueux, art, Zhen Shan Ren, exposition d'art, artistes chinois, Chine, culture

    L’exposition L’art de "Zhen-Shan-Ren "("Authenticité-Bienveillance-Tolérance") a déjà fait le tour du monde avec plus de 50 pays parcourus. En France, l’exposition tourne de ville en ville, après Caen en avril dernier, elle a été présentée à Périgueux au Théâtre de l’Odyssée du 21 au 25 mai 2013.

    L’exposition L’Art de Zhen-Shan-Ren est un ensemble d’œuvres réalisées par un groupe d’artistes en majorité chinois qui expriment leur sensibilité dans leur quête d’un art ouvert au divin. Cette exposition raconte l’histoire de la discipline spirituelle Falun Gong : de la beauté de cette pratique ancestrale à sa répression par le régime totalitaire depuis 1999. Une partie de l’exposition évoque les épreuves terrifiantes que les pratiquants du Falun Gong en Chine – dont les artistes eux-mêmes - ont traversées.

    Dany Lacoud, aquarelliste, qui est venue voir l’exposition a ressenti une puissante émotion face à la qualité du travail des artistes, mais aussi une douleur profonde en découvrant la persécution. " Je suis tout à fait dans l'émotion déjà par un très beau travail de peintures qui nous amène à une telle souffrance ! Humainement c'est insoutenable ! " a-t-elle déclaré. "En fait tout est caché parce que l’on ne sait rien de tout ça. On n’entend que le côté mercantile de la Chine, mais pas le reste. C'est vraiment douloureux. Je repars avec une douleur, avec un plexus complètement noué tellement c'est violent. C'est vraiment impensable que ça existe encore, on est vraiment en régression dans cette société" a expliqué Dany Lacoud. " À notre niveau, il faut que chacun fasse un petit travail autour de lui. Il faut que chacun œuvre pour arrêter ça" a-t-elle suggéré.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201306/113417.html

  • Royaume Uni - Les droits de l’homme s'exposent dans les chambres du Parlement

    Exposition d'art, parlement anglais, exposition des droits de l'homme, artistes chinois, répression, Chine

    La Cérémonie d’ouverture à la Salle d’attente supérieure, Chambre des Communes, le 18 Décembre 2012. (Simon Gross/The Epoch Times)

    Un jour normal, il n’y a pas beaucoup d’attente dans la Salle d’Attente Supérieure, au coeur même des Chambres du Parlement. Proche des 19 chambres du comité où plus de 700 sessions publiques sont tenues chaque année produisant 300 rapports, c’est un espace où les Députés, les personnalités, les responsables de gouvernements, les magnats du commerce, les représentants des corps de la communauté et les citoyens concernés se pressent pour en rencontrer d'autres.

    Le 18 décembre, et pour quatre jours, la 11ème et dernière présentation de la tournée de L’Art de Zhen-Shan-Ren de cette année s'est tenue à cet endroit où pendant des années n’ont été présentées que des expositions privées, visibles seulement pour ceux ayant affaire dans le Parlement.

    Andrew George, le député d’Ouest Cornouailles et des Iles de la circonscription Scilly de St Yves, a parrainé l’exposition. Il a dit qu’il " tenait à s’assurer que nous étendions l’amplitude de nos connaissances."

    Ajoutant que l’exposition est extrêmement puissante et que les Chambres du Parlement sont "le coeur démocratique du Royaume Uni et que [donc] nous devrions pouvoir recevoir l’information que peut-être dans d’autres chambres dans d’autres parties du monde ils ne reçoivent tout simplement pas. Il a parrainé la présentation de l’exposition parce qu’il voulait que les législateurs du RU "gardent nos yeux ouverts."

    "Je pense que cela ouvrira les yeux de beaucoup de gens parce qu’il y a manifestement un problème culturel et de foi et également, je pense, une sensibilité artistique" a-t-il dit.

    Sous différentes formes, L’Art de Zhen Shan Ren a tourné dans le monde depuis 2004. La collection, dont le titre se traduit par L’Art de Vérité, Bienveillance, Tolérance, a commencé lorsqu’un groupe d’artistes ont décidé d’utiliser leurs talents pour rendre compte de la nature de leurs expériences de la pratique spirituelle du Falun Dafa.

    La plupart des peintres sont Chinois et certains ont connu la torture et la persécution qui a été infligée à des millions de pratiquants de Falun Gong en Chine depuis 1999. Du fait de leur sujet international, l’acceptation des peintures a dû passer par un processus supplémentaire d’inspection du Foreign Office. Cela a pris plus d’un an, les relations avec la Chine étant pleines de points de vue diplomatiques, politiques et éthiques.

    Exposition d'art, parlement anglais, exposition des droits de l'homme, artistes chinois, répression, Chine

    Le membre du Parlement Andrew George, avec sa constituante des Cornouailles Yukari Werrell devant la peinture Les larmes d’une orpheline de Xiqiang Dong, huile sur toile, 48” x 48”, 2006. (Simon Gross/The Epoch Times)

    Les artistes participant savent que bien d’autres artistes capables ne peuvent pas se joindre à l’exposition étant privés des libertés fondamentales dont jouissent ceux qui vivent en Occident. Les œuvres présentées sont majoritairement dans la tradition Occidentale de peinture à l’huile réaliste. D’autres sont exécutées à l’aquarelle chinoise et dans des styles à l’encre, où l’essence du sujet est décrite plutôt que de se focaliser sur les textures de surface.

    M. George a admiré la peinture Les Larmes d’une Orpheline de Xiqiang Dong. Elle montre une fillette tenant une boite avec les cendres de ses parents. Elle porte un blouson de cuir, ayant appartenu à son père, sur ses épaules. Comme de nombreux pratiquants de Falun Gong, ses parents sont morts dans une prison d'état et ont été incinérés, possiblement après l'extraction de leurs organes.

    M. George a déclaré : "C’est extrêmement puissant, très expressif. Je ne pense pas qu’il soit possible pour quiconque de regarder cela sans considérer tout le symbolisme qui s’y trouve et sans reconnaître à quel point c’est poignant."

    Il a dit qu’il ressentait comme un privilège le fait d’être associé à l’exposition.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201301/111609.html

  • Le président taïwanais assiste à l’exposition artistique d’Ai Weiwei et envoie un message à la Chine

    Taiwan, Chine, ai weiwei, président taïwanais, Ma Ying-jeou, artistes chinois

    TAIPEI - Les œuvres de l’artiste chinois Ai Weiwei sont exposées à Taipei. Le président taïwanais Ma Ying-jeou a visité l’exposition puis s’est exprimé pour soutenir le droit d’Ai, en tant qu’artiste, à exprimer ses points de vue artistiques. Ma a aussi saisi l’opportunité d’envoyer un message sur les droits de l’homme de l’autre côté du détroit.
     
    «Ai Weiwei – Absence», l’exposition présente au Musée des Beaux-arts de Taipei, est la plus importante collection des œuvres d’Ai au sein de la communauté de langue chinoise.
     
    Ai a été nommé parmi les 100 artistes les plus influents par une revue artistique de publication britannique. Son art politique provocateur et la critique du régime communiste chinois l’ont brouillé avec les autorités chinoises. Il a été enlevé par la police en avril 2011 et détenu, dans un endroit inconnu, pendant plus de 80 jours, avant un voyage prévu à Taïwan afin de discuter des détails de l’exposition.

    En dépit de l’absence d’Ai, le musée a inauguré, comme prévu, l’exposition le 29 octobre. Cependant, contrastant avec le soutien des dignitaires occidentaux rassemblés à l’exposition, il y a peu de réactions de la part des trois importants partis politiques de Taïwan.

    Lors d’un récent entretien radiophonique, Ai a commenté leur absence: «J’ai entendu dire que les politiciens de Taipei sont ambitieux. En tant que nation insulaire, Taïwan est devenue complètement dominée par la Chine. Je ne suis pas le seul absent. L’absence de Taipei et de Taïwan au sein de la communauté internationale est encore plus prononcée. Ils ont dérivé très loin du courant politique principal, parce qu’ils ne sont pas suffisamment courageux pour exprimer leur droit légitime».

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Le-president-taiwanais-assiste-a-lexposition-artistique-dAi-Weiwei-et-envoie-un-message-a-la-Chine.html
     

  • Des artistes du Falun Gong brillent lors d'une Compétition internationale de peinture à l'huile

    Concernant le concours international et la peinture classique à l'huile: http://oilpainting.ntdtv.com/en/knowledge/

  • Shen Yun 2012 à Montréal:un spectacle inoubliable

    Basée à New York, Shen Yun Performing Arts a été créée en 2006. Shen Yun a été fondé avec pour mission de faire revivre les 5.000 ans de culture chinoise d'inspiration divine.

    Après plus de 60 ans de régime communiste en Chine et surtout après la Révolution Culturelle, la culture traditionnelle chinoise a été presque complètement démolie. Cependant, le cœur profondément spirituel de l’ancienne culture, avec ses valeurs de bienveillance, d'honneur, de droiture, de sagesse et de sincérité, en plus de la vénération pour les divinités et les cieux, ne peut être détruit.

    Afin de restaurer et faire renaître la culture traditionnelle chinoise, un groupe d'artistes chinois de l’étranger a créé Shen Yun à New York en 2006. La première année en 2007, environ 90 artistes ont embarqué pour une tournée de Shen Yun comprenant un groupe de danseurs, un orchestre, des chanteurs solistes, des musiciens, des présentateurs et du personnel de production. En 2009, Shen Yun avait déjà développé trois groupes d’artistes se produisant sur scène et des orchestres de taille comparable. Aujourd'hui, Shen Yun compte, parmi ses artistes, de nombreux lauréats de compétitions internationales de danse et de chant et les orchestres comprennent de nombreux musiciens d’orchestres symphoniques et de conservatoires de renommée mondiale.

    Le développement rapide de Shen Yun Performing Arts lui a permis de s’étendre à tous les coins du monde. Mais le groupe continuera à s’agrandir et, dans un avenir pas trop lointain, Shen Yun pourra avoir de nombreuses tournées à travers le monde simultanément.

    Plus de renseignements sur la tournée et les artistes: http://fr.shenyunperformingarts.org/

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu