Avertir le modérateur

art contemporain

  • Il est inadmissible de mourir parce que l’on croit à quelque chose

    art contemporain, artistes chinois, Chine, croyance, Marcel Rogemont, exposition, art, beauté, liberté de conscience

    Rennes. Marcel Rogemont, député à l’Assemblée nationale

    L’exposition internationale L’Art de Zhen-Shan-Ren (le Vrai – le Bien- la Tolérance) a été accueillie du 14 au 19 février 2014 à l’Orangerie du Thabor à Rennes, dans un parc référencé comme l’un des plus beaux jardins publics de France.

    L'exposition retrace l’histoire de la discipline spirituelle Falun Gong. Elle rend compte de la beauté de cette pratique ancestrale et de sa répression par le régime chinois depuis 1999. Une partie des œuvres révèle les épreuves terrifiantes que les pratiquants de Falun Gong en Chine – et les artistes eux-mêmes - ont traversées.

    Déjà présentée dans plus d’une cinquantaine de pays L’Art de Zhen Shan Ren a été visité par des dizaines de milliers de personnes. Un visiteur a résumé en ces mots son ressenti après avoir vu l’exposition : Une lumière qui transperce le cœur. Un maire européen a déclaré à son propos je crois que quiconque voit cette exposition sera touché pour peu qu’il soit un être humain.

    Marcel Rogemont, député à l’Assemblée nationale, a été marqué par le réalisme des oeuvres et la thématique sur la liberté de conscience: le combat pour la liberté de conscience est un combat continu que nous devons mener ici comme en Chine, car c'est un combat de tous les jours a-t-il affirmé.

    Dans un tableau de Xiaopin Chen intitulé L’Appel de l’innocence qu'on aperçoit sur la photo, une fillette entourée des gratte-ciels de Manhattan, tient une pancarte sous la pluie. L’intensité de son regard témoigne d’une conviction au-delà de son âge. On peut lire sur sa pancarte Tués pour leurs convictions ( "Killed for their belief"), C'est un des tableaux ayant tout spécialement touché le député, qui a répété combien il était inadmissible de mourir parce qu’on croit à quelque chose...

    Une exposition bouleversante

    Nasra Casani, artiste peintre iranienne, a trouvé l’exposition extraordinaire en termes des techniques de peinture, du rendu de la lumière et de l'espace. Elle a noté le fait que les peintures sont très réalistes et que l’on sent directement ce qui se passe.

    Plusieurs visiteurs ont dit avoir pleuré en regardant les tableaux. Je trouve triste que des gens soient persécutés pour leur croyance, toutes les tortures infligées aux femmes, aux hommes comme aux enfants à n'importe quel âge, j'ai versé des larmes, c'est très touchant a confié une étudiante en communication.

    J'ai failli pleurer en voyant certains tableaux, c'est une exposition qui m'interpelle et me laisse presque sans voix, a partagé Odile Dubauièse, une puéricultrice. Ce qui me touche c’est la souffrance, Notant que c’était aussi un plaisir de voir cette exposition, certaines toiles ont de la lumière, de la tristesse, de la violence ; certaines tout cela réuni sur une même toile, c'est beau, bravo d'avoir réussi à faire passer le message

    Un art et une vérité impressionnants

    Xavier Emere, ingénieur a trouvé L’exposition bouleversante de beauté. Cela rappelle la force des dessins de la renaissance, a-t-il remarqué impressionné par la spiritualité imprégnant chaque tableau. Je trouve intéressant de revenir à tout ce qui est paradis et divinités, il faut continuer dans cette voie-là. Merci à tous les artistes qui ont accompli ces tableaux merveilleux et je conseille à tous les français qui ont entendu parler de cette exposition, d'aller la voir.

    De nombreux visiteurs ont exprimé leurs encouragements afin que l’exposition continue à rendre compte de la tragédie en Chine, encore trop largement passée sous silence, et à véhiculer une conscience accrue et l’espoir.

    Un sentiment d’admiration était manifeste dans de nombreux messages laissés sur le livre d’or. De très belles toiles, un réel talent, les messages touchant directement au cœur. De quoi faire réfléchir sur la vie ! pouvait-on notamment y lire . Ou encore Cette exposition est très belle. Il en ressort un art et une vérité impressionnants .

    L’Art de Zhen Shan Rensera visible de nouveau dans la cadre de sa tournée des villes de France, dans la salle de la Coupole à Dijon du 16 au 28 avril 2014.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/a115465-France-L%E2%80%99Orangerie-du-Thabor-a-Rennes-presente-l%E2%80%99Art-de-Zhen-Shan-Ren-Un-art-et-une-verite-impressionnants.html

  • Au Canada, les immigrants chinois trouvent la liberté pour vivre leurs croyances

    Droits de, homme, Canada, immigrants chinois, falun gong, exposition, art, Zhen Shan Ren, artistes chinois, art moderne, art contemporain, camps travail forcé, torture, différences culturelles, humanité, sciences humaines, multiculturalisme, liberté, croyance, professeur

    Un historien qui a quitté la Chine après le massacre de la place Tiananmen, un ingénieur en informatique qui ne s'est jamais senti à l'aise en parlant de Hong Kong, sa ville natale, ainsi qu’un artiste; tous ont en commun des expériences similaires en arrivant au Canada. Chacun s'est épanoui grâce à la liberté qu'ils ont pu apprécier au Canada. Ils profitent de leur nouveau pays tout en exprimant leurs convictions les plus profondes, ce qui est impossible à réaliser en Chine.

    Vivre ses valeurs

    Su Ming, un commentateur et membre du conseil d'administration de la Fédération pour une Chine démocratique (FDC), est arrivé au Canada il y a 24 ans. Il a déclaré : « Le Canada m'a accepté et m'a donné asile, ce qui prouve que mes philosophies étaient compatibles avec les valeurs canadiennes. Le Canada est un pays libre et démocratique, où je peux dire ce que je veux dire et continuer à dénoncer le Parti communiste chinois (PCC).»

    Avant l'incident de la place Tiananmen en 1989, Su Ming était directeur d'un institut de l'Académie chinoise des sciences sociales et historien. Il a raconté que, lors du massacre, certains de ses collègues ont été tués, blessés et se sont enfuis. «[Après le massacre de la place Tiananmen] ils [le régime chinois] me tenaient responsable de la plupart de ces émeutes.»

    Toutefois, Su Ming estime que plaider pour la justice pour le peuple est juste et qu'un intellectuel devrait être un homme libre qui a une personnalité et une pensée indépendantes. «C'est-à-dire, ils doivent parler pour le peuple, surveiller et critiquer le gouvernement du point de vue social et de la justice, de la conscience et de la morale», a déclaré Su.

    «J'ai fait des choses basées sur ces valeurs, mais le résultat était offensant pour le régime totalitaire.» Après son arrivée au Canada, Su a trouvé que c'était un endroit convenable pour remplir sa philosophie personnelle de vie. Il a accompli ce qu'il pense comme étant de sa responsabilité et un devoir en Chine. «Comme un homme, j'ai fait ce que je devais faire et j'ai dit ce que je devais dire.»

    Su a souligné que, dans les universités partout dans le monde, les sciences humaines, les sciences sociales et les sciences naturelles sont étudiées. Mais en Chine continentale, selon Su, seules les sciences sociales et les sciences naturelles sont enseignées.

    «Il n'y a pas d'humanité, ce qui signifie la négation de la nature humaine de l'homme, de la culture humaine et de l'esprit humain», a déclaré Su. «L'idée du Parti communiste était, “par le biais des sciences naturelles, de résoudre les problèmes sociaux”, mais je pense que c'est une erreur.»

    Bien que ce soit réprimé par le PCC, Su a toujours insisté pour vivre selon ses propres valeurs. «Nous naissons en tant qu'être humain, ce qui est une grande bénédiction et satisfaction. Nous devons agir en fonction de nos valeurs dans la vie.»

    Beaucoup de Chinois qui sont venus au Canada étaient incapables de s'intégrer parce qu'ils pensaient que les différences culturelles entre les peuples asiatiques et occidentaux étaient un obstacle majeur.

    «Les cultures qui peuvent durer des milliers d'années sont toutes des cultures humaines», a déclaré Su. «Confucius a dit que la nature des gens est la même, mais que leurs habitudes sont très différentes, ce qui signifie que l'humanité est pareille, mais il y a des différences dans les habitudes de vie.»

    Depuis son arrivée au Canada à l'âge de 39 ans, Su Ming a appris l'anglais diligemment et s'est bien adapté à la société canadienne. Il a travaillé pour le gouvernement de la ville de Toronto pendant longtemps et n'a jamais cessé de se battre pour la liberté et la démocratie en Chine. Su a résumé pourquoi il ne peut jamais arrêter de parler du système communiste : «Les communistes sont toujours fous là-bas. Certes, je ne peux pas arrêter de parler de ça tant que je suis vivant. Si les Chinois continuent à supporter ce système, le comportement du peuple ira du simple soutien, à la sympathie, à la pitié. Alors, ce sera fini pour le peuple chinois.»

    Au service de la communauté

    Li Shude n'a jamais parlé en public lorsqu’il était à Hong Kong. Il a expliqué à Epoch Times : «Je ne suis allé à aucune manifestation lorsque je vivais à Hong Kong. Même si j'avais quelque chose à dire, je ne voulais pas le dire.»

    ....

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/7/5/n3508570.htm

  • Une jeune mère chinoise

    Jeune mère chinoise.jpg

    L'Art de Authenticité, Bienveillance, Tolérance se compose d'oeuvres réalisées par plus de douze artistes. Ces artistes proviennent de milieux  variés et divers en termes d'expérience professionnelle, de modèles artistiques et d'éducation culturelle. Ce qu'ils ont en commun dans leur pratique du Falun Gong est réuni ici pour tenter d'exprimer la myriade d'expériences à y vivre.

    C'est la libération du professeur Kunlun Zhang, arrêté pour sa croyance dans le Falun Gong et détenu dans un centre de lavage de cerveau chinois jusqu'en 2001, qui a incité les artistes à communiquer entre eux, beaucoup d'ailleurs ne se sont même jamais rencontrés de visu. En partageant leurs expériences et leurs compréhensions pendant trois ans, l'idée d'une exposition a commencé à prendre forme. La peinture à l'huile réaliste, ou 'Nouvelle-Renaissance', est le genre qui a été retenu pour ses possibilités narratives, son accessibilité et, surtout, sa pureté simple. L'exposition regroupe quatre thèmes principaux : l'harmonie, l'adversité, le courage et la justice.

    En 2004, les artistes ont commencé à produire les oeuvres qui font partie de la collection actuelle. Les artistes Xiaoping Chen, Dr. Xiqiang Dong, Kathy Gillis, Yuan Li, Daci Shen, Weixing Wang et Dr. Kunlun Zhang ont réalisé 33 pièces au total.

    Tiré de: http://www.falunart.org

  • "Mon cœur se serre que tant d’humanité côtoie tant d’inhumanité "

    2008-05-13-myson.jpg

    "Mon fils," par Dong Xiqiang, peinture à l'huile, 48"x48" (2005) Une des œuvres présentées à l'exposition

    L’exposition L'Art de Zhen-Shan-Ren (Authenticité-Bienveillance-Tolérance) tourne depuis plusieurs années dans le monde. Les artistes pratiquent le Falun Gong et quatre d'entre eux ont personnellement vécu, comme des millions d'autres en Chine, la brutale campagne d'intimidation, de propagande et de violence pour éradiquer la pratique. Ensemble, ils ont choisi d'explorer à travers leur art la signification de la vie. Leur travail glorifie le divin et s'attache aux questions du bien et du mal.

    La beauté de cet art et les histoires vraies derrière chaque tableau, ont déjà touché de nombreux visiteurs. Un des guides de l'exposition raconte qu'un jour une personne s'est approchée après avoir vu les tableaux et lui a dit : "En voyant cette exposition, j'ai compris la nécessité de continuer à vivre."

    Voir le documentaire sur l'exposition: http://campsd-extermination-en-chine.20minutes-blogs.fr/archive/2010/10/22/documentaire-sur-exposition-d-art-zhen-shan-ren.html

    Les commentaires suivants ont été laissés dans le livre d’or de l’exposition actuellement présentée à Paris.

    " Très émouvante exposition. Mon cœur se serre que tant d’humanité côtoie tant d’inhumanité. Que nos cœurs puissent chaque jour s’ouvrir davantage à la responsabilité, à la vie, à l’amour. Merci !"


    "Les peintures dégagent beaucoup d’émotion et font réfléchir sur le sort de ces hommes et femmes méconnues. C’est à la fois un appel à la raison et à la conscience. Magnifique ! "


    " Très ému par leur destin si tragique, je les associerai dans mes prières pour leur liberté. Les tableaux sont magnifiquement peints et expressifs. De tout cœur avec eux ! "


    Lire la suite sur: http://www.fr.clearharmony.net/articles/201011/53867.html

     

    EXPOSITION ZHEN SHAN REN A PARIS

     

    Du 19 octobre au 11 décembre 2010

    Galerie d’Art Jardin

    18 rue de Gergovie 75014 Paris

    Métro Pernety ou Plaisance (Ligne 13)

    Du mardi au samedi de 13h à 19h

    - Entrée libre-

  • Documentaire sur Exposition d'Art Zhen Shan Ren

    ------------------------------------

    EXPOSITION ZHEN SHAN REN A PARIS

     

    Du 19 octobre au 11 décembre 2010

    Galerie d’Art Jardin

    18 rue de Gergovie 75014 Paris

    Métro Pernety ou Plaisance (Ligne 13)

    Du mardi au samedi de 13h à 19h

    - Entrée libre-

    LOGO SITE.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu