Avertir le modérateur

48 millions de démissions du parti communiste chinois

  • Les Chinois ont de l’espoir

    Les intervenants témoignent de l’impact des démissions du Parti communiste chinois en Chine.

    Fin 2008, la diaspora chinoise a tenu à New-York un forum sur le futur de leur pays, qui peut aujourd’hui se lire comme les «vœux pour 2009» des Chinois exilés. La rencontre confirme la vivacité du mouvement de démissions du Parti Communiste chinois qui a fait suite à la publication en Chine du recueil Neuf commentaires sur le Parti Communiste chinois.

    Le président du Centre mondial de démissions du PCC, le professeur Dayong Li, a qualifié les Neuf commentaires de «neuf bombes atomiques spirituelles». Son organisation, réseau social communautaire présent dans toutes les diasporas chinoises, a assumé dès 2005 un rôle moteur dans la promotion des Neuf Commentaires hors de Chine. Soutenu par des médias chinois libres dont la chaîne de télévision New Tang Dynasty Television (NTDTV) et la radio Sound of Hope (SOH), ainsi que par les démocrates chinois et des minorités persécutées par le PCC, le Centre mondial des démissions dit avoir pu structurer le mouvement des démissions du Parti Communiste, qu’ont symboliquement rejoint plus de 45 millions de Chinois.

    Le démocrate bien connu Wei Jingsheng, présent par vidéoconférence, a remarqué que les Neuf commentaires avaient un vrai rôle éducatif: «Les gens doutent du régime. Ils prennent conscience que les jours du PCC sont comptés», a-t-il rajouté. Selon lui, le fait que le PCC soit dénoncé par ses propres membres, que ceux-ci transfèrent leur argent aux membres de leur famille à l’étranger, illustre une situation de «rats affolés dans un navire qui coule».

    Des voix bâillonnées
    Le musicien Zhendong He a raconté à ceux qui étaient présents à la réunion comment il avait été censuré alors qu’il essayait d’envoyer un mot à son père pour son 88e anniversaire. Son message envoyé en Chine avait aussitôt été rejeté, parce qu’il contenait des critiques envers le régime chinois. Ceci illustre, croit-il, la façon dont le régime chinois peut aussi influencer les médias outremer pour museler et assujettir les voix qui ne lui sont pas favorables. Monsieur He a également expliqué en détail comment le régime arrête quiconque lit ou diffuse les Neuf commentaires en Chine, texte supposé «subversif».

    Véritable aficionado du texte en question, BuoQiao Tang, porte-parole du «Gouvernement par Intérim de la Chine» – un groupe de démocrates réfléchissant à une future constitution pour la Chine post-communiste – croit pour sa part que les Neuf commentaires ont apporté aux Chinois rien moins qu’une «renaissance spirituelle»: «Au fur et à mesure que le mouvement ‘Démissionner du PCC’ a grandi, de plus en plus de gens ont été capables de reconnaître la véritable nature du PCC», explique-t-il. «Les gens peuvent maintenant surmonter leur peur du PCC pour défendre leurs droits».

    «Le mouvement ‘Démissionner du PCC a été le meilleur mouvement pacifique pour désintégrer le PCC», poursuit-il, décrivant le mouvement comme «une rafale de vent qui a balayé le PCC sans l’utilisation d’un seul soldat».

    Monsieur Buo indique par ailleurs que depuis la fondation du Gouvernement par Intérim de la Chine, des Chinois viennent s’enregistrer en tant que «citoyens du futur gouvernement». Lequel promet à l’avance le droit de s’exprimer et de protester contre toutes mesures injustes. «La fin de l’ère communiste n’est plus très loin», a-t-il dit.

    Le PCC «est le problème»
    Président de l’Union Mondiale des Partis Démocrates chinois, Wang Jun, complète en reprenant une affirmation tirée des Neuf commentaires: «Sans le PCC la Chine pourra avancer vers une nouvelle ère».
    «C’est totalement vrai. La façon dont le PCC a traité ses citoyens durant le séisme du Sichuan a suffi à démontrer aux gens qu’ils ne pourraient jamais compter sur le Parti communiste», affirme-t-il.
    «Pour juger si un citoyen chinois croit réellement dans la démocratie, il suffit de voir si il ou elle a quitté le PCC», martèle-t-il.

    Monsieur TianLiang Zhang, analyste de la chaîne NTDTV, rebondit en insistant sur la conception erronée qui fait dépendre du PCC pour régler le problème en Chine. «Alors que c’est le PCC lui-même, comme le fait ressortir les Neuf commentaires, qui est le problème».

    Dans la même veine, le professeur TianXiao Li, de l’université de Columbia, a décrit les Neuf Commentaires comme un troisième œil sur la Chine, fournissant aux gens une chance de briser leur lien mental avec le Parti communiste. Le texte, affirme-t-il, ne laisse au régime aucune chance d’arrêter le mouvement parce que les changements qu’il induit viennent du cœur des gens.

    Madame Li Ping Zhao enfin, dont la famille était membre de l’Armée Rouge, a conclu les vigoureux échanges en expliquant avoir quitté le PCC après avoir lu les Neuf commentaires – et en utilisant son vrai nom [ndlr, dans le mouvement de démissions, des noms d’emprunt sont souvent utilisés par mesure de sécurité]. Après quoi elle a rejoint l’équipe des volontaires afin d’aider d’autres gens à quitter le Parti Communiste chinois.

    Madame Zhao dit avoir déjà aidé plus de 2.000 personnes à quitter le PCC. Elle a également partagé sur la façon dont sa famille avait été victime des différents mouvements politiques du PCC. Beaucoup des membres de sa famille ont été persécutés à mort, a-elle dit, simplement parce leur origine était «bourgeoise».

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu