Avertir le modérateur

4 juin 1989

  • En mémoire au 4 juin 1989 à Tienanmen Square

    En mémoire au 4 juin 1989 des images rares en vidéo de Tank Mank, ce célèbre chinois faisant face aux tanks de l'armée et dont l'image a fait le tour du monde.

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=GRb4VY2dU4c

  • Un survivant du 4 juin dépose une pétition à la Maison-Blanche

    massacre, place Tiananmen, 4 Juin 1989, étudiant, pétition,Mouvement prodémocratique, 24e anniversaire, maison blanche

     

    Tang Baiqiao, un étudiant leader lors du massacre de la place Tiananmen le 4 Juin 1989, prévoit d’attirer l’attention du Président des États-Unis sur la question, espérant que son influence va enfin rendre justice aux victimes du massacre et à tous ceux qui ont été persécutés depuis lors, pour leur implication dans ce mouvement pour la démocratie.

    Pour ce 24e anniversaire du Mouvement prodémocratique suite au massacre du 4 juin de la place Tiananmen, Tang,  le président de l’Académie pour la démocratie en Chine, a initié une pétition sur le site de la Maison-Blanche, invitant le public à la signer. La pétition appelle le Président Obama à faire une déclaration pour le Mouvement Démocratique du 4 juin, et de demander au Parti communiste chinois (PCC) de mettre fin à la persécution du Mouvement pour la démocratie et de libérer ses membres emprisonnés.

    Selon les exigences du site Web de la Maison-Blanche, si le nombre de signatures sur une pétition atteint les 100.000, la Maison-Blanche devra faire une déclaration officielle en réponse à la pétition.

    Tang a indiqué dans sa requête que comme survivant du massacre, il porte sur ses épaules le devoir de travailler pour obtenir  justice au nom de ceux qui sont morts lors du massacre et de ceux qui ont été persécutés depuis par le PCC, un objectif qui doit maintenant être atteint. Il a également affirmé que c’était ce qu’espéraient un milliard de Chinois dont les voix ont été réduites au silence.

    En tant qu’étudiant leader du mouvement du 4 juin, Tang a été arrêté, puis condamné à trois ans de prison et vit en exil depuis 1992. Il a été impliqué dans de multiples mouvements qui travaillent pour une Chine démocratique, et est l’auteur de deux livres.

    Chaque année, à l’approche de l’anniversaire de la répression sanglante, les manifestants occupent les mémoriaux à travers le monde en hommage aux victimes. Parmi les grands événements pour commémorer le 4 juin cette année, la veillée annuelle de Hong Kong qui attirera des milliers de personnes et à Taiwan un groupe d’étudiants tiendra une veillée à Taipei.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/6/3/n3508423.htm

  • 4 juin 2013: Se souvenir du massacre de Tienanmen square

    Reportage des 20 ans du massacre de la place Tienanmen en 2009

    En Chine, les personnes qui se souviennent du massacre de la Place Tiananmen exigent un compte rendu public de ce qui s'est passé.

     Le 4 juin marque la commémoration du massacre de la place Tiananmen en Chine. Avec les JO en ligne de mire, des voix s'élèvent demandant au Parti communiste chinois de rendre public les événements survenus il y a maintenant 24 ans. Mais le PCC ne reconnaît pas le massacre. Bao Tang, arrêté pour avoir soutenu les protestataires, s'est exprimé à ce sujet.

    Le fonctionnaire le plus âgé ayant été enfermé pour avoir sympathisé avec les protestations de 1989 sur la Place Tiananmen exige des dirigeants du régime de rendre publique ces événements.

    En 1989, les manifestations des étudiants ont encouragé plus d'un million de personnes à se rendre dans les rues de Pékin. Une protestation qui s'est terminée avec la suppression militaire du mouvement le 4 juin 1989. Aujourd'hui encore, mentionner ce massacre est tabou dans les medias chinois.

    [Bao Tong, Ancien assistant de Zhao Ziyang]:
    «Je suis très inquiet. Lorsque les Jeux Olympiques commenceront et qu'il y aura tant de journalistes représentant des visiteurs et que des personnes d'autres pays arriveront en Chine et demanderont à connaître la vérité quant aux événements de la Place Tiananmen, je ne sais pas ce que les autorités leurs répondront.»

    Bao était à l'époque l'assistant du chef du Parti, Zhao Ziyang, qui s'est opposé à la décision d'envoyer l'armée pour supprimer le mouvement pro-démocratique.

    Zhao est mort en 2005 après plus de 15 années de réclusion à domicile. Bao vit dans l'ombre d'une surveillance constante depuis qu'il a été relâché de prison. Mais il est resté franc par rapport aux événements de 1989.

    Le PCC a emprisonné un grand nombre de protestataires et leurs défenseurs en prétextant le crime de «subversion» et a rejeté les demandes contestant cette décision.

    À ce jour il n'y pas de statistiques officielles disponibles sur le nombre de personnes qui ont été tuées.

    [Mr. Liu, résident de Pékin]:
    «Je pense que les étudiants durant les événements du 4 juin avaient un bon argument. Je crois personnellement que cet argument est la corruption des fonctionnaires. Je pense que les étudiants avaient raison. Le régime n'aurait pas dû les oppresser. Ils auraient dû utiliser une approche différente pour communiquer avec les étudiants... Ils auraient dû leurs fournir des explications, mais elles ne sont jamais venues...»

    Tiré de: https://www.youtube.com/watch?v=-xnF_3BWsKo

  • Massacre de la place Tienanmen, journal télévisé du 7 juin 1989

    CHINE - Pékin, où l'atmosphère est extrêmement tendue, est en proie au chaos après la répression sanglante perpétrée par la 27e armée dans la nuit du 3 au 4 juin. Les mouvements de troupes se poursuivent dans la capitale. Les étrangers se pressent pour évacuer la ville. - PL convoi militaire et blindé en feu. - [Vue générale] place Tienanmen nettoyée, [panoramique] caisses de munitions. PL division de la 27e armée quittant la place sous les applaudissements incrédules des Pékinois. Soldats lâchant des rafales de fusils-mitrailleurs en l'air. PL transport d'un blessé en tricycles. [Différents plans] mouvements de troupes. [Vue générale] hélicoptère survolant la ville. - Plan de Péhin. PL occidentaux se réfugiant dans ambassade. - De nuit, train incendié à Shangaï.

    Tiré de: http://www.ina.fr/video/CAB89022782/factuel-chine.fr.html

  • 22 ans après le massacre de Tiananmen, la répression continue

    Le régime chinois continue à réduire au silence tout mouvement d'opposition.
    Le régime chinois continue à réduire au silence tout mouvement d'opposition. (NTD)

    Le 4 juin 1989, le régime chinois réprimait brutalement le mouvement démocratique sur la Place Tiananmen à Pékin. Depuis 22 ans ont passé et le parti communiste chinois n'a jamais reconnu sa responsabilité après avoir envoyé les forces militaires mettre fin aux manifestations étudiantes.

    Deux décennies plus tard, le régime chinois continue à réduire au silence tout mouvement d'opposition. De nombreuses personnes considèrent la dernière vague de répression lancée en février de cette année, comme la plus violente depuis le massacre de la place Tiananmen.

    Des centaines, voire des milliers de manifestants sont morts dans ce massacre, désigné en Chine comme l'incident du 4 juin. La plupart des victimes étaient des étudiants appelant à la démocratie et à une plus grande liberté politique. Selon Tang Baiqiao, un des leaders du mouvement étudiant de l'époque, le peuple chinois souhaite toujours la même chose.

    «Désormais, le public chinois a le droit et la responsabilité de résister à la tyrannie. Ils ne peuvent plus permettre au PCC de les écraser selon sa volonté. Les Chinois, quelles que soient leur origine ethnique, leur âge ou leur croyance, ont le désir de mettre fin à la dictature, pour que le pays puisse retrouver une forme de civilisation», a-t-il déclaré.

    De nombreux observateurs doutent que le régime chinois tienne compte de ces appels. Un groupe de partisans pour la défense des droits humains en Chine déclare que le régime garantit encore moins les droits des citoyens chinois qu'il y a une vingtaine d'années. Au contraire, selon ce groupe de partisans, il impose «la répression la plus sévère envers toute forme de dissidence et d'activisme» depuis le massacre de la Place Tiananmen.  

    Le groupe américain pour la défense des droits de l'Homme, Human Rights Watch, estime que le régime chinois n'est pas disposé à répondre de manière pacifique au mécontentement populaire. Sophie Richardson, directrice de la branche asiatique du groupe affirme dans une déclaration sur Internet que les récents efforts du régime pour museler la dissidence, «rappellent étrangement la campagne de dénégation du massacre de Tiananmen».  

    Bien qu'il soit toujours interdit de mentionner publiquement le massacre de la Place Tiananmen de 1989 en Chine continentale, de grandes manifestations en mémoire des victimes ont eu lieu à Hong Kong et à Taiwan.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/22-ans-apres-le-massacre-de-Tiananmen-la-repression-continue.html

  • Hong Kong commémore le massacre de Tiananmen

    Dimanche 29 mai 2011, des milliers de manifestants se sont rassemblés à Hong Kong afin de commémorer le massacre de la place Tiananmen.
    Dimanche 29 mai 2011, des milliers de manifestants se sont rassemblés à Hong Kong afin de commémorer le massacre de la place Tiananmen. (NTD)

    Dimanche 29 mai 2011, des milliers de manifestants se sont rassemblés à Hong Kong autour d’une statue représentant une «Déesse de la démocratie» afin de commémorer le massacre de la place Tiananmen, que les Chinois appellent «l’incident du 4 juin,» date à laquelle des centaines d’étudiants appelant à la démocratie ont été assassinés.

    Lee Cheuk-Yuen, un législateur à Hong Kong, a expliqué ce que représente la statue.

    «Il s’agit d’un symbole de défiance du peuple hongkongais, demandant la reconnaissance du massacre du 4 juin et la démocratie en Chine. Elle a aussi une autre signification, car cette année est la période la plus sombre pour les droits de l’homme en Chine avec des vagues répétées d'arrestation et de répression envers les défenseurs chinois des droits de l’homme», a-t-il précisé.

    Cette année, la persécution de l’artiste dissident Ai Weiwei et du lauréat du prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo, confirme les inquiétudes selon lesquelles le régime chinois régresse en terme de respect des droits de l’homme.

    Les étudiants, les politiciens et les unionistes ont rejoint le rassemblement pour pleurer les vies perdues en 1989 et s’exprimer contre le régime chinois.

    James Hon, un manifestant a affirmé avoir la chance de pouvoir protester ici, parce que ses amis en Chine continentale ne le peuvent pas.

    «Jusqu’à maintenant, Hong Kong est le seul territoire chinois où les gens peuvent sortir dans la rue et exprimer leur mécontentement et nous avons de la chance d’avoir cette liberté», a-t-il déclaré.

    Mais même à Hong Kong, les protestations ne se sont pas toujours passées sans heurts. L’année dernière, 13 manifestants avaient été arrêtés pour avoir érigé deux statues similaires qui avaient ensuite été confisquées par la police.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Hong-Kong-commemore-le-massacre-de-Tiananmen.html

  • Les Mères de Tiananmen rejettent les offres de compensation individuelles

    Les mères de Tienanmen.jpg

    Le silence ne s'achète pas, la dignité et le respect ne sont pas à vendre, disent-elles

    Des responsables du Parti communiste chinois (PCC) ont approché des membres individuels de l'organisation les Mères de Tiananmen, offrant de compenser les proches de ceux qui ont été tués dans le massacre de la place Tiananmen. Les Mères ont décliné l'offre et ont plutôt demandé aux responsables l'ouverture d'un dialogue transparent.

    Le 4 juin dernier a marqué le 22e anniversaire du massacre de la place Tiananmen, lorsque le dirigeant chinois de l'époque – Deng Xiaoping – avait ordonné à l'armée de réprimer le mouvement démocratique, causant la mort de milliers de personnes.

    À l'occasion du 22e anniversaire, les Mères de Tiananmen ont publié une lettre ouverte qui a été diffusée par l'ONG Human Rights in China (HRIC).

    «Au cours des 16 dernières années, les Mères de Tiananmen ont demandé à de multiples reprises au gouvernement d'ouvrir un dialogue, mais les autorités sont restées indifférentes. Cette année, le silence a finalement été rompu. Ceci aurait dû être un pas en avant. Mais, en fait, que signifie cette réponse tardive? Si les autorités souhaitent simplement régler l'affaire du 4 juin avec de l'argent et le faire en dessous de la table, alors quel sera le résultat?», demande la lettre.

    Une des Mères de Tiananmen, Zhang Xianling, a déclaré à la BBC le 31 mai : «Si le gouvernement était vraiment sincère, il n'aurait pas contacté seulement des individus mais le groupe en entier. Les Mères de Tiananmen demandent au gouvernement de discuter avec le groupe, ouvertement.»

    Ding Zilin, une porte-parole du groupe, a indiqué le 31 mai à RFI : «Le Bureau de la sécurité publique de Pékin a rendu visite à certaines des familles des victimes au mois de février pour avoir des échanges privés. Ils sont venus le 20 février, le 3 avril et autour du 20 mai. Les visiteurs ont dit qu'ils voulaient avoir des échanges privés avec les familles des victimes à un niveau personnel afin de discuter comment régler la question de Tiananmen.»

    Des membres des Mères de Tiananmen sont sous surveillance et sont victimes de différentes formes de harcèlement provenant du Bureau de la sécurité publique depuis plusieurs années. Elles se plaignent maintenant que ceux qui les surveillent sont les mêmes qui ont été envoyés pour négocier avec elles les compensations.

    Mme Ding a affirmé à VOA le 31 mai : «Ces gens envoyés par le gouvernement pour dialoguer sont les mêmes qui surveillent les victimes. En soi, il s'agit d'une injustice.»

    Les Mères estiment que seule une compensation ne suffit pas. La lettre indique : «En 1995, nous avons commencé à demander trois choses pour régler la question du 4 juin : vérité, compensation et responsabilité.»

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Les-Meres-de-Tiananmen-rejettent-les-offres-de-compensation-individuelles.html

  • Retour sur le massacre de la Place Tiananmen

    L'histoire de la Chine le 4 juin 1989, quand le régime chinois envoie des chars sur la place Tienanmen, entraînant la mort et l'emprisonnement de milliers d'étudiants chinois venus demander la démocratie et la fin de la corruption en Chine

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=-xnF_3BWsKo

    Un reportage de NTD: http://www.ntdtv.com/

    NTD French.jpg
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu