Avertir le modérateur

être content dans la pauvreté

  • Etre content dans la pauvreté et suivre le Tao

    sagesse Tao.jpgLe concept "d'être content dans la pauvreté et de suivre gaiment la Voie"

    Dans la culture traditionnelle chinoise, le mot "Tao" (ou "Dao" ou "Voie") se réfère à la loi de l'univers. Le Tao a été le but principal et l'ultime accomplissement dans différents types de théories ou d'écoles de croyance en Chine. Les anciens Chinois considéraient l'idéal "d'être content dans la pauvreté et de suivre gaiement le Tao" comme guide de leur vie et de leur cultivation personnelle. "être content dans la pauvreté et suivre gaiment le Tao" est aussi une vertu qui a été louée par le peuple Chinois depuis les temps anciens. "être content dans la pauvreté" reflète une attitude tranquille, imperturbable lorsque l'on fait face à une vie pauvre et au manque de biens matériels, et "suivre gaiment le Tao" se réfère à la quête sans relâche de la vérité. Le Confucianisme, le Bouddhisme, et le Taoïsme, avec leur transmission de telles vertus tout au long de l'histoire de la culture traditionnelle chinoise, ont permis à de nombreux Chinois d'être content dans la pauvreté et de suivre gaiment le Tao. Ces individus ne furent jamais perturbés par la pauvreté ou la richesse, ni influencés par d'autres facteurs extérieurs. Ils étaient diligents dans leurs recherches et prenaient l'apprentissage du Tao, s'éveiller au Tao, et atteindre le Tao pour leur plus grand bonheur. En voici quelques exemples.


    Ce dont Confucius et Yan Hui se satisfaisaient

    Confucius a dit, "Avec du riz ordinaire à manger, de l'eau plate à boire, et mon bras replié sous ma tête comme oreiller, j'éprouve toujours de la joie au milieu de ces choses. Les richesses et les honneurs acquis par un comportement dévié sont, pour moi, comme de simples nuages qui flottent." (Lun Yu – Shu Er, extrait des Anales de Confucius—Transmission) C'est-à-dire, si l'on se conforme à une voie juste, on peut toujours se sentir heureux même si l'on n'a à manger que de la nourriture sans saveur, de l'eau plate à boire, et son bras replié en guise d'oreiller. Confucius s'est aussi décrit lui-même de cette manière ; "Un homme simple, qui, dans sa poursuite effrénée de connaissance, oublie de manger; qui, dans la joie d'atteindre ses objectifs, oublie ses ennuis; et qui ne s'aperçoit pas qu'il vieillit" (Lun Yu—Shu Er) En louant son disciple Yan Hui, Confucius a dit : "En effet, admirable est la vertu de Hui ! Il peut vivre une vie dans une rue modeste avec seulement un petit panier en bambou pour y mettre son riz et une simple gourde pour y mettre son eau. Alors que les autres ne pourraient pas endurer une telle souffrance, cela n'affecte pas sa joie." ( Lun Yu – Yong Ye, extrait des Anales de Confucius-Yong Ye) Pour d'aussi nobles individus que Confucius et Yan Hui, leur bonheur n'était pas lié aux choses matérielles, mais aux quêtes spirituelles. Les gens appelaient collectivement leur bonheur - qui venait du fond de leurs cœurs grâce à leur assimilation au Tao - et leur esprit d'être satisfait dans leur pauvreté et suivre gaiment le Tao, comme "ce dont Confucius et Yuan se satisfaisaient."

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201106/56791.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu