Avertir le modérateur

évolution

  • Cinq raisons pour questionner la chronologie officielle de l’histoire

    Science, évolution, histoire, humanité, archéologie, réacteur nucléaire, peinture rupestre, empreinte de pas

    Empreinte fossilisée d’une botte ayant marché sur un trilobite, un arthropode marin aujourd’hui disparu. Les trilobites ont disparu il y a environ 260 millions d’années.(Epoch Times)


    À l’école, nous avons appris que les dinosaures se sont éteints il y a environ 65 millions d’années, que de petits mammifères ont survécu et ont évolué pour engendrer les autres mammifères et, il y a environ 250 000 ans, un mammifère simien a évolué jusqu’à engendrer l’homme moderne, n’est-ce pas?


    Des artéfacts découverts récemment nous amènent à nous poser la question à savoir si l’humanité n’aurait pas été présente depuis bien plus longtemps que ce que nous avons cru originellement. Et est-ce que ces anciens humains vivaient vraiment des vies primitives comme nous le supposons en général?


    Peut-être est-il temps de mettre à jour nos connaissances de l’histoire de l’Antiquité et nos livres de sciences. Voici des trouvailles préhistoriques qui laissent les scientifiques perplexes à propos de l’histoire de l’humanité :


    1. Le mécanisme d’Anticythère – fabriqué il y a plus de 2000 ans

    Découvert à l’origine en 1901, ce n’est qu’après avoir utilisé des outils de balayage ou de scanneurs modernes au XXIe siècle qu’on a pu discerner les engrenages complexes composant le mécanisme. Fabriqué par les Grecs – cet ordinateur antique peut calculer précisément les changements astronomiques.


    Science, évolution, histoire, humanité, archéologie, réacteur nucléaire, peinture rupestre, empreinte de pas2. Peintures rupestres – peintes il y a 15 000 à 50 000 ans

    À l’intérieur de différentes grottes, partout dans le monde, existent des peintures rupestres préhistoriques de sociétés, faites avec force détails, de nature surprenante – comme des gens portant des chemises, des pantalons, des bottes et des chapeaux.


    3. Le marteau de London – datant de 110 à 115 millions d’années et encastré à l’intérieur d’une pierre de plusieurs millions d’années


    Découvert à London, au Texas, en 1936 par deux randonneurs – le marteau (dont l’emploi est inconnu) n’est pas seulement vieux de 110 à 115 millions d’années, mais a aussi été trouvé encastré dans une pierre ayant plusieurs millions d’années.


    4. Empreinte de pas sur un fossile de trilobite – empreinte d’une chaussure faite il y a 200 à 600 millions d’années

    En juin 1968, la découverte d’un fossile de trilobite incrusté à l’intérieur de l’empreinte fossilisée d’une chaussure semble tout à fait incroyable, car les trilobites ont disparu il y a environ 280 millions d’années. L’âge de l’empreinte d’une chaussure fossilisée – de pointure 13 – est estimé être d’environ 200 à 600 millions d’années.


    5. Réacteur nucléaire dans la République du Gabon en Afrique – datant de 1,8 milliard d’années

    En 1972, une usine française a importé du minerai d’uranium d’Oklo, au Gabon, et a par la suite découvert qu’un des isotopes importants de cet uranium était appauvri, comme si une réaction nucléaire avait eu lieu. Des scientifiques de partout dans le monde sont venus étudier ce phénomène et ont ainsi découvert un réacteur nucléaire sous-terrain. Certains supposent que c’était un réacteur «naturel», alors que d’autres signalent que cela aurait été fort peu probable. Depuis ce temps, l’endroit a été complètement détruit par l’exploitation minière, laissant planer le mystère.


    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/15/3/7/n3510938/cinq-raisons-pour-questionner-la-chronologie-officielle-de-lhistoire.htm

  • Étude franco-chinoise sur l’évolution du climat en Chine

    Le désert de Gobi en Chine. (Getty Images)
    Le désert de Gobi en Chine. (Getty Images)

    Une équipe franco-chinoise de chercheurs a mené une étude mondiale sur l’évolution du climat en Chine depuis 1960. Les chercheurs viennent des laboratoires des sciences du climat et de l’environnement, CEA-CNRS-UVSQ. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Nature. Le but de cette étude est de mieux comprendre l’impact du changement climatique sur les ressources en eau douce et sur l’agriculture de ce pays.

    L’économie chinoise reste très vulnérable au changement climatique. Malgré l’explosion de sa croissance, la Chine connaît actuellement des problèmes environnementaux graves. La forêt a beaucoup régressé, entraînant des problèmes de désertification, d'érosion et de dégradation des sols et d’importantes inondations. Le pays détient à peu près la même capacité d'eau que les États-Unis, mais sa population y est cinq fois supérieure. Le manque d'eau se fait particulièrement sentir dans le Nord du pays, très aride. La moitié de la population chinoise vit dans cette région. Le réchauffement de la planète accélère d’autant plus la fonte des glaciers – qui grossissent les principaux cours d'eau chinois, et accentue l'avancée du désert.

    Les ressources en eau pourraient affecter le pays

    La Chine est le pays le plus peuplé du monde et elle est un grand émetteur de gaz à effet de serre. Elle a connu une croissance économique explosive ces dernières décennies. Avec seulement 7% des terres productives du monde, elle nourrit 22% de la population mondiale. «Beaucoup de régions se situent dans les zones de transition où les ressources en eau, et la production agricole par conséquent, pourraient être affectées positivement ou négativement par les changements climatiques», précise l'étude. En effet, l'eau est abondante dans le sud de la Chine, mais elle est rare dans le nord du pays. Dans l'ensemble de la Chine, la disponibilité d'eau par habitant n'est que de 25% de la moyenne mondiale. Dans ce contexte, la question est de savoir comment le changement climatique et les événements climatiques pourraient affecter la quantité d’eau douce disponible et la capacité pour la Chine à nourrir sa population par le biais de l’agriculture.

    Depuis 1960 la température a augmenté de 1,2°C

    Les premiers résultats publiés par l’équipe de Shilong Piao, chercheur de l’université de Pékin, montrent que la température atmosphérique a augmenté de 1,2°C en Chine depuis 1960. Les sept années les plus chaudes ont été enregistrées au cours de la dernière décennie, le réchauffement est quatre fois plus rapide en hiver qu’en été. Les données analysées indiquent également que les précipitations ont augmenté dans le sud du pays, alors que le nord, à l’exception du nord-ouest, a souffert de sécheresse, et que la fonte des glaciers s’est accélérée à l’ouest. Il apparaît ainsi clairement qu’un réchauffement s'est produit en Chine au cours des dernières décennies. L’analyse des chercheurs montre par ailleurs que les conséquences de ce réchauffement récent sur les ressources en eau et l'agriculture ont été limitées.

    Les rendements des céréales pourraient demeurer stables

    Dans le scénario le plus favorable, les rendements des céréales à la moitié du siècle pourraient demeurer stables ou pourraient bénéficier de la hausse des niveaux de dioxyde de carbone. Mais dans le pire des cas, il pourrait y avoir des baisses de 4 à 14% pour le riz, et entre 2 et 20% pour le blé et entre 0 et 23% pour le maïs dans les cas où ces cultures sont irriguées et non irriguées.

     

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Etude-franco-chinoise-sur-levolution-du-climat-en-Chine.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu