Avertir le modérateur

élections présidentielles

  • Le roi Wen du royaume de Zhou gouvernait par la vertu

    culture chinoise, gouverner par la vertu, la vertu, la présidence d'un pays, gouverner un pays, élections présidentielles, Chine, Nation et bonté

    Le roi Wen du royaume de Zhou (1152 à 1056 avant J.C) de la dynastie Shang était connu pour gouverner au moyen de la vertu et de la bonté. Il enseignait aux gens à être honnête, respectueux envers Dieu et vertueux. Il disait souvent : "Le roi doit gouverner la nation avec bienveillance; les fonctionnaires gérer la nation avec attention; les enfants respecter leurs parents avec piété filiale; les parents doivent élever leurs enfants avec amour; et les gens doivent s'associer les uns les autres en toute confiance."

    Le roi Wen était très méticuleux, prudent et consciencieux. Il se donnait lui-même en exemple aux gens. Il portait des vêtements simples et travaillait souvent ensemble avec les fermiers dans les champs.

    Sa première pensée était pour le bien du peuple. Il réduisit les taxes pour les fermiers et les encouragea à cultiver les champs publics en leur faisant payer une taxe d'un neuvième seulement. Avec toutes ces mesures préférentielles, les fermiers purent économiser de l'argent. De plus, le roi Wen élimina les tarifs pour les transactions d'import/export et abolit la loi obligeant femmes et enfants à être punis pour les crimes commis par leurs maris ou pères. Le roi Wen donnait aux pauvres une aide rapide et de l'attention.

    Une fois, deux rois qui se disputaient l'un l'autre une frontière se rendirent au royaume de Zhou pour obtenir un jugement du roi Wen. Aussitôt qu'ils entrèrent dans le royaume de Zhou, ils observèrent combien le peuple était poli, paisible et courtois. Touchés par ce qu'ils virent, les deux rois arrêtèrent de se disputer et chacun voulût laisser à l'autre la terre disputée.

    Les ducs proches du royaume de Zhou en entendirent parler et respectèrent le roi Wen comme un modèle de comment gouverner. Tous se rendirent à Zhou pour faire allégeance à Wen et faire partie du royaume Zhou.

    Le roi Wen savait qu'un état ne serait pas bien dirigé sans des personnes vertueuses pour l'assister. Quand le roi Wen entendit que Jiang Ziya était un sage très vertueux avec une connaissance très profonde, il rendit visite à Jiang Ziya et lui demanda d'être son conseiller sur comment gouverner un état. Jiang Ziya conseilla d'abord le roi Wen et plus tard le roi Wu du royaume Zhou.

    La manière dont le roi Wen a dirigea le royaume laissa une bonne fondation aux générations futures pour le bon gouvernement d'une nation unie.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201109/57988.html

  • François Bayrou : La Chine est complice du génocide du Darfour

    Au meeting de Paris le 21 mars 2007

     

    François Bayrou, candidat UDF à la présidentielle, était hier au Zénith pour son premier grand meeting à Paris. Le jour même, le 21 mars, Jacques Chirac annonçait en public son soutien « tout naturel » à Nicolas Sarkozy. Plus de 7000 participants étaient présents à cet événement, dans la salle et à l’extérieur. Après un bain de foule et de caméras, le candidat monte sur scène au milieu d’une centaine de jeunes partisans qui resteront présents tout au long du discours.

    En commençant son discours, François Bayrou se dit le président du peuple et appelle à une révolution pacifique, à l’image de la couleur orange de sa campagne. Pour cela, il propose de gouverner avec les compétences des deux partis, pour faire sortir la France des 25 ans de soi disant opposition Gauche/Droite. Il accuse Nicolas Sarkozy et Ségolène Royale de vouloir gouverner une société de connivence, en pleine guerre des clans entre les partis. Il se montre en désaccord radical avec cette manière de gouverner, et soutient qu’il veut que le président de la République assure et assume l’état impartial, en fonction de la compétence et non pas en fonction de l’allégeance. Comme chaque meeting présidentiel, chaque phrase du candidat est ponctuée par des salves d’applaudissement, surtout quand il définit l’Etat comme étant au service de la protection des faibles et non pas au service de la puissance.

     

    En continuant son discours il aborde la question sensible de l’efficacité de la communauté internationale à régler rapidement le génocide du Darfour qui fait plus 200 000 morts depuis 2003, et plus de 1.500.000 de sans abri. Mr Bayrou en s’attachant à ce point clé de la politique extérieure, précise son propos : « Nous assistons impuissants à l’installation de la grande puissance chinoise comme protecteur des complices de ce génocide. Et tout cela pour le pétrole et les matières premières. » Il avait déjà à la réunion sur le Darfour du mardi 20 mars à la Mutualité, déclaré qu’« il n'y a rien de plus facile que d'arrêter cette tragédie, ce génocide au Darfour. Si ce drame ne cesse pas, la France s'honorerait de ne pas venir aux Jeux olympiques de Pékin en 2008. » C’est sur son site que l’on retrouve l’exposé de la politique qu’il tiendrait avec la Chine. http://www.bayrou.fr/propositions/chine.html. Pour l’instant, il est le seul candidat à s’être positionner clairement du côté des Droits de l’homme en Chine et non du côté du parti communiste, c’est ce que nous pouvons lire quand il dit que « Je suis du côté des défenseurs des droits de l’homme et des principes de liberté, non du côté du Parti communiste chinois. Je refuse d’être soumis aux puissances qui ne respectent pas les droits de l’homme. Du Tibet à Tienanmen, chacun sait ce qu’il en est de la réalité des droits de l’homme, et de la main de fer qui interdit même la liberté sur internet. ». On aimerait que les autres candidats à la Présidentielle aient des opinions aussi tranchées et aussi nettes sur la vaste question des Droits de l’Homme et de la liberté de conscience en Chine -pourtant valeurs essentielles de la démocratie française.

     

    Enfin pour ce qui concerne sa politique intérieure, on remarque que si François Bayrou n’est pas le parti de l’opposition, il est bien le parti de la protestation. Il parle entre autres d’une guerre à mener contre l’exclusion, de l’importance de devenir sobre en énergie, et du maintien du service postal comme lien existant entre tous les français. On pourrait lui reprocher un discours à connotation fortement protestataire voir même guerrière visant à soulever une partie du peuple contre le pouvoir en entretenant leurs griefs plutôt qu’en cherchant à les apaiser. On peut aussi noter que François Bayrou ne fait pas de proposition concrète et plus approfondie pouvant donner lieu au changement radical qu’il promet à ses électeurs. Reste à lui souhaiter, comme le dit son slogan de campagne, de défendre « de toutes ses forces » les valeurs démocratiques de la France, et de donner aux français une vision plus structurée de son idée de la politique

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu