Avertir le modérateur

taoïsme - Page 2

  • Comment le régime chinois a détruit la culture traditionnelle

    rev culturelle mao.jpgBien comprendre la Chine est vital aujourd'hui. C'est le peuple le plus important, la culture la plus ancienne... et la dictature la plus grande. Il y a plusieurs angles de vues pour la comprendre mais celui de son histoire et de sa culture est celui parmi eux qui fait appel à notre conscience plutôt qu'à nos sentiments. Les 9 commentaires sur le parti communiste en sont l'ouvrage le plus complet, dont voici ci dessous un extrait du sixième commentaire.

     

    La culture est l’âme d’une nation. C’est un facteur spirituel aussi important pour l’humanité que les facteurs tangibles comme la race et la terre.

    L’histoire de la civilisation d’une nation est en grande partie guidée par ses développements culturels. La destruction complète d’une culture traditionnelle ne peut qu'entraîner la fin d’une nation. D’anciennes nations aux civilisations glorieuses se sont éteintes lorsque leur culture a été détruite même si des éléments de leurs races ont survécu. La Chine est le seul pays au monde dont l’ancienne civilisation s’est transmise sans interruption pendant 5 000 ans. La destruction de sa culture traditionnelle est un crime impardonnable.

    mod_article1159958_1.jpgLa culture traditionnelle de la Chine, qu’on croit être un héritage divin, a commencé avec des légendes comme celle de la création du paradis et de la terre par Pangu , celle de la création des humains par Nüwa , celle de l’identification de centaines d’herbes médicinales par Shennong et celle de l’invention des idéogrammes chinois par Cangji . « L’homme suit la terre, la terre suit le ciel, le ciel suit le Tao et le Tao suit ce qui est naturel . » Le taoïsme parle de l’unité du ciel et de l’humanité, c’est cette sagesse qui coule dans les veines de la culture chinoise. « Un grand enseignement incite à cultiver la vertu . » Il y a plus de 2 000 ans, Confucius a ouvert une école pour enseigner aux étudiants et il a transmis à la société les idéaux confucéens représentés par les cinq vertus cardinales de bienveillance, droiture, bienséance, sagesse et fidélité. Au premier siècle, le bouddhisme de Sakyamuni est arrivé dans l’est de la Chine avec ses promesses de compassion et de salut pour tous les êtres, la culture chinoise y a gagné en diversité et en profondeur. Puis, le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme sont devenus des croyances complémentaires de la société chinoise, amenant la dynastie Tang (618-907) au sommet de sa gloire et de sa prospérité, comme cela est connu de tous sous les cieux.

    Bien que la nation chinoise ait subi maintes fois dans l’histoire invasions et attaques, la culture chinoise a montré une grande endurance et une grande résistance et son essence s’est continuellement transmise. L’unité des cieux et de l’humanité est la cosmologie de nos ancêtres. Il est communément accepté que le bien sera récompensé et que le mal sera puni. C’est le principe élémentaire consistant à ne pas faire aux autres ce que nous ne voudrions pas que l'on nous fasse. « Loyauté, piété filiale, dignité et justice » ont établi les critères de base pour un être humain dans ce monde, « bienveillance, droiture, bienséance, sagesse et fidélité » sont devenus une norme de moralité à la fois pour un individu et pour toute la société. Avec de tels principes, la culture chinoise incarnait l’honnêteté, la bonté, l’harmonie et la tolérance. Les monuments funéraires du peuple chinois expriment la révérence envers « le ciel, la terre, le monarque, les parents et l’enseignant ». C’est une expression culturelle des traditions chinoises profondément enracinées qui comprennent la vénération de la divinité (le ciel et la terre), la loyauté au pays (le monarque), les valeurs de la famille (les parents) et le respect pour les enseignants. La culture traditionnelle chinoise recherchait l’harmonie entre l’homme et l’univers et mettait l’accent sur l’éthique individuelle et la moralité. Elle se basait sur les croyances dans les pratiques du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme et apportait au peuple chinois tolérance, progrès social, protection de la moralité humaine et croyance juste.

    A la différence de la loi, qui prescrit des règles rigides, la culture agit comme une contrainte douce. La loi exécute la sentence après qu’un crime ait été commis, et la culture, en entretenant la moralité, empêche d’abord les crimes de se commettre. Les valeurs morales d’une société s’inscrivent souvent dans sa culture.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-Parti-communiste/Comment-le-Parti-communiste-chinois-a-detruit-la-culture-traditionnelle.html

  • Le symbole du Tao

    2008-09-17-2008-01-19-l--schriftzeichen-weg_01.jpg

    Mystérieux caractères Chinois (15) 道 (Tao) – Voie, programme, trace, Taoïsme

    La complexité des caractères Chinois ne provient pas seulement de leur nombre presque infini, mais aussi des nombreuses significations différentes que chacun renferme. 道 (Tao) décrit une voie, un programme, ou aussi le chemin de vie d'une personne, tel que le Taoïsme. L'idéogramme de gauche 辵 est constitué d'une partie supérieure"彡" et d'une partie basse "止" (Zhi). "彡" symbolise la jambe et le pied d'une personne, tandis que "止" décrit une résistance. 辵 symbolise donc le chemin ardu d'une personne, qui doit surmonter des obstacles, et avec beaucoup de pratique, d'efforts et de diligence fera des progrès réguliers. Le caractère de droite "首" (Shou) symbolise la tête, où les cornes "丷" ajoutent à la signification. 道exprime donc dans son intégralité l'élévation d'une personne par le biais de beaucoup de pratique. La voie, 道, quelqu'un peut traditionnellement l'emprunter de nombreuses manières: par conséquent, il y a le Tao pour le thé, connu par la cérémonie du thé, ou le Tao pour l'art de l'épée. Différent du simple art ou de la simple pratique, 道 requière non seulement la perfection d'un artisanat mais avant tout une élévation constante du niveau spirituel de la personne, qui d'un autre côté conduit à une certaine mentalité. La voie 道 par conséquent, ne peut être parcourue que seul et il n'existe pas d'instructions d'ordre général. 道 est le même caractère pour Taoïsme, le système de croyance religieuses qui s'efforce d'obtenir l'illumination au moyen d'améliorations constantes de l'esprit. Le précepte pour les Taoïstes est l'authenticité. Ils voient leur chemin dans la réalisation de l'authenticité comme l'achèvement de leur être.

    Tiré de:

    http://www.fr.clearharmony.net/articles/200809/41546.html

  • Signification du caractère chinois Zhen: la vérité

    2008-08-19-zhen.jpgLe caractère chinois 真 (Zhen) se compose de deux idéogrammes: 十 (Shí) et 目 (Mù). 十 est le caractère pour le nombre dix et dans la pensée bouddhiste, il symbolise l'univers des dix directions, tandis que 目 représente l'oeil. Combinés, les deux caractères 十 et 目 correspondent donc à l'oeil céleste, appelé également "l'oeil qui voit tout".

    Ce caractère tire son origine de la croyance chinoise selon laquelle les êtres surnaturels, comme les divinités, sont les seuls, capables de reconnaître la vérité et la réalité. Il est dit que les déités sont libres et qu'aucune contrainte ne pèse sur elles. Contrairement aux humains qui sont enfermés dans leur subjectivité et sont soumis aux limites des perceptions sensorielles de leur corps.

    Dans le système de croyance taoïste, 真joue un rôle central. Dans le Taoïsme, l'homme s'efforce de dépasser le monde matériel grâce à la pratique spirituelle. Dans cet effort vers l'authenticité, le/la pratiquant(e) taoïste essaye de retourner à son origine dans l'univers.

    Le Taoïsme vise à réaliser 真人 (Zhenrén) "l'être authentique, l'homme véritable" c'est à dire une personne autentiquement complète. La théorie de 真人 stipule que lorsqu'une personne parvient à la vérité, elle est en harmonie avec l'univers. Cet état est similaire à la notion bouddhiste d'éveil. La personne véridique n'a plus aucune notion, aucun concept, aucune perception ou limitation, parce qu'il/elle représente la liberté absolue et le vide, l'état qu'on nomme Tao.

    A l'opposé du caractère 真, les deux caractères 假 et 偽 représentent le mensonge ou la fausseté. Les deux caractères contiennent à gauche l'idéogramme 亻, le caractère pour "l'homme" ou "l'humanité". Le mensonge et la faussété, selon la mythologie chinoise, naissent du psychisme humain.

    Tiré de:

    http://www.fr.clearharmony.net/articles/200808/41051.html

  • La profondeur de la culture chinoise traditionnelle

    " Un des plus importants classiques chinois, le Livre des Mutations (I Ching), est une compilation de notes sur le ciel et la terre, le yin et le yang, les changements cosmiques, l’ascension sociale et le déclin, et les lois de la vie humaine. Le pouvoir prophétique de ce livre a surpassé de loin ce que la science moderne peut concevoir. En plus du taoïsme et du confucianisme, le bouddhisme, en particulier le bouddhisme zen, a eu une subtile mais profonde influence sur les intellectuels chinois.

    Le confucianisme est la partie de la culture traditionnelle chinoise qui se concentre sur « l’entrée dans le monde humain ». Il mettait l’accent sur une éthique basée sur la famille dans laquelle la piété filiale jouait un rôle très important, enseignant que toute bonté commence par la piété filiale. Confucius prônait « bienveillance, droiture, bienséance, sagesse et fidélité » mais il a dit aussi : « La piété filiale et l’amour fraternel ne sont-ils pas les racines de la bonté ? »

    BuddhaTN.JPGL’éthique familiale peut naturellement être appliquée pour guider la morale sociale. La piété filiale peut aussi être appliquée à la loyauté envers le monarque. On dit qu’« il est rare que quelqu'un ayant de la piété filiale offense ceux d'en haut ». L’amour fraternel peut aussi s’appliquer à la loyauté envers les amis. Les confucéens croient que dans une famille, un père devrait être bon, un fils dévoué, un frère aîné amical, et un frère cadet respectueux. Ici, la bonté paternelle peut aussi s’appliquer à la bonté d’un empereur envers ses subordonnés. Tant que les traditions d’une famille peuvent être maintenues, la moralité sociale peut naturellement perdurer. « Se cultiver soi-même, réguler sa propre famille, gouverner justement son propre Etat et offrir tranquillité et bonheur à tout le royaume . »

    Le bouddhisme et le taoïsme, par contre, sont la partie de la culture chinoise qui se concentre sur « la sortie du monde séculaire », guidant les gens dans leur élévation spirituelle. L’influence du bouddhisme et du taoïsme se reflétait dans tous les aspects de la vie du peuple chinois. Les pratiques profondément enracinées dans le taoïsme incluent la médecine chinoise, le qigong, la géomancie (Feng Shui) et la divination. Ces pratiques, ainsi que les conceptions bouddhistes du royaume des cieux et de l’enfer, la récompense karmique du bien et la rétribution du mal, ont, en synergie avec l'éthique confucéenne, formé le noyau de la culture traditionnelle chinoise.

    Les croyances du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme ont offert au peuple chinois un système moral très stable, immuable, « aussi longtemps que le ciel demeure ». Ce système éthique a donné la base d’une stabilité durable, de la paix et de l’harmonie dans la société.

    La moralité relève du monde spirituel, donc elle est souvent conceptuelle. La culture exprime un tel système abstrait de moralité en un langage qui peut être communément compris."

    Tiré de Comment le parti communiste chinois a détruit la Culture traditionnelle (9 commentaires sur le PCC)

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu