Avertir le modérateur

regime - Page 3

  • Tibet: le Parti communiste dément la répression

    À propos de : NTD en français

     

    New Tang Dynasty (NTD) Television est une chaîne de télévision indépendante, à but non lucratif, établie par des Chinois vivant à l'étranger.

    Originellement en chinois, NTD diffuse depuis 2004 en anglais des nouvelles au quotidien et une grande variété de programmes. Récemment l'espagnol, le français et le russe viennent compléter cette évolution.

    NTD est partenaire de la compagnie Shen Yun: http://www.shenyunperformingarts.org/ et organisateur des 9 compétitions internationales réparties sur toute l'année http://competitions.ntdtv.com

    Tiré de: http://www.youtube.com/user/NTDFrench/featured

  • Les micro blogs visés par la censure informatique

    Un bénévole d'un site de défense des droits de l’homme a expliqué à Radio Free Asia que cette nouvelle campagne de censure entreprise par le régime chinois n'est qu'une façade pour pouvoir réprimer davantage de contenu en ligne. (NTD)
    Un bénévole d'un site de défense des droits de l’homme a expliqué à Radio Free Asia que cette nouvelle campagne de censure entreprise par le régime chinois n'est qu'une façade pour pouvoir réprimer davantage de contenu en ligne. (NTD)

    Le régime chinois a encore renforcé les mesures de censure sur les micro blogs, des sites qui permettent au public chinois d'exprimer ses opinions et de partager des informations. La semaine dernière, l'agence de presse officielle Xinhua annonçait que les autorités avaient fermé plus de 200 comptes en raison de leur contenu pornographique ou vulgaire. Mais selon les dissidents, ces comptes ne sont pas la véritable cible et d'autres comptes ont été fermés en secret.

    Un bénévole d'un site de défense des droits de l’homme a expliqué à Radio Free Asia que cette nouvelle campagne de censure entreprise par le régime chinois n'est qu'une façade pour pouvoir réprimer davantage de contenu en ligne.

    Pu Fei, bénévole, 64Tianwang.com, a déclaré: «Le régime chinois ferme les sites pornographiques et vulgaires pour couvrir le fait qu'ils bloquent en même temps les sites de dissidents qui expriment leur opinion et défendent les droits de l’homme. Le régime ne fait que parler du nombre de sites vulgaires qu’ils ont fermés, mais pas des autres sites qui ne sont pas politiquement coopératifs».

    Zan Aizhong, un journaliste indépendant, a eu six comptes fermés. Il a dit: «Le régime ne précise pas s'il a fermé plus de comptes contenant des termes interdits et politiquement sensibles que des comptes présentant un contenu pornographique. Je pense qu’il a fermé près de 500 comptes au contenu vulgaire et plus de 1000 comptes au contenu politique. Ce détail n'est pas précisé dans la propagande du régime».
     
    L'influence croissante des micro blogs comme Weibo a alarmé le régime chinois, ces dernières années. Les cybernautes chinois s'en servent pour diffuser des nouvelles et des informations susceptibles d’être censurées par les médias contrôlés par les autorités. En contrepartie, le régime fait pression sur les fournisseurs de ces micro blogs pour qu'ils enlèvent les contenus utilisant des mots ou des phrases interdits.

    Pour avoir accès à cette information en video: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2011-12-20/854185732085.html

    CHine, television, New Tang Dynasty Television, médias chinois, médias chinois indépendants

  • La Chine est le troisième pays à emprisonner les journalistes

    Chine, journalistes emprisonnés,Chine est le troisième pays à emprisonner les journalistes,liberté de la presse, médias indépendants, régime  Selon le Comité pour la protection des journalistes, le nombre de reporters emprisonnés dans le monde a atteint son plus haut niveau depuis 15 ans. Juste après l'Iran et l'Érythrée, la Chine est le troisième pays à emprisonner les journalistes.

    Sur 179 journalistes derrière les barreaux, 27 sont emprisonnés en Chine continentale. Le nombre réel est sans doute plus élevé, car certains cas peuvent avoir échappé à l'attention des groupes de défense.

    Zhao Yan, Ancien journaliste du New York Times à Pékin, a déclaré: «Hu Jintao a déclaré l'an dernier que la Chine allait progressivement relâcher son contrôle sur la presse afin que les informations venant de Chine soient plus ouvertes. Mais ce n'est pas ce que nous constatons aujourd’hui. Nous savons que la répression envers les journalistes a empiré depuis le début de cette année, surtout après la «Révolution du Jasmin» au Moyen-Orient, qui a provoqué un plus grand contrôle des informations».

    Comme les médias chinois sont généralement contrôlés par l'Etat, de plus en plus de journalistes se tournent vers Internet. En plus des journalistes, les militants en ligne sont aussi la cible de cette répression.

    Zhao Yan a ajouté: «Le nombre de journalistes en ligne qui ont été arrêtés augmente d'année en année. ‘La chasse interprovinciale’  un terme récemment utilisé, se réfère à la chasse de ces journalistes en ligne. Si cette situation continue en Chine, qui va pouvoir surveiller le parti communiste chinois?».

    En arrêtant les journalistes, le régime chinois se venge contre les dissidents en leur adressant de fausses accusations: évasion fiscale, possession de drogues, etc.

    Ils mettent la pression sur les journalistes pour qu’ils n'abordent pas les sujets jugés politiquement sensibles. De cette façon, aucun média d'information en Chine ne peut accuser le régime de quoi que ce soit.

    Pour avoir accès à cette information en video: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2011-12-15/673221624140.html

    La Grande Epoque, Epoch Times France, média français, presse , actualité Chine, Chine

  • Le régime chinois camoufle la situation du SIDA

    Chine, Sida, transfusion de sang, régime, santé

    Il y a deux ans de cela, Gao Yaojie, une femme âgée spécialiste de la médecine chinoise et militante anti-sida a réussi à éviter tous les pièges de la surveillance du parti communiste chinois  pour s'installer aux États-Unis. Elle avait pour objectif de révéler qu'une épidémie de sida  en expansion frappe la chine, mais que les autorités chinoises essayent de la cacher.  

    Depuis son arrivée aux États-Unis, Gao a publié trois livres et deux autres sont en préparation.  Elle s'astreint à quatre heures d'écriture quotidienne sur son ordinateur, même si elle trouve cela contraignant.  Elle s'est évanouie récemment à force de travailler.

    Gao qui a 85 ans ne regrettent pas de devoir endurer de telles souffrances. Elle explique que ce qui compte pour elle c'est «l'espoir que ses livres vont aider à améliorer la situation des malades du sida en Chine.»

    Les autorités chinoises ont toujours nié le lien entre la propagation du sida dans le pays et la vente de sang.  Chen Zhu, le Ministre Chinois de  la Santé  répétait en novembre dernier lors de  «La sixième conférence internationale d’échange d'expérience sur la prévention du sida en Chine»  que les relations sexuelles sont la principale cause de la transmission du sida dans le pays. Chen a ajouté que depuis la découverte de la première victime du SIDA en 1985, il y a eu 429 000 cas déclarés de séropositivité et de malades du sida,  dont plus de 86.000 décès.
     
    Gao remet en cause les chiffres donnés par le Ministre de la Santé et les trouve ridiculement bas.

    «Chen dit des bêtises»  réagit  Gao. «A ce jour la population infectée par le VIH dépasse les 10 millions. Mme Ding Zilin dont le fils a été tué lors du massacre de Tiananmen en 1989, affirme avoir identifié 202 cadavres [alors que le Parti prétend que personne n'a été tué]. Je tiens à affirmer que je peux montrer la tombe de plus de 200 000 victimes du SIDA. Une fois je me trouvais dans un village rural frappé par le sida et ce seul jour six personnes ont été enterrées devant moi.»  

    Selon Gao, on dénombre plusieurs types de VIH chez les malades chinois et l'essentiel de la contraction de la maladie  peut être attribuée à la vente de sang.  Gao constate «qu'il y avait plus de 10 000 endroit en Chine, où on pouvait  vendre son sang.»  

    «La contraction de la maladie causée par la transfusion sanguine a toujours été la dernière chose qu'elles  [les autorités] veulent admettre. Elles s’entêtent à faire des relations sexuelles la cause. En réalité, la transmission par voie sexuelle est responsable de moins de dix pour cent des cas. Par contre soixante pour cent des personnes qui pratiquent la vente du sang ont contracté le VIH.»
     
     Gao a ajouté que la vente de sang n'a pas disparu en Chine, mais qu'elle a pris des formes différentes. Cette pratique qui autrefois était publique est à présent entrée dans la clandestinité et s'est déplacée du nord vers le sud. Dans la mesure où le sang infecté par le VIH  était vendu dans l'ensemble du pays, il y a eu une augmentation des statistiques d'infections dans les villes à cause de la transfusion sanguine.  
     
    Gao a aussi découvert d'autres abus « Maintenant il existe des choses encore plus terribles, comme de voler de l'argent appartenant aux fonds de don contre le sida» remarque t-elle. «Ceux qui sont censés être responsables osent voler l'argent et les biens et ils trompent tout le monde. Au cours des dernières années, ils ont réduit au silence tous ceux qui osaient parler. Actuellement beaucoup de gens meurent et le nombre de mort  avoisine même celui des morts de la Grande Famine  [1958-1961].».
     
    La vie de Gao a été très dure. Parce qu'elle venait d'une famille nombreuse et prospère, elle a été catégorisée «ennemie de classe» au cours de la Révolution Culturelle. Pendant plus de huit mois, elle a ainsi été enfermée dans une morgue.


    Après la Révolution Culturelle, Gao a été transféré dans la province du Henan afin d'y exercer comme médecin et conférencière en sciences médicales.  En 1996, elle rencontra un malade du sida au cours d'une consultation. Elle soupçonna que le patient a pu contracter la maladie lors d'une transfusion sanguine et s’inquiéta de l'existence d'autres victimes. Elle sortit de son cadre de médecin et commença à s'impliquer dans la prévention du VIH.
     
    Après avoir mené des  enquêtes  tant publiques que secrètes sur une longue période de temps, elle a découvert que depuis les années 80, beaucoup de chinois avaient vendu leur sang en Chine continentale pour gagner un peu d'argent. Nombre de pauvres citoyens ont ainsi contracté le sida et se retrouvaient sans autre possibilité que d'attendre la mort dans le désespoir, laissant derrière eux beaucoup d'enfants atteint du sida.  

    Les actions de Gao en faveur des victimes du VIH et sa tentative de révéler la vérité sur l’épidémie qui sévit en Chine ont poussé le régime communiste a en faire une cible. Afin de pouvoir continuer à s'en occuper et à soutenir les malades du sida en Chine, la vielle dame de 85 ans a décidé l'hiver 2009, de quitter sa famille et sa maison et de s'exiler au États-Unis.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com

  • Nervosité du régime chinois et médias corrumpus

    Au tournant du 21ème siècle, il est devenu clair que le marché des médias en langue chinoise est de plus en plus dominé par des organes médiatiques contrôlés par les gouvernements étrangers. Cette prédominance est vivement ressentie par plusieurs communautés chinoises à travers le pays, qui partagent la même expérience d’avoir été persécutées en Chine et dont les faits ont été largement passés sous silence par les médias. La plupart des communautés chinoises outre-mer ont également vu une forte demande et la nécessité d’une source d’information fiable et non censurée sur la Chine et une plate-forme où la voix de ces communautés pourrait être entendue ; les gens voulaient avoir une alternative. En 2001, quelques hommes d’affaires ont eu l’idée d’une chaîne de télévision indépendante en langue chinoise et l’ont réalisée. Aujourd’hui, NTD est diffusée dans le monde entier, par satellite, cable, internet et en France par adsl chez Freebox, Neuf Box et Bouyges Telecom.

    Pour plus d'actualité n'hésitez pas à visiter notre site ☛ http://fr.ntdtv.com/

  • Enquête sur le tourisme de transplantations d'organes

    tourisme, transplantation d'organes, Chine, enquête, Corée du Sud, greffe d’organe, régime, prélèvements forcés, avocats, droits, hommeSelon les autorités sud-coréennes, une bande criminelle organisée envoie des patients sud-coréens en Chine pour des transplantations d’organes. Lundi 21 novembre 2011, la police a arrêté un homme et trois autres font l’objet d’une enquête.

    D’après la police sud-coréenne, depuis 2006, cette bande organisée a procuré des organes à 94 patients souffrant d'un cancer du foie. Les patients sont introduits avec de faux papiers d’identité en Chine continentale où ils subissent la greffe d’organe. La bande a récolté plus de 85.000 dollars pour chaque transplantation. Quatre des patients sont morts après l'opération.

    Byoungjin Lee, policier à Bushan, a expliqué: «Ces gens voulaient trouver des organes plus rapidement, alors ils sont allés voir à l’étranger».

    Cette bande organisée sud-coréenne travaille avec des contacts à l’intérieur de la Chine continentale. Le tourisme de transplantation est illégal en Chine depuis 2007. Malgré cette interdiction, les cas d’étrangers se rendant en Chine pour des transplantations d’organes sont fréquents. Des criminels falsifient des documents pour faire passer les patients comme des citoyens chinois et contourner l’interdiction.

    Les transplantations d’organes en Chine font polémique. Le régime chinois se flatte d’avoir l’un des plus grands programmes de transplantations d’organes du monde, tout en gardant un accès très limité, pour des raisons culturelles. Le régime utilise les organes de prisonniers condamnés à mort, mais n’a jamais révélé le nombre exact de prisonniers exécutés.

    Des avocats des droits de l'homme ont aussi accusé le régime chinois de profiter des ventes d’organes. David Kilgour et David Matas du Canada ont publié leurs conclusions sur les prélèvements forcés d’organes sur les pratiquants du Falun Gong, un groupe spirituel persécuté par le régime chinois depuis le 20 juillet 1999.

    Pour avoir accès à cette information en video: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2011-11-29/330859451926.html

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Enquete-sur-le-tourisme-de-transplantations-dorganes.html

  • Une collégienne de seize ans à nouveau illégalement emprisonnée

    collégienne, jeune fille, emprisonnée, chine, prison, falun gong, travaux forcé, régime, répression, liberté, tortures, lycée, Guangzhou

    À la fin d'avril 2000, Zhang Xiaoling, ainsi que Chen Ruzhen, Zhang Shaohua, Liu Shaoshan et Liu Qiongjuan, se sont rendues à bicyclettes à Pékin pour faire appel au nom du Falun Gong. Elles venaient de leur ville natale de Gurao, district de Chaoyang, agglomération de Shantou dans la province du Guangdong. Elles ont toutes été arrêtées. Zhang Xiaoling a dabord été détenue au centre de réhabilitation pour toxicomanes de Meihua pendant 25 jours, puis dans l'équipe de Shangbao. Elle a été brutalement battue par Zhang Zemin. Ses deux jambes sont devenues noires et bleu et méchamment gonflées. Marcher était très difficile. Plus tard, Zhang Xiaoling a été libérée et autorisée à retourner chez elle. Sa maison a été surveillée et les policiers faisaient fréquemment irruption et l'arrêtaient.

    Zhang Xiaoling a souvent été effrayée dans sa propre maison. Elle étreignait son oreiller et pleurait. Les policiers venaient, la saisissaient par ses bras, ses jambes, ses vêtements, et la traînaient. . Elle a été arrêtée et amenée à l'équipe de sécurité de Gurao, et détenue dans une pièce obscure, et infestée de rat. Sa maman, Deng Xiuying, une veuve, a amené sa plus jeune fille, 4 ans Zhang Yueqi rendre visite à Zhang Xiaoling. Elle savait que Zhang Xiaoling était effrayée, et elle lui a tendu Yueqi par la fenêtre de prison, afin qu'elle puisse réconforter sa soeur. Zhang Xiaoling a gardé la petite Yueqi trois longs jours et nuits dans la cellule obscure, et humide. Sa mère ne pouvait pas supporter de voir sa fille Xiaoling souffrir en prison, mais la police ne lui permettait pas de rester avec Xiaoling. Alors elle a laissé la petite Yueqi quelques jours avec sa soeur afin de la réconforter.

    Onze ans plus tard, Yueqi était de nouveau en prison avec sa soeur Zhang Xiaoling. Elle a été condamnée à un an de travaux forcés, et sa soeur Xiaoling à deux ans au camp de travaux forcés de Chatou dans la ville de Guangzhou, notoire pour persécuter les pratiquants de Falun Gong.

    Arrêtée

    Pendant l'été 2011, Yueqi a obtenu son diplôme de primaire et s'est rendue à Guangzhou chez sa soeur. Elle attendait impatiemment de pouvoir aller au lycée. (...)

     

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201111/58825.html

  • Un invité de la télévision chinoise affirme que le régime est au bord de la ruine

    économie, chine, economie chinoise, crise, dette, consommation, crise économique en Chine, finances, régime, système, consommation intérieur

    L’économie chinoise a la réputation d’être forte et prospère, mais selon une personnalité bien connue de la télévision chinoise, le PIB du pays va en sens inverse. Larry Lang, professeur à la Chaire des Finances à l’université chinoise de Hong Kong, a déclaré lors d’une conférence que d’après lui, il n’avait pas été noté que le régime chinois traverse une grave crise économique au seuil de la bankrupt. Selon sa formule mémorable, chaque province en Chine est dans le même état de la Grèce.

     
    Selon les instructions de Lang, lors de son discours du 22 octobre 2011 dans l’agglomération de Shenyang, province  de Liaoning,  au nord-est de la Chine, aucun enregistrement audio ni vidéo ni médias n’a été autorisé. Dans la vidéo qui se trouve actuellement sur You tube, on peut l’entendre affirmer que les gens ne doivent pas poster son discours en ligne, à cause des risques courus. Lors de cette inhabituelle conférence à huis clos, Lang a apporté une analyse franche de l’économie chinoise et de la censure qui touche les intellectuels et les personnalités publiques. «Ce que je suis sur le point de dire est totalement vrai mais, dans ce système, nous ne sommes pas autorisés à dire la vérité», a-t-il déclaré.


    En dépit de l'apparence polie de Lang lors de son émission de télévision largement diffusée, il a  précisé: «Ne pensez pas que nous vivons actuellement des temps paisibles. En réalité, les médias ne peuvent rien rapporter du tout. Ceux d’entre nous qui faisons des émissions de télévision sont très malheureux et frustrés parce que nous ne pouvons faire aucun programme. Tant que quelque chose est lié au gouvernement, nous ne pouvons pas en parler».


    Il a ajouté que le régime n’écoute pas les experts et que les fonctionnaires du Parti sont insupportablement arrogants. «Si vous n’êtes pas d’accord avec eux, ils pensent que vous êtes contre eux», affirme-t-il.


    L’affirmation de Lang selon laquelle le régime est ruiné se base sur cinq points.

    Premièrement, la dette du régime est de près de 36 trillions de yuans (plus de 4 000 milliards d’euros). Ce calcul est la somme de la dette du gouvernement local chinois (entre 2 000 et 2 300 milliards d’euros) et la dette due par les entreprises publiques (près de 2 000 milliards supplémentaires, selon lui). Avec des intérêts de deux trillions de yuans (près de 234 milliards d’euros) par an, il pense que la situation va rapidement être révélées.


    Deuxièmement, le taux d’inflation de 6,2% publié officiellement par le régime est faux. Le véritable taux d’inflation est, selon Lang, de 16%.


    Troisièmement, il existe des excès sérieux quant aux capacités de leur économie, avec une consommation intérieure qui représente seulement 30% de l’activité économique. Lang affirme que, dès juillet 2011, l’Index de Directeur d’ Achat (PMI), mesure de l’industrie de la manufacture, a plongé vers un nouveau plancher de 50,7. C’est une indication, d’après lui, montre que l’économie de la Chine est en récession.


    Quatrièmement, le PIB de 9% publié officiellement par le régime est aussi faux. Selon les données de Lang, le PIB de la Chine a diminué de 10%. Il a affirmé que les chiffres gonflés proviennent de l'augmentation spectaculaire, chaque année, de la construction d'infrastructures dont le développement immobilier, les voies ferrées et les autoroutes (ce qui représente, pour 2010, jusqu'à 70% du PIB).


    Cinquièmement, les taxes sont trop élevées. L’année dernière, les taxes sur les affaires chinoises (taxes directes et indirectes) représentaient 70% des revenus. Le taux d'imposition individuelle se situe à 81,6%, selon M. Lang. Lorsque le “tsunami économique” débutera, le régime perdra sa crédibilité et la Chine deviendra le pays le plus pauvre au monde, affirme Lang. Plusieurs observateurs ont exprimé, dans une large mesure, leur accord avec les analyses de Lang.

      
    Le professeur Frank Xie, de l’université Aiken en Caroline du Sud, a déclaré que l’idée d’une Chine ruinée n’est pas farfelue. Les projets de constructions majeurs ont aidé à gonfler le PIB, a-t-il déclaré. « En surface, c’est un nombre important, mais l’inflation est encore plus élevée. Ainsi, en réalité, l’économie de la Chine est en récession. »

    De plus, Xie a ajouté que l’on ne pouvait faire confiance aux chiffres officiels. Par exemple, le Vice-premier ministre du régime, Li Keqiang a admis, devant un diplomate américain, qu’il ne croyait pas les statistiques avancées par les petits fonctionnaires et que lorsqu’il était gouverneur de la province de Liaoning, il « avait personnellement vu les véritables données. »


    Cheng Xiaonong, économiste et ancien assistant du dirigeant sortant du Parti, Zhao Ziyang, a déclaré que de hautes louanges du «modèle de Chine» sont souvent avancées sur la base de projets de constructions largement visibles, un PIB important et beaucoup d’argent placée en réserves de devises étrangères. «Ils prêtent peu d’attention à des choses comme la garantie des droits basiques du peuple ou si leurs standards de vie se sont améliorés ou pas» a-t-il déclaré.

      
    «Derrière le contrôle décrété de l’économie qui peut sembler efficace, existe un énorme gaspillage et une énorme corruption», affirme Cheng. Cela signifie que peu de dépenses sont faites pour l’éducation, le bien-être, le système de santé, etc. Il ajoute qu’au cours de la dernière décennie, le régime chinois a principalement accumulé sa richesse en promouvant le développement de l’immobilier, en achetant des propriétés résidentielles urbaines et en banlieues à bas prix (en les acquérant souvent par des expropriations) pour les vendre à prix élevés à des promoteurs.

    Selon Cheng, les desseins des fonctionnaires du régime - s’enrichir et accroître leur pouvoir - sont en conflit direct avec ceux du peuple - ainsi l’injustice sociale se développe et la propagande économique ayant pour but de présenter la situation contraire, prévaut.

    Peu d’experts au sein du pays osent s’exprimer comme Lang, affirme Cheng. C’est probablement parce qu’il a une chaire de Professeur à Hong Kong.

    Tiré de:http://www.theepochtimes.com/n2/china-news/chinese-tv-host-says-regime-nearly-bankrupt-141214.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu