Avertir le modérateur

persécution - Page 4

  • Trouver l'erreur

    chercher l'erreur,chine,persécution,falun gong,falun dafa,répression,méditation

    Le Falun Gong ou Falun Dafa est une méthode de méditation de l'Ecole de Bouddha. Son enseignement spirituel est basé sur les principes Zhen (Vérité), Shan (Compassion) et Ren (Tolérance). Après une popularité sans précédent en Chine à partir de 1992 (80 millions de pratiquants sont recensés en 1997 par le Ministère de la Santé Chinois), Jiang Zemin interdit la discipline en 1999, par crainte semble t'il de voir son régime corrompu remis en question par ce qigong traditionnel. Depuis, les pratiquants de Falun Gong sont persécutés et emprisonnés en Chine, certains ont été torturés à mort et depuis 2006, des allégations ont été apportées sur des prélèvements d'organes forcés à grande échelle à leur encontre.

    Plus d'informations sur: http://www.infofalungong.net/

  • Un village soutient un pratiquant de Falun Gong persécuté


    Un village soutient un pratiquant de Falun Gong... par NTDFrancais

    300 habitants d'un petit village de la province du Hebei ont signé une pétition demandant la libération d'un pratiquant de Falun Gong persécuté. Ces citoyens chinois sont devenus à leur tour la cible de harcèlements et de menaces émanant du Comité des affaires politiques et légales qui réprime toute personne osant défendre le Falun Gong.

  • La soif de pouvoir de Bo Xilai

    Au sein du Parti communiste chinois (PCC), les liens familiaux ont leur importance. Bo Xilai est non seulement un «fils de prince», un enfant issu de la génération fondatrice du PCC, mais son père, Bo Yibo, est un des Huit Anciens, huit vétérans du PCC qui ont eu un grand pouvoir dans les années 1980 et 1990. Peut-être du fait de sa naissance privilégiée, Bo a développé un sens du droit au pouvoir. Né en juillet 1949, Bo était un Garde Rouge et son organisation étudiante a été directement mobilisée par Mao Tsé Toung. La critique de son père (une des conséquences du maoïsme dans la lutte des classes) a donné à Bo Xilai la chance de prouver son zèle révolutionnaire—il a battu BoYibo, lui brisant trois côtes.
    Bo Xilai, Chine, pouvoir, lutte, politique, Jiang Zemin, Falun Gong, persécutionDans un mémoire écrit par Yang Guang, un survivant de la Révolution Cuturelle, le père de Bo est cité comme ayant affirmé «lorsque Jiang Qing [un membre du Gang des Quatre] a déclaré que j’étais traître, mon fils m’a battu et fait tombé à terre…Lorsque j’ai vu qu’il n’avait pas peur de briser des liens avec les membres de la famille, je savais qu’il était un bon matériau pour la prochaine génération des dirigeants du Parti.»

    En 1976, la mort de Mao a marqué la fin de la révolution. Bo est alors retourné à l’école et a été diplômé en maîtrise de droit international en 1982. Alors que son père est revenu au pouvoir, le chemin de Bo Xilai en tant que politicien était fluide. Quelques années après avoir reçu son diplôme, il a obtenu des postes clés dans les Comités centraux de la province de Liaoning et est devenu maire de sa ville principale, Dalian, en 1993.

    Alors qu’il se trouvait à Dalian, Bo a gagné une réputation d’opposant à la corruption. Jiang Weiping, journaliste vétéran, a publié un reportage sur Bo, le décrivant comme un client habituel de prostituées et porté sur la boisson. Un des cas décrit par Jiang, était l’emprisonnement des propriétaires de la chaîne de restaurants très en vue de Dalian, Daily Hub, en 2001. Après avoir appris que les propriétaires étaient impliqués dans un conflit personnel avec le mari de sa maîtresse, Bo les a arrêtés pour fraude fiscale et les a jetés en prison. Bo a aussi transformé des bâtiments gouvernementaux en école de mannequin pour sa maîtresse. Après la publication du reportage, Jiang Weiping a été arrêté et condamné à huit ans de prison.

    Sachant que le soutien de Jiang Zemin était vital pour un poste central au sein des dirigeants, Bo a suivi étroitement les étapes de la persécution de Falun Gong du dirigeant d’alors. En 2001, Bo a été nommé gouverneur de la province de Liaoning.

    Bo a alloué 1 milliard de yuans (plus de120 millions d’euros) pour reconstruire des prisons. Un endroit sur lequel Bo s’est focalisé était le Camp de travaux forcés de Masanjia. Le camp était étendu jusqu’à devenir la première «ville prison» de Chine.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Angela-Wang-Epoch-Times.html

  • Qui est véritablement Zhou Yongkang, ministre de la Sécurité publique chinoise?

    Zhou Yongkang, Chine, Falun Gong, persécution, lutte de pouvoir, Jiang ZeminAvant d’entrer dans la politique, Zhou Yongkang (né en 1942), a travaillé pendant presque 30 ans dans l’industrie pétrolière. Il est de notoriété publique qu’après la mort de sa première femme dans un accident de voiture, le mariage de Zhou Yongkang avec la nièce du Président Jiang Zemin, lui a permis d’atteindre de hautes fonctions au sein du Parti communiste chinois. En 1998, promu ministre des «Terres et des Ressources», Zhou quitte son poste de leader de la Compagnie nationale chinoise de Pétrole. Un an plus tard, il sera à la tête de la Province du Sichuan.
     
    En 1999, le président de l’époque, Jiang Zemin s’engage à éradiquer le Falun Gong en trois mois, à l’aide d’une campagne nationale. Étant un «proche» et un compagnon de confiance de la tête du régime, Zhou assume certains rôles clés dans la persécution du Falun Gong (ou Falun Dafa).

    Leader du Parti dans la province du Sichuan, Zhou a promis des récompenses financières pour quiconque – issus des prisons, camps de travaux forcés ou bureaux de la sécurité publique - participant activement à la torture et au lavage de cerveau des pratiquants de Falun Dafa, selon le site du Falun Gong «Clearwisdom». Avec au bas mot, 217 pratiquants de Falun Gong morts dues à la torture ou à différents abus, le Sichuan est la province concentrant le plus de violations des Droits de l’Homme liées à la persécution du Falun Gong. 

    Selon le site Clearwisdom, des documents officiels du bureau 610 – l’organe du Parti créé par Jiang Zemin pour l’éradication des pratiquants de Falun Gong – prouvent qu’en tant que directeur du Comité des Affaires politiques et législatives, Zhou Yongkang (de 2007 jusqu’à aujourd’hui) et Luo Gan (de 1998 à 2007) donnèrent, tous deux, la permission à la police de «pratiquer des traitements médicaux tout en altérant, si nécessaire, la santé des pratiquants de Falun Gong». Au moins 11 pratiquants de Falun Gong sont connus pour avoir succombé à des injections mortelles, après absorption médicamenteuse forcée, endommageant les principaux centres nerveux. Durant son voyage aux États-Unis, Zhou a été poursuivi pour crimes contre l’humanité.

    Avec sa participation active dans la persécution orchestrée par Jiang Zemin, Zhou a été promu, en décembre 2002, ministre du Département de la Sécurité publique bien qu’il n’ait aucune expérience dans ce domaine. Lorsqu’en novembre 2001, Zhou fut nommé assistant directeur du Bureau 610 principal, il développa sa stratégie opérée au Sichuan à l’échelle nationale, selon l’Organisation mondiale pour l’Investigation de la Persécution du Falun Gong.

    En même temps, Zhou est passé successivement par plusieurs organes centraux du régime. En tant que membre du Politburo et du secrétariat du Comité central du Parti, Zhou a été impliqué dans des décisions relatives au personnel pour le Parti mais aussi pour le pays.

    En 2007, Zhou est promu à la tête du Comité des Affaires politiques et législatives du Parti communiste chinois, sous la surveillance de toutes les autorités de mise en application incluant, les agences de renseignement, du maintien de l’ordre, de la sécurité, de la détention, judiciaire et du parquet. De par son statut, les tâches de Zhou furent multiples. Zhou s’est occupé en partie de faire taire les protestations des parents d'enfants qui ont été emprisonnés sous les ruines de bâtiments scolaires mal construits dans le séisme de 2008, d’envoyer des troupes militaires au Tibet après des rapports aient attesté la protestation de moines par auto immolation, et de rétribuer à l’étranger, des étudiants chinois pour le travail de renseignement.

    Version anglaise: http://www.theepochtimes.com/n2/china-news/who-is-zhou-yongkang-210734.html

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Qui-est-veritablement-Zhou-Yongkang-ministre-de-la-Securite-publique-chinoise.html

  • Wen Jiabao voudrait la fin de la persécution du Falun Gong, selon une source de Pékin

    Le Premier ministre du régime chinois Wen Jiabao a fait pression pour mettre fin à la persécution du Falun Gong avec réparation aux membres de cette pratique spirituelle, selon une source de Pékin. Sa proposition a été contrée par Zhou Yongkang et la faction dirigée par l'ancien chef de file du régime Jiang Zemin. Jiang a démarré la persécution du Falun Gong en 1999, et Zhou, comme ministre de la Sécurité publique de 2003 à 2007, et chef de la puissante commission des Affaires politiques et législatives de 2007 jusqu’à présent, a été fortement impliqué dans la mise en œuvre de la campagne de Jiang. Il est dit que Hu Jintao n’a pas commenté la proposition de Wen.

    Chine, falun Dafa, wen jiabao, Falun Gong, persécution, Bo Xilai, lutte de pouvoir


    Lorsque Wang Lijun, ancien chef de la police de Chongqing et bras droit de Bo Xilai du chef du Parti communiste de Chongqing, a tenté de faire défection au consulat des États-Unis le 6 février, il a attiré l'attention de la communauté internationale sur les prélèvements d'organes forcés du régime à l’encontre des pratiquants de Falun Gong. Wang a été fortement impliqué dans cette atrocité. Dans un discours de Wang donné en 2006, il s'est vanté d'avoir supervisé des «milliers» d'opérations de prélèvement d'organes en tant que chef de la police de Jinzhou dans la province du Liaoning, bien que Wang ne mentionne pas spécialement les prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong.

    Bo Xilai était gouverneur de la province de Liaoning de 2000 à 2004. L’affaire des prélèvements d'organes forcés sur les pratiquants de Falun Gong a été découverte en 2006 dans le Liaoning, et la province a été nommée l’«épicentre» des prélèvements d'organes en Chine.
    
Au cours d'une réunion interne à Zhongnanhai, le siège du gouvernement de Pékin, au sujet de l'incident Wang Lijun, Wen Jiabao a dénoncé les prélèvements d'organes et la participation de Bo Xilai dans ces actes.
    
«Sans anesthésie, le prélèvement d'organes humains et leur vente pour de l'argent, est-ce quelque chose qu’un homme peut faire?» a dit, selon la source de Pékin, Wen lors de la réunion des dirigeants du Parti. «Les choses de ce genre sont eu lieu pendant de nombreuses années. Nous sommes sur le point d’y mettre fin mais ce n'est pas encore tout à fait résolu. »

    « Maintenant que l'incident de Wang Lijun est connu par le monde entier, on peut l'utiliser pour punir Bo Xilai. Résoudre le problème du Falun Gong devrait être un choix naturel», a dit la source en citant Wen. 



    Des recherches internet non censurées

    Le rapport que Wen a demandé aux principaux dirigeants du Parti pour réexaminer le cas du Falun Gong, trouve une corroboration dans le comportement récent de l'Internet en Chine. 
Normalement, les termes relatifs à la pratique ou à la persécution du Falun Gong sont parmi les plus étroitement censurés sur Internet en Chine, mais, au cours de la troisième semaine de mars, les recherches qui, auparavant, avaient été bloquées, étaient maintenant accessibles. Un responsable du régime chinois a considéré les recherches internet sur le terme Falun Gong comme légitimes, et permettre de montrer les méfaits de la persécution, est ce qu'on pourrait attendre d'un effort au sein du parti communiste chinois pour soutenir cette tentative de réparation envers le Falun Gong.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Wen-Jiabao-voudrait-la-fin-de-la-persecution-du-Falun-Gong-selon-une-source-de-Pekin.html

  • « Asie à la Une » toute l'actualité du 17 janvier 2012

    Aujourd’hui la Télévision New Tang Dynasty, (NTDTV), aspire à travers ses programmes quotidiens, et aussi grâce à la création de concours et d’événements culturels, à vous présenter le meilleur de la culture traditionnelle chinoise et à vous aider à mieux comprendre les événements qui se déroulent actuellement en Chine.

    NTDTV est une chaîne de télévision indépendante, à but non lucratif, établie par des Chinois vivant à l’étranger. En fournissant des informations complètes, précises et authentiques, nous avons pour objectif de rendre service à la communauté chinoise du monde entier ainsi qu’à toute personne intéressée par la Chine, afin d’agrandir leurs connaissances et d’enrichir leurs vies.

    La fédération internationale des journalistes a déclaré que la Télévision New Tang Dynasty s’est créée une réputation internationale pour « ses reportages politiques, économiques et culturels objectifs » depuis sa fondation en 2001.

    Ce qui fait la spécificité de NTDTV ce sont les nouvelles. Toute la journée, NTDTV propose des reportages se rapportant tant à l’actualité internationale que locale, en Mandarin, en Cantonais et en Anglais. NTDTV a plus de 50 équipes de reporters réparties à travers le monde pour lui fournir des informations de première main.

    Voir aussi:

    La télévision chinoise NTD accessible en France sur Freebox 685 et SFR/Neufbox 725

    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Europe/La-television-chinoise-NTD-accessible-en-France-sur-Freebox-et-SFR/Neufbox.html

    CHine, television, New Tang Dynasty Television, médias chinois, médias chinois indépendants

  • Gao Zhisheng condamné à 3 ans de prison

    Gao Zhisheng, Chine, droits de l'homme, persécution,  communiste chinois, subversion, Le régime chinois a condamné officiellement le célèbre avocat chinois Gao Zhisheng à 3 ans de prison, annonçait l'agence de presse officielle Xinhua vendredi 16 décembre 2011.

    Gao Zhisheng avait déjà été condamné à la prison pour subversion en 2006, après qu'il ait adressé une série de lettres aux cadres du parti communiste, appelant à mettre un terme à la persécution du Falun Gong, un groupe spirituel persécuté par le régime depuis 1999. La condamnation avait ensuite été suspendue pendant 5 ans. Mais Gao Zhisheng avait été assigné à résidence et ensuite placé en détention en 2009. Depuis, personne ne savait où se trouvait l'avocat et le régime a éludé les questions des médias internationaux à ce sujet.

    Hu Jia, un activiste de Pékin, également victime de la persécution du Parti communiste chinois, a expliqué à NTD que cette condamnation prouve que Gao Zhisheng est toujours vivant.

    Hu Jia, activiste pour les droits de l’homme, a déclaré: «Cette information prouve que Gao Zhisheng se trouve toujours entre les mains des responsables chinois. Le PCC sent que son autorité pourrait être menacée dans les années à venir. Si le régime libère Gao Zhisheng, cela pourrait créer des problèmes au parti, voire mener à sa défaite. Donc il continue d'exercer son pouvoir. Faire face aux condamnations de la communauté internationale lui semble moins terrible que de laisser Gao Zhisheng s'exprimer librement».

    Geng He, l'épouse de Gao Zhisheng, avait réussi à fuir la Chine vers les États-Unis en 2009. Elle a dit être choquée par ces dernières informations.

    Gao Zhisheng est l'une des grandes figures de l'activisme chinois, comme Chen Guangcheng, Liu Xiaobo et Ai Weiwei, qui ont tous également subi sans discontinuité le harcèlement et la persécution du Parti communiste chinois.

    Pour avoir accès à cette information en video: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2011-12-20/691744827427.html

  • Le Dalai Lama répond à la question d’un journaliste à propos du Falun Gong

    dalai lama,falun gong,epoch times,censure,chine,persécution,peuple chinois,vaclav havel,président,république tchèque,bouddhisme,tibetSelon The Epoch Times en République tchèque:

    Le chef spirituel tibétain en exil le Dalai Lama, est arrivé samedi 9 décembre 2011, à l’invitation du Président Vaclav Havel, pour une visite de trois jours à Prague.

    "Aujourd’hui, aucun pays n’ose inviter le Dalai Lama et nous savons tous pourquoi," a dit dans une interview un ancien journaliste tchèque en Chine, Robert Nicolas.

    Mais Havel ne semble pas se soucier de la vision du gain économique et le chef spirituel tibétain est donc arrivé dans la capitale de la République tchèque le jour de la Journée internationale des droits de l’homme

    ...

    À une table-ronde sur l’état de la démocratie et des droits de l’homme en Asie du sud-est, une journaliste a demandé au Dalai lama s’il pouvait comparer la persécution du Falun Gong et celle du peuple tibétain.

    Ce dernier a répondu : " Toutes les deux sont très très tristes, très très tristes. Je connais beaucoup d’amis Chinois .... beaucoup de Chinois qui savent quelque chose à propos de ce qui est arrivé aux pratiquants de Falun Gong, vraiment triste... trop de contrôle, pas de système juridique indépendant, pas de presse libre, une lourde censure, alors c’est très difficile ... 1,36 milliard de chinois sont les véritables dirigeants de la Chine, ils ont absolument le droit de connaître la réalité, une fois qu'ils connaissent la réalité, ils ont la capacité de juger par eux-mêmes de ce qui est bien ou mal ... donc la censure est immorale, 1,36 milliard de Chinois doivent avoir le droit de connaître la réalité ! ... "

    Tiré de:http://fr.clearharmony.net/articles/201112/59070.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu