Avertir le modérateur

médias chinois - Page 2

  • Couverture mondiale d'une télévision chinoise non censurée

     Tiré de:

    CHine, television, New Tang Dynasty Television, médias chinois, médias chinois indépendants

  • Le combat d’un journaliste chinois contre le vol de terrain par les fonctionnaires

    journaliste chinois, chine, expropriation, réforme, médias chinois, libéralisation anti-bourgeoise,Hu Jintao , Zhao YanNEW YORK – Zhao Yan, largement connu depuis que, journaliste d’investigation au New York Times, il a été emprisonné en Chine pendant trois ans pour « divulgation de secrets d'État », refait parler de lui. Aujourd'hui réfugié aux États-Unis, il est devenu l’un des champions de la Chine dépossédée. M. Zhao a décidé de se consacrer à des enquêtes sur les vols de terres en Chine et éduque les paysans chinois sur la façon de se battre contre la rapacité des fonctionnaires.

    D’abord critique d'art, puis policier – il a été expulsé de la police en 1987 lors de la campagne de libéralisation « anti-bourgeoise » – l’homme a commencé à s'intéresser aux droits des agriculteurs en 1997. À l’époque, pour avoir révélé les vols de terres appartenant aux agriculteurs, un de ses amis journalistes, Sheng Xueyou, avait été emprisonné par le secrétaire du parti de Harbin à la suite d’un « procès-spectacle ». C’est alors que M. Zhao est venu à son aide.

    « J'ai dû étudier le droit par moi-même pour l'aider. J'ai travaillé sur cette affaire pendant plus d'un an », explique-t-il. C’est grâce à cette expérience que Zhao Yan a appris ce qu’endurent les Chinois des zones rurales et c’est ce qui a ensuite impacté sa carrière. « Cette expérience a changé ma vie », résume-t’il. Dès lors, il est devenu journaliste et militant.

    En 2002, sa position de journaliste a été officialisée par un poste au magazine La Réforme, en Chine, journal publié par la Commission de la Réforme et du Développement national, un département du Conseil d'État.

    « Ils faisaient tous des recherches, mais leurs compétences journalistiques n’étaient pas très élevées. J’ai réalisé des enquêtes plus approfondies pour eux, y compris sur la question de l'accaparement des terres », se souvient-il.

    Son travail d’enquête au nom des marginalisés de la société chinoise a attiré l'attention du New York Times. « Il n'y avait presque personne dans les médias chinois se concentrant sur la situation des minorités à cette époque », se rappelle M. Zhao.

    Joseph Kahn, alors chef du bureau du New York Times de Pékin, le prend dans son équipe comme enquêteur lorsque Zhao Yan démissionne de La Réforme, début 2004. La principale mission de Zhao était de réaliser les travaux préliminaires de recherche que M. Kahn ou d'autres pouvaient reprendre, vérifier et utiliser comme base pour rédiger des articles.

    Il a également mis à profit son réseau de contacts le tenant au fait des rumeurs sur les rivalités à l’intérieur du parti. Une note manuscrite diffusée sur ce sujet lui a valu trois ans de prison, de 2004 à 2007, pour « divulgation de secrets d'État ».

    La peine d'emprisonnement était en réalité une punition de Hu Jintao, pour ses articles précédents, pense M. Zhao. La « divulgation de secrets d’État » n’a été qu’un prétexte.

    Selon Zhao, le journalisme a toujours soutenu les activistes pour aider les agriculteurs à résister aux saisies forcées de terrains. « En tant que journaliste, je ne peux pas le faire, mais en tant qu'intellectuel avec une conscience, ayant des idées sur la façon de répondre à ce problème si je ne le leur dis pas, qui le fera ? »

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Le-combat-dun-journaliste-chinois-contre-le-vol-de-terrain-par-les-fonctionnaires.html

  • Une télévision chinoise au service des chinois


    Presentation de NTDTV (en francais) par NTDTV

    Aujourd’hui la Télévision New Tang Dynasty, (NTDTV), aspire à travers ses programmes quotidiens, et aussi grâce à la création de concours et d’événements culturels, à vous présenter le meilleur de la culture traditionnelle chinoise et à vous aider à mieux comprendre les événements qui se déroulent actuellement en Chine.

    NTDTV est une chaîne de télévision indépendante, à but non lucratif, établie par des Chinois vivant à l’étranger. En fournissant des informations complètes, précises et authentiques, nous avons pour objectif de rendre service à la communauté chinoise du monde entier ainsi qu’à toute personne intéressée par la Chine, afin d’agrandir leurs connaissances et d’enrichir leurs vies.

    La fédération internationale des journalistes a déclaré que la Télévision New Tang Dynasty s’est créée une réputation internationale pour « ses reportages politiques, économiques et culturels objectifs » depuis sa fondation en 2001.

    Ce qui fait la spécificité de NTDTV ce sont les nouvelles. Toute la journée, NTDTV propose des reportages se rapportant tant à l’actualité internationale que locale, en Mandarin, en Cantonais et en Anglais. NTDTV a plus de 50 équipes de reporters réparties à travers le monde pour lui fournir des informations de première main.

    Voir aussi:

    La télévision chinoise NTD accessible en France sur Freebox 685 et SFR/Neufbox 725

    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Europe/La-television-chinoise-NTD-accessible-en-France-sur-Freebox-et-SFR/Neufbox.html

    CHine, television, New Tang Dynasty Television, médias chinois, médias chinois indépendants

  • Nervosité du régime chinois et médias corrumpus

    Au tournant du 21ème siècle, il est devenu clair que le marché des médias en langue chinoise est de plus en plus dominé par des organes médiatiques contrôlés par les gouvernements étrangers. Cette prédominance est vivement ressentie par plusieurs communautés chinoises à travers le pays, qui partagent la même expérience d’avoir été persécutées en Chine et dont les faits ont été largement passés sous silence par les médias. La plupart des communautés chinoises outre-mer ont également vu une forte demande et la nécessité d’une source d’information fiable et non censurée sur la Chine et une plate-forme où la voix de ces communautés pourrait être entendue ; les gens voulaient avoir une alternative. En 2001, quelques hommes d’affaires ont eu l’idée d’une chaîne de télévision indépendante en langue chinoise et l’ont réalisée. Aujourd’hui, NTD est diffusée dans le monde entier, par satellite, cable, internet et en France par adsl chez Freebox, Neuf Box et Bouyges Telecom.

    Pour plus d'actualité n'hésitez pas à visiter notre site ☛ http://fr.ntdtv.com/

  • «Les journalistes sont des employés de la propagande»

    journalistes de CCTV, propagande, chine, journalistes, CCTV, Télévision centrale de Chine, Xinhua, médias chinois, information, presse, journalisme, régime chinois«Certains journalistes de CCTV ne se considèrent pas comme des employés de la propagande du parti, ils se considèrent comme des journalistes professionnels. C'est une erreur fondamentale».

    Telles sont les paroles de Hu Zhanfan, le nouveau directeur de la Télévision centrale de Chine. Hu Zhanfan a pris ses fonctions il y a plus de deux semaines. Depuis, les internautes chinois ont diffusé plus de 10.000 fois les commentaires que Hu a prononcés au sujet de la chaîne officielle de l'Etat chinois.

    «Certaines personnes pensent que le fait  d’insister sur la nature du parti et le rôle de rapporteur de l'Etat joué par CCTV va influencer l’objectivité de ses reportages et la façon dont nous nous accordons aux règles du journalisme dans le traitement de nos sujets. C'est une grande erreur et un point de vue unilatéral».

    Ces commentaires ont été prononcés lors d’un évènement organisé par l’Association des Médias chinois en mai 2011 et publiés à cette époque par l'agence de presse officielle, Xinhua. Mais ce n'est qu'après que Hu Zhanfan ait pris ses fonctions de directeur de CCTV que les internautes ont compris l’importance de ses remarques.

    Un bloggeur a écrit: «Ceci avertit clairement le public: CCTV n'informe pas, CCTV fait de la propagande».

    Un autre a suggéré à l’Administration de la Presse et des Publications de «reprendre les cartes de presse des journalistes de CCTV et de leur fournir des cartes d’employés de la propagande.»

    Selon Gao Yu, une ancienne journaliste du Service des informations, Hu Zhanfan a été choisi pour sa volonté de coopérer avec le régime. Gao Yu, ancienne journaliste au Service des informations, a déclaré: «Le Département central de la Propagande indique aux directeurs des différents départements  comment agir et ils doivent agir de cette façon. Les critères de sélection des fonctionnaires sont: qui peut nous servir comme un outil obéissant? Qui pourra dire «Nos médias jouent leur rôle?» Ils choisiront ce genre de personne».

    Le régime chinois a commencé à engager son mouvement de «force persuasive» avec un budget de 5,3 milliards d'euros alloué au développement des médias officiels. CCTV prévoit d’ouvrir des studios en Amérique du Nord et en Afrique. Un immense panneau publicitaire de CCTV a récemment été placé sur Times Square à New York.

    Les commentaires de Hu Zhanfan éclairent le rôle joué par CCTV au XXIe siècle. Ils font écho au point de vue de Mao Zedong selon lequel les arts et les médias doivent être au service du parti communiste.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Les-journalistes-sont-des-employes-de-la-propagande.html

  • NEWS CHINE: Dette USA-Chine et censure des oeuvres créatives


    « Asie à la Une » toute l'actualité du 21... par NTDFrancais

     

    New Tang Dynasty Television (NTD) est une chaîne de télévision indépendante et à but non lucratif, créée en 2002. Basée à New York, NTD a ses journalistes et correspondants dans plus de 70 villes du monde.

    NTD comprend un réseau de volontaires et d’équipes issus de tous milieux et connaisseurs à la fois des sociétés asiatiques et occidentales. La chaîne s’est engagée à apporter aux téléspectateurs des programmes de la plus grande qualité – des programmes non seulement distrayants mais aussi percutants.

    Au-delà de la programmation télévisée, NTD se distingue par son rôle majeur dans la promotion de l’art et de la culture traditionnelle chinoise. Chaque année, la chaîne organise et sponsorise une série de représentations, de compétitions et de programmations locales.

  • L’expérience d’une journaliste française en Chine

    experience journaliste fr en chine.jpg« Il est rare de pouvoir prendre son temps quand on est journaliste. J’ai décidé de le prendre, pour ensuite raconter, simplement ce que j’ai vu », dit Anne Soёtemondt, dans son ouvrage J’ai travaillé pour la propagande chinoise. Aller en Chine pour travailler comme journaliste dans un média d’État n’est pas donné à tout le monde. Anne Soёtemondt l’a fait. Son témoignage est sorti dans les librairies le 27 janvier 2011. Paru aux Éditions du Moment, son livre J’ai travaillé pour la propagande chinoise est la « prolongation » de son blog, qui a été, pendant toute la période qu’elle a vécu en Chine « mon espace de liberté, mon coin de journalisme à moi ». Le blog et le livre nous offrent une intéressante incursion dans un pays qui reste toujours peu connu en Occident, dans un système politique éloigné de la référence des systèmes démocratiques et dans les coulisses d’un des plus grands médias chinois.

    Après des études de journalisme à l’École des hautes études en sciences de l’information et de la communication à Paris, plus connue sous le nom de CELSA, Anne Soёtemondt fait ses débuts comme reporter pour France 3, au bureau régional de Lyon. Très vite, en septembre 2008, elle travaille chez Médi 1 TV, une télévision franco-marocaine et s’installe à Tanger pendant un an durant lequel elle présente des journaux télévisés du midi et du soir. En décembre 2008, elle propose sa candidature à plusieurs médias et en avril 2009, les premiers à répondre sont ceux du service français de Radio Chine Internationale.

    Un contrôle permanent de l’information

    La jeune journaliste sait très bien qu’en Chine la démocratie n’existe pas et que le pays est classé au 171e rang sur 178 du classement de Reporters sans frontière sur la liberté de la presse. Mais elle décide d’y aller en acceptant, provisoirement, de « tirer un trait sur la déontologie » journalistique. Elle est mise en garde au début par son chef direct, le responsable du service français : « ...ici on ne fait pas du journalisme. Au mieux du secrétariat de rédaction  ». Dans la radio chinoise, « tout est rédigé à l’avance pour les journaux comme les émissions, et le direct est proscrit, y compris pour les journaux d’actualité ». L’enregistrement permet un contrôle du contenu et donc de l’information. Les émissions et journaux sont réécoutés avant diffusion. Anne Soёtemondt observe que « la langue de bois favorise la parole officielle et empêche l’expression de pensées critiques » et que le « vocabulaire policé, répétitif » est aussi destiné à empêcher à l’auditeur de mettre en doute le discours véhiculé. La seule solution pour décrypter la véritable actualité chinoise – qu’il s’agisse des séismes et autres catastrophes où le nombre des victimes est minimalisé, des émeutes qui éclatent souvent dans les provinces, des succès dans tous les domaines économiques, de la pollution, de l’exposition universelle de Shanghaï ou des Jeux olympiques – c’est de lire « a contrario les nouvelles qui font la une ».

    Une journaliste au statut « d’expert »

    Au sein de la rédaction de Radio Chine Internationale, ses attributions sont grosso modo celles de corriger l’orthographe et la grammaire, et de soigner la syntaxe sur les textes des émissions de radio avant enregistrement. Son statut spécial porte officiellement l’intitulé d’ « expert numéro 003112, étranger auprès du service français de RCI ». Le discours officiel de bienvenue lui remémore la « novlangue », la langue inventée du célèbre roman d’Orwell, 1984. C’est inévitable, elle perçoit immédiatement l’atmosphère de la prison – « je me sens prisonnière d’un système auquel je ne souscris pas  » – et elle vit constamment avec le sentiment qu’elle est surveillée, soit par des militaires-robots qui ne disent jamais bonjour, ou, le plus terrifiant novlangue, par des bénévoles : des gens portant un brassard rouge dont le boulot consiste « à faire des rapports sur qui fait quoi ». Elle cherche à deviner les lieux où ils ont caché les microphones et les caméras dans sa chambre d’hôtel. Le plus dur au début est d’accepter le manque de professionnalisme et d’exigence de ses collègues chinois, l’atmosphère qui règne dans la rédaction de la radio, le contrôle des informations, la censure pratiquée par les autorités communistes, la langue de bois utilisée par la propagande dans tous les médias, les mécanismes de la terreur entretenue par le régime mais aussi la corruption répandue à tous les niveaux.

    « Se faire harmoniser »

    Radio Chine Internationale est, selon Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel envoyé en prison parce qu’il ...

     

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Lexperience-dune-journaliste-francaise-en-Chine.html

  • Xinhua attaque Falun Gong, les critiques parlent de propagande

    Ecrit par Xin Fei, Rédaction d’Epoch Times, le 21 août 2009

    Wang Zhiwen avec sa fille, Wang Xiaodan, avant qu’il ne soit emprisonné. (The Epoch Times)

    Xinhua, le média officiel du Parti communiste chinois, a publié une attaque du Falun Gong le 13 août, citant des exemples de pratiquants de Falun Gong supposés avoir renoncé à la pratique et prétendant que 98 pour cents des pratiquants de Falun Gong en Chine ne croient plus à la pratique. Des pratiquants de Falun Gong aux Etats-Unis ont qualifié l’attaque de propagande.

    Falun Gong est une discipline spirituelle basée sur authenticité, compassion, tolérance, et comprenant cinq exercices. Les gens qui le pratiquent ont été persécutés par le Parti communiste chinois (PCC) depuis juillet 1999. Avant cela il attirait entre 70-100 millions de pratiquants depuis sa présentation publique en 1992.

    Wang Zhiwen était parmi les pratiquants dont l’article prétendait qu’il avait renoncé à ses croyances. Xinhua disait : “Wang, ancienne personne de contact de l’Association de Recherche de Falun Dafa de Pékin, a changé de “ne pas vraiment comprendre Falun Gong”, à " finalement en voir la réalité. "

    Sa fille Wang Xiaodan, qui vit actuellement aux Etats-Unis a dit tout autre chose à The Epoch Times. Elle était indignée en apprenant la nouvelle, disant : “Je condamne vigoureusement le PCC pour avoir calomnié mon père. Je connais mon père. Il est un pratiquant déterminé. C’est absolument méprisable que le PCC l’utilise à des fins de propagande après l’avoir mis en prison.”

    Le PCC a condamné Wang à 16 ans de prison peu après que la persécution ait commencé en 1999. Il n’a pas été autorisé à voir ou à parler à personne de sa famille en prison. Il avait écrit plusieurs lettres à sa fille, mais elle a dit qu’elle n’était pas autorisée à mentionner le Falun Gong. " Il m’encourage à prendre un chemin droit et à être une personne sincère, bonne et indulgente. Je ressens d’après ses lettres qu’il croit toujours fermement en Falun Dafa malgré qu’il ait à souffrir pour sa croyance en prison.”

    “Si mon père avait vraiment changé et renoncé au Falun Gong, pourquoi le PCC ne le laisserait-il pas s’exprimer publiquement ? Pourquoi le PCC ne le libérerait-il pas ? Le fait est que mon père est toujours en prison et n’a aucune possibilité de s’exprimer.”

    Après que la persécution des pratiquants de Falun Gong ait commencé en juillet 1999, Xinhua, le principal porte-parole du PCC, a imprimé plus de 300 articles salissant la pratique.

    Ceux qui ont publiquement défendu Falun Gong en Chine face aux brutales répercussions, et les avocats essayant de représenter des pratiquants de Falun Gong ont fait face au harcèlement, à la détention, et même à la torture, comme dans le cas de l’avocat des droits de l’homme Gao Zhisheng, qui est détenu au secret depuis février de cette année.

    Zhang Erping, un porte-parole pour le Centre d’Information de Falun Dafa, a déclaré que les dix ans de “travail pour transformer les pratiquants de Falun Gong” du PCC, sont en fait “dix ans de torture meurtrière et de lavage de cerveau ”

    “Le PCC a prétendu haut et fort qu’il éradiquerait Falun Gong en trois mois en 1999. Non seulement il a échoué après dix ans mais il a rendu Falun Gong plus fort, et l’a fait connaître dans le monde entier,” a dit Zhang, mentionnant aussi que le Parti communiste doit encore donner une réponse qui tienne à l’évidence de prélèvement d’organe sur des pratiquants de Falun Gong encore vivants en Chine.

    Un ancien reporter à Shanxi TV, Ma Xiaoming, a dit que le PCC continue à traiter Falun Gong comme sa “plus grande force d’opposition.”

    « Il est ridicule que le PCC invente encore des propagandes à si grande échelle," a-t-il dit. " Le fait qu’il ait besoin d’une telle propagande explique aussi que sa répression du Falun Gong a échoué."

    Tiré de ClearHarmony: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200908/47102.html

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu