Avertir le modérateur

génocide - Page 4

  • Le Falun Gong est toujours persécuté en chine

    Combien de personnes ont été touchées par la persécution contre le Falun Gong lancée par Jiang Zemin ?

    Depuis que l’ancien président de Chine, Jiang Zemin a commencé la persécution des pratiquants de Falun Gong en 1999 :100 millions de gens pratiquent le Falun Gong en 1998 et perdent ce droit en 1999 lorsque Jiang interdit la pratique;Des millions de pratiquants de Falun Gong ont été illégalement arrêtés, détenus et/ou maltraité par la police chinoise; Entre 200 000 et un million d’entre eux ont été envoyé en camp de travaux forcés sans aucun jugement.Les associations de protection des droits de l’homme ont des renseignements sur plus de 38 000 cas spécifiques de torture ou de mauvais traitements graves. Plus de 1 000 personnes en bonne santé ont été incarcérées dans des hôpitaux psychiatriques et torturé là-bas, ce que condamne l’association mondiale de psychiatrie (World Psychiatric Association). Plus de 500 ont été condamnés à des peines de prisons allant jusqu’à 18 ans.Au moins 3700 morts sous la torture et les mauvais traitements policiers ont été confirmés, mais des sources provenant du gouvernement chinois parlent d’un chiffre de 7 000 minimums.

    Qu’est-ce que le Falun Gong ?

    Falun Gong est une discipline traditionnelle chinoise qui comprend des exercices méditatifs. Ces principes sont « Vérité », « Compassion » et « Tolérance ». Ceux qui pratiquent régulièrement constatent l’amélioration de leur santé, l’établissement d’une paix intérieure ainsi qu’un plus grand sens moral. La pratique du Falun Gong a commencé en Chine en 1992 et s’est répandue de bouche à oreille à travers toute la Chine et au-delà. Libre et gratuite, elle est aujourd’hui pratiquée par 100 millions de personnes dans plus de 60 pays.

    Est-ce que le Falun Gong est une religion ?

    Falun Gong n’est pas une religion dans le sens où l’entendent les cultures occidentales. C’est la « cultivation et la pratique », l’accent est mis à la fois sur l’élévation de l’esprit et l’amélioration de la santé physique. Le concept de « cultivation » n’est pas familier à la plupart des occidentaux. En Chine, au contraire, on comprend profondément le sens de ce mot. Le terme en chinois est : xiu lian. Xiu signifie « réparer », « mettre en place ». Lian signifie « sentir » ou « raffiner ». Les caractères chinois pour le mot “lian” sont similaires et se prononcent de la même façon que ceux utilisés pour dire « pratiquer [les exercices] ». Ceci est seulement une traduction littérale des caractères qui composent le terme.

    Pour avoir une meilleure compréhension du concept de la cultivation, regardons l’histoire de la Chine. Il y a environs 2 500 ans, le sage Lao Zi (Lao Tseu) apparut en Chine. Lao Zi écrivit le livre Tao Te Ching (Dao De Jing) et c’est de cette manière qu’une grande partie de la société entendit parler du « Tao » également appelé « la Voie ». À peu près au même moment, le Bouddha Shakyamuni (connut aussi sous le nom de Gauthama Siddartha) est apparu en Inde. Shakyamuni diffuse le bouddhisme en Inde pendant 49 ans avant qu’il ne se répande en Chine.
    Ces deux écoles forment la base de la plupart des pratiques spirituelles en Chine.

    Les religions - tel que les définît la culture asiatique - sont également considérées comme des formes de cultivation. Il y a le Bouddhisme avec ses temples, ses moines etc., et il y a également différentes sectes bouddhiques. De la même façon pour la religion Taoïste.
    Mais, la voie de cultivation de l’école de Bouddha ne s’arrête pas là et l’école Taoïste non plus. Il y a en effet beaucoup de pratiques de ces écoles qui ne sont pas considérées comme faisant partie de la religion bouddhiste ou taoïste. Souvent, ces pratiques sont transmises à quelques disciples par un enseignant, et ce, sans aucune formalité religieuse, édifices religieux etc. Elles sont également considérées comme des voies de cultivation. Les Asiatiques ne les considèrent pas comme des religions.

    Donc, en Chine, on considère qu’il n’est pas nécessaire d’être religieux pour atteindre un niveau d’accomplissement spirituel, en revanche, suivre une méthode pour cultiver est nécessaire. Ici en occident, nous ne connaissons pas vraiment le concept de cultivation et tout ce qui appartient ou domaine spirituel et à la question de transcender le monde humain est traditionnellement classé dans le domaine religieux.

    Pourquoi le gouvernement chinois persécute-t-il le Falun Gong ?

    Une enquête du gouvernement chinois indique qu’en 1998 - 6 ans après sa présentation au public - le nombre de pratiquant du Falun Gong atteint 100 millions de personnes. Craignant que le succès du Falun Gong éclipse son pouvoir, le chef des autorités chinoises ordonna l’ « éradication » de cette pratique chinoise traditionnelle. Selon un article du Washington Post en 1999 : « Des sources au sein parti communiste affirment que le comité du Politburo en place à ce moment-là n’approuve pas à l’unanimité les mesures prise contre le Falun Gong. Jiang Zemin a décidé seul que le Falun Gong devait être éliminé. » D’autres groupes dont les croyances ne sont pas sous le contrôle des autorités chinoises sont persécutés en Chine, tel les protestants, les catholiques qui reconnaissent le pape et les bouddhistes tibétains.

    Pour avoir plus d’informations sur les raisons de la persécution du Falun Gong par Jiang Zemin et le régime chinois, visitez la page de notre rapport spécial sur ce sujet.


    Comment le Falun Gong a-t-il répondu à cette oppression ?

    Les pratiquants de Falun Gong de Chine Continentale ont, pendant les six dernières années, continuellement fait appel auprès des autorités chinoises avec des moyens légaux et non violents. Ils ont également résisté à la persécution par des protestations publiques non violentes, actes qui les ont souvent amenés à être emprisonnés, torturés et tués par la police chinoise. Pas un seul rapport ne fait état d’un pratiquant de Falun Gong répondant avec violence, détruisant la propriété d’autrui ou autre comportement de ce type malgré l’injuste traitement qu’ils connaissent. Les pratiquants et les gens qui soutiennent le Falun Gong en dehors de Chine font de longues marches, des « sit-in », font signer des pétitions, organisent des manifestations, font des conférences de presse et informent en détail des abus en matière des droits humain. Ils font leur possible pour permettre aux gens une prise de conscience en utilisant toujours des moyens pacifiques.

    Tiré de : http://www.infofalungong.net/Bulletin/files/questions%20frequentes.htm

  • Au moins 25 pratiquants de Falun Gong employés par le gisement pétrolifère de l’agglomération de Daqing torturés à mort par le régime communiste

    Cet article montre la réalité de la persécution du Falun Gong qui a lieu aujoud'hui en Chine. Je diffuse cet article pour sensibiliser mes lecteurs à en parler autour d'eux. Ceci n'est pas tolérable, il faut faire quelque chose

    "Les pratiquants de Falun Gong travaillant dans le gisement pétrolifère de l’agglomération de Daqing, province du Heilongjiang ont été et sont encore soumis à une grave persécution par le personnel de la société. Le nombre de morts causées par la persécution est le plus élevé de tous les lieux de travail dans la nation entière. Les sources d’informations municipales ont confirmé les morts de 25 pratiquants de la compagnie du gisement pétrolifère de l’agglomération de Daqing, au 16 juin 2009. Cela représente 41 pour cent du total des décès (61 pratiquants) dans l’agglomération de Daqing et 6 pour cent du total des décès (417 pratiquants) de la province du Heilongjiang. Ces pratiquants ont enduré des tortures inimaginables avant de mourir. Certains ont même eu leurs organes prélevés.

    En se basant sur les statistiques actuelles, les employés décédés suite à des mauvais traitements violents au sein de la compagnie du gisement pétrolifère de l’agglomération de Daqing sont :

    1. M. Wang Bin, 47 ans, ingénieur informatique à l’Institut de développement et d’exploration du gisement pétrolifère de l’agglomération de Daqing, a remporté le second prix national pour la technologie et la science.

    Parce qu’il a refusé d’abandonner sa croyance en Authenticité-Compassion-Tolérance dans le camp de travaux forcés de Daqing, il a été brutalement torturé le 27 septembre 2000. Il a souffert une rupture de l’artère de la carotide et des vaisseaux sanguins et diverses fractures. Ses amygdales et ganglions lymphatiques ont été aussi rompus. Le dos de ses mains montrait des brûlures infectées de cigarettes. Des mégots de cigarettes ont été insérés dans son nez et l’ont brûlé. Tout son corps était blessé. Après avoir été battu à mort, ses organes ont été prélevés.


    Wang Bin, torturé à mort


    2. M. He Huajiang, 42 ans, travaillait dans la sixième usine d'exploitation de mines pétrolifères du gisement de pétrole de Daqing.

    Les fonctionnaires du poste de police de Qingxin, district de Ranghulu, agglomération de Daqing l’ont capturé sur son lieu de travail, le 16 septembre 2002. Son domicile a été fouillé. Il a été envoyé dans le camp de travaux forcés de l’agglomération de Daqing à 10 heures, le 23 décembre 2002, après trois mois de détention. Il est décédé cette même nuit aux alentours de minuit.

    M. He a été détenu en cellule solitaire dans la seconde division, au premier étage. Parce qu’il a refusé d’écrire une soi-disant ‘’déclaration de repentir ’’, à 09 heures, un garde a incité les détenus Wang Qinglin, Jiang Fa et Zhao Yanjun à le torturer. Ils ont emmené de force M. He dans la salle de bains et lui ont scellé la bouche de façon à ce qu’il ne puisse pas crier alors qu’il était torturé. Puis, ils l’ont attaché à une chaise de métal et l’ont torturé jusqu’à ce qu’il ne puisse plus bouger. Ils l'ont non seulement arrosé d'eau glacée ( ils appelaient ça ‘’prendre une douche froide’’) mais ont aussi ouvert la fenêtre l'exposant au vent froid. Ils l’ont même laissé dehors en plein froid de l'hiver afin de le geler. Les personnes au second étage ont pu clairement entendre ses cris sous la torture venant du premier étage. Lorsque les détenus Zhao Lizhi, Lu Huashan et le pratiquant Liu Fubin sont venus dans la salle de bains au second étage, ils ont entendu He Huajiang gémir de douleur.

    Laissé à geler trop longtemps, plus les tortures brutales, He Huijiang est décédé aux alentours de minuit cette nuit là . Après sa mort, ses amis et sa famille ne sont même pas allé voir le corps, qui a été secrètement incinéré.


    3. M. Liu Bingsen, 39 ans, était employé à la station d'incendie (sixième équipe) du gisement de pétrole de Daqing.

    Liu Bingsen


    Alors qu’il était détenu dans le camp de travaux forcés, Liu Bingsen a été enfermé dans une cellule solitaire à 13 heures, le 20 octobre 2003 et forcé de s’asseoir sur une chaise de métal, aussi appelée ‘’banc du tigre’’. Le chef adjoint de la division, Zhang Mingzhu, est l’individu personnellement responsable du décès de M. Liu.

    Liu Bingsen a été attaché sur la chaise de sorte qu'il ne puisse plus faire le moindre mouvement. Il y avait un trou au centre de la chaise pour qu'il puisse s’y soulager. Il est resté attaché sur la chaise de métal et torturé jusqu’à sa mort. Ses jambes étaient enflées lorsqu’il est mort. Sur sa partie supérieure de sa hanche, il y avait deux ampoules, une d’environ un cm carré (environ 0.16 pouces carrés) et l’autre de 2 cm. Il y avait une marque évidente sur la plante de son pied qui semblait provenir d’un choc électrique.

    Le garde Zhang Mingzhu s'est vanté que même s'ils l’avaient assassiné : ‘’Nous ne rembourserons pas pour cela .’’ Les fonctionnaires du camp on tout fait pour dissimuler les faits et d empêcher l’information de filtrer. Interrogés, ils répondaient à l’unisson et mentaient, déclarant que Liu Bingsen était décédé d’une attaque cardiaque.


    4. Mme Yang Yuhua, 46 ans, était professeur au sixième collège du gisement de pétrole de Daqing.
    La police a capturé Mme Yang chez elle, le 14 avril 2005 et détenue dans le centre de détention de Daqing. Elle est décédée le 12 mai, moins d’un mois après son arrestation.

    Elle a mené une grève de la faim en guise de protestation contre la persécution. Les gardes l’ont forcée à s’asseoir sur une chaise de métal et violemment gavée. Les tabassages et les mauvais traitements verbaux étaient routiniers.

    Le médecin de la prison, Qi Hong, a utilisé un tube de gavage pour l’enfoncer dans son nez à plusieurs reprises afin de la torturer tandis qu'il la gavait de force et giflait son visage. Mme Yang a ressenti une telle douleur qu’elle a mordu le tube de gavage en caoutchouc sept fois. Elle a brisé tous les tubes disponibles pour son gavage dans le centre de détention. Le centre a épuisé tous les tubes utilisables, amenant le chef du centre à envisager l'utilisation d' un tube de métal pour la gaver, la torturant encore plus.

    Mme Yang a passé jour et nuit sur une chaise de métal tout en étant gavée de force. Ils ne l’ont pas laissée se lever. Lors du dernier gavage, elle était extrêmement faible et ne pouvait plus lutter. Même alors, les gardes ont incité quatre détenues à la maintenir et à la gaver pendant une matinée entière. Yang Yuhua est décédée suite au gavage forcé.

    5. Mme Liu Sheng, âgée de 53 ans, vivait dans le dortoir de la cinquième usine et était retraitée de la compagnie d’approvisionnement en eau de la cinquième usine du gisement de pétrole.

    Liu Sheng, en bonne santé

    Liu Shen après de violents abus et mauvais traitements


    Mme Liu a été arrêtée, détenue et torturée à de nombreuses reprises. Sa famille a aussi été détruite. Le 11 septembre 2007, elle est décédée suite à d’importants mauvais traitements et tortures, pesant à peine 30 kg à sa mort.

    Elle a été soumise à un an et demi de travaux forcés en juillet 2006. Après seulement un mois dans le camp de travaux, elle vomissait du sang et était incapable de se nourrir suite à la torture. Les personnes responsables étaient effrayées qu’elle puisse mourir dans le camp de travaux et l’ont libérée.

    Le 5 juillet 2007, elle a rendu visite à une autre pratiquante nommée Wang Yanxiang dans son appartement en location. La police l’y a arrêtée. Ils ont emporté ses effets personnels de son domicile, dont une imprimante, du papier, un lecteur MP3, un E-book, et 500 yuans en espèces. Cette même nuit, les gardes l'ont arrosée d'eau . Li Jinrui et Wei Tao l’ont battue. Elle a vomi du sang et perdu conscience. Lorsqu’elle est revenue à elle, les gardes ont continué à la battre brutalement. Elle était couverte de meurtrissures.

    Le lendemain, elle a été emmenée dans le camp de travaux forcés de Harbin. Sur le chemin, le garde Li Jinrui l’a giflée au visage si fortement qu’elle a perdu l’audition de son oreille gauche. Dans le camp de travail, le garde Wei Tao a refusé de lui laisser utiliser les toilettes, entraînant chez elle, après coup, des maux d’estomac. Le personnel du camp a vu qu’elle avait été torturée jusqu’au seuil de la mort et a refusé de l’accepter. Les gardes ont tenté d’obtenir 20,000 yuans de sa famille, mais sans succès et ont dû la relâcher trois jours plus tard. Cependant, Mme Liu Sheng est devenue handicapée suite à la torture, ne pouvait manger et continuait à vomir. Son poids est soudain tombé de 55 à 30 kg. Elle est décédée à 16 :00 heures, le 11 septembre 2007.


    Autres pratiquants employés au gisement de pétrole, morts suite à la persécution:
    6. M. Wang Kemin, âgé de 38 ans, était professeur au 65eme collège du centre de formation éducative du gisement de pétrole.
    7. Un membre de famille âgé de 65 ans d’un employé de la station d’administration de la première usine du gisement de pétrole.
    8. M. Niu Huaiyi était employé de la sixième usine
    9. Mme Liu Tonglin, 53 ans, était employée dans la compagnie Sanan
    10. M. Hua Haiyu, 59 ans, était employé à l’entrepôt Yinlang de la société de fournitures et d’équipement du gisement.
    11. Mme Gao Shuqin, 51 ans, professeur au douzième collège du centre de formation éducative du gisement de pétrole, professeur remarquable au niveau de l’agglomération.
    12. M. Wang Chuanping, 53 ans, employé du groupe d’opérations de la troisième usine.
    13. Mme Jin Shulian, 42 ans, employée à l’équipe 104, de la première usine de la huitième fabrique.
    14. Mme Yang Lifan, 47 ans, ouvrière d’entrepôt de la compagnie de matériels de construction de Daqing.
    15. Mme Chen Qiuju, employée à la sixième usine.
    16. Mme Cui Shuping, ouvrière de 54 ans à la société de biens d’exploitations.
    17. Liu Shu, membre du personnel de la section prévision de la première usine
    18. Mme Tian Xierong, 50 ans, employée de la compagnie industrielle de pompes de Lishen
    19. Mme Yang Shuqin, 67, membre de famille d’un ouvrier retraité de la quatrième usine
    20. Mme Wang Chengyuan, âgée de 66 ans, vivait dans un dortoir de la troisième usine
    21. M. Yang Quanyong, employé dans l’usine électrique de Longfeng de la société électrique du gisement de pétrole
    22. M. Zuo Guoqing, superviseur de la compagnie de raffinerie
    23. M. Zhang Hongquan, ingénieur du centre de calcul de la compagnie d’inspection des puits du bureau d’administration pétrolifère de Daqing.
    24. M. Ni Wenkui, employé de la sixième usine
    25. Mme Ma Bing, 38 ans, ingénieur à l’usine de produits chimiques subtils.

    De nombreux employés qui pratiquent Falun Gong dans le gisement de pétrole de l’agglomération de Daqing ont été harcelés, ont vu leurs salaires et bonus déduits, ont été renvoyés de leur compagnie, ont subi des lavages de cerveau et expérimenté des interférences de la part des autorités même pour l’emploi de leurs enfants. Leurs familles et amis ont été affectés. Par exemple, les pensions de retraite et les bénéfices de l’employé Li Guanying de la société de matériels ont été suspendus. Il dépend maintenant de sa famille et ses parents. Le comptable Tang Zengye de la troisième usine a été forcé de racheter ses années de service et de partir plus tôt en retraite. Il n’a même pas d’allocation basique pour vivre. Tous les avantages de préretraite comme le salaire minimal, les subventions de congés et les subventions de logement ont tous été suspendus. Certains professeurs ont été forcés de nettoyer des salles de bains. Des employées extrêmement doués ont perdu leur emploi. Certains ont été envoyés dans des camps de travaux forcés ou des centres de détention, ou ont été condamnés à des peines de prison. Le pratiquant Dai Zhizhing de la compagnie de pompes industrielles de Lishen a été condamné à 12 ans de prison.

    Le personnel du gisement de pétrole de l’agglomération de Daqing a dépensé des sommes d’argent énormes pour établir le centre de lavage de cerveau de Hongweixing. Il y a des Bureau 610 à tous les niveaux de l’organisation spécifiquement responsables de la persécution de Falun Gong. Dans une compagnie, 25 pratiquants employés sont décédés suite aux graves mauvais traitements sous la persécution. Des milliers de pratiquants dans tout le pays endurent des épreuves.


    Le bien est récompensé par le bien, et le mal aura sa rétribution. Ce qui suit sont quelques exemples au sein de la compagnie du gisement de pétrole de Daqing :

    1. Zhou Yi, principal du 27eme collège de la cinquième usine, 54 ans, a participé à la persécution de Falun Gong. On lui a diagnostiqué un cancer du foie en juin 2002 et il est décédé le 4 août 2002, à l’Hôpital général du gisement de pétrole. Après sa mort, son épouse a déclaré qu’il était épuisé après avoir persécuté Falun Gong.
    2. Yuan Bingjun, chef adjoint du Bureau 610 de la compagnie industrielle d’électricité de Lishen se rendait en voiture à Daqing dans l’après-midi du 17 octobre 2002. Juste alors que lui et son passager traversaient une voie de chemin de fer, la voiture est tombée en panne. Ils ont tenté de pousser la voiture hors de la voie mais ont été incapables de la bouger. Ils sont rentrés dans la voiture juste au moment où un train approchait. Le train a heurté la voiture qui a fait un virage à 180 degrés. Le véhicule était seulement légèrement égratigné mais Yuan Bingjun a été coincé par la voiture et projeté sur le train. Il est mort instantanément.

    Juste avant cet accident, Yuan Bingjun s’était rendu au domicile d’un pratiquant et l’a forcé à écrire déclaration de garantie., sans quoi, le pratiquant ne récupérerait pas son ‘’dépôt’’ de 5000 yuans, son salaire a été suspendu, et ses chances de trouver un autre emploi étaient nulles, lui coupant toutes sources de revenus. Yuan Bingjun a rédigé des rapports calomnieux en de nombreuses occasions pour des dirigeants de haut niveau, afin qu’ils soient lus dans l’organisation. Il a établi des sessions de lavages de cerveau pour tenter de forcer les pratiquants à écrire des déclarations de garantie et à dénoncer d' autres pratiquants. Il a retenu 5,000 yuans à chaque pratiquant en guise de ‘’dépôt’’. Il a aussi incité les familles des pratiquants à battre les pratiquants et a gribouiller une photo du fondateur de Falun Gong. Il a refusé d’écouter les conseils des pratiquants.

    3. Wang Junsheng, e 49 ans, secrétaire du comité du parti de la sixième station de la compagnie des puits, a infligé une amende à un pratiquant et réduit son salaire. Wang Junsheng et deux autres personnes se sont rendus en voiture à Hulan, le 6 novembre 2002, pour trouver le pratiquant et prévoyaient de l’envoyer dans un centre de lavage de cerveau organisé par le personnel du bureau administratif du pétrole de Daqing. Le pratiquant a refusé d’y aller. Sur leur chemin de retour à Daqing, Wang Junsheng dormait sur le siége arrière. Dans une tentative d'éviter une collision arrière avec une autre voiture, leur véhicule s’est retourné dans un fossé au bord de la route. Wang Junsheng avait un trou dans la tête. Il a sauté hors du véhicule et contacté sa compagnie. Le temps que les secours arrivent, il était déjà décédé. Les deux autres personnes dans la voiture étaient seulement légèrement blessées.

    4. Zhao Xinwu est secrétaire adjoint du comité du parti du groupe Kunlun. Il a été transféré dans la compagnie d’inspection des puits du bureau de l’administration pétrolifère de Daqing en 2002, en tant que secrétaire du Parti. Plus tard, il a été transféré dans le groupe Kunlun en tant que secrétaire adjoint du comité du parti. Partout où il allait, les pratiquants étaient persécutés. En particulier, alors qu’il se trouvait dans la compagnie d’inspection des puits et le groupe Kunlun, il a utilisé différents moyens, y compris des moyens trompeurs, pour persécuter et arrêter les pratiquants, qui lui clarifiaient les faits à plusieurs reprises. Il a refusé de s’amender et se moquait de la compassion des pratiquants. On lui a diagnostiqué un cancer du poumon en avril 2005.

    5. Huang Jinyi, secrétaire du comité du Parti de la compagnie industrielle de pompes de Lishen, était hostile envers les employés pratiquants et exerçaient la ségrégation à leur encontre. Il a aussi fourni des fonds pour établir un centre de lavage de cerveau. Il était personnellement impliqué en ordonnant de et incitant les autres à persécuter les pratiquants. Il a calomnié Falun Gong dans la salle de jeux de la compagnie en avril 2004, commentant qu’il ne croyait pas en la rétribution karmique. En mai 2004, on lui a diagnostiqué un cancer du poumon et est décédé le 5 novembre.


    Autres exemples :
    Le chef du Bureau 610 de la compagnie d’approvisionnement en eau est décédé d’une maladie inconnue ; le secrétaire du Parti de l’Institut des professeurs de Daqing est décédé d’un accident de voiture ; Liu Jichen, secrétaire adjoint du Parti de l’Institut de recherche du gisement de pétrole de Daqing, responsable de la persécution de Falun Gong, souffre d’une cirrhose du foie et de saignements d'estomac ; Chen Chunshan, secrétaire de la compagnie d’électricité, a soudain perdu conscience alors qu’il organisait une session de lavage de cerveau pour les pratiquants de Falun Gong ; Liang Hongwen, secrétaire du Parti de la quatrième usine de puits de la huitième fabrique, a diffamé Falun Gong via le réseau câblé de la huitième usine en mars 2002. En avril, alors qu’il jouait au football, il s’est rompu un tendon au talon ; Li Zhenfu, secrétaire du Parti de la huitième usine a forcé les pratiquants à abandonner leurs emplois afin de pouvoir engager des non-pratiquants. Il a participé à l’arrestation et à la condamnation de pratiquants. Actuellement, il souffre d’un cancer des os. Parmi les fonctionnaires de Daqing ayant subi des traitements à l’hôpital hépatique et biliaire Dongfeng de Shanghai et sont morts, sept d’entre eux avaient participé à la persécution des pratiquants de Falun Gong de la compagnie du gisement de pétrole de l’agglomération de Daqing, et cinq sur les sept étaient secrétaires du comité du Parti."

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200908/46993.html

  • François Bayrou : La Chine est complice du génocide du Darfour

    Au meeting de Paris le 21 mars 2007

     

    François Bayrou, candidat UDF à la présidentielle, était hier au Zénith pour son premier grand meeting à Paris. Le jour même, le 21 mars, Jacques Chirac annonçait en public son soutien « tout naturel » à Nicolas Sarkozy. Plus de 7000 participants étaient présents à cet événement, dans la salle et à l’extérieur. Après un bain de foule et de caméras, le candidat monte sur scène au milieu d’une centaine de jeunes partisans qui resteront présents tout au long du discours.

    En commençant son discours, François Bayrou se dit le président du peuple et appelle à une révolution pacifique, à l’image de la couleur orange de sa campagne. Pour cela, il propose de gouverner avec les compétences des deux partis, pour faire sortir la France des 25 ans de soi disant opposition Gauche/Droite. Il accuse Nicolas Sarkozy et Ségolène Royale de vouloir gouverner une société de connivence, en pleine guerre des clans entre les partis. Il se montre en désaccord radical avec cette manière de gouverner, et soutient qu’il veut que le président de la République assure et assume l’état impartial, en fonction de la compétence et non pas en fonction de l’allégeance. Comme chaque meeting présidentiel, chaque phrase du candidat est ponctuée par des salves d’applaudissement, surtout quand il définit l’Etat comme étant au service de la protection des faibles et non pas au service de la puissance.

     

    En continuant son discours il aborde la question sensible de l’efficacité de la communauté internationale à régler rapidement le génocide du Darfour qui fait plus 200 000 morts depuis 2003, et plus de 1.500.000 de sans abri. Mr Bayrou en s’attachant à ce point clé de la politique extérieure, précise son propos : « Nous assistons impuissants à l’installation de la grande puissance chinoise comme protecteur des complices de ce génocide. Et tout cela pour le pétrole et les matières premières. » Il avait déjà à la réunion sur le Darfour du mardi 20 mars à la Mutualité, déclaré qu’« il n'y a rien de plus facile que d'arrêter cette tragédie, ce génocide au Darfour. Si ce drame ne cesse pas, la France s'honorerait de ne pas venir aux Jeux olympiques de Pékin en 2008. » C’est sur son site que l’on retrouve l’exposé de la politique qu’il tiendrait avec la Chine. http://www.bayrou.fr/propositions/chine.html. Pour l’instant, il est le seul candidat à s’être positionner clairement du côté des Droits de l’homme en Chine et non du côté du parti communiste, c’est ce que nous pouvons lire quand il dit que « Je suis du côté des défenseurs des droits de l’homme et des principes de liberté, non du côté du Parti communiste chinois. Je refuse d’être soumis aux puissances qui ne respectent pas les droits de l’homme. Du Tibet à Tienanmen, chacun sait ce qu’il en est de la réalité des droits de l’homme, et de la main de fer qui interdit même la liberté sur internet. ». On aimerait que les autres candidats à la Présidentielle aient des opinions aussi tranchées et aussi nettes sur la vaste question des Droits de l’Homme et de la liberté de conscience en Chine -pourtant valeurs essentielles de la démocratie française.

     

    Enfin pour ce qui concerne sa politique intérieure, on remarque que si François Bayrou n’est pas le parti de l’opposition, il est bien le parti de la protestation. Il parle entre autres d’une guerre à mener contre l’exclusion, de l’importance de devenir sobre en énergie, et du maintien du service postal comme lien existant entre tous les français. On pourrait lui reprocher un discours à connotation fortement protestataire voir même guerrière visant à soulever une partie du peuple contre le pouvoir en entretenant leurs griefs plutôt qu’en cherchant à les apaiser. On peut aussi noter que François Bayrou ne fait pas de proposition concrète et plus approfondie pouvant donner lieu au changement radical qu’il promet à ses électeurs. Reste à lui souhaiter, comme le dit son slogan de campagne, de défendre « de toutes ses forces » les valeurs démocratiques de la France, et de donner aux français une vision plus structurée de son idée de la politique

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu