Avertir le modérateur

droits de l'homme - Page 4

  • Chen Guangcheng: le régime chinois a fait pression sur l'Université de New York pour l’obliger à partir

    Desmond Tutu, université de New york,avocat, dissident chinois, Chen Guangcheng, Chine, diplomatie, communiste, parti, droits de l'homme

    L’avocat dissident chinois Chen Guangcheng, est apparu avec une déclaration indiquant qu’il était contraint de mettre fin à sa collaboration avec l’Université de New York (NYU) en raison de la pression exercée par le régime chinois, suite à son plaidoyer ouvert pour les droits de l’homme en Chine.

    La nouvelle s’est répandue dimanche soir, trois jours après que des premiers rapports en la matière apparaissent et a été rapidement démentie par un porte-parole de la NYU et le professeur qui a amené Chen aux États-Unis, où il vit actuellement en exil.

    Chen a affirmé dans sa déclaration: «Dès l’automne dernier, en août et septembre, le Parti communiste chinois avait déjà commencé à utiliser toutes sortes de moyens pour exercer une pression énorme sur la NYU. Elle était telle qu’après trois ou quatre mois seulement aux États-Unis, la NYU a déjà commencé à discuter avec nous de notre départ.»

    C’est fin juin qu’il aurait été invité à partir, toutefois, du fait d’un voyage pour Taiwan avec sa femme pendant deux semaines, à partir du 23 juin, le terme a été prolongé jusqu’au 15 juillet.

    «Le travail des communistes chinois dans les milieux universitaires aux États-Unis est beaucoup plus grand que ce que les gens imaginent, et certains chercheurs n’ont d’autres choix que de se contenir», a expliqué Chen. La déclaration était en anglais et en chinois, et n’a pas été publiée officiellement en ligne, il l’a auparavant envoyé directement aux médias. La déclaration s’est vue placée sous embargo jusqu’à 00h01 le 17 juin, mais le New York Times et d’autres médias en avaient fait mention peu de temps avant.

    «L’indépendance académique et la liberté académique des États-Unis sont maintenant grandement menacées par une dictature», annonce le communiqué.

    Le ton du contenu de la déclaration diffère de celui d’une conversation tenue entre Epoch Times et un proche collaborateur de Chen le 13 juin, lorsque la nouvelle que Chen quittait la NYU a d’abord été rapportée par le New York Post. L’associé n’a alors pas révélé que Chen et son épouse croyaient que l’université avait exigé leur départ du fait de la pression exercée par le régime chinois.

    La déclaration de Chen n’avait pas précisé clairement pourquoi il croyait que la NYU avait subie une pression politique, ni les moyens particuliers par lesquels on suppose qu’elle avait subi la pression. Une situation a été rapportée par le New York Times et qui a eu lieu à Washington, deux responsables de la NYU auraient empêché Chen de faire une interview pour Radio Free Asia (ce qui l’aurait rendu furieux).

    Chen a récemment cosigné une lettre avec Mgr Desmond Tutu, qui a reçu le prix Nobel de la paix, et qui comportait la critique en termes vigoureux des violations du régime chinois en matière des droits de l’homme, faisant référence notamment à la persécution religieuse, la torture, les camps de travaux forcés et le prélèvement d’organes. À la lettre étaient joints une pétition et le clip vidéo Youtube de la musique du film Free China: le courage de croire, un film qui couvre les récits des persécutions de deux pratiquants de Falun Gong, la discipline spirituelle qui est fortement réprimée en Chine et forme un sujet extrêmement sensible politiquement pour le régime chinois. Il est difficile de savoir si cette lettre en particulier, publiée le 4 juin a accéléré un regain de pression.

    Lors d’une brève conversation téléphonique...

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/6/19/n3508495.htm

  • Projection de "Free China" à l'Entrepôt à Paris

    Free China : Le courage de croire retrace les vies de deux personnes ayant été la cible de la campagne politique du Parti communiste chinois. Le documentaire explore les histoires de Jennifer Zeng et du Dr. Charles Lee, qui ont été l'un et l'autre emprisonnés et torturés en Chine pour leur pratique spirituelle du Falun Gong, qigong très populaire en Chine, puis sévèrement persécuté à partir de 1999.

    Free China a été co-produit par la Télévision NTD, diffuseur en langue chinoise indépendant, basé à New-York, et World2Be Productions, une société créée par le metteur en scène du film Michael Perlman, qui a également dirigé Tibet: Au delà de la peur.

    Mardi 4 juin, le lauréat du Prix Nobel de la Paix Desmond Tutu et un avocat des droits de l'homme chinois Chen Guangcheng ont publié une déclaration commune, exhortant les dirigeants du monde à soutenir les droits humaines universels pour tous les citoyens chinois et à demander à Xi Jinping de mettre fin à "la répression brutale de la liberté de pensée, de conscience et d'expression" en Chine.

    La déclaration, publiée bien en vue dans le Huffington Post, renvoie à une pétition en ligne rédigée en collaboration avec les producteurs de Free China, permettant au public d'exprimer leur opposition à toute une variété d'abus en Chine, dont le travail forcé et "l'incompréhensible pratique de prélever les organes de prisonniers exécutés."

     

    Une projection privée du film documentaire Free China aura lieu exceptionnellement à Paris le lundi 17 juin à 19h45:

    L'Entrepôt Lieu des Cultures, 7 rue Francis de Pressensé, 75014 Paris, Métro Pernety
    Projection privée et rencontre avec Michael Perlman directeur primé de "Tibet : Beyond Fear"
    Tarif : 7,80 eur

    Page Facebook: https://www.facebook.com/events/512116318848209/?fref=ts


  • Une année pour les droits de l’homme en Chine

    Déclaration de l’archevêque Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix 1984 et du dissident chinois Chen Guangcheng

    desmond tutu,prix nobel de la paix,chen guangcheng,chine,droits de l'homme,xi jiping,dalai lama,falun gong,camps de travaux forcés,laogaï

    M. l’archevêque Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix 1984, pour son combat pacifiste contre le système de l'Apartheid en Afrique du Sud et M. Chen Guangcheng, avocat chinois aveugle qui a défendu des dizaines de milliers de cas de violations des droits de l’homme en Chine, ont signé une déclaration commune le 4 juin 2013 en faveur des droits de l’homme en Chine.

     

    De juin 2013 à juin 2014, le monde s’approchera du 25e anniversaire du massacre de la place Tiananmen en 1989, quand les militaires chinois ont ouvert le feu et tué des milliers d’étudiants et d’autres manifestants pacifiques.

    Aujourd’hui, des messages du nouveau président Xi Jinping appellent à une « renaissance » en Chine et à la réalisation du « rêve chinois ». Parallèlement, de nombreux médias et des dirigeants chinois ont reconnu que le rêve chinois ne pourra pas devenir une réalité sans des réformes politiques et sociales.

    Nous avons pris la déclaration du président Xi Jinping comme une petite opportunité pour que la Chine, dans son rôle grandissant de puissance mondiale, commence à rejeter certaines de ses pratiques les plus oppressives.

    Il y a lieu de croire que lui et d’autres à la tête de la Chine, pourront entendre la voix des citoyens ordinaires à travers le globe, quand nous disons que le rêve chinois ne peut pas et ne pourra pas être réalisé tant que ses citoyens seront soumis à la « transformation de la pensée » dans le système oppressif des camps de travaux forcés, les laogaï.

    Depuis la Révolution culturelle en Chine, des millions de citoyens chinois au sens propre du mot, ont été emprisonnés dans des camps de rééducation par le travail pour des infractions en relation avec la pensée et l’expression. Ces derniers temps, ces citoyens comprennent un nombre croissant d’innocents, y compris des avocats qui ont essayé de défendre leurs propres droits et les droits d’autrui, des gens ordinaires qui ont essayé de faire respecter leurs droits et se sont vus kidnappés et envoyés en prison pour y être persécutés ; et ceux qui n’ont rien fait d’autres que de déclarer leur loyauté en leur chef religieux, sa sainteté le Dalaï Lama, ceux qui participent à la foi chrétienne qui n’est pas « autorisée » par le parti communiste, ou ceux qui pratiquent le Falun Gong, une méditation spirituelle basée sur les anciennes traditions de la Chine.

    Les témoignages d’anciens détenus des laogaï révèlent des prisonniers au seuil de l’épuisement et de la famine, vivant dans des environnements épouvantables et infestés, et que l’on force à fabriquer des produits pour le commerce – des produits que nous achetons à notre insu dans les magasins en Occident. Un nombre incalculable de prisonniers, vraisemblablement des dizaines de milliers, ont été exécutés et leurs organes prélevés pour la vente – une pratique tellement ignoble qu’elle est au-delà de notre compréhension.

    Comme nous approchons de cet anniversaire historique, les dirigeants actuels à travers le monde ont l’opportunité de se distinguer des dirigeants du passé qui, dans l’intérêt du progrès économique ou au nom de la sécurité nationale, ont fermé les yeux devant les atrocités commises par les dirigeants chinois contre leurs propres citoyens. Nous demandons à nos dirigeants de parler en notre nom au président Xi Jinping et au Parti communiste chinois. De leur dire ce qu’ils savent déjà – c’est-à-dire, que le rêve chinois ne peut être réalisé que lorsque la dignité et les droits humains universels de leurs propres citoyens sont soutenus et respectés. Et que le système des laogaï, tout comme la répression brutale contre la liberté de pensée, de conscience et d’expression, les droits de l’homme les plus essentiels, resteront une blessure purulente pour le rêve chinois, jusqu'au moment où ils seront abordés et éliminés.

    Que Dieu vous bénisse.

    Veuillez ajouter votre voix à leur appel en signant la pétition disponible sur :

    http://freechina.ntdtv.org/petition/ ou sur http://thecommunity.com/

  • Un film invite le monde entier à soutenir la liberté en Chine

    Free China, Chine, liberté, film, documentaire, Xi Jinping, Obama, Etats unis, Droits de l'homme, prix nobel, desmond Tutu

    Alors que le monde se focalise sur la Chine au moment de la visite du nouveau chef du Parti communiste chinois, Xi Jinping, aux États-Unis cette semaine, un film documentaire présente au public un aspect du pays que peu connaissent.

    Free China: le courage de croire couvre la vie de deux personnes ayant été, de mémoire récente, la cible d’une des campagnes politiques les plus extrêmes du Parti. Après une avant-première à Los Angeles le 31 mai, le film sera diffusé au grand public dans les salles de cinéma à New York à partir du 7 juin.

    Auparavant, le film avait été diffusé lors d’événements privés- environ 400, selon les estimations du réalisateur, de par le monde, notamment dans des campus universitaires, dans des locaux d’entreprise et des bureaux officiels.

    Le documentaire relate les histoires de Jennifer Zeng et du Dr Charles Lee, deux personnes qui auront subi l’emprisonnement et la torture en Chine pour leur foi dans la pratique spirituelle du Falun Gong, pratique qui a gagné en popularité dans le pays durant les années 1990, mais qui a été sévèrement réprimée depuis 1999.

    Depuis ses débuts en avril 2012 au Palm Beach International Film Festival, le film a remporté plusieurs prix sur le circuit des festivals du cinéma, notamment le 45ème WorldFest Houston International Film Festival, et l’American Insight Free Speech Film Festival. Il a remporté le premier prix de sa catégorie à l’Awareness Film Festival in West Hollywood en mai l’année dernière.

    Kean Wong, le producteur exécutif, a déclaré que sa sortie en salles vise un objectif double: d’une part il s’agit d’ouvrir la voie à sa candidature vers une nomination aux Oscars, d’autre part il s’agit d’aider un mouvement mondial qui appelle aux droits de l’homme pour tous en Chine, à prendre de l’ampleur.

    «Nous avons réalisé que ce n’est pas seulement un fil c’est ce que vous faites avec le film», a-t-il déclaré lors d’un entretien dans son bureau de Manhattan. «Nous savions que ce film pourrait vraiment donner les outils nécessaires pour valoriser les milliers de militants du monde entier qui veulent défendre de plus grandes libertés à l’intérieur de la Chine.»

    Tout en propageant l’information à travers le monde, Kean Wong prévoit également des diffusions via satellites et des émissions sur Internet en Chine. Ainsi, il espère que cela aura un effet boule de neige, amenant les gens à l’intérieur de la Chine à défendre la justice et la liberté.

    Jennifer Zeng, qui fait l’objet du film, a déclaré qu’avec l’importance mondiale de la Chine, ce qui s’y déroulait à l’intérieur était de la responsabilité de tous. «Si nous ne faisons pas quelque chose pour arrêter cela, je ne sais pas comment nous pourrons regarder nos enfants en face dans quelques années, quand ils nous demanderont: ‘Pourquoi n’avez-vous rien fait?’»

    Charles Lee a mis à profit sa participation à la production pour aider à informer le gouvernement américain sur «la vraie nature du Parti communiste chinois», de sorte que les responsables américains seront mieux équipés pour traiter avec leurs homologues chinois.

    Alors qu’il était emprisonné, Charles Lee a été forcé de produire des pantoufles Homer Simpson et autres babioles destinées à l’exportation vers des pays comme les États-Unis. Il pense que des chroniques de ce genre vont réhabiliter à sa juste  place la réalité de sanctions allant jusqu’à la persécution en Chine.

    «Il ya le côté plus sombre» de la Chine, a déclaré M. Wong. «Le régime utilise la persécution et  la violence comme un mécanisme pour générer la peur sur toute la population.» L’objectif, dit-il, est d’empêcher que les gens se lèvent pour réclamer justice.

    Wong avoue espérer que la visite de Xi Jinping sera liée aux préoccupations et inquiétudes concernant les violations des droits de l’homme en Chine.

    Free China: le courage de croire a été coproduit par la télévision NTD, une télévision indépendante en langue chinoise située à New York, avec qui Kean Wong est en relation, et World2Be Productions, une société fondée par le réalisateur Michael Perlman, qui a également dirigé le film Tibet: Au-delà de la peur.

    Jusque-là les réalisateurs ont maintenu leurs efforts pour attirer l’attention du public concernant les droits de l’homme en Chine.

    Mardi, le prix Nobel de la Paix Desmond Tutu et l’avocat des droits de l’homme chinois Chen Guangcheng ont publié une déclaration qu’ils ont écrite ensemble, exhortant les dirigeants mondiaux à soutenir les droits universels pour tous les citoyens chinois, et à parler à Xi Jinping pour mettre fin à «la répression brutale de la liberté de pensée, de conscience et de parole» en Chine.

    Le communiqué, publié au premier plan dans l’Huffington Post, renvoyait à un lien vers une pétition en ligne élaborée en collaboration avec les producteurs de Free China, permettant au public d’exprimer son opposition à un ensemble de violations en Chine, notamment l’esclavage et «la pratique presque incompréhensible du prélèvement d’organes des prisonniers exécutés».

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/6/8/n3508438.htm

  • Félicitation d'un membre du Congrès américain pour la conférence annuelle de partage d'expérience du Falun Dafa à New York

    Falun Dafa, Li Hongzhi, Congrès américain, conférence, New York, député, Christopher H. Smith, Chine, droits de l'homme, liberté religieuse,
    M. Li Hongzhi, fondateur du Falun Dafa, lors de la Conférence de partage d’expériences 2013, le 19 mai, dans la région métropolitaine de New York.

    Le 17 mai 2013, le Président de la sous-commission de la Chambre des représentants sur l'Afrique, les droits de l'homme dans le monde et les opérations internationales, co-président de la Commission sur la sécurité et la coopération en Europe, co-président de la Commission exécutive du Congrès américain sur la Chine, l'éminent membre du Congrès américain Christopher H . Smith du New Jersey, a adressé la lettre de bienvenue suivante aux pratiquants de Falun Dafa et ses félicitations à la Conférence internationale de Partage d'Expérience de Falun Dafa qui allait se tenir à New York.


    Dans la lettre, le député Smith a fermement condamné le Parti communiste chinois pour sa persécution du Falun Gong au cours des 14 dernières années. Il a indiqué qu'il avait l'intention de réintroduire la législation qui refusera l'entrée aux États-Unis à n'importe quel dirigeant du gouvernement chinois et aux membres de leur famille ainsi qu’aux membres de n'importe quelle branche de la police de sécurité qui ont commis des violations graves des droits humains.

     

    Falun Dafa, Li Hongzhi, Congrès américain, conférence, New York, député, Christopher H. Smith, Chine, droits de l'homme, liberté religieuse,Congrès des États-Unis
    Chambre des représentants

    17 mai 2013,

    Chers amis,

    Je tiens à souhaiter la bienvenue aux plus de 8000 pratiquants de Falun Dafa des différentes villes des États-Unis et de plus de 100 pays dans le monde, dont la Chine, venant à la Conférence internationale de partage d’expériences de Falun Dafa et aux activités de sensibilisation sur les violations des droits de l'homme en Chine du 17 au 19 mai 2013 dans la région de New Jersey / New York Métropolitain .


    Les millions de pratiquants de Falun Dafa en Chine - et même jusqu'à un certain point ceux qui sont ici aux Etats-Unis - ont été soumis à des actes de violence et d'agression, vol de biens et destruction, écoutes illégales, harcèlement, intimidation et persécution. En Chine des milliers de pratiquants cette paisible pratique ont été tués. Des centaines de milliers de personnes ont été arrêtées et plus de 100.000 personnes ont été condamnées aux camps de travaux forcés, généralement sans procès. Aujourd'hui, le gouvernement chinois utilise des tactiques similaires contre sa société civile en plein essor.


    Soyez assurés, que je vais continuer à travailler pour exposer la brutale persécution de 14 ans du gouvernement chinois contre le Falun Gong et à travailler afin d'assurer leurs droits inaliénables à la liberté religieuse. En décembre, j'ai organisé une audition du CECC sur la persécution du Falun Gong, et une séance conjointe du sous-comité concernant le prélèvement d'organes, en septembre dernier. Afin de poursuivre nos efforts, j'ai l'intention de réintroduire la législation qui refusera l'entrée aux États-Unis à tout haut responsable du gouvernement chinois et aux membres de sa famille qui ont tiré profit des politiques ou actions ciblant les activistes démocratique, persécutent des minorités ethniques, ou ont participé au trafic et au retour forcé des réfugiés nord-coréens ou à la politique coercitive de limitation des naissances.

    Ma législation va également interdire l'entrée aux membres de toute branche des forces de sécurité qui ont participé à la répression violente de tout individu ou responsable de pratiques religieuses, de défenseurs de la démocratie, d' avocats des droits de l'homme, de défenseurs des droits des travailleurs ou de médias indépendants, de journalistes et d' utilisateurs d'Internet. je vais continuer à me battre pour la liberté et les droits fondamentaux du 'Falun Gong et de tous ceux en Chine qui continuent à avoir leurs droits humains et leurs libertés fondamentales bafoués par la dictature communiste chinoise.


    Je souhaite sincèrement à tous une conférence fructueuse et réussie. Sincèrement

    Christopher H. Smith


    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201305/113015.html

  • 25 avril 2013: François Hollande en Chine, manifestation du Falun Gong devant l'Ambassade de Chine à Paris

    COMMUNIQUE DE PRESSE   

    Grand rassemblement pacifique ce Jeudi 25 Avril 2013, de 15h00 à 18h30 devant l’Ambassade de Chine à Paris 8ème angle Avenue Georges V et Rue de la Trémoille, pour protester contre la barbarie en Chine.  Les pratiquants de Falun Gong dans le monde entier n’ont pas cessé de manifester pacifiquement et librement dans tous les pays du monde depuis le début de la persécution en 1999; sauf en France puisque à chaque fois l’ambassade de Chine fait pression pour interdire toute manifestation, même pacifique. 

    Ce rassemblement sera constitué par la pratique des exercices de Falun Gong, et de témoignages de personnes qui ont expérimentée différentes formes de persécutions (physiques et mentales) en Chine. 

    A l’occasion de la visite du Président François HOLLANDE en CHINE, Les pratiquants du FALUN GONG demandent solennellement que les persécutions, les camps de concentration et le trafic d’organes prélevés à vif cessent. Nous comptons sur le Président du Pays des droits de l’homme pour faire respecter ces droits inaliénables. 

    La date du 25 Avril marque le début de la persécution du régime chinois contre les pratiquants de Falun Gong en Chine. Cela fait donc 14 ans, puisque le 25 avril 1999, c’est la date à laquelle des dizaines de milliers de pratiquants de Falun Gong ont lancé un appel pacifique au pouvoir central en Chine contre l’injustice qu’ils commençaient à subir aux mains des autorités à une époque où le Falun Gong était encore pratiqué librement et très populaire en Chine (durant toutes les années 90). Voir: L'appel pacifique du 25 avril 1999, la manifestation qui a changé la chine (Vidéo)  

    Cette persécution a tué 3643 hommes, femmes et enfants (selon des données vérifiables, donc très inférieures à la réalité). Des milliers sont toujours enfermés dans des hôpitaux psychiatriques où ils sont mal traités et diffamés. Des centaines de milliers ont été enfermés dans des camps de concentration et de travaux forcés. 

    "Bien sûr la nouvelle la plus accablante est que nos amis si pacifiques sont souvent tués et leurs organes prélevés à vif pour nourrir le trafic d’organes. Tout ceci  parce que l’ancien dictateur Jiang Zemin du régime communiste chinois n’accepte pas la popularité des pratiquants de Falun Gong, qui font leurs exercices méditatifs en respectant des critères universels : l’Authenticité, la Bienveillance, la Tolérance qui ne sont pas communistes" selon Alain Tong, président de l'Association Falun Gong France (Falun Dafa). 

    CONTACT  PRESSE :

    Cécile LALIGAN 06.12.32.64.19

    Hélène TONG 06.22.45.63.81

    Hollande, Chine, Falun Gong, manifestation, 25 avril 1999, ambassade de Chine, France, droits de l'homme

    Photo de la manifestation devant l'ambassade de Chine en 2012 à Paris

    Voir aussi:
    Comment Falun Gong a changé la Chine depuis le 25 avril 1999

    http://www.epochtimes.fr/front/10/4/29/n3502918.htm

  • Le camp de travail de Masanjia sous la loupe de l'Occident ?

    Le système chinois des camps de travail est une réalité controversée. La police peut incarcérer leur peuple sans aucun procès pour un maximum de quatre ans. Malheureusement, les violations des droits de l'homme à l'intérieur n'ont jamais reçu une attention importante auprès du public chinois. La plupart des revendications jusqu'à ce jour ont été faites par les pratiquants de Falun Gong. Le Parti communiste persécute et discrédite cette pratique spirituelle depuis 1999.

    L'article intitulé " Sortir du camp de Masanjia " peut changer une telle situation. L'article publié par la revue Lens de Chine avait comme objectif d'exposer en détail la situation macabre de torture qui existe dans l'un des camps de travail chinois les plus connus, le camp de travail notoire de Masanjia. Une exposition  de ce genre n'a jamais été vue dans les médias de Chine continentale auparavant.

    Le Centre d'information du Falun Dafa surveille la persécution du Falun Gong depuis longtemps. Son directeur exécutif, Levi Browde a déclaré à NTD que l'article méritait de plus amples investigations immédiates.

    [Levi Browde, directeur exécutif, Centre d'information du Falun Dafa]:
    « De toute évidence, il existe des voix à l'intérieur de la Chine qui essaient de dévoiler les expériences de maltraitance. Et je pense que c'est très important pour celles de l'Ouest de renforcer et de prendre cet élan pour creuser plus profondément dans cette histoire. On peut s'attendre à  beaucoup plus à Masanjia que ce qui était indiqué dans le rapport, bien que ce soit un bon point de départ initial. Il est important que nous ne laissions pas le propos s'arrêter là, car il est évident qu'il y a beaucoup de conflits au sujet de ces révélations provenant de certaines personnes de l'intérieur qui tentent de faire sortir les faits par ce rapport. Nous devons continuer le travail. »

    L'article dans la revue Lens n'a pas mentionné le Falun Gong. Les médias de Chine ne sont pas autorisés à parler de la persécution. Il s'agit d'un sujet interdit. Mais, l'article a mentionné un « groupe spécial de personnes » qui sont principalement visées par la torture et les mauvais traitements.

    Liu Hua, qui a écrit le journal "Sortir de Masanjia" a révélé qu'elle avait témoigné de la torture des pratiquants de Falun Gong dans le camp de travail.

    [Liu Hua, ancienne détenue à Masanjia] :
    « Toutes ses dents ont été éliminées par des coups. Elle y avait été détenue en 2010, et elle ne voulait pas signer les déclarations de repentir, de sorte que le chef d'équipe dans le camp de travail la battait. Lorsqu'elle est partie le 15 juillet 2012, il ne lui restait qu'une seule dent. »

    L'article du magazine Lens a clairement énervé certains membres de la direction chinoise. Le rapport n'a survécu en ligne que durant le week-end ; les censeurs de l'Internet l'ont rapidement enlevé, ainsi que la plupart des réponses et commentaires.

    Tiré de: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2013-04-16/877602543291.html

  • Des membres du Parlement canadien convaincus par les preuves de prélèvement d’organes par le Parti communiste chinois

    Prélèvement d'organes, Chine, Falun Gong, trafic humain, Droits de l'homme, Canada

    L’Hon. Scott Reid, president du sous-comité

    Le 5 février, le Sous-comité des droits internationaux de la personne du Comité permanent des Affaires Étrangères et du Développement international du Parlement canadien a tenu une audition sur le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine. L’audition était sous la présidence des Hon.Scott Reid, Irwin Cotler, et Wayne Marston. Les membres du sous-comité y assistaient. Après l'audition, plusieurs membres du parlement ont accepté des interviews. Tous ont exprimé que les preuves étaient convaincantes et que le gouvernement canadien devrait prendre des mesures pour y mettre fin. (Lire le début de l'article)

     
    Des membres du Parlement ont trouvé les preuves convaincantes

    Après l’audition, plusieurs membres du Parlement ont accepté des interviews. Tous ont exprimé que les preuves de prélèvements d’organes étaient convaincantes et que le Gouvernement canadien devrait prendre des mesures pour y mettre fin.

    L’Hon. Scott Reid, président du sous-comité, a déclaré : " La question de la récolte d’organes n’a cessé de susciter de plus en plus d'intérêt. Et ceci largement grâce à ces deux témoins que sont Ms Matas et Kilgour. Et ce n’est qu’un exemple clair d’un problème de droits de l’homme qui est nouveau. Ce problème n’existait pas il y a quelques années mais alors qu'il devient de plus en plus facile d'opérer ces activités de récolte d’organes, cela devient un problème de plus en plus saillant."

    "Je pense qu’ils ont démontré leur preuve de façon tout à fait efficace. " a-t-il dit.

    Prélèvement d'organes, Chine, Falun Gong, trafic humain, Droits de l'homme, Canada

    L’Hon. Wayne Marston, vice-président du sous-comité

    L’Hon. Wayne Marston, vice-président du sous-comité, a exprimé qu’il acceptait les conclusions de Ms Kilgour et Matas. Il a déclaré : "Nous avions espéré voir un changement significatif en Chine, mais il est jusque-là évident que ça ne s’est pas produit. C’est ce qui a poussé le comité à examiner la situation d’un peu plus près. [Les investigateurs] étaient en accord avec les histoires que nous avions déjà entendues. Ils nous ont apporté certaines preuves dépassant ce que nous savions déjà à nous la communauté internationale, autre que les Etats-Unis et l’Australie et d’autres endroits qui s’y intéressent. Donc il est important que le Canada examine très sérieusement la situation. " 

    Prélèvement d'organes, Chine, Falun Gong, trafic humain, Droits de l'homme, Canada

    L’Hon. Irwin Cotler, vice president du sous-comité


    L’Hon. Irwin Cotler, vice-président du sous-comité, a déclaré : “J’ai trouvé leur présentation d’aujourd’hui exemplaire. Je pense qu’ils ont avancé davantage de preuves s’agissant de l’illégalité des prélèvements d’organes en Chine, et il reste aux autorités chinoises à réfuter ces preuves, ce qu’ils n’ont pas encore fait et comme je l’ai dit aujourd’hui à moins que les autorités chinoises ne puissent les réfuter, ces preuves sont valables.”

    Prélèvement d'organes, Chine, Falun Gong, trafic humain, Droits de l'homme, Canada

    L’Hon. David Sweet

    L’Hon. David Sweet et l’Hon. Judy Sgro étaient aussi tous les deux d’avis que les deux enquêteurs ont offert une preuve puissante et convaincante du prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong en Chine.

    L’Hon Sweet était d’avis que l’audition est la première chose à faire pour faire cesser la violation des droits humains. Il a déclaré " C’est la première chose. Mais il y a des réflexions intéressantes ressortant des suggestions. M. Matas a suggéré que lorsque le Canada traite avec le rachat de sociétés canadiennes, étant donné que le Canada en a une quantité substantielle, et bien nous sommes un bon endroit où investir. Il y a beaucoup d’entreprises tenues par des états étrangers, qui viennent ici ; Cenoc en est un exemple. Ce serait de considérer leurs bilans de droits de l’homme comme un de nos critères, ce qui historiquement, n’a pas été le cas. Peut-être que le critère devrait être ajusté en conséquence."

    L’Hon. Sgro a exprimé : “M. Cotler, mon collègue libéral, travaille sur un projet de loi de membres privés qu’il présentera dès qu’il pourra le finaliser. Faisons le circuler aux Communes en espérant qu’il sera soutenu par tous les membres de la Chambre. Et ce sera un très puissant message que le Canada va se lever pour les droits de l’homme, et se lever et défendre des gens qui sont clairement persécutés et maltraités."

    Prélèvement d'organes, Chine, Falun Gong, trafic humain, Droits de l'homme, Canada

    L’Hon. Gary Ralph Schellenberger

    L’Hon. Gary Ralph Schellenberger a déclaré: “Chaque fois que mon Premier Ministre parle au gouvernement chinois, les droits de l’homme sont abordés. Je pense que ma suggestion au Ministère des Affaires étrangères est que nous fassions tout notre possible pour mettre fin au prélèvement d’organes en Chine.”

    David Kilgour et David Matas ont déclaré au journaliste que de nombreux pays et organisations de par le monde ont déjà pris des mesures contre le prélèvement d’organes, y compris les Nations Unies, le Parlement européen, les USA, l’Australie, la France, le Canada, Taiwan, Israel, et la Belgique.

    M. Matas a dit avoir soumis 166,000 signatures de 36 pays européens au Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme des NU, lesquelles demandaient aux NU de mandater une enquête indépendante sur le prélèvement d'organes.


    Des membres du parlement : davantage de gens doivent être informés de cela

    L'Hon. Sgro a déclaré : “Nous avons une opportunité de renforcer ces voix, espérons que l’an prochain à cette époque il y aura des millions de gens qui seront au courant de ce qui se passe en Chine et de comment les pratiquants de Falun Gong sont persécutés et tués en résultat de cette persécution en Chine. Donc je suis très contente de voir que cela arrive aujourd’hui et j’applaudis vraiment le comité pour avoir pris cette initiative en faisant passer cette question en premier plan. Ils peuvent agir impunément tant que les gens ne sont pas au courant. Mais lorsque suffisamment de gens vont apprendre ce genre de choses, ils seront aussi consternés que moi qu’on les laisse continuer. "

    L’Hon. Brent Rathgeber a déclaré que les enquêteurs ont présenté une preuve puissante et détaillée des prélèvements d’organes. Il espère que l’information circulera largement et que davantage de gens seront mis au courant. Il pense que plus de gens le sauront, plus tôt cela prendra fin.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201302/111914.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu