Avertir le modérateur

culture - Page 3

  • Les fondamentaux de la médecine chinoise

    médecine chinoise, traditionnel, méridien, chine, culture, acupuncture, psychologie, Qi, Yin yang

    La médecine chinoise est un système complet de traitement apparu pour la première fois sous forme écrite autour de 100 avant J.-C. Depuis cette période, la Chine, le Japon, la Corée et le Vietnam ont développé leurs propres versions distinctes du système initial chinois.

    Qi (également prononcé "chi") est un concept essentiel dans la médecine chinoise. Le qi est une forme d'énergie vitale qui existe à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du corps humain. A la racine de chaque fonction du corps humain et de l'univers qui nous entoure, il y a une forme de qi.

    La médecine chinoise décrit la physiologie et la psychologie humaines en termes de qi en corrélation avec les processus mentaux et physiques et les états émotionnels. Les différents types de qi auxquels on se réfère communément dans la médecine chinoise comprennent le qi du sang, le qi des organes, le qi de la nutrition, le qi méridien et le qi pathogène. La pathologie peut pénétrer dans l'organisme à partir de sources telles que le vent, l'humidité, la chaleur, le froid et la sécheresse.

    La qualité du qi est décrite en termes de yin et de yang. Yin et yang sont des énergies opposées qui existent en interdépendance. Le qi yin est défini comme une énergie froide ou de refroidissement et le qi yang est défini comme une énergie chaude ou de réchauffement.

    Pour être en bonne santé, une personne doit avoir un équilibre du yin et du yang parce que le yang a besoin d’être nourri par le yin pour fonctionner, et le yin a besoin du yang pour être produit et utilisé. Les êtres humains sont considérés en bonne santé lorsque le qi circule librement et qu’il y a un flux équilibré du yin et du yang.

    Quand le qi yin est déficient alors le qi yang est en excès et des symptômes tels que bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, anxiété, agitation, pression artérielle élevée, et constipation peuvent se manifester.

    Quand le qi yang est déficient le qi yin est en excès et des symptômes tels qu'une sensation accrue de froid, de fatigue, la diarrhée, un métabolisme lent avec de la rétention d'eau, une pression artérielle basse et un retard psychomoteur peuvent se produire.

    En chinois, les mots pour les différentes émotions sont précédés par le mot ”qi”. Par exemple, la colère est appelée ”le qi de la colère" et la joie est appelée ”le qi de la joie." Par conséquent, lorsqu'on traite par l'acupuncture ou la phytothérapie chinoise on vise non seulement à traiter les fonctions physiques du corps, mais aussi les fonctions mentales et les émotions.

    Les méridiens

    médecine chinoise, traditionnel, méridien, chine, culture, acupuncture, psychologie, Qi, Yin yangLe qi circule à travers les canaux énergétiques appelés méridiens. Les méridiens forment un système ressemblant au réseau internet qui relie les différentes parties du corps ensemble et fournit le qi pour chaque partie du corps. La médecine chinoise relie chaque méridien avec des fonctions mentales, physiques et émotionnelles spécifiques.

    Dans la médecine chinoise, les fonctions mentales et les émotions ne se limitent pas au cerveau, mais sont considérées comme le résultat de l'interaction entre le cerveau et les méridiens. Une autre façon de voir les choses est que le cerveau fait partie de chaque méridien individuel, et la santé de chaque méridien affecte le cerveau.

    Le méridien du poumon est associé au chagrin et donc les gens dans le processus de deuil peuvent être plus sensibles aux infections des voies respiratoires supérieures. Le modèle biomédical pourrait expliquer cette réaction en termes de réactivité immunitaire diminuée à cause du stress chronique induit par le chagrin. La médecine chinoise caractérisera le problème comme un facteur de stress émotionnel qui provoque un déséquilibre dans le méridien du poumon, se traduisant par une déficience en qi.

    L’acupuncture

    En occident, l'une des méthodes les plus connues de traitement de la médecine chinoise est l'acupuncture, qui est aussi une des plus anciennes méthodes de traitement. Les acupuncteurs insèrent des aiguilles très fines dans le corps à des endroits stratégiques afin de rééquilibrer le flux du yin et du yang à travers les méridiens

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/a114710-Les-fondamentaux-de-la-medecine-chinoise.html

  • Kangxi, l'Empereur le plus érudit de l'histoire chinoise

    L'Empereur Kangxi, le deuxième empereur de la Dynastie Qing, est sans doute l'empereur le plus érudit de toute l'histoire chinoise. Il a dirigé la Chine pendant plus de 60 ans et a dévoué toute sa vie à l'apprentissage intellectuel.

    chine,kangxi,histoire,empereur,mandchou,han,mongol,culture,apprentissage intellectuel

    Tiré de: NTD France sur Youtube

  • Anciennes histoires chinoises concernant la luxure

    Chine, luxure, érotisme, culture, traditionnel, amour, mari, femme, sexeDans l'ancienne culture chinoise, la luxure était considérée comme un problème grave. Pendant des milliers d'années, histoires et enseignements se sont transmis de génération en génération. Les trois croyances traditionnelles, Boudhisme, Daoïsme et Confucianisme, ont toutes trois de strictes observances concernant ce désir particulier.

    Voici la première partie d'extraits choisis sur ce sujet.

     1. Fu Xi créa la système des rites

    L'auteur d'un livre écrit il y a quelques 2000 ans, a dit : "Fu Xi (伏羲) a réglementé le mariage d'un homme et d'une femme. La peau de cerf était utilisée comme un cadeau de fiançailles." Fu Xi est un personnage légendaire de la mythologie chinoise à qui l'on attribue la création de l'humanité.

    Dans ce livre : Étude de l'histoire ancienne, l'auteur Qiao Zhou écrivait que Fu Xi réglementa l'union d'un homme et d'une femme. Leurs noms patronymiques pouvaient être dérivés de leurs animaux, plantes, résidences ou titres officiels, et leur utilisation empêchait un mariage inapproprié ou consanguin.

    Qiao était un érudit qui vivait dans la région de Shu Han (l'actuelle province du Sichuan ) durant la période des Trois Royaumes (environ 220 à 280 AD).

    Le système des rites de Fu Xi reconnaissait les différences entre un homme et une femme, respectait le Ciel et suivait la loi sur Terre. Les rites contribuaient à l'harmonie du Yinet du Yang et établissaient de solides protocoles qui ont survécu pendant de nombreuses générations en Chine.

    2. L'Empereur jaune épousa une femme laide

    Les "quatre beautés"dans l'histoire chinoise sont des noms connus de tous, mais peu de gens connaissent la catégorie des "quatre femmes laides." La plus connue est assurément Mo Mu (嫫母), l'épouse de l'Empereur Jaune (黄帝). De nombreux Chinois considèrent l'Empereur Jaune comme leur ancêtre et s'appellent eux-mêmes "enfants de l'Empereur Jaune".

    L'Empereur Jaune épousa Mo Mu pour sa gentillesse et ses vertus. D'anciens livres ont consigné ses paroles : "Ceux qui prêtent attention à une belle apparence plutôt qu'à la vertu ne sont pas véritablement beaux. Ceux pour qui la vertu prime sur le désir sont véritablement vertueux." (extrait du livre Lu Shi Chun Qiu).

    Le livre disait aussi : "Mo Mu était appréciée par l'Empereur Jaune. Il lui dît : "Tu ne dois pas oublier de cultiver ta vertu. Je te confie l'administration des femmes au palais et te garde en ma compagnie. Quel mal y-a-t-il à ce que tu ne sois pas belle ?".

    Dans le "Classique de la médecine interne de l'Empereur Jaune - Questions élémentaires, il est dit que les gens des anciens temps suivaient les mouvements du Yin et du Yang et consommaient la nourriture et les désirs de manière contrôlée, afin de toujours garder l'harmonie dans leurs esprits et leurs corps et de vivre une longue vie.

    Le livre notait que les gens d'aujourd'hui ne vivent plus de cette façon. Ils boivent du vin comme si c'était de l'eau, considèrent les comportements irréfléchis comme normaux, ont des relations sexuelles lorsqu'ils sont ivres, dispersent leur essence corporelle et épuisent leur qi.

    Ils ne savent pas comment conserver leur énergie et leur vitalité. Ils recherchent l'excitation émotionnelle et les plaisirs momentanés. Ils ignorent le rythme naturel de l'univers, négligeant de réguler leur style de vie, leur diète ou leur sommeil. Il n'est pas surprenant qu'ils aient l'air vieux à 50 ans et ne vivent guère au-delà.

    3. Xia Jie était infatué de Moxi

    Xia Jie (夏桀), le dernier tyran à régner sur la Dynastie Xia (1728 à 1675 Av.J.C), était beau et fort. Il aimait l'alcool et s'adonnait au plaisir. Il était infatué de sa concubine Moxi, et négligeait le gouvernement du pays.

    En réponse au rappel de ses ministres que le désir charnel pour les femmes pouvait subjuguer une nation, il répliqua : "Je sais que les hommes et les femmes ont des rôles différents dans les familles des roturiers. Maris et femmes vivent ensemble comme des compagnons de vie. Je suis le roi de la nation et j'aime vivre avec Moxi. Quel mal y-a-t-il là ?"

    Il échoua à reconnaître la différence entre une relation décente entre un homme et une femme dans la vie de famille et une relation lascive et ardente.

    Il fût plus tard vaincu, s'exila à Nanchao et y mourut.

    4. Le Roi Zhou était obsédé par Daji

    Le Roi Shang Zhou (商纣) de la Dynastie Shang (1600 à 1046 Av.J.C) fût un autre tyran célèbre dans l'histoire de la Chine. Il recherchait la flatterie et méprisait les conseils sincères. Il était obsédé par Daji (妲己) et ignorait les affaires de l'Etat. Il n'écoutait que Daji et était connu pour être extrêmement cruel . Ses vassaux le tenaient à distance et le peuple le haïssait.

    Pour sauver le peuple, le Roi Wu (周武王) de la Dynastie Zhou (1046 à 256 Av.J.C) prit la tête des vassaux contre le tyran. Le Roi Shang Zhou fût abandonné de son peuple. Lorsqu'il vit que son temps était fini, il s'immola à Lutai (dans l'actuelle province du Henan).

    5. Un homme de bien impassible face aux tentations

    Liu Xiahui vivait dans l'Etat de Lu durant la période Période des Printemps et Automnes (770 à 476 Av.J.C). Il était largement connu comme un homme de bien capable de résister aux tentations du désir.

    Une femme sans abri vint pour chercher refuge par une froide nuit d'hiver. Liu inquiet qu'elle ne meurt de froid, la laissa s'assoir sur ses genoux, défit ses vêtements pour l'en entourer, et la tint contre son corps. Ils passèrent la nuit ainsi sans rien faire d'incorrect.

    Cela lui valut la réputation d'un véritable homme de bien, et il y un proverbe à son propos : Demeurer impassible même avec une femme assise sur ses genoux.

    Voici une autre histoire qui arriva dans l’État de Lu : Il y avait un homme vivant seul et dont la voisine était veuve et vivait seule elle aussi. La maison de la veuve s'effondra une nuit lors d'une tempête et elle vint frapper à la porte de l'homme pour chercher refuge.

    Lire la suite de l'article sur: http://fr.clearharmony.net/articles/a116509-Anciennes-histoires-chinoises-concernant-la-luxure-1ere-partie-de-5.html

  • Wu Daozi, homme sage et peintre chinois

    Chine, culture, dynastie Tang, poète,Bouddha, millénaire, mythe, légende Wu Daozi (environ 686-760) était le meilleur artiste de la dynastie Tang. Les peintures de Wu portaient sur des sujets variés y compris les personnages, les divinités, Bouddha, les oiseaux, les fleurs, les paysages, les moyens de locomotion et les armes, les ponts et les bâtiments, etc. Il était spécialement doué pour représenter les personnages et Bouddha. Par ailleurs, il a été considéré comme le «Sage de la peinture» en Chine pendant des millénaires.

    Wu Daozi était par nature direct et ses magnifiques tableaux se composaient de traits fluides, accentuant la force spirituelle intérieure plutôt que les détails insignifiants. La plupart des tableaux et des peintures murales de Wu Daozi étaient réalisés en une seule séance. On dit que pendant que Wu Daozi dessinait le halo autour de la tête de Bouddha, sur une fresque murale, il a tout de suite posé les dernières finitions à la brosse sans mesure préalable. L’empereur des Tang l’a envoyé observer le cours d’une rivière pour ensuite la représenter. Wu est revenu, a demandé un boulon de soie unie et, en un seul jour, il a représenté plus de 483 km de rivière sur la soie, sans esquisse préalable. Ce même travail aurait nécessité quelques mois pour les autres peintres de la cour.

    Une des histoires nous apprend, qu’une fois, il a dû préparer selon la coutume la dot pour le mariage de sa fille. Malgré sa renommée, il réalisait de nombreuses peintures  gracieusement et n’arrivait pas à fournir une riche dot pour sa fille. Donc, il exécuta assez rapidement, des peintures afin que ses œuvres puissent lui servir de dot.

    Le beau-fils était un homme avide et snob. Ne voyant pas d’or et de bijoux dans la dot, mais seulement quelques peintures qu’il ne savait pas apprécier, il a contenu sa rage. Un jour, tandis que la fille de Wu Daozi était de sortie, il a enlevé sans les regarder les peintures de la maison et a commencé à brûler tous les tableaux, un par un. La fille de Wu Daozi revint juste à temps pour sauver la dernière œuvre peinte, un dessin fait sur un boulon en soie. Après s’être querellée avec son époux, l’épouse a dormi seule dans un lit vide avec la peinture.

    Le lendemain matin, son mari se réveilla et vit sa femme recouverte d’une nouvelle couverture en soie. Lorsque sa femme déroula la couverture, elle révéla toute l’oeuvre. Étourdi par l’éclat de la peinture, le mari est resté sans voix en proie à un profond regret.

    Tous ces mythes légendaires reposent sur le haut niveau de réalisation artistique de Wu Daozi. Ses œuvres les plus célèbres furent des peintures bouddhistes où les vêtements et leurs caractéristiques sont représentés avec application. La focalisation sur les thèmes religieux a eu une énorme influence sur les générations futures. Dans l’histoire chinoise, aucun autre artiste ne fut en mesure de rivaliser avec Wu Daozi.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/14/8/20/n3510162/wu-daozi-homme-sage-et-peintre-chinois.htm

  • Expression chinoise : Jouer du Qin à une vache

    expression chinoise,chine,culture,proverbe,dialogue,communication,confiture aux cochons

    L'expression chinoise "jouer du qin à une vache" ( 對牛彈琴, qui se prononce duì niú tán qín) décrit l'effort inutile d'essayer de parler à quelqu'un qui ne peut pas ou ne pourra pas comprendre.

    Tout comme l’expression française "donner de la confiture aux cochons," elle signifie essayer de raisonner des gens obstinés, ou parler par dessus la tête de quelqu'un—choisissant la mauvaise audience, des gens qui ne peuvent pas comprendre ce que vous dites.

    Il y a longtemps, Gong Mingyi, un maître du gu zheng (cithare chinoise), aussi appelée qin (琴), jouait de la cithare dans un champ lorsqu'il vit une vache brouter tout près de lui. Se demandant si la vache pouvait être touchée par sa musique, il s'approcha d'elle et commença à jouer sa musique de virutose.

    Cependant, bien que Gong Mingyi fût lui-même profondément touché par sa propre musique, la vache ne sembla pas y prêter la moindre attention et continua tranquilement à macher son herbe. Alors, Gong Mingyi réfléchit un moment avant de recommencer à jouer.

    Cette fois-ci, il joua les bruits du bourdonnement des moustiques et du mugissement des veaux. La vache leva le regard, remua sa queue, et bougea même ses oreilles comme pour chasser les moustiques.

    Gong Mingyi réalisa que jouer de la musique raffinée à une vache était une cause perdue car elle ne pouvait tout simplement pas apprécier la musique; et c'était seulement en lui jouant quelque chose qu'elle pouvait comprendre qu'il pouvait parvenir à la toucher.

    "Jouer du qin à une vache" en est ainsi venu à renvoyer au fait d'expliquer des principes de haut niveau à quelqu'un incapable de les comprendre, ou de parler avec quelqu'un de choses pour lesquelles il n'a aucun intérêt ou compréhension.

    L'expression est également utilisée pour conseiller aux gens de tenir compte de leurs interlocuteurs lorsqu'ils déterminent l'approche appropriée à avoir dans la résolution des affaires quotidiennes.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/a116067-Expression-chinoise-Jouer-du-Qin-a-une-vache.html

  • Zhang Guo Lao, le taoïste qui montait son âne à l’envers

    Chine, conte, philosophie, culture, Zhang Guo Lao, taoïste, tangZhang Guo l’ancien ou Zhang Guo Lao, était un ermite taoïste, sous la dynastie Tang, ainsi qu’un des Huit Immortels. Des documents historiques suggèrent qu’il a réellement existé. Il était connu pour son sens de l’humour et sa manière excentrique de chevaucher son âne à l’envers.

    Selon les légendes, il aurait été convoqué au palais impérial par plusieurs empereurs de la dynastie des Tang. L’un des empereurs était curieux d’en apprendre plus, à propos de sa façon de chevaucher son âne à l’envers, ainsi invita-t-il Zhang Guo l’ancien au jardin impérial. Zhang Guo chevaucha son âne à l’envers tout au long du chemin qui le menait au jardin impérial où il devait se rendre. L’empereur, amusé, donna du vin à l’âne pour le récompenser. Dès que l’âne but le vin, il tomba et se transforma en âne en papier.

    Zhang Guo Lao expliqua alors à l’empereur, étonné, que c’était bien tout simplement un âne en papier. Avec la magie, il prenait la forme d’un âne mais le vin lui redonnait sa forme originale. «La vérité se lève et le faux ne durera pas»,  précisa Zhang Guo. L’empereur se mit à rire et répondit que «c’était vraiment une bonne métaphore».

    Zhang Guo Lao a voyagé dans tout le pays, portant son instrument de musique – un tambour en peau de poisson souvent représenté dans les peintures par un cylindre de bambou avec deux tiges ou baguettes de fer au bout – et chantant des chansons issues de la philosophie taoïste. Les paroles racontaient que: «Les gens se sont perdus dans le monde en recherchant profit, célébrité, sentiments et désirs et que de tels comportements sont opposés au principe qui préconise de retourner à l’origine première, au véritable soi». Par conséquent, «aller de l’avant», dans la croyance de la plupart des personnes, équivaut à reculer. On croyait qu’il montait l’âne à l’envers pour rappeler ce principe aux gens.

    Dans une autre histoire, l’empereur tenta de savoir la quantité de vin que Zhang était capable d’ingurgiter. Zhang demanda d’avoir un de ses disciples à ses côtés pour boire le vin à sa place. L’empereur accéda à sa demande: un élégant et jeune taoïste descendit du Ciel comme un grand oiseau. Il but, sans difficulté, dix cruches de vin et quand dix cruches supplémentaires lui furent présentées, il les ingurgita rapidement. Malgré les protestations de Zhang Guo Lao, l’empereur insista et exigea davantage de vins. Soudain, le jeune taoïste tomba au sol et se transforma en une grande jarre qui contenait exactement la même quantité de vin que les vingt cruches.

    Plus tard, à la fin de son règne, alors que l’empereur Xuanzong de la dynastie Tang, plongé dans le vin et la luxure, se préoccupait moins des affaires de l’empire, Zhang Guo Lao prédit des catastrophes et le chaos à venir. Il parut souffrant et se retira du palais impérial. Il retourna dans sa ville natale et prêcha le taoïsme, à l’aide de ses chansons.

    Il décéda soudainement quand l’empereur Xuanzong lui enjoignit l’ordre de revenir au palais impérial, à nouveau. Les légendes racontent que sa tombe a été découverte vide quand ses élèves l’ouvrirent des années plus tard.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/14/8/14/n3510137/zhang-guo-lao-le-taoste-qui-montait-son-ane-a-lenvers.htm

  • Les dix vertus du thé

    Thé, vertus, thé vert, santé, Chine, culture, tao, antioxydant,philosophie orientale

    De nombreuses études scientifiques ont été menées sur les vertus du thé pour la santé et sur la réputation de cette plante qui ne semblent pas usurpées: antioxydant, bon pour le cœur, le thé aurait une action préventive contre certaines maladies.

    Les dix vertus du thé, œuvre littéraire de Zhenliang Liu, célèbre amateur de thé de la Dynastie des Tang en illustre ainsi les vertus: «Réduction des symptômes de la dépression, diminution de la somnolence, l’entretien de la vitalité, diminution de la maladie, floraison de la vertu et de la courtoisie, apprentissage et respect du goût différent, la restauration du corps, la pratique du Tao, le raffinage des désirs.»

    Il précisa aussi: «Le thé apporte le tao et l’élégance».

    Plus tard, un célèbre moine bouddhiste japonais a résumé sa version des dix vertus du thé comme suit: «Les Divinités protectrices viendront en aide, les parents seront respectés et soutenus, les démons se rendront, on restera toujours plein d’esprit lorsque le sommeil manquera au buveur de thé, ses organes internes seront bien entretenus, les maladies et les catastrophes de sa vie cesseront, l’amitié y sera harmonisée, sa pensée et son comportement seront justes, ses ennuis et soucis cesseront. On ne sera pas dans le chaos pour faire face à la mort.»

    Le thé a évolué progressivement d’une boisson à un véhicule d’une cultivation singulière. Désormais, il représente également une poursuite de la cultivation de l’être lui-même vis-à-vis de l’existence et des règles de vie qu’il doit adopter envers la société.

    Selon le livre Le Classique du thé  ou Cha Jing, tout premier ouvrage au monde traitant du thé, écrit par Lu Yu entre les années 760 et 780 de notre ère et qui comporte 10 chapitres, les gens qui tiennent à la dégustation du thé sont habituellement abstinents, intègres, attachés à l’amitié et à la tradition.

    Le thé possède l’avantage naturel d’être frais et goûteux. En plus de la jouissance sensorielle qu’il procure, le thé est capable de maintenir un esprit calme et serein, il aide à forger le caractère en éliminant les distractions inutiles, il permet également le développement de soi et l’esprit éclairé.

    Ainsi, l’avantage de la culture du thé est de se conformer à la philosophie orientale : sagesse, indifférence, sérénité, indépendance.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/12/1/26/n3505859/les-dix-vertus-du-the.htm

  • Deux moines plaisantent au sujet de la réincarnation

    réincarnation,moine,tibet,chine,culture,divin,vie après la mort,mort,humour, rire

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu