Avertir le modérateur

culture chinoise - Page 8

  • Un homme de vertu chérit le temps comme de l'or

    Le temps passe aussi rapidement qu'un cheval au galop. Un homme de vertu sait chérir le temps comme de l'or. Il y avait un historien du nom de Liu Shu dans la Dynastie Song du Nord qui était connu pour son caractère élevé et ses aspirations nobles. Toute sa vie il a été diligent dans l'étude. C' était aussi un homme ayant une grande maitrise de soi. Il planifiait chaque jour de sa vie raisonnablement et ne perdait jamais de temps.

    Liu étudia les classiques confucéens dans sa jeunesse essayant chaque jour d'en mémoriser une partie. En fait, il était si intéressé à mémoriser les classiques de Confucius qu'il en oubliait souvent de manger ou de dormir. Alors que Liu Shu avait huit ans, un invité dans sa maison lui dit que Confucius n'avait pas de frère. Liu Shu cita aussitôt un passage montrant que Confucius avait bel et bien un frère. Sa réponse stupéfia chaque personne présente. Liu Shu pouvait toujours répondre aux questions soulevées par ses jeunes amis. Il leur disait que les réponses pouvaient être trouvées dans les livres et qu'ils devaient lire davantage pour trouver les réponses.

    À l'âge de 18 ans, Liu Shu s'inscrivit au niveau provincial de l'examen de la fonction publique. Yan Shu, le premier ministre d'alors, fut impressionné par les excellentes réponses de Liu Shu sur les classiques, et l'invita à donner des conférences au collège royal. Yan Shu emmena même un groupe de fonctionnaires du gouvernement avec lui pour assister aux conférences de Liu Shu. La connaissance et les compréhensions profondes de Liu Shu sur les classiques, aussi bien que son excellent caractère, fascinaient tellement qu'il inspira une tendance de l'étude des classiques.

    Lorsque Liu Shu apprit que Song Cidao, un disciple et fonctionnaire du gouvernement dans la préfecture de Hao, avait une grande collection de livres, il parcourut plusieurs centaines de kilomètres juste pour emprunter des livres. Song Cidao invita Liu Shu dans sa maison et l'accueillit avec une fête. Mais Liu Shu dit : " Vous, entre tous, devriez savoir que je ne suis pas venu ici pour la nourriture ou la boisson. Puis-je vous demander d'enlever tous les plats ? Je suis venu pour chercher la connaissance dans votre excellente collection de livres."

    Après que Song Cidao ait emmené Liu Shu dans sa bibliothèque privée, Liu commença à lire et transcrire des livres jour et nuit pendant plus de deux semaines, jusqu'à ce qu'il ait étudié et transcrit tous les livres qui l'intéressaient. Song Cidao soupira : "Il est admirable que vous ayez pu supporter une telle difficulté". Liu Shu sourit : "Quelle difficulté ? Plus je lis, plus mes pensées deviennent claires. C'est une joie infinie de lire !"

    Liu Shu était un fonctionnaire de gouvernement honnête et très indulgent. Il disait la vérité à tout moment. Il préconisait de suivre la voie des deux rois sages, Yao et Shun, et gouvernait sa population avec bonté. Comme il s'inquiétait de leurs besoins et écoutait ce qu'ils avaient à dire, ils l'admiraient et l'aimaient. Il avait envers lui-même de strictes exigences. Excepté un court temps de sommeil, Liu Shu passait toute son temps disponible à étudier et faire des choses significatives. Quoiqu'il se passât autour de lui, Liu Shu s'assurait d'étudier chaque jour. Il écrivit un jour un livre dans lequel il énuméra 20 erreurs qu'il avait faites et 18 choses qu'il aurait pu mieux faire. Mais il regarda en lui-même à temps pour réparer ses erreurs. L'honnêteté et le courage que Liu Shu manifestait étaient vraiment louables.

    Depuis les temps anciens, tous ceux qui ont nourri de nobles ambitions nobles ont chéri le temps. Il y a un ancien dicton : «Un sage n'accordera pas de valeur à une pièce de jade d'un pied de long, mais il appréciera la moindre petite parcelle de temps». Tao Yuanming, un poète célèbre dans la Dynastie Jin a dit un jour : «La jeunesse ne reviendra pas, aussi sûr que le matin d'un jour ne reviendra pas le même jour. Je vous conseille de chérir le temps, parce que le temps ne vous attendra pas." Leur excellente cultivation des valeurs morales et d'un caractère élevé nous ont donné une grande leçon à apprendre.

    Tiré de ClearHarmony: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200802/37568.html

  • Le maire remercie Shen Yun Performing Arts : « C’était merveilleux ! »

    Le maire de Seminole, Jimmy Johnson, a vu Shen Yun Performing Arts au théâtre de Mahaffey au centre Progress Energy la soirée du vendredi et, après avoir vu le spectacle pour la première fois, il n'a eu rien que des éloges pour la compagnie basée à New York.

    « Le spectacle était absolument fabuleux, c'était splendide, » a dit le maire. « C’est probablement le meilleur spectacle que j’ai vu. Je reviendrai le revoir demain. »

    Maire et Shen Yun.jpg

    Le maire Johnson a remercié les présentateurs d'apporter Shen Yun à la région de St Petersbourg

    Il a remercié les présentateurs d'apporter Shen Yun à la région de St Petersbourg et a dit qu'il avait aimé que Shen Yun vienne ici. « Je vous en prie, revenez n'importe quand. Quel grand, grand spectacle ! »

    Il a été profondément ému par les artistes de Shen Yun. « C’était absolument fabuleux de voir à quel point ils peuvent se déplacer, à quel point ils étaient coordonnés, et comme c'est coloré. Et l’énergie -- l’énergie était si haute. Je ne sais pas si vous pouvez avoir plus haut que ceci. Quel grand spectacle, » a-t-il dit.

    Le maire Johnson espère qu'un jour, la Chine pourra réanimer son héritage unique et retourner à ce qu'il était par le passé. « Ce serait merveilleux si cela se produisait et nous espérons vraiment que cela se produise, et nous souhaitons le bien à chacun. »

    Il a commenté sur l'importance de la tradition et les avantages qu'elle apporte en disant : « La tradition est que notre peuple se renseigne sur la culture chinoise et c'est vraiment, vraiment important, particulièrement pour les jeunes, et c’était bien de voir tant de jeunes ici ce soir, et nous pensons que l'échange des cultures est merveilleux et nous espérons qu'elle continue. »

    Le maire aimerait que Shen Yun donne une représentation dans sa ville, disant : « Je voudrais… nous sommes une petite ville d'environ 20 000 habitants, mais ils viendraient voir ceci en une minute. »

    En entendant que Shen Yun avait dû annuler ses sept représentations à guichet fermé de Hong Kong, en raison du refus de dernière minute des visas d'entrée à plusieurs personnes principales de la production de Shen Yun par les autorités de Hong Kong, le maire Johnson a dit : « J’espére qu’ils reconsidéreront [leur décision] et regarderont les valeurs intrinsèques qui est dans cet acte. Ainsi, mon espoir est qu'ils réussiront et accorderont également les visas. »

    « Je pense que c’est malheureux qu’ils ne puissent pas partager la beauté de ce spectacle, et une fois de plus, j'implore le gouvernement chinois d’accorder les visas, de permettre au peuple d'apprécier…ce merveilleux spectacle. »

    Source The Epoch Times : http://www.theepochtimes.com/n2/content/view/28836/


  • Histoires de l'histoire chinoise: Lao Tseu, Confucius, Sakyamuni

    Durant les plus de deux mille cinq cent ans qui ont passé depuis l’ère du Printemps et de l’Automne, excepté l’Ecole de Bouddha, rien n’a plus profondément influencé la culture chinoise que le Confucianisme, et l’Ecole du Tao. Ainsi, les fondateurs des trois écoles, Sakyamuni, Confucius, et Lao Tseu, ont été longtemps respectés et vénérés par des générations successives.

    Il est intéressant de constater que les dates de naissance de ces trois personnes s'échelonnent dans un créneau de moins de vingt ans. D’une perspective historique, ils appartiennent à la même ère. Lao Tseu est né le 15 février en 571 avant J.C, à Qu Ren Li, comté Ku, pays de Chu ( actuellement comté Luyi, province de Henan). Cinq ans plus tard, le 8 avril 566 avant J.C, Sakyamuni est né au Népal actuel. 15 ans plus tard, Confucius est né à Qufu, province de Shandong, le 27 août en 551 avant J.C.

    Trois saints sont venus au monde au cours de la même ère. Est-ce une coïncidence historique ou un arrangement des divinités ?

    Lao Tseu

    Le nom de famille de Lao Tseu était Li, son prénom Er, et son nom courant était Bo Yang. ‘’Lao Tseu ‘’ est comment les gens s’adressaient respectueusement à lui. ‘’Lao’’ signifie grand age et grande vertu et ‘’Zi’’ était, dans les temps anciens, un titre élogieux pour un homme. Selon la légende, son expression et ses dons naturels étaient extraordinaires. Il était familier des anecdotes historiques et compétent dans l’observation du cérémonial. Il était ‘’Shou Cang Shi Shi’’ (conservateur en chef de la Bibliothèque Nationale de Muséum d’Histoire) et Zhu Xia Shi ( historien impérial). Lao Tseu vécut à Luo Yang, capitale de Zhou, pendant un long moment et fut témoin du déclin de la dynastie Zhou. En 520 avant J.C, Lao Tseu fut impliqué dans une lutte interne pour le pouvoir entre les fonctionnaires de la cour de l’Empereur, et démis de son poste. Lao Tseu fut profondément perturbé par la malfaisance du monde humain et quitta le monde séculaire. Il voyagea dans de nombreux endroits du pays sans laisser les gens savoir qui il était.

    En septembre de 478 avant J.C, Lao Tseu âgé de 93 ans se rendit vers l’ouest dans le pays de Qin. Lorsqu’il fut sur le point de traverser la Passe Han Gu, le gardien chef, Yin Xi, avait appris par un diseur de bonne aventure qu’un immortel allait passer, et avait ainsi ordonné que 40 li de la route soient nettoyés et prêts à accueillir cette personne. Comme prévu, Lao Tseu vint. Yin Xi lui dit : ‘’Maître, vous allez vivre en réclusion et nous ne pourrons plus entendre vos enseignements. S’il vous plait, veuillez écrire un livre pour enseigner aux générations futures.’’ Lao Tseu n’avait jamais enseigné quoi que ce soit dans l’Empire du Milieu et savait que Yin Xi était prédestiné à obtenir le Tao, ainsi, il resta pendant une courte période de temps et écrivit le célèbre Tao De Jing. Après cela, Lao Tseu se rendit à l’ouest de la Passe Han Gu et traversa le ‘’sable flottant’’ ( en référence au désert de la province de Xinjiang). Personne ne sut où il se rendit finalement.

    Une fois, Confucius visita la capitale de Zhou et apprit le système des observations cérémonielles de Lao Tseu. Un jour aux alentours de 500 avant J.C, Confucius mena une vieille charrette tirée par une vache vers Luo Yang, capitale de Zhou. Le but de son voyage était d’observer les systèmes des anciens empereurs, étudier la source de la musique de cérémonie, et apprendre les règles de la moralité. Donc, il rendit visite à Lao Tseu, qui était responsable de la bibliothèque impériale et familier du système cérémonial. Après avoir effectué sa tournée, Confucius prononça une phrase transmise par la suite pendant de nombreuses générations: ‘’ Dans une abondance de théories, je suivrai l’Etat de Zhou.’’ Le système de l’observation des cérémonies de Zhou avait été établi en prenant ceux de Xia et de Shang comme références. La promotion des systèmes de Zhou par Confucius est une indication qu’il avait en effet appris de grandes choses au cours de son voyage.

    Lors de la visite, Lao Tseu demanda à Confucius quel livre il lisait. Confucius répondit qu’il lisait Zhou Yi ( Le Livre des Changements) puisque tous les saints avaient lu le livre. Lao Tseu répondit : ‘’ C’est d’accord pour les saints de le lire, mais pourquoi voulez vous le lire ? Quelle est l’essence de ce livre ?’’ Confucius répondit : ‘’Son essence est de promouvoir la bienveillance et la justice.’’ Alors Lao Tseu rétorqua : ‘’ Les soi-disant bienveillance et justice sont des choses qui trompent le cœur des gens, comme ces moustiques piquant les gens la nuit et les empêchant de dormir. Ils ne peuvent que tromper et troubler les gens. Regardez, une grande plume de cygne reste naturellement blanche comme neige sans avoir besoin de la laver tous les jours, et un corbeau est naturellement noir comme la suie et il n’est pas nécessaire de le teindre avec de l’encre. Le ciel est naturellement haut, la terre est naturellement profonde, le soleil et la lune sont naturellement brillants, les étoiles sont naturellement alignées d’une certaine façon, et les arbres et l’herbe sont naturellement différents les uns des autres. Si vous voulez cultiver le Tao, vous devez juste suivre la loi naturelle existante, et vous obtiendrez alors naturellement le Tao. Quelle est l’utilité de promouvoir ces choses telles que la bienveillance et la justice ? N’est-ce pas aussi ridicule que de chercher un mouton perdu en frappant sur un tambour ?

    Lao Tseu demanda encore à Confucius: ‘’ Pensez-vous avoir obtenu le Tao?’’ Confucius répondit : ‘’ Je l’ai cherché pendant 27 ans, mais je ne l’ai pas encore obtenu.’’ Lao Tseu dit : ‘’ Si le Tao était quelque chose qu'on puisse utiliser pour l'offrir à autrui , les gens s'efforceraient de le présenter aux empereurs. Si le Tao pouvait être donné aux autres, les gens le donneraient à leurs parents. Si le Tao pouvait être clairement exprimé, les gens le diraient à leurs frères. Si le Tao pouvait être transmis , les gens lutteraient pour le transmettre à leurs enfants. Cependant tout ceci est impossible. La raison est très simple, et elle est que si une personne n’a pas une compréhension correcte du Tao dans son cœur, le Tao ne viendra jamais dans son cœur.’’

    Confucius dit: ‘’ J’ai étudié les six classiques anciens, et tenté de comprendre les façons dont nos ancêtres ont gouverné le pays. Je comprends le chemin du succès des bons empereurs comme Zhou Gong et Zhao Gong. J’ai rendu visite à plus de 70 ducs de différents états combattants ; cependant, aucun d’entre eux n’a voulu accepter mes idées. Il semble que les gens sont réellement difficiles à persuader !’’ Lao Tseu dit : ‘’ Les six classiques que vous avez mentionnés sont tous de vieux trucs des anciennes dynasties. Quelle est l’utilité de les mentionner ? Ce que vous cultivez maintenant est quelque chose de vieux, aussi.’’

    Après avoir appris le système des cérémonies de Zhou, Confucius était déterminé à revenir dans le pays de Lu et promouvoir sincèrement le rétablissement du système de Zhou, mais Lao Tseu émit quelques réserves à ce sujet. Pour lui, bien qu’un système de cérémonie soit nécessaire, rétablir totalement le système de Zhou était impossible. La période et le monde ayant changé, certaines parties des systèmes de Zhou n’étaient plus appropriées. Donc, Lao Tseu dit à Confucius : ‘’ Comme pour ceux que vous avez mentionnés, leurs corps sont pourris, seuls leurs mots sont restés. En plus, un homme voudrait entrer au service du gouvernement quand l’environnement politique est convenable et se résoudre à vivre comme une mauvaise herbe lorsqu'il ne l'est plus. J’ai entendu dire que les personnes qui sont bons hommes d’affaires cachent leurs richesses aux autres. Un homme de haute vertu passe souvent pour une personne stupide qui n’a aucune force intérieure. Vous devriez vous débarrasser de votre fierté et de votre désir, abandonner l’attitude et l’air et abandonner ces ambitions pour lesquelles vous vous passionnez, parce que ces choses ne sont pas bonnes du tout pour vous. C’est tout ce que je voulais vous dire.’’

    Confucius ne savait que répondre, mais n’abandonna pas ses ambitions: ‘’ Un grand homme fera ce qu’il sait être difficile.’’ Après avoir achevé ses visites dans les autres endroits, Confucius dit au revoir à Lao Tseu et quitta Luo Yang, capitale de Zhou, se sentant un peu excité mais cependant quelque peu perdu. Il était enthousiaste d’avoir appris le système cérémonial mais déçu de l’avis de Lao Tseu. Derrière lui une tablette de pierre fut érigée sur laquelle on lisait : ‘’Confucius a visité Zhou pour y apprendre le système d’observance des cérémonies.’’

    Aprés etre revenu de sa visite à Lao Tseu, Confucius ne parla pas pendant trois jours. Zi Gong, un de ses étudiants, pensa que c’était étrange et demanda à son professeur ce qui s’était passé. Confucius répondit : ‘’ Je sais que les oiseaux peuvent voler, je sais que les poissons peuvent nager, et je sais que les bêtes peuvent courir. Pour ceux qui courent, je peux les attraper avec un filet, pour ceux qui nagent, je peux les attraper avec une ligne; pour ceux qui peuvent voler, je peux les attraper avec des flèches. Quant aux dragons, je ne sais pas comment ils se déplacent sur le vent et les nuages pour se rendre au ciel. J’ai rencontré Lao Tseu aujourd’hui, et il est exactement comme un dragon et trop profond pour être compréhensible !’’

    Ceci est exactement la différence entre un être éveillé qui peut sauver les etres sensibles et un philosophe dans le monde humain. Le dicton : ‘’ Il y a peu de terrain d'entente commun entre personnes de différents principes’’ se réfère à cette différence. Le Tao de Lao Tseu, mystérieux et difficile à comprendre, est l’enseignement des divinités, alors que les mots de Confucius sont juste des théories humaines et des standards moraux pour définir le comportement humain.

    A suivre...

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200710/35928.html

  • Le rôle des couleurs dans la tradition chinoise

    yc7lkwkh.jpgORIGINE DU MOT COULEUR : YAN SE

    Dans la langue moderne chinoise couleur se dit « Yan Se » mais dans l’ancienne chine ce mot signifiait « expression faciale ». « Yan » désigne l’emplacement entre les deux sourcils et « Se » veut dire qi (énergie). Dans le commentaire du célèbre érudit Duan Yu Cai il est dit : « La honte, le regret, la joie et les inquiétudes sont appelés Yan Se : parce que le cœur d’une personne atteint le qi qui atteint les sourcils ». C’est seulement sous la Dynastie Tang que « Yan Se » a pris la signification de couleurs.


    LES COULEURS ET LA THEORIE DES CINQ ELEMENTS

    Il y a environ cinq mille ans avant J.C, pendant la période de Huang Di (l’Empereur Jaune), la population vénérait une seule couleur. Apres Huang Di, les empereurs ont choisi des couleurs comme symboles en fonction de la théorie des cinq éléments.

    Les cinq éléments sont l’eau, le feu, le bois, le métal et la terre ce qui correspond respectivement aux couleurs noir, rouge, bleu-vert, blanc et jaune. Pour Les anciens Chinois les cinq éléments étaient la source de toute chose dans la nature.

    Comme les cinq éléments sont la source de toute chose, les couleurs viennent aussi de ces cinq éléments. Basé sur la théorie que « les couleurs sont là naturellement et les couleurs noire et blanche ont été les premières à apparaître », les gens ont graduellement établit une relation entre les couleurs et le principe des cinq éléments, ce qui guide le mouvement naturel des cieux et du Dao céleste. Les gens choisissent aussi leurs vêtements, leur nourriture, leur moyen de transport et leur logement en fonction des changements naturels des saisons, ce qui intègre aussi la théorie des cinq éléments.


    LES COULEURS STANDARDS

    Dans le système traditionnel chinois les cinq couleurs, noir, rouge, bleu verdâtre, blanc et jaune sont considérées comme des couleurs standards.

    Dans le livre de Yi King (le livre des Changements), la couleur noire était considérée comme la couleur des cieux. L’expression « Les cieux et la terre d’un noir mystérieux » était ancrée dans la croyance des anciens pour qui le ciel du nord était d’une couleur noire mystérieuse. Ils croyaient que Tian Di (l’empereur des cieux) se trouvait dans l’étoile du Nord. En conséquence le noir était considéré dans l’ancienne Chine comme le roi des couleurs. Dans le diagramme du Taji de l’ancienne Chine, les couleurs noire et blanche sont utilisées pour représenter l’unité du Yin et du Yang.

    Dans la théorie des « cinq éléments », le blanc correspond à l'or, ce qui montre que les chinois de l’ancien temps estimaient que la couleur blanche symbolise la clarté ce qui la classifie au rang de couleur représentant la nature de la pureté, de l'éclat et la plénitude.

    La couleur jaune est la couleur du centre, symbolisant la couleur de la terre. En Chine il y a une expression: « Le jaune génère le Yin et le Yang » estimant que le jaune est Le centre de toutes les couleurs. Le jaune est la couleur orthodoxe positionnée dans le centre et c’est la couleur de la neutralité. Il est placé au dessus du marron et considéré comme la couleur la plus belle.

    La couleur bleu-vert symbolise le printemps quand tout est rempli de vigueur et de vitalité.

    Pendant la période pré-Qin, la symbolique des couleurs de l’ancienne Chine a commencé a montré une tendance à la diversification. Afin de soutenir le cérémonial de la Dynastie Zhou, Confucius a défini la couleur jaune, bleu vert, le blanc, le rouge et le noir comme des couleurs standards et supérieures. Il a relié les cinq couleurs à la bienveillance, la vertu et la gentillesse et les a incorporées dans les cérémonies officielles.
    La couleur rouge symbolise la chance et la joie pour les Chinois. Pendant la Dynastie Zhou la couleur rouge était vénérée.

    Lao Zi, d’un autre côté, disait que les « cinq couleurs rendaient les gens aveugles » au point que l’école de Dao a choisi comme symbole la couleur noire.

    Tiré de :

    Tiré de : http://www.sondelespoir.org/makeArticle.asp?catID=640&id=135556

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu