Avertir le modérateur

chinois - Page 5

  • Une brillante poétesse arrêtée après neuf ans en prison

    poétesse,chine,prison,persécution,poésie,falun gong,artiste,chinois,poète,arrestation

    (Photo de Fu Ying avant son emprisonnement)

    Mme Fu Ying, pratiquante de Falun Gong et brillante poétesse de la province du Liaoning, a récemment été illégalement arrêtée par la police dans la ville de Shenyang. Cette arrestation arrive juste deux ans après ses neuf ans d’incarcération dans la Prison pour femmes du Liaoning. Le crime de Mme Fu Ying ? Sa foi determinée dans les principes du Falun Gong.Toute la famille de Mme Fu a été impitoyablement persécutée ces 14 dernières années pour leurs paisibles convictions.


    Arrêtée de nouveaux deux ans après sa libération de prison

    Un groupe d’agents ont fouillé l’appartement de Mme Fu Ying dans le district Huanggu et l’ont arrêtée vers 13h le 30 août 2013. Ils ont également confisqué son ordinateur et celui de sa nièce, ainsi que d’autres effets personnels. Des agents des Divisions de sécurité intérieure de Shenyang et de Huanggu et le Commissariat de police de Liaohe étaient impliqués dans l’arrestation.


    À 23h 30 le même soir, l’agent Yin du Poste de police de Liaohe a appelé la famille de Mme Fu Ying pour les informer de sa " détention criminelle ". le lendemain matin, la police a transféré Mme Fu au Centre de détention N.° 1 de Shenyang.


    Impitoyablement persécutée

    Mme Fu Ying, 45 ans, est une poétesse remarquablement douée. Ses précédents employeurs incluent la Xiaoqing Media Corporation de Beijing, la Station de Télévision de Beijing, La Société de Propane de la ville d’Anshan, et le magazine “Cross-Century Talented People” (Gens de talent à travers les siècles). Elle a co-écrit un recueil de poèmes avec d’autres écrivains.


    Mme Fu Yin a commencé à pratiquer Falun Dafa en 1998, et a bénéficié physiquement et mentalement de la pratique. Cependant, depuis que le régime communiste chinois a lancé une persécution brutale du Falun Gong en 1999, elle a été soumise à de grandes souffrances pour sa foi paisible. Peu après que la persécution ait commencé, Mme Fu Ying a été détenue 15 jours par l'antenne de police de Lishan dans la ville d'Anshan pour avoir fait appel au gouvernement pour son droit de pratiquer le Falun Gong. Durant sa détention la Société de Propane de la Ville d'Ashan a mis fin à son contrat.


    En 2000, elle a été arrêtée à Tiananmen Square, détenue pendant 15 jours par l'Antenne de police du district Tiedang de la ville d'Anshan, et condamné à une amende de 5,000 yuans.


    En juillet 2001, la police de l'antenne de police de Chaoyang de Pékin a enlevé Mme Fu Yin, alors âgée de 34 ans à sa résidence près du Village Olympique de Pékin. Mme Fu Ying a été condamnée à neuf ans de prison par la Cour intermédiaire de Pékin. En avril 2003, elle a été envoyée à la Prison des femmes du Liaoning. Les neuf ans d'emprisonnement ont été si dévastateurs que ses cheveux sont devenus blancs et que son visage est devenu défiguré. Elle a été relâchée le 10 juillet 2010. Elle a écrit de nombreux poèmes en prison, mais les autorités ne l'ont pas laissée les emmener chez elle.


    Après sa libération, Mme Fu Ying s'est occupée de sa mère âgée et de sa jeune nièce, sa soeur Mme Fu Yan (la maman) ayant aussi été emprisonnée pour sa pratique du Falun Gong.En août 2012, la nièce est allée dans un collège professionnel à Shenyang. Mme Fu Ying l'y a accompagnée et a trouvé un emploi à temps partiel pour la soutenir. Durant son séjour à Shenyang, elle a été arrêtée de nouveau.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201309/114481.html

  • Chine: des témoignages de la Révolution Culturelle commencent à apparaître

    Révolution culturelle, Chine, Mao, manipuler, foule, prolétariat, propagande, lutte des classes, endoctrinement, intellectuel, chinois, jeunesse, garde rouge

    Ces images de propagande d'un peuple acclamant Mao étaient omniprésentes en Chine pendant la Révolution Culturelle pour endoctriner la jeunesse à renverser tous ceux qui critiquaient le régime.

    Aujourdh'ui dans Le Parisien

    "En 1970, Zhang Hongbing, adolescent chinois radicalisé par la Révolution culturelle, avait dénoncé sa mère aux autorités. Quatre décennies après l'exécution de celle-ci, il a raconté publiquement cet épisode douloureux et exprimé son remords.
    Outre la sienne, une poignée de confessions d'acteurs de la Révolution culturelle ont récemment brisé le relatif silence qui entoure en Chine les atrocités de cette décennie de chaos (1966-1976) de l'histoire nationale.

     "Tout le monde était entraîné par le mouvement, et vous ne pouviez pas y échapper même si vous le vouliez. Toute forme de gentillesse ou de beauté en moi était complètement et irrémédiablement +formatée+", a expliqué Zhang Hongbing au quotidien Beijing News, dans un entretien publié le 7 août.

    Zhang avait accusé sa mère d'avoir critiqué Mao; des militaires étaient alors venus la chercher à son domicile et l'avaient emmenée après l'avoir brutalisée. Elle avait été exécutée deux mois plus tard.
    Plusieurs années après la fin de la Révolution culturelle, un tribunal de la province de l'Anhui (centre-est), où se sont déroulés les faits, a désavoué cette condamnation, et Zhang a commencé à reconsidérer son geste.
    "Je ne me le pardonnerai jamais", confie-t-il aujourd'hui.
    Lancée par , alors contesté à la du régime, la "grande Révolution culturelle prolétarienne" avait permis au Grand Timonier d'éliminer toute forme d'opposition et de conforter son pouvoir personnel.
    Dans un climat d'anarchie débouchant sur des violences généralisées, la jeunesse avait été mobilisée au sein d'unités de Gardes rouges invitées à réprimer toute inclinaison à l'embourgeoisement, traînant voisins, parents et intellectuels à des "séances d'autocritique" et vandalisant leurs domiciles.
    Beaucoup des personnes ciblées furent emprisonnées, tuées, ou conduites au , et si aucun chiffre officiel n'a été publié, un historien occidental évoque 500.000 morts pour la seule année de 1967.
    D'autres témoignages sont apparus ces derniers mois, souvent de la part d'adolescents de l'époque devenus sexagénaires.
    Wen Qingfu, de la province du Hunan (centre), a raconté en juin dernier avoir, sur ordre, dévasté la maison d'un professeur, dont le fils était pourtant l'un de ses compagnons de jeu.
    "Quand les gens vieillissent, ils regardent en arrière et réfléchissent (...) Si je n'avais pas présenté mes excuses maintenant, il aurait été trop tard", a-t-il déclaré à un journal local.
    Dans une lettre ouverte, la fille de sa victime lui a accordé un pardon au nom de sa mère à la santé précaire: "Vous pouvez cesser de culpabiliser", a-t-elle écrit. "

    Lire la suite sur: http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/chine-resurgence-de-temoignages-sur-la-revolution-culturelle-12-08-2013-3047439.php

  • Vaincre la peur: l'histoire de Gao Zhisheng

    gao zhisheng,avocat,chinois,chine,film,histoire,transcending fear,droits humains,défenseur,international,justice

    Affiche de "Transcending Fear: the story of Gao Zhisheng" (Vaincre la peur: l'histoire de Gao Zhisheng) le nouveau film sur l'avocat chinois emprisonné et torturé depuis 2006.

    Gao Zisheng est l'un des plus éminents et respectés avocats défenseurs des droits humains en Chine. Il a notamment défendu des cas très risqués en Chine: militants des droits humains, pratiquants de Falun Gong, condamnés à mort...

    Depuis 2005, son activisme lui a valu de nombreuses arrestations et tortures. Il est aujourd'hui toujours emprisonné, après avoir été victime de disparition forcée pendant 14 mois.

    Trailer du film:

    Plus d'informations sur: http://transcendingfearfilm.com/

  • Reportage sur une exposition d'artistes chinois persécutés (en Français)

    L’exposition internationale l’Art de Zhen, Shan, Ren (Authenticité, Compassion, Tolérance) est une exposition extraordinairement émouvante, intime et inspirée qui détaille à la fois la vie spirituelle intérieure et une tragédie qui touche les droits de l’homme. Des peintures à l’huile réalistes et des aquarelles chinoises réalisées par des artistes dont la plupart sont chinois donnent un aperçu unique de la discipline spirituelle du Falun Gong, connue aussi sous le nom de Falun Dafa.

    Le Falun Gong, une forme d’exercices méditatifs originaires de Chine, est basé sur les principes d’Authenticité, Compassion et Tolérance. Une partie de l’exposition est dédiée à montrer comment la pratique du Falun Gong a changé les vies des gens, les encourageant à retourner vers les valeurs traditionnelles chinoises.

    Le 20 juillet 1999, le Falun Gong a été banni de Chine, et depuis cette date, il y a 11 ans, des milliers de pratiquants ont été torturés dans un effort pour les « transformer ». Une partie de l’exposition évoque les épreuves terrifiantes que les personnes – dont les artistes eux-mêmes – ont traversées.

    Plus d'information sur: http://fr.falunart.org/

    Tiré de: http://www.ntdtv.com/xtr/gb/2013/08/11/a947542.html

  • Proverbe chinois sur la maîtrise de soi

    proverbe,chinois,bouddha,bouddhisme,maîtrise,soi,philosophie,vie,sagesse,citation,sens,univers,signification

    Celui qui est maître de lui même est plus grand que celui qui est maître du monde

    - Bouddha -

  • Le Parti lance la répression contre un groupe de citoyens

    parti, chine, répression, communiste, citoyen, activitiste, chinois, juristes, économistes, mouvement,Xi Jinping

    Xu Zhiyong, récemment arrêté en chine pour son activisme.

    Alors que Xi Jinping prononce des discours au sein du Parti sur la nécessité d’éradiquer et de sévir contre la corruption, et institue de nouvelles règles, tel qu’un délai de cinq ans pour la construction de nouveaux bâtiments officiels, il aura envoyé un signal clair sur le fait qu’un autre aspect de la politique du Parti n’est pas prêt de changer: la violence de la police envers les militants.

    Appelant à un gouvernement démocratique qui favorise «la liberté, la justice et l’amour», le Nouveau mouvement des citoyens fait écho à la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis: de par sa conviction reposant sur le fait que le devoir d’un gouvernement est de protéger les droits de l’homme et de servir les intérêts du peuple.

    Dans un message sur un blog en mai, Xu Zhiyong, un militant des droits de l’homme réputé, avec d’autres personnes, être à l’origine de ce mouvement, a écrit: «La Chine a besoin d’un mouvement pour se sortir de tous ses problèmes sociaux: corruption, abus de pouvoir, et l’écart de richesse, pour n’en nommer que quelques-uns».

    Pour l’instant le régime a réagi en arrêtant dès le 26 juillet, au moins 15 militants, en plaçant Xu en résidence surveillée en avril et en détention le 16 juillet. Xu a été inculpé pour avoir «ameuté la foule et troubler l’ordre dans un lieu public», et parqué dans une pièce avec onze suspects pour vol.

    «Arrêter Xu est une violation flagrante de la liberté d’expression», a déclaré le militant des droits de l’homme Hu Jia, vivant à Pékin, lors d’une interview pour Epoch Times.

    «Les autorités pensent que le Mouvement des citoyens aura un impact énorme sur la société, ils harcèlent donc et terrifient les membres dans l’espoir d’entraver cette action», a-t-il déclaré. «Tout le monde devrait prendre la parole pour soutenir ces activistes, parce que la protection de leurs droits c’est la protection de vos propres droits.»

    À partir du 23 juillet des chercheurs chinois bien connus, des juristes, des économistes et des hommes d’affaires ont établi une lettre publique appelant à la libération de Xu et d’autres membres du Mouvement des nouveaux citoyens, réunissant 446 signatures.

    Le Mouvement des nouveaux citoyens se place d’un côté du fossé qui divise les militants dans leurs opinions concernant le Parti communiste chinois et les meilleurs moyens de traiter avec lui, avec notamment un point de vue qui considère que le régime est encore en mesure de réparer de nombreux problèmes. De l’autre côté, des protestataires comme Ai Weiwei ont perdu leurs illusions envers le Parti. Ai se moque de certains des militants les plus optimistes dans sa chanson mêlée de grossièretés intitulée «Idiot» diffusée en mai, avec un clip le montrant en prison, surveillé par la police jusque dans les toilettes.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/8/1/n3508636.htm

  • Comment un homme d’affaire sud-coréen a perdu plus de 5.20 millions d’euros en investissant en Chine

    homme d'affaire,coréen,chine,investissement,technologie chinoise,marché,inventeur,chinois,corruption

    Séoul – Après des années consacrer à développer des projets rentables en Chine et avoir perdu plus de 7 milliards de wons (5.20 millions d’euros), Kim Kwang-Nam, l’entrepreneur et l’inventeur coréen de l’aspirateur WELVA laisse tomber et a déclaré son retrait du marché chinois.

    «Le marché chinois a un potentiel énorme, mais les institutions sociales et la moralité des gens m’ont découragé», a avoué Kim à Epoch Times.

    L’ancien président de l’Association des fabricants de la ville coréenne de Bucheon a déclaré que son expérience en Chine l’a accoutumé aux conditions difficiles auxquelles font face aujourd’hui en Chine, la plupart des petites et moyennes entreprises coréennes.

    En effet, Kim a passé plusieurs années en Chine en investissant son temps et son argent dans l’invention de nouveaux produits. Cependant, chaque fois qu’il était prêt à introduire  ses produits sur le marché, il était toujours surpris par les obstacles bureaucratiques qu’il rencontrait.

    «Par exemple, cela prend normalement 40 jours pour recevoir l’approbation du brevet et la permission de fabriquer un nouvel article, mais en Chine le même processus prend au minimum huit mois», a-t-il expliqué.

    En dehors de ces retards coûteux, Kim a également parlé de problèmes de confiance avec de nombreux hommes d’affaires chinois.

    «Dernièrement, certains clients de la ville de Zhengzhou souhaitaient faire des affaires avec moi: ils ont souhaité que je me rende à Zhengzhou pour les rencontrer. Quand je suis arrivé, ils m’ont demandé de les inviter à déjeuner. En arrivant au restaurant, une trentaine de personnes m’attendaient. Puis, après avoir commencé à manger, ils ont commencé à me demander de leur offrir du vin et des boissons. À ce moment là, je les ai traités d’escrocs et j’ai tout de suite réservé un vol pour retourner en Corée. Comment puis – je avoir confiance et faire des affaires avec ces gens?»

    Il a subi son premier échec quand il a essayé de vendre sa machine de soins médicaux dans les villes de Shanghai, Qingdao, Daqing, Harbin et Qiqihar. Cette machine qu’il a inventée, utilise l’électricité pour enlever les plaques dans les vaisseaux sanguins.

    «J’offrais des consultations médicales et des traitements gratuits, chaque traitement sur la machine durait une heure. Certains clients âgés qui pouvaient à peine marcher au début des traitements, étaient capables de marcher normalement deux semaines plus tard», a continué Kim

    «J’offrais à chaque clients trois mois de traitement gratuit et beaucoup d’entre eux ont été guéris. En Corée, la plupart des gens auraient acheté les machines après avoir expérimenté personnellement leurs bienfaits. Mais en Chine, même après avoir consacré une année en traitements gratuits, personne n’a souhaité en acquérir», a-t-il précisé.

    «J’ai subi un deuxième échec il y a cinq ans. J’ai inventé un aspirateur intelligent et j’ai confié la production à une usine à Yongkang, dans la province du Zhejiang. Cet aspirateur était très populaire, environ 1.400 pièces se vendaient chaque jour en Corée du sud, et également beaucoup se vendaient en Chine. Mais l’usine chinoise a commencé à me créer des problèmes en essayant de se débarrasser de moi et de vendre l’aspirateur à son profit. Par exemple, lorsque que je commandais 1.000 pièces à l’usine, il ne m’en livrait que 900, en disant que le coût de production avait augmenté. Leur but était que je me retire de l’affaire.»

    «Un jour, un constructeur automobile de Changchun m’a fait une commande et a même versé un acompte. Cependant, dès qu’il a appris qui était le fabriquant, il a contacté directement l’usine pour passer commande et me demandant alors de rembourser l’acompte.»

    «En voyant le manque de crédibilité de ces personnes, j’ai finalement décidé de me retirer du marché chinois.» Cependant il lui était impossible de reprendre la totalité du capital et de la technologie qu’il avait investi en Chine. «À cette époque, j’étais sur le point de conclure une affaire pour fabriquer 20.000 aspirateurs pour la compagnie Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) en Corée du Sud, mais à cause de ces même raisons, l’affaire a dû être annulée», a avoué Kim.

    «La technologie chinoise pour la fabrication de grues lourdes est loin derrière celle de la Corée du Sud. Il y a quelques années, un fabricant coréen de grue a essayé d’entrer sur le marché chinois et a confié sa technologie à plusieurs usines à Yantai dans la province du Shandong. Ces usines ont plus tard poussé  la compagnie coréenne hors du marché, ce qui la conduite à la faillite. Après que les usines chinoises aient obtenu la technologie de la compagnie coréenne, elles l’ont copiée pour reprendre le marché chinois. Bien que la compagnie coréenne vendait déjà ses grues à des prix très bas, elle ne pouvait pas rivaliser avec ses  concurrents chinois bénéficiant de l’aide des gouvernements locaux qui contrôlaient secrètement le marché.»

    «En fait, beaucoup de Chinois apprécient les produits coréens et essayent d’éviter les contrefaçons chinoises de ces produits, ce qui explique pourquoi de nombreux Chinois achètent des articles en Corée pour les ramener en Chine. Mais en dépit de cette situation, le risque pour une société sud-coréenne qui investit dans une usine en Chine est tout simplement trop élevé.»

    «Après avoir perdu la totalité de leurs économies en Chine, de nombreux investisseurs sud-coréens ont honte de retourner en Corée et choisissent de rester en Chine illégalement. Il y a beaucoup d’investisseurs coréens qui restent illégalement à Qingdao et Shenzhen. Si j’avais décidé de continuer et choisi de rester en Chine, j’aurais aussi fini par épuiser toutes mes économies», a conclu Kim.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/7/15/n3508613.htm

  • Caractères chinois : Papier (紙) Zhǐ

    apprendre, Chinois, caractère, signification, parler, langage, idéogramme

    La composition du caractère 紙 (zhǐ), qui signifie papier, suit le développement du “papier” dans l'ancienne Chine. Il y a environ 2000 ans, avant que Cai Lun n'ait amélioré la technique de la fabrication du papier et significativement diminué le coût de la production de papier, les gens écrivaient sur des feuilles de soie et d'autres matériaux comme le bambou. Le côté gauche du caractère est (sī), le radical de la soie, lequel indique la catégorie et un des matériaux originellement utilisé en Chine pour écrire dessus.

    Cai Lun utilisait des chiffons, du chanvre, des filets à poisson, et de l'écorce d'arbre pour obtenir une sorte de papier assez proche de celui que nous utilisons aujourd'hui. Le mélange de matériaux bon marché qu'il utiliait pour fabriquer le papier est également représenté dans la composition du caractère en partant du côté droit 氏 (zhī), qui signifie qualité ou niveau inférieur. Le côté droit du caractère indique également la prononciation.

    Le caractère 紙 est utilisé comme un nom. Il est combiné à d'autres caractères pour former des mots associés au papier, tels que 紙幣 (zhǐ bì), papier monnaie, et 白紙 (bái zhǐ), papier vierge, ou blanc.

    Il est également utilisé dans des expressions comme “一紙空文” (yī zhǐ kōng wén), signifiant une politique ou un loi n'existant que sur le papier (qui n'est pas mise en application ) et “洛陽紙貴” (Luò yáng -zhǐ guì), qui suggère la popularité d'un nouveau livre .

    Tiré de: fr.clearharmony.net/articles/201308/113868.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu