Avertir le modérateur

art - Page 3

  • Exposition d'art de Zhen-Shan-Ren à Périgueux – "Un immense encouragement à ne jamais désespérer"

    Périgueux, art, Zhen Shan Ren, exposition d'art, artistes chinois, Chine, culture

    L’exposition L’art de "Zhen-Shan-Ren "("Authenticité-Bienveillance-Tolérance") a déjà fait le tour du monde avec plus de 50 pays parcourus. En France, l’exposition tourne de ville en ville, après Caen en avril dernier, elle a été présentée à Périgueux au Théâtre de l’Odyssée du 21 au 25 mai 2013.

    L’exposition L’Art de Zhen-Shan-Ren est un ensemble d’œuvres réalisées par un groupe d’artistes en majorité chinois qui expriment leur sensibilité dans leur quête d’un art ouvert au divin. Cette exposition raconte l’histoire de la discipline spirituelle Falun Gong : de la beauté de cette pratique ancestrale à sa répression par le régime totalitaire depuis 1999. Une partie de l’exposition évoque les épreuves terrifiantes que les pratiquants du Falun Gong en Chine – dont les artistes eux-mêmes - ont traversées.

    Dany Lacoud, aquarelliste, qui est venue voir l’exposition a ressenti une puissante émotion face à la qualité du travail des artistes, mais aussi une douleur profonde en découvrant la persécution. " Je suis tout à fait dans l'émotion déjà par un très beau travail de peintures qui nous amène à une telle souffrance ! Humainement c'est insoutenable ! " a-t-elle déclaré. "En fait tout est caché parce que l’on ne sait rien de tout ça. On n’entend que le côté mercantile de la Chine, mais pas le reste. C'est vraiment douloureux. Je repars avec une douleur, avec un plexus complètement noué tellement c'est violent. C'est vraiment impensable que ça existe encore, on est vraiment en régression dans cette société" a expliqué Dany Lacoud. " À notre niveau, il faut que chacun fasse un petit travail autour de lui. Il faut que chacun œuvre pour arrêter ça" a-t-elle suggéré.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201306/113417.html

  • Les projectionnistes de films chinois, autrefois piliers de la propagande, en ont assez du Parti

    Chine, propagande, parti communiste, censure, art, cinéma, projectionniste

    Après une accumulation de frustrations dues à un manque de pensions et des résultats insatisfaisants concernant leurs pétitions, un certain nombre de projectionnistes de films, ayant travaillé durant des décennies pour aider à projeter des films de propagande du Parti, ont annoncé leur intention de renoncer à leur appartenance au PCC.

    Plus de 8.000 projectionnistes de films, dont beaucoup sont des membres du Parti, vivent dans les régions rurales de la province du Hunan, où Mao Zedong a mené ses activités révolutionnaires de guérilla avant de prendre la tête du Parti. Il y a une trentaine d’années, ces villageois voyageaient à travers les villes de la région pour mettre en place des projections de films pour la propagande communiste du Parti.

    «Nous avons tous travaillé pour le Parti communiste durant plus de trente ans, un dixième d’entre nous ne vivent plus», a déclaré un des projectionnistes à Epoch Times. «Ces gens ont consacré leur jeunesse au Parti communiste, cependant ils ne pouvaient pas mourir en paix. Beaucoup ont dit qu’ils allaient quitter le Parti».

    Il a ajouté qu’environ 5.000 parmi eux se sont rendus à une convention collective pour quitter publiquement le PCC, et aller à Pékin afin de demander réparation pour mauvais traitements.

    Les temps ayant changé, les projectionnistes ont été dépassés par la technologie qui a rendu leur travail obsolète. Obligés de retourner dans leurs villages, ils ont repris les emplois d’agriculteurs pauvres, appartenant à la génération de leurs parents, et n’ont reçu aucune subvention de l’État pour leurs années de service.

    Selon le site Chinese Human Rights Defenders, les projectionnistes ont sollicité des pensions à titre de compensation pour leur fidélité passée au Parti. 2.000 projectionnistes âgés ont fait une pétition adressée aux responsables locaux le 14 juin pour que soient appliquées les lois de protection de l’État.

    Mais la réception fut bien en-dessous des limites de la bienséance. «Aucun fonctionnaire n’est venu nous saluer», a déclaré à Epoch Times un représentant qui a souhaité garder l’anonymat. «Il faisait très chaud ce jour-là, plus de 40 pétitionnaires d’un certain âge ont dû être emmenés à l’hôpital pour y recevoir des soins... Les gens étaient furieux.»

    Au lieu de cela, la police a chassé les pétitionnaires et arrêté six représentants parmi les militants. Les six ont été libérés et renvoyés chez eux.

    Du fait de cette réponse de la part de la police suite aux pétitions, et en raison de la détention d’un autre militant local, les projectionnistes de films ont décidé de quitter le Parti communiste. Ces projectionnistes âgés ont décidé de se rendre à Pékin pour demander réparation.

    La chance pour que Pékin verse des pensions est faible, a déclaré Tan, le directeur du Bureau provincial des lettres et des appels, affirmant dans une interview d’une franchise inhabituelle que leurs problèmes ne seraient résolus que «si le Parti communiste n’était plus là».

    Les responsables locaux ont offert de verser aux projectionnistes une allocation mensuelle de 500 à 600 yuans (60.44 à 73.31 euros), mais ceux-ci se sont moqués de cette somme, précisant qu’ils auraient besoin d’au moins 1.000 yuans (123.30 euros) par mois, ce que les fonctionnaires ont refusé à leur tour.

    Selon les personnes au courant de l’affaire, les fonctionnaires du ministère de la Sécurité d’État sont récemment intervenus. Ces derniers jours, ils ont visité un certain nombre des représentants des projectionnistes, pour «discuter». Le Parti communiste a finalement maîtrisé toutes ces personnes, nul n’osant plus dire un mot par téléphone.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/6/21/n3508502.htm

     

  • Exposition d'art Zhen Shan Ren à Périgueux - Vidéo en français

    Documentaire en français après la présentation en chinois

    L’exposition internationale l’Art de Zhen, Shan, Ren (Authenticité, Compassion, Tolérance) est une exposition extraordinairement émouvante, intime et inspirée qui détaille à la fois la vie spirituelle intérieure et une tragédie qui touche les droits de l’homme. Des peintures à l’huile réalistes et des aquarelles chinoises réalisées par des artistes dont la plupart sont chinois donnent un aperçu unique de la discipline spirituelle du Falun Gong, connue aussi sous le nom de Falun Dafa.

    Le Falun Gong, une forme d’exercices méditatifs originaires de Chine, est basé sur les principes d’Authenticité, Compassion et Tolérance. Une partie de l’exposition est dédiée à montrer comment la pratique du Falun Gong a changé les vies des gens, les encourageant à retourner vers les valeurs traditionnelles chinoises.

    Le 20 juillet 1999, le Falun Gong a été banni de Chine, et depuis cette date, il y a 11 ans, des milliers de pratiquants ont été torturés dans un effort pour les « transformer ». Une partie de l’exposition évoque les épreuves terrifiantes que les personnes – dont les artistes eux-mêmes – ont traversées.

    Tiré de: http://fr.falunart.org/

  • Shen Yun, «culturellement profond»

    Shen Yun, spectacle, Chine, Danse classique, Candeloro,

    Danny Coste, ancienne danseuse classique, s’est émerveillée face aux costumes «magnifiques» et à la «belle technique» des artistes. (NTD)

    PARIS – La compagnie Shen Yun Performing Arts est de retour à Paris pour célébrer à travers la danse classique chinoise, les 5.000 ans de culture traditionnelle de la Chine. Vendredi soir, un public nombreux et enthousiaste se pressait devant le Palais des Congrès afin de découvrir les tableaux dansés, les danses ethniques ou encore les chants des ténors et des sopranos.


    Parmi eux, Danny Coste, ancienne danseuse classique, s’est émerveillée face aux costumes «magnifiques» et à la «belle technique» des artistes. Pour elle, le spectacle fut «magnifiquement chorégraphié» et de «très bonne qualité», ce qui pour elle, est synonyme de perfection.

    Shen Yun, spectacle, Chine, Danse classique, Candeloro,

    Daniel Jenny est acteur, producteur et réalisateur à Paris. Bien présent dans le milieu cinématographique, il s’est particulièrement intéressé à l’aspect technique du spectacle, qualifiant le fond de scène numérique de «fabuleux»: «La liaison entre ce qui se passe sur scène comme par exemple le poisson qui saute dans l’eau… et les projections interactives… C’est magique! Remarquable!», s’est-il exclamé. Féru de musique, il attendait à l’entracte, avec aussi beaucoup d’impatience, la prestation de la soliste jouant du erhu, ce violon à deux cordes vieux de 4.000 ans et qui, selon les Chinois, est l’instrument qui imite le mieux les sons de la voix humaine. Agréablement surpris de la qualité des danses, de la synchronisation exprimée par les danseurs,  et de l’énorme travail de préparation que cela a dû nécessiter, Daniel Jenny a donc décidé de revenir samedi 13 avril afin d’encore mieux profiter de la présence de la compagnie à Paris.


    Shen Yun, spectacle, Chine, Danse classique, Candeloro,

    Vice-champion du monde de patinage artistique sur glace en 1994 et deux fois médaillé olympique, le patineur Philippe Candeloro a assisté en famille à la deuxième représentation du spectacle Shen Yun, qui a fait salle comble et enchanté plus de 3.500 personnes.

    «C’est un spectacle magnifique», s’enthousiasme le champion: «On voit beaucoup de figures qui s’apparentent au patinage artistique quand les danseurs font leurs pirouettes au sol. On se demande même comment ils font sans glace sous les pieds!»

     

    La glace est brisée dès l’entracte, et le sportif, récemment finaliste de l’émission blockbuster «Danse avec les stars», fond devant la performance du groupe: «Je trouve qu’il y a une bonne harmonie entre danseurs, qu’ils soient quarante, cinquante ou soixante, ils sont tous ensemble et je n’ai jamais vu cela dans les spectacles jusqu’à maintenant! Ce qu’on voit surtout c’est la quantité de travail des danseurs sur scène, sans aucun qui surpasse les autres, on ne sent pas de compétition, tout le monde est à la perfection avec beaucoup de sourire et beaucoup de légèreté.»

     

    Lui dont les personnages sur scène ont plus fréquemment évoqué le Moyen-âge écossais, l’époque des mousquetaires ou le Far West américain, a découvert à cette occasion une tradition différente: «Je n’ai pas beaucoup visité la Chine, ce spectacle m’emmène en voyage et je l’apprécie beaucoup. L’intervention des deux présentateurs est vraiment utile pour comprendre et apprécier».

     

    Autre leçon de l’Orient après l’importance d’un travail régulier et assidu: «La gestuelle sur ces gestes techniques devient tellement artistique et tellement harmonieuse que cela donne une très belle écriture chorégraphique.»

     

    Suivez la couverture médiatique de Shen Yun par Epoch Times ici: http://www.epochtimes.fr/front/ncid2490.htm

    Les informations sur le spectacle: http://fr.shenyunperformingarts.org/

  • L’Art Zhen Shan Ren présenté au public jurassien

    Zhen Shan Ren, Chine, Jura, art, chemin, liberté, Conseil Général, France, peinture classique

    Christophe Perny, président du Conseil Général du Jura, au vernissage de l'exposition L'Art de Zhen Shan Ren le 30 octobre à Lons-Le-Saunier. (Wangxinci/NTD)


    L’exposition internationale L’Art de Zhen-Shan-Ren (Authenticité – Bienveillance – Tolérance) a été accueillie du 29 octobre au 9 novembre 2012 au Conseil Général du Jura à Lons-le-Saunier. Les œuvres ont été réalisées par un groupe d’artistes en majorité chinois qui, sous l’impulsion du peintre et sculpteur Kunlun Zhang, installé au Canada, partagent une même vision.
    La technique et le style des peintures sont globalement de style classique occidental. Les artistes appliquent les techniques de peinture à l’huile utilisées jadis par les anciens maîtres. Les artistes nomment leur forme d’art la «nouvelle renaissance».

    Plusieurs œuvres de la collection sont nées du creuset de leur propre expérience et ont permis aux nombreux visiteurs de découvrir le Falun Gong, une école de Qi Gong, ainsi que la persécution brutale dont les pratiquants sont victimes à l’heure actuelle en Chine.


    «Il y a toujours le chemin de liberté»
    Cette exposition qui rentre dans la thématique 2012, Années des Libertés, a trouvé toute sa place dans le hall du Conseil Général comme l’a rappelé le président Christophe Perny, lors du vernissage.
    «Les Jurassiennes et Jurassiens ont pu venir découvrir non seulement la qualité des œuvres, mais aussi tout le sens qu’il y a, à travers ces images dures et violentes qui expriment bien une réalité d’aujourd’hui. Quand on regarde ces tableaux, c’est l’expression d’une souffrance, et puis il faut se dire (…) que devant nous il y a toujours le chemin de liberté. On peut parfois croire qu’à l’heure où nous vivons, les choses sont figées, arrêtées, mais on a vu cette année avec les révolutions du ‘Printemps arabe’ que rien n’est jamais définitif pour les dictateurs».

    Les visiteurs ont été captivés par la qualité exceptionnelle des peintures. Ils ont exprimé des émotions fortes face aux tableaux présentant la cruauté de la persécution que les pratiquants du Falun Gong subissent de la part du régime. La plupart ne connaissaient pas cette facette de la Chine d’aujourd’hui. Parmi eux, certains ont ressenti un sentiment de paix et de calme en présence des œuvres dépeignant la beauté de la méditation.


    «Une exposition qui nous interpelle»

    Gérard Bailly, sénateur UMP du Jura, qui est venu voir l’exposition, a été très touché par les exactions dont sont victimes les pratiquants du Falun Gong: «C’est une magnifique exposition qui nous interpelle tous, puisque dans notre pays aujourd’hui où les tolérances sont très grandes, on n’apprécie guère que dans d’autres pays la liberté de penser et la liberté de ses propres convictions puissent ne pas être exprimées». «Nous souhaiterions que ces exactions prennent fin dans les meilleurs délais et que les gens puissent penser dans le respect des autres», a-t-il ajouté.

    Après avoir vu le tableau Prélèvements criminels d’organes, de Xiqiang Dong, qui dénonce les pratiques de prélèvements forcés d’organes à grande échelle sur les corps des pratiquants de Falun Gong, Gérard Bailly a précisé: «Concernant le trafic des organes, dans notre pays le prélèvement d’organes est très réglementé, il faut être volontaire et je souhaite que ce soit ainsi quelque soit le pays sur la Terre où nous vivons».


    La révélation «d’une beauté particulière»

    Au sujet des prélèvements d’organes, Jean-Marie Sermier, député UMP du Jura, s’est senti aussi particulièrement concerné: «J‘ai eu même plusieurs fois à intervenir en tant que député de la nation, notamment en posant les questions au gouvernement sur les problèmes de prélèvement d’organes faits d’office sur ces personnes. On sait aujourd’hui qu’en France un certain nombre de personnes greffées ont acheté leurs organes et, notamment, qu’ils les ont achetés en Chine».

    «Il s’agit d’avoir une réelle remontée de tous les pays contre cette pratique chinoise», a-t-il suggéré. «Je voudrais féliciter tous les artistes qui ont participé à cette exposition, parce que c’est une exposition particulièrement touchante, d’une beauté particulière, qui fait passer ce message absolument catastrophique de la persécution en Chine, par les autorités chinoises, de ceux qui pratiquent le Falun Gong: c’est une pratique qui est parfaitement humaniste», a conclu Jean-Marie Sermier.

    Pour Serge Outrey, conseiller général du canton de Nozeroy, le prélèvement d’organes contraint, «c’est inhumain, c’est impensable, c’est inimaginable!». «L’homme a tellement d’imagination et malheureusement, il l’utilise aussi pour la torture, pour l’anéantissement des autres, mais surtout de lui-même», a-t-il expliqué.

    L’exposition L’Art de Zhen Shan Ren a touché le cœur et la sensibilité du public de Lons-Le-Saunier. Un visiteur de l’exposition a déclaré: «Merci pour cette très belle exposition, qui nous fait comprendre la réalité de la souffrance du peuple chinois et c’est important que les gens sachent que cela existe encore».

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201212/111091.html

  • Où sont les anciens arts de la Chine?

    Alors que les économies du monde s’élèvent et s’effondrent, et que l’équilibre des pouvoirs semble incertain, la Chine est devenue une figure importante sur la scène mondiale. Autrefois fermée aux yeux curieux du monde extérieur, une fissure s’est ouverte, entrebâillant les portes de la nation la plus peuplée du monde et permettant au monde de voir l’état d’une nation encore affligée par les politiques du communisme – des politiques qui n’ont fait que détruire les traditions et l’ancienne culture de la Chine.

    Les gens deviennent de plus en plus conscients que la Chine d’aujourd’hui n’est ni la Chine du passé ni celle du futur. Il est évident que les anciennes traditions de cette terre sont vastes et riches et leur influence sur notre monde d’une grande portée.

    Comprendre le patrimoine artistique d’une nation, c’est comprendre les valeurs les plus profondes de son peuple. Les pensées et les sentiments transmis par un coup de pinceau, une note musicale, ou la danse représentent les idéaux et les attitudes constituant le tissus d’une culture, quelque chose d’insaisissable pour le monde de l’écrit.

    L’histoire de la Chine a commencé voici plus de cinq mille ans, en faisant la plus ancienne sur terre . Depuis l’époque du premier empereur, les arts ont progressivement évolué, la succession des dynasties amenant de nouveaux idéaux, de nouvelles idées et formes d’expressions.

    À travers l’histoire chacun des nombreux groupes ethniques de la Chine a constamment raffiné sa propre et unique contribution au patrimoine culturel du pays.

    La région profondément religieuse et ésotérique du Tibet a créé une culture qui depuis des décennies a fasciné l’imagination du monde, tandis que l'inoubliable environnement naturel des plaines mongoles a créé un peuple stoïque qui a développé un caractère et un art reflétant la terre qui l'a façonné. D’une certaine façon le contraste et la variété dans la culture sont restés unifiés et de caractère distinctement chinois

    L’apogée du développement artistique et social de la Chine a eu lieu durant la Dynastie Tang (618–907), considérée comme l’âge d’or de la Chine. Les arts ont fleuri avec un esprit d’inclusion qui a renforcé les caractéristiques collectives des arts de la Chine. La Route de la Soie a atteint son apogée, et le commerce entre l’Est et l’Ouest a infusé différentes idées musicales et artistiques dans la Culture chinoise. La pensée confucéenne a existé en même temps que la philosophie Bouddhiste et Taoiste, constituant une période de grand développement moral et philosophique.

    La perfection du talent et de la ‘cultivation’ morale allaient de pair, et pour exceller dans l’effort artistique, on attachait de l'importance à l’élévation du caractère. Que ce fût la danse, la musique ou la calligraphie, la nature d’une personne était partie intégrante de l’œuvre. Nulle part un tel aspect n’a été autant développé que dans les arts traditionnels de la Chine.

    Pour le reste du monde, les arts martiaux ont peut-être été l’exportation la plus reconnue, Hollywood ayant su faire une bonne utilisation du spectacle visuel d'un tel art pour captiver l’imagination de l’occident. Leurs racines remontant loin dans l’histoire, les arts martiaux doivent en fait leur formation et leur technique à la danse classique chinoise, la forme d’art la plus profonde à être apparue en Chine.

    La grâce et l’éclat technique de la Danse classique chinoise surpassent les rigueurs du ballet et des arts martiaux. La danse classique chinoise va au-delà de la simple technique et pénètre la psyché profonde de l’interprète. On pourrait dire qu’elle véhicule l’essence de l’expression culturelle chinoise dans ses mouvements, postures, et esthétiques.

    La récente renaissance de la “culture perdue” de la Chine à travers Shen yun Performing Arts de New York, a pour la première fois dans notre histoire moderne, jeté la lumière sur ces arts anciens

    La caractéristique essentielle des arts chinois traditionnels est l’intention de se connecter à l’univers plus élevé. Les arts n’étaient pas une fin en soi, mais une manière d’exprimer et de se connecter au divin, un concept profondément enraciné dans les traditions chinoises. Trouver un véhicule pour la cultivation et la libération de soi n’est pas facile dans le monde d’aujourd’hui ; cependant, ces arts arrivent à s’imposer de nouveau grâce à Shen Yun.

    Tiré de:

    Clearharmony, culture chinoise, culture chinoise traditionnelle, sagesse, eveil, chine, philosophie, Falun Dafa

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu