Avertir le modérateur

actualités chine - Page 2

  • Pékin dénonce l'intervention militaire en Libye

    chinamfa_lybie.jpgQue ce soit par l'entremise d'appels aux chefs des gouvernements étrangers, par des grands titres dans les médias officiels ou des sections spéciales sur ses sites Internet, le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une offensive diplomatique et médiatique contre l'intervention occidentale en Libye. Le PCC qualifie l'intervention militaire de jeu de pouvoir géopolitique violant la souveraineté, qui doit cesser immédiatement. Certains voient dans cette soudaine démarche le prolongement des tentatives du PCC de discréditer les soulèvements actuels au Moyen-Orient tout en protégeant ses intérêts substantiels en Libye.

    Une dépêche de l'agence officielle Xinhua le 25 mars indiquait que Yang Jiechi, ministre des Affaires étrangères chinois, a contacté son homologue allemand, Guido Westerwelle, pour lui signaler que «toutes les parties impliquées devaient cesser les hostilités immédiatement». Yang était «profondément préoccupé» par les pertes civiles, selon l'agence. Xinhua ainsi que d'autres médias officiels, comme le Quotidien du peuple, focalisent sur les problèmes qui sont, selon eux, causés par l'opposition à Kadhafi.

    «Le gouvernement chinois commence à adopter sa position typique de “plus blanc que neige”», observe Richard Fisher, chercheur sur les questions militaires asiatiques à l'International Assessment and Strategy Center. «Si la Libye est renversée, et particulièrement si quelque chose de pluraliste en émerge, alors ce sera une catastrophe majeure pour le Parti», a commenté M. Fisher en entrevue.

    Cela deviendrait un autre exemple où une révolte populaire amène du changement et démontrerait que «si les Chinois ne veulent vraiment plus du Parti alors eux aussi, avec assez de force, peuvent s’en débarrasser», affirme-t-il. Le Quotidien du peuple a écrit dans un article que les récents soulèvements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ne sont que des mauvaises nouvelles. Plutôt que de les qualifier de soulèvements contre la dictature, ce sont plutôt de «l'instabilité politique et des troubles sociaux».

    L'article conclut en disant que les Chinois devraient chérir «leur harmonie et leur stabilité» actuelles, selon une traduction publiée par Chinascope. «Chacun d'entre nous devrait faire de son mieux, atteindre un plus grand développement sous cette stabilité et récolter continuellement les fruits heureux [du labeur] durant notre développement.»

    Mais ces déclarations, comme celle au sujet d'une préoccupation pour les civils, sont trompeuses, selon Zhang Kaichen, un ex-responsable de la propagande à Shenyang, en Chine, qui a fait défection aux États-Unis. Il dit connaître les rouages de ces campagnes.

    «C'est hautement hypocrite», affirme M. Zhang en entrevue. «Lorsque Kadhafi utilisait ses avions et ses bombes pour attaquer sa population, le Parti n'a pas protesté.» Mais, lorsque l'Occident utilise la force contre un dictateur, le régime réagit, souligne-t-il.

    «Peuvent-ils déclaré “nous sommes tout simplement une dictature et soutenons les dictateurs”? Non. Ainsi, ils concoctent cette bouillie pour chats au sujet d'une certaine préoccupation pour la vie», assène M. Zhang.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Pekin-denonce-lintervention-militaire-en-Libye.html

  • L’utilisation de mensonges pour justifier la violence

    Propagande des gardes rouges.jpgOn peut mesurer le niveau de civilisation par le degré de violence qu’un régime utilise. En recourant à la violence, les régimes communistes représentent clairement un immense pas en arrière dans la civilisation humaine. Malheureusement, le Parti communiste a été considéré comme progressiste par ceux qui croyaient que la violence est un moyen nécessaire pour faire avancer la société. L’acceptation de la violence doit être observée à la lumière du deuxième trait héréditaire du Parti communiste : l’usage habile et inégalé de la tromperie et des mensonges.

    «Depuis notre plus jeune âge, nous avons considéré les Etats-Unis comme un pays sympathique. Cette idée est due en partie au fait que les Etats-Unis n’ont jamais occupé un autre pays, ni lancé d’attaques contre la Chine. Plus fondamentalement, la bonne impression qu’ont les Chinois des Etats-Unis repose sur leur caractère ouvert et démocratique.»

    (Légende de l'image: Une affiche de propagande des Gardes Rouges battant, détruisant et pillant. Les gardes rouges constituent un mouvement de masse chinois comprenant en grande partie des étudiants et des lycéens, dont Mao Zedong s'est servi pour poursuivre le processus de la Révolution Culturelle )

    C’est ce qu’on pouvait lire dans un éditorial publié le 4 juillet 1947 dans le Xinhua Daily, journal officiel du PCC. A peine trois ans plus tard, le PCC envoyait des soldats combattre les troupes américaines en Corée du Nord et dépeignait les Américains comme les impérialistes les plus pervers du monde. Chaque Chinois vivant en Chine continentale serait surpris de lire ce point de vue écrit il y a plus de 50 ans. Le PCC a interdit toute publication citant des passages similaires et en a publié des versions réécrites.

    Depuis son arrivée au pouvoir, le PCC a employé le mensonge dans l’élimination des contre-révolutionnaires (1950-1953), à l’occasion de la « coopération » entre les entreprises publiques et privées (1954-1957), lors du mouvement anti-droitier (1957), de la Révolution culturelle (1966-1976) et du massacre de Tiananmen (1989), ainsi que plus récemment au cours de la persécution du Falun Gong (1999). L’exemple le plus tristement célèbre a été la persécution des intellectuels en 1957. Le PCC avait demandé aux intellectuels d’exprimer leurs opinions mais il les a après coup persécutés en tant que « droitiers » utilisant leurs discours comme preuves de leurs « crimes ». Lorsque certains ont dénoncé cette persécution comme une conspiration ou un « complot fomenté dans l’ombre », Mao a affirmé publiquement : «Ce n’est pas un complot fomenté dans l’ombre, mais un stratagème visible de tous».

    La tromperie et les mensonges ont joué un rôle très important dans la prise de pouvoir du PCC et son maintien. La Chine a l’histoire la plus longue et la plus complète du monde et les intellectuels chinois croient depuis toujours en l’histoire. Le peuple chinois a utilisé l’histoire pour évaluer la réalité actuelle et même pour parvenir à une évolution spirituelle sur le plan personnel. Pour que l’histoire serve l’actuel régime, le PCC a fait un usage courant de l’altération et de la dissimulation de la vérité historique. Dans sa propagande et ses publications, le PCC a réécrit l’histoire de périodes aussi lointaines que celle des Printemps et Automnes (770-476 av. J.-C.) et des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.), jusqu’à celle de la récente Révolution culturelle. Depuis 1949, de telles altérations ont perduré pendant plus d’un demi-siècle, et tous les efforts pour restaurer la vérité historique se sont heurtés à l’obstruction du PCC.

    Lorsque la violence n’est plus suffisante pour maintenir le contrôle, le PCC recourt à la tromperie et aux mensonges qui servent à justifier et à masquer le règne de la violence.

    Bien sûr, il nous faut admettre que la tromperie et les mensonges ne sont pas des inventions du Parti communiste, mais ce sont de très anciennes infamies que le Parti communiste a utilisées en toute impunité. Le PCC a promis des terres aux paysans, des usines aux travailleurs, la liberté et la démocratie aux intellectuels et la paix pour tous. Aucune de ces promesses ne s’est réalisée. Une génération de Chinois est morte trompée, et une autre génération continue d’être escroquée. À la plus grande tristesse des Chinois, c’est l’aspect le plus malheureux de la nation chinoise.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-Parti-communiste/Quest-ce-quest-le-Parti-communiste.html

  • L’histoire des tueries du Parti communiste chinois

    Jiuping_7e_commentaire 2.jpg

    L'histoire du Parti communiste chinois, longue de 55 ans, est tachée de sang et de mensonges. Les récits cachés derrière son passé sanglant sont non seulement extrêmement tragiques mais aussi rarement connus. Sous la direction du PCC, entre 60 et 80 millions de Chinois innocents ont été tués, laissant derrière eux des familles éclatées. Beaucoup de gens se demandent pourquoi le PCC tue autant. Alors qu’il continue sa persécution brutale des pratiquants de Falun Gong et a récemment réprimé des manifestations populaires à Hanyuan en tirant sur la foule, on peut se demander si l'on verra un jour le PCC apprendre à s’exprimer avec des mots plutôt que par les armes.

    Mao Tse Toung a résumé ainsi le but de la Révolution culturelle : « [...] passé le chaos, le monde retrouve la paix, mais 7 ou 8 ans après, le chaos doit resurgir » . En d’autres termes une Révolution culturelle devrait avoir lieu tous les 7 ou 8 ans et il est nécessaire de tuer une partie de la population tous les 7 ou 8 ans.

    Il y a toute une idéologie et des exigences pratiques derrière les massacres du PCC.

    D’après son idéologie, le PCC croit à la « dictature du prolétariat » et « à la révolution permanente sous la dictature du prolétariat ». C’est pourquoi, après la prise de pouvoir du PCC en Chine, il a tué les propriétaires terriens pour résoudre les problèmes des relations de production dans les régions rurales, il a tué les « capitalistes » pour parvenir à des réformes commerciales et industrielles et résoudre les problèmes de production dans les villes. Une fois ces deux classes éliminées, les problèmes économiques ont été résolus dans l'ensemble. De la même manière, établir la culture de la classe dirigeante passait par le massacre. Les intellectuels ont été éliminés lors de la répression des groupes de Hu Feng opposés au Parti et des anti-droitiers. Tuer les chrétiens, les taoïstes, les bouddhistes et les groupes ethniques a permis de résoudre le problème des religions. Les meurtres en masse qui ont eu lieu pendant la Révolution culturelle ont établi la domination absolue – tant culturelle que politique – du PCC. Le massacre de la place Tiananmen visait à prévenir une crise politique et à étouffer toute revendication démocratique. La persécution du Falun Gong vise à supprimer les questions de croyance et de médecine traditionnelle. Face aux crises financières continuelles (le prix des biens de consommation a grimpé en flèche depuis que le PCC est au pouvoir et l’économie chinoise s’est effondrée après la Révolution culturelle), face aux crises politiques (les gens qui refusaient d’appliquer les ordres du Parti ou qui exigeaient de partager avec lui les droits politiques) et face aux crises de croyances (la désintégration de l’ancienne Union Soviétique, les changements politiques en Europe de l’Est et la question du Falun Gong) du point de vue du PCC, tout cela était nécessaire pour renforcer et maintenir son pouvoir. A l’exception du Falun Gong, le PCC a utilisé presque tous ces mouvements pour ranimer le spectre pervers du PCC et inciter au désir de révolution. Le PCC a aussi utilisé ces mouvements politiques pour tester ses propres membres, éliminant ceux qui ne se conformaient pas aux exigences du Parti.

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-Parti-communiste/Lhistoire-des-tueries-du-Parti-communiste-chinois.html

    Tiré des 9 commentaires sur le Parti Communiste:

    En anglais: http://ninecommentaries.com/

    En français: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-Parti-communiste/

  • La manifestation qui a changé la Chine le 25 avril 1999 (VOSTFR)

    Pour plus d'informations:

    Historique du Falun Gong

    http://www.infofalungong.net/Historique/

  • Que ferait la Chine sans le Parti communiste ?

    A mesure que le PCC se dirige vers le déclin, les gens découvrent de façon inattendue que pendant des décennies le spectre pervers du PCC a, par ses méthodes scélérates toujours changeantes, injecté ce qu’il a de nuisible dans tous les aspects de la vie des citoyens.

    A la mort de Mao Tse Toung, tant de Chinois ont pleuré amèrement devant le portrait de Mao et se sont demandé : « Que va devenir la Chine sans le président Mao ? » De manière assez ironique, vingt ans plus tard, alors que le monde s’interroge sur la légitimité politique du Parti communiste, le PCC lance une nouvelle vague de propagande, incitant les gens à se poser une nouvelle fois la question : « Que va devenir la Chine sans le Parti communiste ? »

    En réalité le contrôle politique omniprésent du PCC a tellement marqué au fer rouge la culture chinoise actuelle et l’état d’esprit des Chinois que même les critères avec lesquels les Chinois jugent le PCC proviennent du PCC. Si par le passé le PCC contrôlait les gens en leur injectant ce qu’il a de nuisible, il en vient maintenant à récolter ce qu'il a semé, parce que toutes ces choses injectées dans l’esprit des gens ont maintenant été digérées et absorbées dans chacune de leurs cellules. Les gens pensent selon la logique du PCC se mettant ainsi eux-mêmes à la place du PCC pour distinguer le vrai du faux. A propos du massacre des étudiants protestataires du 4 juin 1989, certains ont dit : « Si j’étais à la place de Deng Xiaoping, j’aurais moi aussi écrasé les protestations avec des tanks ». A propos de la persécution du Falun Gong, certains disent : « Si j’étais à la place de Jiang Zemin, j’éliminerais aussi le Falun Gong. ». A propos de l'interdiction de la liberté d’expression, certaines personnes disent : « Si j’étais à la place du PCC, j’agirais de la même manière ». La vérité et la conscience se sont évanouies, ne laissant de place qu’à la logique du PCC. C’est la conséquence des méthodes perverses et extrêmement violentes appliquées par le PCC. Aussi longtemps qu’il pourra injecter sa morale toxique dans l’esprit des gens, il continuera à accumuler de l’énergie pour se maintenir en vie.

    « Que ferait la Chine sans le PCC ? » Ce mode de pensée reste précisément dans le cadre voulu par le PCC, les gens raisonnent selon sa propre logique.

    La Chine a traversé 5 000 ans d'histoire sans le PCC. Aucun pays dans le monde n’arrêterait son progrès social à cause de la chute d’un régime, quel qu’il soit. Toutefois, après des décennies sous la férule du PCC, les gens ne sont plus à même de reconnaître cela clairement. La propagande martelée par le PCC a amené les gens à penser au Parti comme à leur propre mère. La politique omniprésente du PCC a rendu les gens incapables de concevoir leur vie sans le PCC.


    Sans Mao Tse Toung, la Chine n’a pas sombré. La Chine s’effondrera-elle sans le PCC ?

     

    Extrait des 9 commentaires sur le Parti Communiste chinois: http://ninecommentaries.com/

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-P...

  • Song from a prison cell

    La chanteuse d'opéra Jiansheng Yang chante « Song from a prison cell » (Chanson d'une cellule de prison), au sujet des pratiquants de Falun Dafa souffrant de la persécution du régime communiste en Chine, depuis les débuts de la répression le 20 Juillet 1999, lorsque des dizaines de millions de Chinois ont été interdit d'exercer leur croyance spirituelle dans le Falun Gong.

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=oQmtWRSJUTI&feature=watch_response

  • Quels organes?

    organs.jpg
    Prélèvements Meurtriers sur les pratiquants de Falun Gong: Rapport d'enquête de David Matas et David Kilgour
    En Français

    http://organharvestinvestigation.net/report0701/report200...

    A. Introduction (du rapport d’enquête)

    La Coalition d'investigation sur la persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG) nous a demandé de faire une enquête sur des allégations de prélèvements d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine. La coalition est un organisme non gouvernemental enregistré à Washington, D.C. et ayant une succursale à Ottawa au Canada. La demande nous est parvenue par un courrier daté du 24 mai 2006. Elle est annexée à ce rapport.

    La demande était de faire une enquête sur des allégations selon lesquelles des institutions d'État et des employés du Gouvernement de la République Populaire de Chine prélèvent les organes de pratiquants de Falun Gong encore en vie, tuant les pratiquants pendant le processus. A la lumière de la gravité des allégations et de par notre engagement pour le respect des droits de l'homme, nous avons accepté la demande.

    David Matas, avocat international pour la défense des droits de l’homme, spécialisé en droit des réfugiés et de l’immigration, a son cabinet privé à Winnipeg. Il s’implique activement dans la promotion du respect des droits de l’homme comme auteur et conférencier et fait partie de plusieurs organisations non gouvernementales pour la défense des droits de l’homme.

    David Kilgour est un ancien député et un ancien secrétaire d’État du Gouvernement du Canada pour la région Asie Pacifique. Avant de devenir parlementaire, il était procureur de la Couronne. Les biographies des deux auteurs sont annexées à ce rapport.

    B. Allégation

    Il est allégué que, dans l'ensemble de la Chine, les pratiquants de Falun Gong sont victimes de prélèvements d'organes alors qu’ils sont encore vivants. L'allégation est que ces prélèvements d'organes sont infligés à un grand nombre de pratiquants de Falun Gong contre leur volonté dans de nombreux endroits, conformément à une politique de systématisation.

    Le prélèvement d'organes est une étape dans la transplantation d'organes. Le but du prélèvement d'organes est de fournir des organes pour des greffes. Les greffes ne se font pas nécessairement dans le même endroit que le lieu du prélèvement d'organes. Les deux endroits sont souvent différents, les organes prélevés dans un endroit sont transportés ailleurs pour la greffe. Ceux qui sont responsables de la transplantation d'organes peuvent ne pas connaître la source des organes.

    L'allégation est que les organes sont prélevés alors que les personnes sont encore vivantes. Les pratiquants sont tués au cours des prélèvements d'organes ou immédiatement après. Ces opérations sont une forme de meurtre.

    Finalement, on nous dit que les pratiquants tués de cette façon sont par la suite incinérés. Il n'y a plus aucun cadavre à examiner pouvant être identifié comme la source d'une greffe d'organe.

    Lire la suite: http://organharvestinvestigation.net/report0701/report200...

  • La nature sans scrupules du Parti communiste chinois

    Jiuping_9e_commentaire.jpgPréambule
    Pendant plus d’un siècle, le bruyant mouvement communiste n’a apporté à l’humanité que guerres, pauvreté, brutalité et dictature. A la fin du siècle dernier, avec l’effondrement de l’Union Soviétique et des partis communistes de l’Est, ce mélodrame désastreux et absurde est finalement entré dans sa dernière phase. Plus un seul citoyen, de l’homme ordinaire au Secrétaire général du Parti communiste, ne croit désormais au mythe du communisme. Le régime communiste n'est pas né d'un « mandat céleste » ni d'une élection démocratique. Aujourd’hui, son idéologie détruite, la légitimité de son règne est face à un défi sans précédent.

    Le Parti communiste chinois (PCC) est réticent à quitter le devant de la scène et à suivre le cours de l'histoire. Au contraire il recourt aux méthodes violentes qu’il a mises en place pendant des décennies de campagnes politiques pour relancer sa lutte furieuse, chercher une légitimité et ranimer son mandat moribond. Les politiques de réformes et d’ouverture du PCC cachent son intention désespérée de conserver son intérêt collectif et son pouvoir totalitaire. Malgré des restrictions serrées, les réussites économiques, fruit du dur labeur du peuple chinois de ces vingt dernières années, n’ont pas convaincu le PCC de poser son couteau de boucher. Au lieu de cela, il s’approprie ces réussites pour valider son règne, son comportement toujours aussi dénué de principes est de plus en plus trompeur et fallacieux. Le plus terrifiant c’est qu’il fait tout pour détruire les fondations morales de la nation, tentant de transformer tout Chinois en un manipulateur potentiel pour se créer un environnement favorable et « avancer contre le temps ».

    En ce moment historique, il est très important pour nous de comprendre clairement pourquoi le PCC agit telle une bande de crapules et de dénoncer sa nature malfaisante afin que la nation chinoise puisse parvenir à une stabilité et une paix durables, entrer le plus vite possible dans une ère sans PCC et rebâtir la splendeur nationale.


    I. La nature sans scrupules du PCC n’a jamais changé

    Pour qui la réforme du PCC est-elle faite ?

    Au cours de l’histoire, à chaque fois que le PCC a fait face à des crises, il a montré quelque intention de s’améliorer, entraînant ainsi les gens à se créer des illusions à propos du PCC. Sans exception, ces illusions se sont évanouies les unes après les autres. Aujourd’hui le PCC cherche des profits à court terme, et en agissant ainsi, il donne une impression de prospérité économique qui a une fois de plus persuadé les gens à croire aux illusions du PCC. Toutefois, les conflits d’intérêts fondamentaux entre le PCC et ceux de la nation et du peuple font que cette fausse prospérité ne durera pas. La « réforme », que le PCC a promise, a un but : prolonger son règne. C’est une réforme boiteuse, un changement d'apparence mais sans substance. Le développement déséquilibré cache une grande crise sociale. Lorsque la crise éclatera, la nation et la population souffriront de nouveau.

    Avec le changement de gouvernement, la nouvelle génération des dirigeants du PCC n’a pas pris part à la révolution communiste et a donc de moins en moins de prestige et de crédibilité pour diriger la nation. Dans sa crise de légitimité, la défense des intérêts du Parti par le PCC devient la garantie de base pour maintenir les intérêts individuels à l'intérieur du PCC. La nature du PCC est égoïste. Elle n’a pas de limites. C’est pure illusion de croire qu’un tel parti puisse se vouer au développement du pays de manière paisible.

    Prenons ce que dit le People’s Daily, la voix du PCC, dans son article en première page du 12 juillet 2004 : « Les dialectiques de l’histoire ont appris ceci aux membres du PCC : ces choses qui devraient être changées doivent être changées, autrement la détérioration s’ensuivra ; celles qui ne devraient pas être changées doivent rester inchangées, autrement cela mènera à l’autodestruction ».

    Qu'est-ce qui doit rester inchangé ? Le People’s Daily explique : « La ligne fondamentale du Parti ‘un centre, deux points d'appui’ doit rester solidement ancrée un siècle durant sans aucune fluctuation ».

    Les gens ne comprennent pas nécessairement ce que « le centre » et les « points d'appui » signifient, mais tout le monde sait que ce qui ne change jamais, c’est la détermination frénétique du Parti communiste à maintenir ses intérêts collectifs et sa dictature. Le communisme a été vaincu dans l’ensemble et il est condamné à devenir de plus en plus moribond. Toutefois, plus une chose est corrompue, plus son agonie est destructrice. Vouloir parler d’améliorations démocratiques avec le Parti communiste revient à demander à un tigre de changer de peau.

    Extrait des 9 commentaires sur le Parti Communiste chinois: http://ninecommentaries.com/

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-Parti-communiste/Une-serie-editoriale-de-la-Grande-Epoque-Neuf-commentaires-sur-le-Parti-communiste-9eme-partie.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu