Avertir le modérateur

S- Qu'est ce que le parti communiste chinois - Page 3

  • Qu'est ce que le parti communiste chinois? Partie 2

    Au début le Parti communiste chinois (PCC) a commencé comme une branche du Parti communiste soviétique lors de la Troisième Internationale communiste. Il a donc naturellement hérité de sa propension à tuer. Lors de la première guerre civile entre les communistes et le Kuomintang (KMT), en Chine de 1927 à 1936, la population de la province de Jiangxi est passée de plus de vingt millions à une dizaine de millions d’âmes. Ces seuls chiffres en disent long sur les ravages causés par l’usage de la violence.

    La violence est peut-être un moyen inévitable pour conquérir le pouvoir politique, mais jamais il n’y a eu un régime aussi enclin à tuer que le PCC, notamment lors de périodes par ailleurs paisibles. Depuis 1949, le nombre de morts causées par la violence du PCC a dépassé le total des victimes de la guerre civile entre 1927 et 1949.

    3202-victime-des-khmers-rouges [640x480].jpgLe soutien fourni aux Khmers rouges cambodgiens est un exemple éclatant des méthodes violentes du Parti communiste. Sous les Khmers rouges, plus d’un quart de la population cambodgienne, incluant la plupart des Chinois immigrés et leurs descendants, a été assassiné. La Chine continue à empêcher la communauté internationale de poursuivre les Khmers rouges en justice dans le but de tenir caché le rôle notoire joué par le PCC dans ce génocide.

    Le PCC entretient des liens étroits avec les forces armées révolutionnaires et les régimes despotiques les plus brutaux au monde. Outre les Khmers rouges, les Partis communistes d’Indonésie, des Philippines, de la Malaisie, du Vietnam, de Birmanie, du Laos et du Népal ont tous été soutenus par le PCC. Beaucoup de dirigeants de ces partis sont chinois, certains d’entre eux se cachent encore en Chine aujourd’hui.

    Les atrocités d’autres groupes communistes se réclamant du maoïsme, comme le Sentier lumineux en Amérique du Sud et l’Armée rouge au Japon, ont été condamnées par la communauté internationale.

    Une des théories qu’emploient les communistes est le darwinisme social. Le Parti communiste applique aux relations humaines et à l’histoire humaine la compétition des espèces selon Darwin, prétendant que la lutte des classes est la seule force motrice pour développer la société. La lutte est donc devenue le premier « dogme » du PC, un outil pour obtenir et maintenir le contrôle politique. Les fameuses paroles de Mao trahissent clairement cette logique de la survie des plus aptes : «Avec 800 millions de gens, comment cela pourrait-il marcher sans lutte ?»

    Selon une autre affirmation tout aussi fameuse de Mao, la Révolution culturelle devrait être menée «tous les sept ou huit ans» . Le PCC a utilisé la force de manière répétitive pour terroriser et soumettre la population chinoise. Chaque lutte, chaque mouvement a été un exercice de terreur, faisant trembler le cœur du peuple chinois et le réduisant peu à peu à l’esclavage sous le contrôle du PCC.

    Aujourd’hui, le terrorisme est devenu le principal ennemi du monde libre civilisé. Le PCC a exercé un terrorisme violent, grâce à l’appareil d’Etat à une échelle bien plus vaste, bien plus longtemps, et avec des résultats bien plus dévastateurs. Aujourd’hui, au 21e siècle, gardons-nous d’oublier ce trait héréditaire du Parti communiste, car ce que le Parti a été, assurément détermine ce qu’il pourra être dans le futur.kuomintang-5.jpg


    II. L’utilisation de mensonges pour justifier la violence

    On peut mesurer le niveau de civilisation par le degré de violence qu’un régime utilise. En recourant à la violence, les régimes communistes représentent clairement un immense pas en arrière dans la civilisation humaine. Malheureusement, le Parti communiste a été considéré comme progressiste par ceux qui croyaient que la violence est un moyen nécessaire pour faire avancer la société.

    L’acceptation de la violence doit être observée à la lumière du deuxième trait héréditaire du Parti communiste : l’usage habile et inégalé de la tromperie et des mensonges.

    «Depuis notre plus jeune âge, nous avons considéré les Etats-Unis comme un pays sympathique. Cette idée est due en partie au fait que les Etats-Unis n’ont jamais occupé un autre pays, ni lancé d’attaques contre la Chine. Plus fondamentalement, la bonne impression qu’ont les Chinois des Etats-Unis repose sur leur caractère ouvert et démocratique.»

    A suivre

    Tiré des 9 commentaires sur le Parti Communiste

  • Qu’est ce qu’est le Parti communiste chinois? - Partie1

    Préambule
    Pendant plus de 5 000 ans, le peuple chinois a créé, sur la terre nourrie par le fleuve Jaune et le fleuve Yangtse, une civilisation éblouissante. Durant cette longue période de l’histoire, des dynasties sont nées et se sont éteintes, la culture chinoise a prospéré et décliné. De grandes et émouvantes péripéties se sont succédées sur la scène historique de la Chine.
    l'ombre de Mao
    L'ombre de Mao : Une mère et son fils entre dans le musée militaire de Pékin où les accueille une grande statue de l'ancien dictateur Mao. (Stephen Shaver/AFP/Getty Images)
    L’an 1840 ouvre, selon la plupart des historiens, le début de l’ère de la Chine contemporaine, le début de son voyage de la tradition vers la modernité. La civilisation chinoise a dû faire face à quatre épisodes majeurs de défis et de réponses. Les trois premiers comprennent l’invasion de Pékin par une force alliée anglo-française au début des années 1860, la guerre sino-japonaise en 1894 (aussi appelée la « Guerre Jiawu ») et la guerre russo-japonaise dans le Nord-Est de la Chine en 1906. La Chine a répondu à ces trois défis par un mouvement d’occidentalisation : importation de biens et d’armes modernes, transformations institutionnelles à travers le mouvement de Réforme de 1898 , tentative à la fin de la dynastie Qing d’instaurer un régime constitutionnel, puis enfin la Révolution Xinhai (ou Révolution Hsinhai) de 1911 .

    À la fin de la Première Guerre mondiale, la Chine, bien que sortie victorieuse, ne faisait pas partie des grandes puissances. Beaucoup de Chinois voyaient comme des échecs les réponses de leur pays à ces trois grands défis. Le mouvement du 4 mai allait mener à la quatrième tentative de répondre aux défis précédents, aboutissant à l’occidentalisation complète de la culture chinoise à travers le mouvement communiste et sa révolution radicale.

    Cet article traite de l’issue du dernier épisode, à savoir le mouvement communiste et le Parti communiste. Examinons de près le résultat de ce que la Chine a choisi, ou peut-être devrait-on dire, ce qui lui a été imposé. 160 ans sont passés, près de 100 millions de personnes sont décédées de mort non naturelle, et presque tout de la culture et de la civilisation traditionnelles chinoises a été détruit.


    I. S’appuyer sur la violence et la terreur pour conquérir et maintenir son pouvoir

    «Les communistes ne s'abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l'ordre social passé.» Cette citation est tirée du dernier paragraphe du Manifeste du Parti communiste, le document principal du Parti communiste (PC). La violence est le seul et le principal moyen par lequel le Parti communiste est parvenu au pouvoir. Ce trait de caractère s’est transmis à toutes les formes ultérieures du Parti qui sont apparues depuis sa création.

    En fait, le premier Parti communiste au monde a été établi bien des années après la mort de Karl Marx. L’année qui a suivi la Révolution d’Octobre de 1917, le « Parti communiste (bolchevique) de Russie » (plus tard plus connu sous le nom du « Parti communiste de l’Union soviétique ») est né. Ce Parti s’est développé en employant la violence contre les « ennemis de classe » et il s’est maintenu par la violence aussi contre les membres du Parti et les citoyens ordinaires. Pendant les épurations orchestrées par Staline dans les années 1930, le Parti communiste soviétique a massacré plus de 20 millions de soi-disant espions et traîtres, ainsi que ceux qui étaient soupçonnés d’avoir des opinions différentes.

    A suivre

    Tiré des Neuf Commentaires sur le Parti Communiste

  • Propos de jeunes révoltés en Chine sur le web

    Image de la police de l’internet apparaissant toutes les 30 minutes sur les écrans chinois depuis le 1er septembre 2007. (AFP)
    Image de la police de l’internet apparaissant toutes les 30 minutes sur les écrans chinois depuis le 1er septembre 2007. (AFP)

    A la suite de la rencontre entre le président français Nicolas Sarkozy et le Dalaï-lama, le Parti communiste chinois (PCC) a voulu punir la France en lançant à son encontre un nouvel appel au boycott. Comparé à ce qui s’est passé au mois d’avril avec les magasins Carrefour, cette fois, le peuple chinois est beaucoup plus réticent à suivre le mot d’ordre. Un certain nombre d’articles ont été publiés pour proposer aux gens de bien observer et de réfléchir avant d’agir. Des citoyens chinois ont même dit ‘non’ au boycott des produits français. Les espions du PCC qui cherchent à créer à nouveau des problèmes ont échoué cette fois-ci. Ignorant les menaces des autorités chinoises, Nicolas Sarkozy a enfin rencontré le Dalaï-lama le 6 décembre 2008 en Pologne. Le PCC s’est mis en colère sous le coup de l’humiliation et a tenté de lancer un nouveau mouvement de boycott contre la France et les produits français.

    Le parti incite à la haine
    Malgré de nombreux messages diffusés par les espions du PCC sur Internet incitant au boycott et à la haine, cela a eu très peu d’effet sur le peuple chinois. Après avoir vécu le tremblement de terre à Wen Chuan, l’accident à Weng An, le scandale du lait contaminé, l’affaire de Yang Jia, les Chinois n’ont plus le même état d’esprit qu’au mois d’avril. Ils ont appris à réfléchir et à s’armer de courage face aux violences. Des articles analytiques et des commentaires objectifs sont affichés sur Internet.

    Beaucoup ont déjà remarqué que le boycott contre les produits de luxe français n’était qu’une mascarade du PCC, car la majorité des citoyens chinois n’a pas les moyens d’acheter ces produits de luxe, alors comment parler de « boycott » ?

    Des photos montrant des Chinois fortunés affairés à leurs achats dans des magasins de luxe ont été publiées. Les gens en envoyant ces images les ont accompagnées de cris méprisants. Parmi les réactions au boycott sur Internet, on trouve le nom de Baoping Liao qui a écrit un article intitulé Désolé, je ne boycotte pas les produits français. Cet article a eu un certain retentissement. En quelques jours, près de 30.000 personnes sont allées sur son blog et ont laissé plus de 400 pages de commentaires. En outre, son article est cité et même recommandé par des sites et des forums connus en Chine. Plus tard, pour réfuter les propos de jeunes révoltés, Baoping Liao a écrit d’autres articles qui ont attiré l’attention de nombreux lecteurs : « Mauvaise influence des jeunes révoltés sur le pays », « La dignité du pays, comment la gagner ».

    Par ailleurs, un article de Han Han, écrivain célèbre en Chine continentale, a retenu l’attention. Dans cet article ironique Il faut boycotter les produits français, l’auteur se moque des autorités qui essaient toujours de détourner l’attention du peuple. Mais en utilisant toujours les mêmes stratégies, quel manque d’originalité ! Les masses populaires ne réagissent plus. Dans l’article, Han han parlait aussi des mensonges diffusés par les autorités tels que « 80 % des internautes sont pour le boycott » ou bien  « 90 % des internautes sont furieux contre la France ».

    Voici quelques extraits de ces articles :

    « DESOLE, JE NE BOYCOTTE PAS LES PRODUITS FRANÇAIS » BAOPING LIAO

    Est-ce que ceux qui ont les poches pleines boycottent aussi les produits français ? J’en doute vraiment. Eux, ils sont les vrais clients fidèles des produits de luxe français. Ce serait très dur pour eux d’oublier l’odeur des parfums français, la haute couture et le vin rouge. Ils les aiment trop, comment pourraient-ils les boycotter ? En plus, ils profitent de prétendues « enquêtes » à mener en France pour « faire des folies » en achetant ces produits. Les riches de la couche supérieure restent fans, et les citoyens de la couche inférieure de la société « boycottent ». C’est une spécialité de la Chine.

    Je ne boycotte pas les produits français, craignant que ce ne soit pas la solution. On ne peut plus y croire. Quand la situation était tendue avec le Japon, cette même méthode a été utilisée. Beaucoup de nos compatriotes ont promis de ne plus acheter les produits japonais. Regardons le résultat, c’était beaucoup de bruit pour rien. Ceux qui veulent une voiture japonaise l’achètent de toute façon. Les gens n’hésitent pas à manger dans les restaurants japonais. Nombreux sont ceux qui continuent à choisir les produits électroménagers japonais. De mon point de vue, ce n’est pas du tout original de menacer les Occidentaux en disant : « Je n’achète plus tes produits ». Tout au début, cela a pu faire un peu peur. Mais maintenant, on connaît la blague. Cette menace n’apporte rien si ce n’est qu’elle témoigne de la colère du PCC. Je ne boycotte pas les produits français pour une raison plus profonde, c’est que je ne veux pas être manipulé. Avec le mal que nous avons à régler nos affaires internes, la corruption, les maladies, les retraités malmenés par l’État, l’augmentation du prix du carburant, le chômage, la chute de la bourse, etc., on aimerait bien pouvoir trouver une victime afin de détourner l’attention des compatriotes. Nous pourrions nous en servir comme bouc-émissaire. Voilà, Sarkozy est arrivé au bon moment avec le Dalaï-lama pour être désigné ennemi du régime et servir de cible aux critiques.

    « IL FAUT BOYCOTTER LES PRODUITS FRANÇAIS » HAN HAN

    Afin de pouvoir montrer notre colère, notre État a lancé de nouveau un appel officiel au boycott des produits français. Mais la réaction des masses populaires n’est pas enthousiaste. Pour les jeunes révoltés, ce moyen manque d’originalité. Après l’avoir utilisé quelques mois auparavant, ils attendaient quelque chose de nouveau de la part des autorités. Mais ils s’aperçoivent que ce sont toujours les mêmes manipulations, donc pas de réaction. Le gouvernement a dû fabriquer des mensonges tels que « 80 % des internautes sont pour le boycott » ou bien « 90 % des internautes sont furieux envers la France ». Quant à moi, la raison pour laquelle je soutiens cet appel au boycott est tout à fait différente de la dernière fois. Il faut détourner l’attention de notre peuple et trouver autre chose pour nous amuser. De toute façon, nous n’avons pas les moyens d’acheter les produits français. Cela permet de protéger notre gouvernement. Pourrait-il éviter l’augmentation de la corruption ? Pourrait-il nous aider ? Pourrait-il éviter que les fonctionnaires s’en mettent plein les poches avant de s’enfuir ? Pourrait-il réduire les dépenses quand on sort avec une fille ?

    Prenant en compte tout ce qui vient d’être dit, le boycott est plutôt positif. C’est différent de l’autre fois avec le Japon. Le boycott des produits japonais pourrait bien compliquer notre vie quotidienne, puisque nous ne sommes pas sûrs de pourvoir toujours tenir notre promesse. Mais avec les produits de luxe français, c’est beaucoup plus simple et facile. En fait, les millions de paysans, ouvriers, et autres pauvres compatriotes « boycottent » depuis toujours les produits de luxe français. Même si je trouve que le meilleur timing pour parler du boycott serait le jour où ces gens là auraient les moyens d’acheter ces produits. Mais ce n’est pas très grave. Alors que notre cher gouvernement est entrain de perdre la face, que pouvons-nous encore attendre ? Ne sommes-nous pas remplis de colère et d’amour pour notre pays ?

    C’est bien le moment pour les médias officiels de faire appel aux familles des fonctionnaires et des autorités pour qu’elles sortent leurs produits français et les brûlent devant nos yeux.

    Trouvé dans La Grande Epoque

  • Politique chinoise

    S’appuyer sur la violence et la terreur pour conquérir et maintenir son pouvoir

    «Les communistes ne s'abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l'ordre social passé.» Cette citation est tirée du dernier paragraphe du Manifeste du Parti communiste, le document principal du Parti communiste (PC). La violence est le seul et le principal moyen par lequel le Parti communiste est parvenu au pouvoir. Ce trait de caractère s’est transmis à toutes les formes ultérieures du Parti qui sont apparues depuis sa création.

    En fait, le premier Parti communiste au monde a été établi bien des années après la mort de Karl Marx. L’année qui a suivi la Révolution d’Octobre de 1917, le « Parti communiste (bolchevique) de Russie » (plus tard plus connu sous le nom du « Parti communiste de l’Union soviétique ») est né. Ce Parti s’est développé en employant la violence contre les « ennemis de classe » et il s’est maintenu par la violence aussi contre les membres du Parti et les citoyens ordinaires. Pendant les épurations orchestrées par Staline dans les années 1930, le Parti communiste soviétique a massacré plus de 20 millions de soi-disant espions et traîtres, ainsi que ceux qui étaient soupçonnés d’avoir des opinions différentes.

    Au début le Parti communiste chinois (PCC) a commencé comme une branche du Parti communiste soviétique lors de la Troisième Internationale communiste. Il a donc naturellement hérité de sa propension à tuer. Lors de la première guerre civile entre les communistes et le Kuomintang (KMT), en Chine de 1927 à 1936, la population de la province de Jiangxi est passée de plus de vingt millions à une dizaine de millions d’âmes. Ces seuls chiffres en disent long sur les ravages causés par l’usage de la violence.

    La violence est peut-être un moyen inévitable pour conquérir le pouvoir politique, mais jamais il n’y a eu un régime aussi enclin à tuer que le PCC, notamment lors de périodes par ailleurs paisibles. Depuis 1949, le nombre de morts causées par la violence du PCC a dépassé le total des victimes de la guerre civile entre 1927 et 1949.

    Le soutien fourni aux Khmers rouges cambodgiens est un exemple éclatant des méthodes violentes du Parti communiste. Sous les Khmers rouges, plus d’un quart de la population cambodgienne, incluant la plupart des Chinois immigrés et leurs descendants, a été assassiné. La Chine continue à empêcher la communauté internationale de poursuivre les Khmers rouges en justice dans le but de tenir caché le rôle notoire joué par le PCC dans ce génocide.

    Le PCC entretient des liens étroits avec les forces armées révolutionnaires et les régimes despotiques les plus brutaux au monde. Outre les Khmers rouges, les Partis communistes d’Indonésie, des Philippines, de la Malaisie, du Vietnam, de Birmanie, du Laos et du Népal ont tous été soutenus par le PCC. Beaucoup de dirigeants de ces partis sont chinois, certains d’entre eux se cachent encore en Chine aujourd’hui.

    Les atrocités d’autres groupes communistes se réclamant du maoïsme, comme le Sentier lumineux en Amérique du Sud et l’Armée rouge au Japon, ont été condamnées par la communauté internationale.

    Une des théories qu’emploient les communistes est le darwinisme social. Le Parti communiste applique aux relations humaines et à l’histoire humaine la compétition des espèces selon Darwin, prétendant que la lutte des classes est la seule force motrice pour développer la société. La lutte est donc devenue le premier « dogme » du PC, un outil pour obtenir et maintenir le contrôle politique. Les fameuses paroles de Mao trahissent clairement cette logique de la survie des plus aptes : «Avec 800 millions de gens, comment cela pourrait-il marcher sans lutte ?»

    Selon une autre affirmation tout aussi fameuse de Mao, la Révolution culturelle devrait être menée «tous les sept ou huit ans» . Le PCC a utilisé la force de manière répétitive pour terroriser et soumettre la population chinoise. Chaque lutte, chaque mouvement a été un exercice de terreur, faisant trembler le cœur du peuple chinois et le réduisant peu à peu à l’esclavage sous le contrôle du PCC.

    Aujourd’hui, le terrorisme est devenu le principal ennemi du monde libre civilisé. Le PCC a exercé un terrorisme violent, grâce à l’appareil d’Etat à une échelle bien plus vaste, bien plus longtemps, et avec des résultats bien plus dévastateurs. Aujourd’hui, au 21e siècle, gardons-nous d’oublier ce trait héréditaire du Parti communiste, car ce que le Parti a été, assurément détermine ce qu’il pourra être dans le futur.

    Tiré de: Les Neuf commentaires sur le Parti Communiste - Qu'est ce que le Parti communiste?

    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/content/view/449/52/

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu