Avertir le modérateur

L- Médecine chinoise traditionnelle - Page 3

  • Un aperçu de la médecine traditionnelle chinoise à travers le caractère Yao

    Caractère chinois Yao, drogue et médicament, médecine chinoise traditionnelle, origine des mots, mythologie chinoise

    Le caractère chinois (YAO) désigne un médicament ou une drogue. Il est composé de deux parties. La partie supérieure, , est le radical chinois qui indique l'herbe et les plantes apparentées, notamment les plantes médicinales. La partie inférieure, (prononcée yuè ou lè), est un caractère chinois à part entière. Il a deux significations: la musique ainsi que le bonheur (les délices).

    Ces deux éléments et leurs trois significations donnent un aperçu précis de la manière dont l'ancienne médecine chinoise était appréhendée. Le caractère originaire de la partie inférieure, témoigne de l'utilisation de la musique pour guérir les maladies depuis l'antiquité chinoise, avant même la découverte de la médecine à base de plantes.

     

    Bataille de l'Empereur Jaune avec Chi You

    Selon la mythologie chinoise, Huang Di, soit le légendaire Empereur Jaune vénéré comme l'ancêtre du peuple chinois, a du relevé le défi d'un combat contre Chi You, le terrible chef d'une ancienne tribu. Béni par la divine fée Xuan Nü  pour promouvoir la vertu et condamner la tyrannie, l'Empereur Jaune fut avisé lors d'un rêve. Seul le bruit assourdissant d'un tambour fait de la peau du Kui, un monstrueux bœuf sauvage qui résidait sur les rives de la mer occidentale, pourrait défaire  le métal sur la tête de Chi-You et sa tribu.

    Au réveil, l'empereur ordonna immédiatement la capture du Kui. Sa peau fut ensuite utilisée pour produire 80 tambours. Lorsque les soldats de l'empereur ont fait retentir les tambours sur le champ de bataille, la terre trembla dans toutes les directions et Chi-You et ses  soldats furent abattus, le métal se fissurant sur leur tête en provoquant d'atroces douleurs.

    Cependant, plusieurs des soldats de l'empereur furent submergés par le bruit et tombèrent aussi dans l'inconscience. L'empereur appela à l'aide son maître de musique, qui se hâta d'improviser un remède.

     

    L'instrument du sauvetage

    Le maître de musique délia les cordes des arcs de l'armée de l'empereur et les attacha sur un morceau de bois creux. Il pris ensuite  un petit morceau de métal et affleura méticuleusement les cordes, produisant une musique magnifique. Peu à peu, les soldats blessés reprirent conscience. Inspiré par cet instrument, Cang Jie, le fonctionnaire en charge de la création des sinogrammes, construisit le caractère pour la musique.

    La moitié supérieure représente (BAI) au centre, avec une «chaîne» de chaque côté. , désigne la couleur blanche, dans ce contexte, fait référence  au plectre - petit outil plat utilisé pour pincer les instruments à cordes. La moitié inférieure est le (mù), ce qui signifie bois.

    Ainsi, on peut voir que le sinogramme offre  une représentation habile et parfaite d'un instrument de sauvetage. Du fait que la musique a d'abord servi à guérir les blessés, le caractère de la musique a ensuite été intégré dans le sinogramme représentant les médicaments

     

    De l'amertume à la joie

    Le caractère chinois pour la musique a une autre signification: la joie, le bonheur. Bien que la relation soit évidente, la bonne musique peut procurer du plaisir, la notion de plaisir a ici un rôle particulier pour la médecine chinoise. Être malade c'est être dans l'amertume, un patient n'est capable de retrouver la santé et le bonheur qu'après avoir souffert par l'amertume. Ce paradoxe a sa racine dans La Doctrine du milieu, le classique confucéen qui enseigne que pour gagner une position invincible, il faut décider puis tenir le juste milieu entre les deux extrêmes.

    De là on peut retrouver l'espoir dans l'adversité et faire preuve de prudence au milieu de la prospérité. A partir de ce principe, on peut voir pourquoi le bonheur, , est  un des éléments du sinogramme de médicament . Le radical en haut de se réfère à l'herbe et aux plantes apparentées, notamment les plantes médicinales.

    Selon la mythologie, Shen Nong, considéré comme le père de l'agriculture en Chine, aurait échantillonné des centaines d'herbes pour tester leurs valeurs médicinales. Il est également celui qui aurait établi une base complète pour la médecine traditionnelle chinoise, plus tard compilée dans le premier livre de la Chine sur la pharmacologie, appelé Le classique de la phytothérapie de Shen Nong. C'est pourquoi on trouve le radical dans le caractère chinois pour la médecine.

     

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/12/12/30/n3507683.htm

  • La méditation, un médicament sur ordonnance?

    D'après l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la méditation est très répandue à travers le monde : 70% de la population la pratique ! Si vous souffrez de douleurs aiguës ou chroniques, la méditation pourrait vous être prescrite par votre médecin, une fois les thérapies conventionnelles épuisées. En plus d'être appréciée des malades, des personnes en bonne santé trouvent assurément une forme de plénitude en elle.

    Tiré de: https://www.youtube.com/watch?v=D2o2kltpNno&feature=share

  • Méditer pour éviter les rechutes dépressives

    Méditation, stress, dépression, santé, déprime, antidépresseur

    La méditation en pleine conscience serait-elle une alternative aux antidépresseurs? Pas dans toutes les phases d’une dépression ni pour tous les patients. Mais dans le cadre de la prévention des rechutes dépressives, cette méthode dérivée du bouddhisme a le vent en poupe.

    Des études prouvent que la méditation en pleine conscience est une approche efficace pour  prévenir les récidives dépressives. Le Dr Guido Bondolfi, psychiatre-psychothérapeute aux HUG et spécialiste de la dépression, l’a découverte auprès de psychiatres du Canada anglophone il y a une dizaine d’années. Plus connue sous le terme mindfulness, cette approche consiste à être pleinement conscient de l’état de son esprit dans le moment présent.

    La dépression est malheureusement une maladie récurrente, puisqu’on sait que les troubles dépressifs majeurs récidivent dans près de la moitié des cas après un premier épisode. Et, plus on a fait d’épisodes, plus on risque de rechuter. Les chiffres sont parlants puisque ce risque s’élève à 70% après deux épisodes pour atteindre 90% après trois épisodes.

    Face à cette vague de rechutes, l’idée de la pratique de cette forme de méditation qu’est le mindfulness, et qu’il ne faut pas confondre avec de la relaxation, est de développer une sorte d’entraînement  de l’esprit qui permette au patient de reconnaître les mécanismes qui annoncent le retour de la maladie. Tout en se tenant à l’écart du précipice, sans enclencher de réaction automatique, alors que ses tendances habituelles sont le contrôle ou la fuite.

    Eviter de ruminer sans fin

    Les dépressifs tombent facilement dans le piège des pensées ou émotions négatives accompagnées de sensations physiques désagréables. Quand ils sont confrontés à un état de tristesse transitoire ou à une baisse de l’humeur, ce tourbillon négatif peut réactiver la spirale de la déprime et déclencher une rechute. Pour le Dr Guido Bondolfi, «la méditation permet de se concentrer sur le présent, de se tenir à l’écart des ruminations négatives et de se déconnecter de cette spirale. En étant plus attentifs au moment présent, les patients parviennent à reconnaître ces ruminations dès leur apparition.» Pour ne pas se laisser envahir par elles et prendre de la distance, ils apprennent à se recentrer, notamment sur leur respiration. «L’idée est de ne pas laisser partir les pensées, de ne pas ruminer sans fin, ajoute le spécialiste. Mais d’être pleinement connecté à l’expérience présente, de mieux parvenir à identifier ses pensées, ses émotions et ses sensations corporelles. Cette prise de conscience permet de répondre aux événements avec une certaine distance au lieu d’y réagir automatiquement.» Le psychiatre genevois précise également qu’il faut démystifier cette approche issue de la méditation bouddhiste et lui enlever sa dimension exotique: «c’est une approche clinique de la méditation que nous proposons dans nos thérapies de groupe, une tradition millénaire édulcorée à visée thérapeutique.» Il ne s’agit donc pas de devenir bouddhiste pour les dépressifs qui adoptent le mindfulnesss!

    Pratiquer la méditation chez soi aussi

    Le Département de sante mentale et psychiatrie des HUG propose un programme de 8 semaines de psychothérapie cognitive intégrant le mindfulness, à raison de deux heures hebdomadaires. Divers exercices de méditation sont enseignés aux patients. Les candidats ne sont pas en plein épisode dépressif, mais redoutent plutôt le retour de la tempête. «La dépression est une affection qui se caractérise par un très haut risque de rechutes, précise le Dr Guido Bondolfi, une vulnérabilité cognitive caractérise donc nos patients qui passent par des phases de  fragilité. Les groupes que nous proposons sont destinés à des patients ayant souffert de dépression mais qui sont pour l’instant en rémission. Et nous constatons un impact positif de la méditation, avec une réduction des risques de rechute.» Pendant les deux mois de thérapie, ils s’engagent à pratiquer quotidiennement 45 minutes de mindfulness chez eux. «Nous les encourageons à continuer cette pratique à la fin du programme. L’idée est vraiment qu’ils deviennent autonomes», conclut le psychiatre.

    Tiré de: http://www.planetesante.ch/Mag-sante/Psycho/Mediter-pour-eviter-les-rechutes-depressives

  • Guérir en pratiquant le Qigong

    Pratique de Gong.jpg

    La pratique du Falun Gong permet de soigner une jeune fille mourante (témoignage)

    Il y a plus dix ans, on m'a présenté un pratiquant de Falun Gong dont la femme était décédée et qui l'avait laissé avec une fille nouveau-née. Peu de temps après leur mariage, sa femme est morte de leucémie, un diagnostic qu'elle a reçu alors qu'elle était enceinte. Elle dépendait de transfusions sanguines pour survivre jusqu'à ce qu'elle ait eu le bébé, qu'ils ont appelé Fuda. Le mari était mentalement et physiquement épuisé après le décès de sa femme. Quelques années plus tard, il a appris le Falun Gong et a commencé à pratiquer. Il se débarrassa de toutes ses mauvaises habitudes et repris confiance en la vie.

    À l'âge de huit ans, Fuda était très mince et souffrait souvent de maux de tête et d'étourdissements. Elle se blessait facilement et souffrait de saignements de nez fréquents. Lorsqu'elle souffrait de ces symptômes, je lui lisais le « Zhuan Falun » à haute voix ou mettais les conférences audio du Maître. Les saignements de nez de Fuda cessaient alors et elle pouvait s'endormir. En outre, sa douleur avait disparu à son réveil. Fuda éprouvait souvent un grand malaise dans la gorge. Chaque fois elle crachait une flaque importante de mucus, et par la suite elle s'est rétablie et n'a plus fait de rechutes. Aujourd'hui, Fuda est en très bonne santé et pleine d'énergie. Elle dit : « Je sais que c'est Dafa qui m'a sauvée la vie. »

    Au cours des dix dernières années, même si nous avons souffert la persécution physique et mentale, ainsi que des difficultés financières imposées par le Parti communiste chinois (PCC), tous les membres de ma famille ont toujours été en très bonne santé en raison de Falun Dafa.

    Une fois, j'ai été envoyé dans un camp de travaux forcés avec d'autres pratiquants, parce que nous ne renoncions pas à notre croyance dans le Falun Gong. Les policiers nous ont dit : « Aujourd'hui, les seules personnes qui ne font pas des choses illégales en Chine sont les gars qui pratiquent le Falun Gong. Vous pouvez nous parler du Falun Gong, cependant, vous serez arrêtés, si vous parlez aux autres. Nous savons que tous les pratiquants sont de bonnes personnes et d'une moralité élevée ! » Je me suis senti heureux suite à leurs bonnes pensées.

    Tiré de: http://www.vraiesagesse.net/news/1008/15/E119069_20100805_FR.html

  • La méditation peut améliorer la qualité de vie des malades chroniques

    Méditation.jpgDepuis les années 1960, les effets de la méditation ont été beaucoup étudiés. Une des dernières recherches en date1 vient démontrer qu'elle peut améliorer la qualité de vie et diminuer les symptômes et le stress de personnes atteintes de maladies chroniques.

    La technique utilisée dans cette recherche, nommée mindfulness-based stress reduction, a été développée par le chercheur Jon Kabat-Zinn au début des années 1980 et est essentiellement fondée sur l'attention au moment présent. Les 135 patients souffrant de diverses affections, du cancer à l'insomnie, devaient pratiquer 20 minutes de méditation par jour, pendant 8 semaines.

    En utilisant divers questionnaires de mesure, les chercheurs ont pu montrer que la méditation améliorait l'état de santé des patients, notamment en augmentant leur vitalité et en diminuant la souffrance psychologique ainsi que la douleur et les symptômes physiques reliés à leurs maladies.

    Les effets de la méditation semblent avoir un impact à long terme. Un an après la fin du programme en question, les patients ont affirmé avoir maintenu leur qualité de vie, leur moral et l'atténuation de leurs symptômes. Selon Diane K. Reibel, principale auteure de la recherche, la méditation devrait être considérée comme un traitement complémentaire aux soins conventionnels de la médecine.

    Bien que cette recherche n'ait pas comparé les résultats du groupe expérimental avec ceux d'un groupe témoin, elle vient confirmer plusieurs autres études effectuées avec la même approche auprès de divers groupes de malades atteints de cancer2, de psoriasis3et d'anxiété4.

     

    1. Reibel DK, Greeson JM, Brainard GC, Rosenzweig S. Mindfulness-based stress reduction and health-related quality of life in a heterogeneous patient population. General Hospital Psychiatry. 2001 Jul-Aug;23(4):183-92.
    2. Carlson LE, Ursuliak Z, Goodey E, Angen M, Speca M.
    The effects of a mindfulness meditation-based stress reduction program on mood and symptoms of stress in cancer outpatients: 6-month follow-up. Support Care Cancer. 2001 Mar;9(2):112-23
    3. Kabat-Zinn J, Wheeler E, Light T, Skillings A, Scharf MJ, Cropley TG, Hosmer D, Bernhard JD.
    Influence of a mindfulness meditation-based stress reduction intervention on rates of skin clearing in patients with moderate to severe psoriasis undergoing phototherapy (UVB) and photochemotherapy (PUVA). Psychosom Med. 1998 Sep-Oct;60(5):625-32.
    4. Miller JJ, Fletcher K, Kabat-Zinn J.
    Three-year follow-up and clinical implications of a mindfulness meditation-based stress reduction intervention in the treatment of anxiety disorders. Gen Hosp Psychiatry. 1995 May;17(3):192-200.

    Tiré de: http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2001092000

  • Le caractère chinois 醫Yi – Médecine, traitement médical

    Caractère chinois Médecine.jpg

    醫Yi – Médecine, traitement médical

    L'évolution des caractères chinois signifiant la 'médecine' ou le 'traitement médical' témoignent de l'évolution de la pratique de la médecine chinoise. Le caractère 醫 (yī) représente le substantif "médecine" et aussi le verbe pour le 'traitement médical'. Le symbole originel tel que trouvé sur les os divinatoires de la période pré-chrétienne était beaucoup plus simple. Il était composé de la pointe d'une flèche et d'un crochet facilement reconnaissables. Dans les temps anciens, l'arc et la flèche étaient, partout, des armes courantes, même en temps de guerre. Les soldats blessés par les flèches avaient besoin qu'on les leur retiredu corps. L'outil de choix était un crochet. Ceux capables d'extraire du corps de quiconque une flèche au moyen d'un crochet étaient désignés comme docteurs.. Le procédé d'extraction était considéré comme un traitement médical. Ainsi on peut en déduire que les symboles sur les os divinatoires d'il y a 4000 ans décrivent une manière de pratiquer la médecine à cette époque.

    A mesure que la civilisation s'est développée, est apparu le caractère chinois écrit pour 'médecine': 醫. Ce caractère est composé de trois parties: 医 (yī), 殳 (shū) et 酉 (yŏu). 殳 était désigné sur les os divinatoires par une main, tenant des outils; qui indique un ou des outil(s), mais il désignait aussi le couteau utilisé pour une opération chirurgicale. Le symbole divinatoire 酉 ressemble à un tonnelet à vin en céramique au ventre bien large, symbolisant l'alcool, probablement utilisé pour stériliser le couteau et anesthésier le patient en même temps. Dans le caractère 醫, le symbole 酉 signifie la désinfection du couteau durant l'opération chirurgicale avec l'alcool, et l'anesthésie de la personne opérées.

    L'évolution des symboles chinois pour la 'médecine' et le 'traitement médical' indiquent l'évolution de la pratique de la médecine chinoise. C'est une indication claire que la médecine traditionnelle Chinoise ne dépendait pas seulement des herbes médicinales, mais aussi d" opérations chirurgicales, même dans les temps anciens.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200809/41377.html

  • La méditation chinoise est bonne pour le cerveau, selon une étude

    synapse-dans-le-cerveau-humain.jpgWASHINGTON — Seulement onze heures de pratique d'une technique de méditation fondée sur la médecine traditionnelle chinoise permettent d'améliorer le fonctionnement du cerveau, selon une recherche publiée lundi aux Etats-Unis.

    La technique appelée "gymnastique intégrée du corps et de l'esprit" (IBMT, pour "integrative body-mind training") améliore la connectivité cérébrale en dopant le fonctionnement d'une zone du cerveau qui aide une personne à ajuster son comportement en fonction de ce qu'elle souhaite réaliser, expliquent les auteurs de l'étude parue dans les Annales de l'académie américaine des sciences (PNAS).

    L'IBMT a été adaptée de la médecine chinoise traditionnelle dans les années 90 en Chine, où des milliers de personnes la pratiquent. Elle est actuellement enseignée à des étudiants de l'Université d'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis).

    Cet enseignement s'inscrit dans le cadre d'une recherche menée par Tang Yi-Yuan, de l'Université de Technologie de Dalian (nord-est de la Chine), en collaboration avec le psychologue Michael Posner de l'Université d'Oregon.

    Les travaux ont porté sur 45 étudiants, 28 hommes et 17 femmes. Vingt-deux sujets ont suivi un entraînement à la technique IBMT, tandis que 23 participants ont représenté le groupe de contrôle.

    Les chercheurs ont utilisé des techniques d'imagerie par résonance magnétique permettant d'observer les fibres reliant les différentes zones du cerveau avant et après un entraînement à la technique de méditation.

    Ces observations ont montré des changements dans la connectivité cérébrale après six heures de pratique d'IBMT, dont les effets deviennent nets après douze heures d'exercice, indiquent les chercheurs. Ils précisent n'avoir observé aucune modification dans le groupe témoin n'ayant pas pratiqué l'IBMT.

    Les changements ont été les plus évidents dans une zone cérébrale appelée circonvolution cingulaire antérieure, qui régule les émotions et le comportement.

     

    Tiré de: http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hJPN6W_h5OKuTmqTMLyXNQWmSQpw

     

  • La médecine chinoise et la longévité

    Un petit déjeuner de qualité, un souper léger, manger à 70 % de sa faim aux trois repas préviennent les maladies. Selon un dicton chinois, manger léger, se laver le visage à l'eau froide et prendre des bains de pieds chauds aident à maintenir une bonne santé. Cao Yanjian, un expert en longévité de la période de la dynastie des Qing (1644_1911), disait: « Il est essentiel que les personnes âgées maintiennent un estomac en bon état.»

    Un corps sain dans un esprit sain

    Ainsi si une personne âgée sent que son estomac est toujours ballonné avec des renvois ou une mauvaise digestion quand elle consomme un peu d’aliment froid, elle  peut manger du gingembre avec du porridge. elle  peut aussi, après les repas,  consommer du miel et du gingembre. L’état de son estomac va s'améliorer au fil du temps.

    Face à une situation précoce de refroidissement ou de fièvre, boire un brouet de gingembre et manger du porridge chaud peut interrompre  la maladie. Mais s’il n’y a pas d’amélioration, il faut consulter un médecin.

    Un esprit actif peut prévenir le vieillissement du cerveau. En effet, des activités comme : jouer aux échecs, aux jeux de société, peindre, faire de la calligraphie, du jardinage, lire,  s’intéresser à la poésie, chanter et danser, peuvent prévenir la sénilité. La vie après la retraite est une autre étape de la vie. C’est l’occasion de s’adonner aux activités mises de côté par manque de temps ou de carrière active. Car faire ce que l'on aime est un des ingrédients  secret pour le bonheur.

    Un véritable trésor : une vie équilibrée et la joie au cœur

    Avoir une vie équilibrée est aussi important pour garder une bonne santé. Pour cela, il faut avoir des activités  quotidiennes et de l’autodiscipline. Dormir moins au printemps et en été et plus en automne et en hiver. Avant d'aller dormir, se laver les pieds avec de l'eau chaude. Les hommes peuvent dormir sur le côté droit. Il faut être attentif aux changements climatiques pour adapter ses vêtements aux différences de température. Cela permet d’éviter des refroidissements car il est préférable de prévenir la maladie plutôt que de prendre des médicaments.

    Le cœur gai, car il vaut mieux être magnanime et content de sa situation. En effet  les émotions sont une source de maladie. Être bénévole et moins se soucier de la renommée et de la richesse sont des attitudes   qui favorisent une meilleure santé. L'anxiété et les soucis  sont néfastes. La meilleure façon d'être en bonne santé est d'avoir un esprit ouvert , d’être optimiste et joyeux tous les jours. De même il  est indispensable d’éviter  de vivre dans les souvenirs du passé ou de s’inquiétez pour l'avenir. Bien faire dans le présent est un véritable trésor.

    Li Shiyi est  médecin en médecine traditionnelle chinoise

    Tiré de:

    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Sante-et-bien-etre/La-medecine-chinoise-et-la-longevite.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu