Avertir le modérateur

E- Falun Dafa en Chine - Page 8

  • Le Falun Gong est toujours persécuté en chine

    Combien de personnes ont été touchées par la persécution contre le Falun Gong lancée par Jiang Zemin ?

    Depuis que l’ancien président de Chine, Jiang Zemin a commencé la persécution des pratiquants de Falun Gong en 1999 :100 millions de gens pratiquent le Falun Gong en 1998 et perdent ce droit en 1999 lorsque Jiang interdit la pratique;Des millions de pratiquants de Falun Gong ont été illégalement arrêtés, détenus et/ou maltraité par la police chinoise; Entre 200 000 et un million d’entre eux ont été envoyé en camp de travaux forcés sans aucun jugement.Les associations de protection des droits de l’homme ont des renseignements sur plus de 38 000 cas spécifiques de torture ou de mauvais traitements graves. Plus de 1 000 personnes en bonne santé ont été incarcérées dans des hôpitaux psychiatriques et torturé là-bas, ce que condamne l’association mondiale de psychiatrie (World Psychiatric Association). Plus de 500 ont été condamnés à des peines de prisons allant jusqu’à 18 ans.Au moins 3700 morts sous la torture et les mauvais traitements policiers ont été confirmés, mais des sources provenant du gouvernement chinois parlent d’un chiffre de 7 000 minimums.

    Qu’est-ce que le Falun Gong ?

    Falun Gong est une discipline traditionnelle chinoise qui comprend des exercices méditatifs. Ces principes sont « Vérité », « Compassion » et « Tolérance ». Ceux qui pratiquent régulièrement constatent l’amélioration de leur santé, l’établissement d’une paix intérieure ainsi qu’un plus grand sens moral. La pratique du Falun Gong a commencé en Chine en 1992 et s’est répandue de bouche à oreille à travers toute la Chine et au-delà. Libre et gratuite, elle est aujourd’hui pratiquée par 100 millions de personnes dans plus de 60 pays.

    Est-ce que le Falun Gong est une religion ?

    Falun Gong n’est pas une religion dans le sens où l’entendent les cultures occidentales. C’est la « cultivation et la pratique », l’accent est mis à la fois sur l’élévation de l’esprit et l’amélioration de la santé physique. Le concept de « cultivation » n’est pas familier à la plupart des occidentaux. En Chine, au contraire, on comprend profondément le sens de ce mot. Le terme en chinois est : xiu lian. Xiu signifie « réparer », « mettre en place ». Lian signifie « sentir » ou « raffiner ». Les caractères chinois pour le mot “lian” sont similaires et se prononcent de la même façon que ceux utilisés pour dire « pratiquer [les exercices] ». Ceci est seulement une traduction littérale des caractères qui composent le terme.

    Pour avoir une meilleure compréhension du concept de la cultivation, regardons l’histoire de la Chine. Il y a environs 2 500 ans, le sage Lao Zi (Lao Tseu) apparut en Chine. Lao Zi écrivit le livre Tao Te Ching (Dao De Jing) et c’est de cette manière qu’une grande partie de la société entendit parler du « Tao » également appelé « la Voie ». À peu près au même moment, le Bouddha Shakyamuni (connut aussi sous le nom de Gauthama Siddartha) est apparu en Inde. Shakyamuni diffuse le bouddhisme en Inde pendant 49 ans avant qu’il ne se répande en Chine.
    Ces deux écoles forment la base de la plupart des pratiques spirituelles en Chine.

    Les religions - tel que les définît la culture asiatique - sont également considérées comme des formes de cultivation. Il y a le Bouddhisme avec ses temples, ses moines etc., et il y a également différentes sectes bouddhiques. De la même façon pour la religion Taoïste.
    Mais, la voie de cultivation de l’école de Bouddha ne s’arrête pas là et l’école Taoïste non plus. Il y a en effet beaucoup de pratiques de ces écoles qui ne sont pas considérées comme faisant partie de la religion bouddhiste ou taoïste. Souvent, ces pratiques sont transmises à quelques disciples par un enseignant, et ce, sans aucune formalité religieuse, édifices religieux etc. Elles sont également considérées comme des voies de cultivation. Les Asiatiques ne les considèrent pas comme des religions.

    Donc, en Chine, on considère qu’il n’est pas nécessaire d’être religieux pour atteindre un niveau d’accomplissement spirituel, en revanche, suivre une méthode pour cultiver est nécessaire. Ici en occident, nous ne connaissons pas vraiment le concept de cultivation et tout ce qui appartient ou domaine spirituel et à la question de transcender le monde humain est traditionnellement classé dans le domaine religieux.

    Pourquoi le gouvernement chinois persécute-t-il le Falun Gong ?

    Une enquête du gouvernement chinois indique qu’en 1998 - 6 ans après sa présentation au public - le nombre de pratiquant du Falun Gong atteint 100 millions de personnes. Craignant que le succès du Falun Gong éclipse son pouvoir, le chef des autorités chinoises ordonna l’ « éradication » de cette pratique chinoise traditionnelle. Selon un article du Washington Post en 1999 : « Des sources au sein parti communiste affirment que le comité du Politburo en place à ce moment-là n’approuve pas à l’unanimité les mesures prise contre le Falun Gong. Jiang Zemin a décidé seul que le Falun Gong devait être éliminé. » D’autres groupes dont les croyances ne sont pas sous le contrôle des autorités chinoises sont persécutés en Chine, tel les protestants, les catholiques qui reconnaissent le pape et les bouddhistes tibétains.

    Pour avoir plus d’informations sur les raisons de la persécution du Falun Gong par Jiang Zemin et le régime chinois, visitez la page de notre rapport spécial sur ce sujet.


    Comment le Falun Gong a-t-il répondu à cette oppression ?

    Les pratiquants de Falun Gong de Chine Continentale ont, pendant les six dernières années, continuellement fait appel auprès des autorités chinoises avec des moyens légaux et non violents. Ils ont également résisté à la persécution par des protestations publiques non violentes, actes qui les ont souvent amenés à être emprisonnés, torturés et tués par la police chinoise. Pas un seul rapport ne fait état d’un pratiquant de Falun Gong répondant avec violence, détruisant la propriété d’autrui ou autre comportement de ce type malgré l’injuste traitement qu’ils connaissent. Les pratiquants et les gens qui soutiennent le Falun Gong en dehors de Chine font de longues marches, des « sit-in », font signer des pétitions, organisent des manifestations, font des conférences de presse et informent en détail des abus en matière des droits humain. Ils font leur possible pour permettre aux gens une prise de conscience en utilisant toujours des moyens pacifiques.

    Tiré de : http://www.infofalungong.net/Bulletin/files/questions%20frequentes.htm

  • La WOIPFG soutient la class action chinoise contre la répression du Falun Gong

    L'organisation mondiale d'enquête sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG) a récemment déclaré soutenir la class action amorcée en Chine par des familles de la province du Heilongjiang, qui poursuivent le Parti communiste chinois pour avoir persécuté un ou plusieurs de leurs proches, membres du mouvement bouddhiste Falun Gong.

    Cette déclaration fait suite à la lettre ouverte, le 11 août, signée par «chaque famille d'un pratiquant du Falun Gong illégalement détenu dans la prison de Daqing». Dans cette lettre, les proches et amis de 56 membres du mouvement bouddhiste exposent en grand détail ce que ceux-ci ont subi en prison durant ces dernières années. La lettre accuse en particulier le bureau 610, l'organe semi-officiel du pouvoir chargé de coordonner la lutte contre le groupe pacifiste, d'avoir «pris le pouvoir sur la justice et la police en Chine».

    Onze membres du Falun Gong ont perdu la vie suite aux mauvais traitements dans la prison de Daqing, et une centaine y sont toujours détenus, indique la WOIPFG, qui explique mener elle-même des actions en justice à l'étranger afin que les responsables de la répression soient poursuivis s'ils quittent le territoire chinois.

    Wang Zhiyuan, porte-parole de la WOIPFG, se réjouit de la procédure légale commencée dans le Heilongjiang: «Ils ont osé dire 'non' à la dictature du parti communiste chinois. Nous soutenons énergiquement leur démarche et faisons appel aux proches des autres pratiquants de Falun Gong pour que eux aussi ils osent parler publiquement».

    Tiré de Sound of Hope: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Aujourdhui-en-Chine-05.09.2009.html

  • Conférence de presse à l'Assemblée Nationale pour le Falun Dafa

    Afin de révéler la persécution brutale du Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC), l'Association Falun Dafa France a tenu une conférence de presse dans les locaux de l'Assemblée le jour marquant dix ans de la persécution de la pratique par le PCC.

    Les pratiquants de Falun Gong tiennent une conférence de presse à l'Assemblée nationale pour protester de la persécution par le Parti communiste chinois

    Mme Françoise Hostalier, députée, a présidé la conférence de presse. M. Jack Lang, également membre de l'Assemblée et ancien Ministre de l'éducation, a pris la parole et déclaré son soutien au Falun Gong. Me Gabard, l'ancien rédacteur de RFI section Chine, Wu Baozhang, Zhang Jian, président du Comité des directeurs de la Fédération pour une Chine démocratique, Wu Jiang, président du Parti démocratique du Parti démocratique de Chine, des représentants d'organisations des droits de l'homme et des activistes chinois de la démocratie étaient également présents.

    Mme. Hostalier interviewée par un journaliste

    Mme Françoise Hostalier a déclaré que les pratiquants de Falun Gong sont un groupe pacifique qui sauvegarde les valeurs humaines, des principes qu'elle soutient. Elle pense que tous les démocrates français devraient protéger la liberté, en particulier les politiciens et les membres de l'Assemblée nationale devraient faire entendre clairement leur soutien à ces groupes qui sont persécutés.

    M. Jack Lang et Tang Hanlong Président de l'Association Falun Dafa France

    M. Jack Lang a dit aux pratiquants de Falun Gong "Dîtes moi ce que je peux faire. Je suis à vos côtés. Je vous soutiens et prendrais des mesures pour aider à mettre fin à cette terrible injustice."

    M. Wu Baozhang prend la parole

    M. Wu Baozhang a fait part de ses observations que Falun Gong s'était propagé largement au cour de la résistance pacifique des pratiquants à dix ans de brutale persécution par le Parti communiste chinois. Il a fait remarquer que les pratiquants ont révélé les crimes contre l'humanité du PCC dans la persécution du Falun Gong . Ils ont intenté un procès contre les principaux coupables de la persécution et établi trois médias. La publication des Neuf Commentaires sur le Parti communiste, qui révèle la nature perverse du PCC a amené un grand nombre de gens à quitter le PCC et ses organisations affiliées Shen Yun Performing Arts, composée de pratiquants de FalunGong, fait connaître la culture traditionnelle à travers le monde.

    M. Tong prend la parole

    M. Tong de l'Association Falun Dafa France a fait un discours dénonçant la persécution illégale des pratiquants de Falun Gong par le PCC, née de sa jalousie et de sa tyrannie. Il a retracé le parcours d'opposition pacifique à la persécution des pratiquants de Falun Gong et la vaste propagation du Falun Gong dans le monde.

    TV 5 a couvert la conférence de presse et la série d'activités marquant dix ans de résistance pacifique des pratiquants à la persécution.

    Tiré de: http://www.vraiesagesse.net/news/0908/06/E109697_20090802_fr.html

  • APPEL URGENT POUR LA CHINE

    Pour informer sur les actions en cours pour sensibiliser l'opinion publique internationale, ci dessous un appel du Centre d'information du Falun Dafa daté du 04 08 09 à destination des médias, des ONGs et du gouvernement français. Il est important d'agir avec justesse, pour sauver ces hommes et ces femmes qui sont torturés à mort par les autorités chinoises.

     

    Appel urgent : des dizaines de vies menacées à la prison de Daqing, les autorités affament les prisonniers de conscience du Falun Gong

    Le Centre d’Information du Falun Dafa encourage l’envoi de lettres et mes appels téléphoniques vers la prison alors qu’un ancien détenu anormalement émacié vient de mourir suite aux mauvais traitements
    Le pratiquant de Falun Gong M. Zhu Hongbin est mort le 18 juin 2009 après avoir été torturé et affamé durant sa détention arbitraire à la prison de Daqing.
    20090716-prison-daqing.jpg
    La vie des pratiquants de Falun Gong détenus dans une prison du nord-est de la Chine est gravement menacée alors que les autorités ont ordonné mi-juillet qu’on les empêche de manger. Une photo récente d’un pratiquant émacié relâché en décembre dernier et mort en juin montre le danger encouru par 65 adhérents toujours détenus à la prison de Daqing dans le Heilongjiang.
    Le Centre d’Information du Falun Dafa invite d’urgence les membres de la communauté internationale à contacter la prison pour demander, sans condition, que les pratiquants aient à nouveau le droit de manger et soient libérés immédiatement.
    D’après différents témoignages en Chine, le 8 juillet 2009, la gardien adjoint qui vient d’être nommé à la prison de Daqing, Li Weilong, a ordonné à toutes les divisions détenant des pratiquants de Falun Gong de leur interdire d’aller à la cantine et que personne ne leur apporte à manger. Li — dont des témoins disent qu’il frappe lui-même les détenus pratiquant le Falun Gong — a donné d’autres ordres le 12 juillet pour gaver de force certains pratiquants avec une bouillie de farine de maïs, d’eau et de sel en surdose.
    De tels gavages forcés sont pratiqués régulièrement par des gardiens qui n’ont aucune formation médicale et comme moyen torture plutôt que comme une façon de nourrir la victime. C’est une des premières causes de décès parmi les pratiquants de Falun Gong tués en détention. Nous ne savons pas pour l’instant si des détenus ne pratiquant pas le Falun Gong ont également été soumis à de telles restrictions.
    « La mort par privation de nourriture ou par torture de tout pratiquant dans la prison est la responsabilité non seulement de Li, mais aussi des responsables du Parti qui l’on promu à ce poste, » dit le porte parole du Centre d’Information du Falun Dafa Erping Zhang. « L’utilisation systématique de la privation de nourriture et de la torture contre un groupe de prisonniers religieux est une véritable atrocité. La communauté internationale doit prendre des mesures immédiatement. »
    Une photo et un décès récents témoignent des mauvais traitements systématiques infligés à la prison de Daqing
    La décision en cours qui vise à affamer les détenus pratiquant le Falun Gong à la prison de Daqing est la dernière d’une série de mauvais traitements infligés aux pratiquants détenus dans ce lieu. En mars 2009, la mère d’un pratiquant emprisonné, Sun Dianjun, venue lui rendre visite a découvert que ses mains tremblaient. Quand elle lui a demandé pourquoi, il a raconté que c’était parce qu’il était privé de nourriture depuis plusieurs jours. En juin, le Centre a rapporté la mort à la prison d’un homme de 51 ans M. Li Min (李敏). Li est mort le 23 mai 2009 après avoir été torturé et privé de soins médicaux alors qu’il était atteint d’une attaque cérébrale (communiqué)
    Récemment le Centre a appris la mort d’un homme de 43 ans, M. Zhu Hongbing (红兵), qui travaillait, jusqu’à son arrestation en 2001, à la septième usine d’extraction de pétrole sous la direction du bureau pétrolifère municipal. Zhu est mort chez lui le 18 juin 2009, presque six mois après avoir été relâché de la prison de Daqing, où il avait été détenu pendant sept ans suite à un procès inique. Une photo de Zhu prise après sa libération de la prison, et que le Centre n’a pu obtenir que récemment, montre qu’il est anormalement émacié. (voir photo)
    Comme on peut le voir sur cette photo, parmi les mauvais traitements infligés à Zhu durant ces sept ans de détention à la prison de Daqing, il a été privé de nourriture. Il y a eu une fois où, après cinq jours de privation de nourriture et de sommeil et d’interdiction d’aller aux toilettes, les autorités de la prison lui ont inséré de force un tube dans le nez, la gorge et jusque dans l’estomac. Une autre fois, un gardien a inséré un tube jusque dans ses poumons pour le gaver d’un bol de lait en poudre, ce qui lui a provoqué un ulcère aux poumons.
    « La tragique fin prématurée de M. Zhu montre le danger réel et imminent auxquels font face les pratiquants de Falun Gong détenus à la prison de Daqing et partout ailleurs en Chine, » dit M. Zhang.
    La mort de Zhu porte le nombre total de décès d’adhérents connus sous la persécution à 3,292. Ceci confirme également le triste record de la province du Heilongjiang qui est la plus meurtrière pour les pratiquants du Falun Gong – au moins 413 y sont morts sous les violences des autorités depuis 1999 – ainsi que la triste notoriété de la prison de Daqing, siège de tortures systématiques et barbares (pour les cas précédents d’abus et de mort dans cette prison, voir le rapport du Falun Gong Human Rights Working Group).
    Puni pour avoir résisté pacifiquement à la « Transformation »
    Les pratiquants auraient été privés de nourriture en raison du fait qu’ils refusaient de porter les uniformes de prison. Plusieurs détenus pratiquant le Falun Gong ont en effet récemment tenté de résister à cette première étape dans le programme systématique de « transformation » de la prison. La « transformation » est un processus par lequel les adhérents sont forcés à renier leur foi, ceci reste la pierre angulaire de la campagne de répression du Parti communiste chinois contre le Falun Gong.
    « Les pratiquants à la prison de Daqing qui ont décidé de résister en refusant de porter l’uniforme l’ont fait sur la base d’une compréhension claire de ce qui vient après s’ils acceptent, » dit M. Zhang. « Ils savent que s’ils acceptent leur détention illégale, même de manière anodine en portant l’uniforme, que ce ne sera pas la dernière exigence des gardiens. Ce ne sera que le début. »
    Les différentes étapes de la « transformation » ont été documentées dans un article de 2002 du Washington Post (voir l’article). Dès que les pratiquants sont détenus dans des lieux de lavage de cerveau, des camps de travaux forcés, ou des prisons, ils sont soumis à des pressions – souvent des tortures barbares – visant à les forcer à renoncer à leur foi et jurer allégeance au Parti communiste. Ceux qui acceptent de signer une déclaration de renonciation – même s’ils n’y croient pas du tout – se rendent compte que leur calvaire ne s’arrête pas là. Au lieu de cela, on les force à regarder des vidéos et ceci sera ensuite utilisé pour alimenter des films de propagande et promouvoir la collaboration pour en transformer d’autres.
    Beaucoup de pratiquants résistent à la « transformation, » en prenant une position de principe pour défendre leur foi et ne pas accepter d’être traités comme des « criminels », même s’ils risquent d’être soumis à des violences. Certains ont vu que face à leur action de principe, de potentiels tortionnaires ont complètement changé en arrêtant de les persécuter. D’autres pratiquants ont été relâchés parce que les autorités craignaient que leur détermination nuise à leurs tentatives pour « transformer » les autres. C’est dans ce contexte que les prisonniers de conscience pratiquant le Falun Gong détenus à la prison de Daqing ont choisi de résister aux premières tentatives de « transformation. »
    « Le refus de ces hommes de porter l’uniforme est un acte courageux et compatissant, » dit M. Zhang. « Il vise non seulement à résister au contexte de persécution injuste qui règne dans la prison, mais aussi à protéger d’autres citoyens du tort causé s’ils collaboraient à cette violente répression. »
    « Maintenant la vie de ces héros est en danger. Nous espérons que les gouvernements et les simples citoyens du monde – financiers, mères de sportifs, universitaires etc. – vont prendre dix minutes pour écrire une lettre ou passer un appel qui pourrait sauver la vie de ces gens. »
    Appel urgent :
    Le Centre d’Information du Falun Dafa en appelle :
    • Aux médias internationaux et aux organisations des droits de l’homme pour enquêter et révéler le sort des pratiquants de Falun Gong soumis à la privation de nourriture et à la torture à la prison de Daqing.
    • Aux élus, particulièrement des villes jumelées de Daqing (Calgary, Canada; Chungju, Corée du Sud), pour écrire à la prison et aux autorités locales pour demander la libération sans condition et le droit de se nourrir pour ces pratiquants détenus.
    • Aux citoyens du monde entier pour « parrainer » l’un des pratiquants emprisonnés listé ci-dessous et appeler la prison ou écrire à ses gardiens pour leur demander la libération de cette personne.
    Coordonnées de la prison de Daqing (aussi connue sous le nom de prison de Hongweixing) :
    Daqing Prison
    Ranghu Road, Hongweixing Street
    Daqing City, Heilongjiang Province, 163159
    People’s Republic of China


    Numéros de téléphone :
    • Directeur de la Prison /gardien, Wang Yongxiang : +86-459-5057999 +86-459-5105087 +86-13199086888
    • Li Weilong (récemment promu au poste de garde adjoint, celui qui a ordonné la privation de nourriture, portable) : +86-13936903441
    • Chef de la commission politique, Chen Qingfa : +86-459-5058588 +86-459-4686358 +86-13329491288
    • Directeur des affaires de la prison (responsable de l’approbation des visites des proches) Zhuang Shuben : +86-459-5059073 +86-459-5992988 +86-13009833636
    Détails sur les 65 pratiquants de Falun Gong actuellement détenus à la prison de Daqing.
    Première division : M. Sun Yaomin (孙耀民 , de Tieli), M. Ren Zhongde (任忠德 , de Acheng), M. Liu Xiangchen (刘相臣 , du comté de Bin), M. Sui Ximin (隋喜民 , du comté de Mulan), M. Yang Chengshan (杨成山 , de Acheng), M. Wang Yudong (王宇 , de la ville de Qiqihaer), un nouveau venu (nom inconnu). (Sept pratiquants au total)
    Deuxième division : M. Li Hai (李海 , de Daqing), M. Li Huifeng (李慧丰 , de Qiqihaer), M. Wang Jiang (王江 , de Harbin), M. Zou Guoyan (邹国晏 , de Shuangcheng), M. Shi Baosheng (施宝生 , de Daqing), M. Liu Zhigao (刘志高 , de Daqing), M. Su Taiqi (苏太起 , de la ville de Wuchang), M. Zhang Kuiwu (张奎武 , Zhang avait déjà été emprisonné quand il avait commencé à pratiquer le Falun Gong avant le 20 juillet 1999; il a été transféré dans cette division parce qu’il ne voulait pas abandonner sa pratique une fois qu’elle a été interdite.) (Huit pratiquants au total)
    Troisième division : M. Chen Lei (陈磊 , de Harbin), M. Zhao Shifeng (赵世峰 , du comté de Zhaoyuan), M. Wu Yanchun (武彦春 , de Acheng), M. Qu Yonghua (屈永 , de Acheng), M. Yin Zhenxiang (印振祥 , de Suihua), M. Zhao Xidong (赵喜东 , de Harbin), M. Zhou Shuzhang (树章 , de Tieli), M. Deng Qingshan (邓青山 , de Fuyu), M. Na Zibo (那子波 , de Wuchang), M. Li Zhiwen (李志文 , de Qinggang). (Dix pratiquants au total)
    Quatrième division : M. Li Zhanbin (李占斌 , du comté de Fangzheng), M. Liu Guifu (贵福 , de Harbin), M. Li Hongkui (李洪奎 , de Harbin), M. Wu Chunwen (武春文 , de Shuangcheng), M. Li Chao (李超 , de Shuangcheng), M. Zhai Zhibin (翟志斌 , de Daqing). (Six pratiquants au total)
    Cinquième division : M. Zhang Jian (张建 , de Qiqihaer), M. Wang Shusen (树森 , de Hegang), M. Chen Chunlin (陈春林 , de Anda), M. Gong Haiou (宫海鸥 , de Qiqihaer), M. An Xing ( , de Shuangcheng), M. Liu Hongtu (刘洪 , de Tieli), M. Liu Pengfei (刘朋 , de Harbin), un nouveau venu (nom inconnu). (Huit pratiquants au total)
    Sixième division : M. Zhang Xingye (张兴业 , de Daqing), M. Zuo Gang ( , de Harbin), M. Qiu Xuezhi (邱学智 , de Jixi), M. Yang Gongxi (杨恭喜 , de Acheng), M. Yu Liangbin (于良斌 , de Suihua). (Cinq pratiquants au total)
    Septième division : M. Sun Xinghe (孙兴河 , de Daqing), M. Song Zhanlin (宋占林 , du comté de Tonghe), M. Sun Dianbin (孙殿斌 , de Jixi), M. Yu Shengquan (于生全 , de Harbin), M. Zhao Shijun (赵世军 , de Acheng), M. Huang Tiebo (铁波 , de Acheng), M. Du Deping (杜德平 , de Daqing), M. Wang Shoujun (王守俊 , de Harbin). (Huit pratiquants au total)
    Equipe d’éducation : M. Zhang Zhi (张志 , de Anda), M. Xu Zhi (徐志 , du comté de Baiquan), M. Fu Wenchang (付文昌 , de Acheng). (Trois pratiquants au total)
    Equipe de Service : M. Zhou Guochen (周国臣 , de Daqing). (Un pratiquant)

    Division des malades : Mr. Wang Hai (王海), M. Li Wanyue (李万岳), M. Zhang Tichao (张体超 , de Acheng), M. Wang Mi (王密 , de Jixi), M. Wang Yudong. (王宇), (Cinq pratiquants au total)

    Division inconnue : M. Zhang Xingguo (张兴国 , de Suihua), M. Liu Zhongquan (刘忠全 , du comté de Bin), M. Liu Guoliang (刘国良 , de Harbin), M. Dong Xiaodong (晓东 , de la ville de Wuchang). (Quatre pratiquants au total)


    Tiré de: http://fr.infofalungong.net/content/view/383/1/
  • Une autopsie montre que M. Lu Zhen a souffert un traumatisme physique avant sa mort

    M. Lu Zhen, 33 ans, est mort dans la Première prison de la province du Shandong le 22 juin 2009. Son cou, ses hanches, son estomac et ses jambes étaient couverts de contusions, et il y avait des marques de fouet sur son corps. Sa famille n'a pas cru l'administration de la prison lorsqu'ils leur ont dit qu'il était mort d'un arrêt soudain du cœur et que c'était une mort naturelle. Ils ont demandé une autopsie le matin du 30 juin 2009 et les résultats ont montré qu'il avait enduré un grave traumatisme physique avant sa mort. Il est hautement probable que les coups aient été la cause de sa mort.

    Lire la suite sur: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200907/46710.html

  • Une famille heureuse persécutée par le PCC, le mari est torturé à mort, la femme emprisonnée

    Mme Feng Xiaomei et son mari, M. Wang Hongbin, travaillaient comme ingénieurs dans le département postal de la Cie de Téléphones de la 2009-07-28-2004-10-12-wangboru-01.jpgprovince du Hebei. Mme. Feng était une employée responsable et diligente qui lui avait valu le titre d'ingénieur générale de l'usine alors qu'elle avait à peine trente ans. C'était une personne respectueuse et toujours prête à aider les autres. Leur fils, Wang Boru, est un enfant sensible et mature. C'était une famille visiblement harmonieuse et heureuse.

    La famille autrefois heureuse de Mme. Feng Xiaome est aujourd'hui déchirée en raison de la persécution

    Mais en juillet 1999, le Parti autocratique de la Chine a lancé une campagne illégale d'arrestations, de violence et de propagande à l'encontre de Falun Gong. En conséquence, M. Wang et son épouse ont été illégalement arrêtés et harcelés à répétition. Du fait de la pression exercée à la fois par la ville et le bureau 610 au niveau provincial, l'employeur du couple a fini par les licencier.

    En 2001, M. Wang a été arrêté et torturé par les fonctionnaires du Bureau 610 et des agents des services de police de Yuyua, et a été par la suite condamnée à trois ans de travail forcé. Il a été menotté derrière son dos et forcé à rester debout sur un sol de ciment glacé tandis que les gardes l'interrogeaient pendant toute la nuit. Il a de plus été forcé à les regarder torturer ses compagnons de pratique. Afin de "transformer" M. Wang le plus vite possible, les gardes l'ont soumis à la privation de sommeil, suspendu par ses menottes, et utilisé des allumettes pour lui prêter les mains, réussissant presque à lui brûler les ongles.

    Après avoir été soumis à une torture mentale et physique à long terme, M. Wang autrefois sain, a commencé à manifester les symptomes d'un cancer au poumon. Bien qu'il toussait beaucoup et avait du mal à respirer, les gardes du camp ont ignoré sa condition et refusé de le relâcher. Parce que sa femme n'a pas été autorisée à lui rendre visite pendant toute une année, elle a du rester à l'extérieur des murs du camp de travail avec son fils et appeler son mari. M. Wang ne l'a entendue qu'une seule fois.

    Fin 2003, M. Wang a finalement été libéré et a pu rentrer chez lui. Toutefois, suite à la torture brutale à laquelle il avait été soumis dans le camp, il est décédé au jeune âge de 39 ans.

    La sœur de Mme Feng Xiaomei, Mme Feng Xioamin, a été ultérieurement arrêtée, battue, et détenue pour avoir clarifier les faits sur un site touristique populaire. La famille de sa sœur a plus tard été forcée à quitter sa maison pour échapper à la persécution et à une possible arrestation. Mme Feng Xiaomin à eu beaucoup de mal à élever son fils de trois ans, Tianxing, dans de telles conditions où ils devaient sans cesse s'enfuir. Elle est décédée en conséquence laissant le petit aux soins de Mme Feng Xiaomei.

    Pendant que tout cela se déroulait, les bureaux 610 de la province et de la ville, faisaient des plans pour arrêter Mme Feng Xiaomei. Lorsque le père de Mme Feng, instituteur dans une région rurale, a appris la persécution de ses deux filles, il a fait une dépression et son cœur s'est brisé, il est décédé avant d'atteindre ses soixante dix ans.

    Mme Feng Xiaomei émotionnellement dévastée par la mort de sa sœur et le déchirement de sa famille a pourtant du travailler dur pour les soutenir.

    Mais le 17 avril 2009, Mme Feng a été arrêtée à son travail par des agents des services de police de l'agglomération de Shijiazhuang et des services de police de la ville de Gaocheng et a été détenue cinq jours . Elle a été ensuite emmenée au secret par Liang Jie, un agent de la Division de la sécurité d'état de la ville de Gaocheng et a été portée disparue pendant quatorze jours. Le 16 mai 2009, Mme Feng a été condamnée à un an et demi au Camp de travail pour femmes de la province du Hebei.

    En conséquence, la mère de Mme Feng, qui a dans les soixante dix ans, est restée seule pour s'occuper et soutenir financièrement ses deux petits fils sous les regards scrutateurs d'agents du Parti communiste chinois.

    Veuillez vous lever et condamner la persécution inhumaine du Falun Gong par le PCC et aider à y mettre fin le plus vite possible.


    Date de l'article original : 27/7/2009

    Tiré de http://www.fr.clearharmony.net/articles/200907/46694.html

  • Rassemblement au Capitole à Washington D.C. : « Une vérité puissante et un appel à la conscience »

    Les pratiquants et les défenseurs du Falun Gong ont organisé un rassemblement devant le Capitole à Washington, D.C. le 16 juillet. Plus de 1000 pratiquants, neuf membres du Congrès des États-Unis et des représentants de plus de 10 organismes non gouvernementaux (O.N.G) étaient présents. Le rassemblement était en signe de protestation contre les dix ans de persécution du Falun Gong et en reconnaissance du dixième anniversaire du commencement de la persécution du 20 juillet. Burton Wides, un haut conseiller et avocat du Comité judiciaire de la Chambre, a dit que le rassemblement est « une vérité puissante et un appel à la conscience. »

     


    Le rassemblement


    Burton Wides

    Burton Wides, un haut conseiller et avocat du Comité judiciaire de la Chambre, a aidé beaucoup de pratiquants de Falun Gong, offrant gratuitement des conseils juridiques. Il est venu au rassemblement pour exprimer son soutien. Il a dit que la persécution du Falun Gong par le PCC est pire que la persécution des Chrétiens par l'empereur romain Néron. La persécution vise non seulement le Falun Gong, mais vise également à détruire les critères moraux et les principes humains de tout le monde. M. Wides a dit qu'il est disposé à aider les pratiquants parce que le comportement du PCC viole les droits fondamentaux de l'homme.

    M. Wides était heureux de voir tant de personnes au rassemblement tentant de mettre fin à la persécution. Il a dit que c'est « une vérité puissante et un appel à la conscience. »

    Le docteur Larmor et sa famille

    Faire les exercices devant le Capitole

    Le Dr. Larmor et sa famille viennent d'Allemagne et sont en vacances à Washington, D.C. Ils ont été attirés par les exercices paisibles et ont regardé longtemps. Ils ont été choqués quand ils ont appris les faits au sujet de la persécution.

    « Ils sont si paisibles. Nous pouvons sentir cette paix merveilleuse. Non seulement la méditation est paisible, mais également leur attitude et leur approche en résistant à la persécution sont paisibles. » Dr. Larmor a ajouté « Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement chinois persécute un groupe si paisible ! Ils ne font de mal à personne. »

    L'épouse du Dr. Larmor est mathématicienne. Elle était d'accord avec son mari. « Nous avons eu la tragédie nazie en Allemagne. Nous sommes contre toute persécution. Tout le monde sur la planète devrait bénéficier des droits humains fondamentaux et de la liberté de croyance. »

    Dr. et Mme Larmor étaient heureux de rencontrer des pratiquants de Falun Gong. Ils ont demandé l’information du site Web sur le Falun Gong. Ils ont dit qu'ils essaieraient la méditation.

    Rappel

    Le Falun Gong, ou Falun Dafa, est une méthode de méditation et d’exercices avec un enseignement basé sur le principe universel d'« Authenticité Bienveillance Patience ». C’est une méthode qui a été enseignée en privé pendant des milliers d’années avant d’être rendue publique en 1992 par Me. Li Hongzhi. Le Falun Gong prend ses racines dans la culture chinoise traditionnelle, mais est différent du bouddhisme et du taoïsme. Depuis son introduction en 1992, la méthode s’est transmise rapidement de bouche à oreille à travers la Chine et on la pratique maintenant dans plus de 60 pays. Les principaux textes du Falun Gong sont disponibles dans plus de 30 langues.

    Le 20 juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une persécution brutale contre le Falun Gong. Depuis le début de la persécution, les pratiquants de Falun Gong à travers le monde entier ont constamment révélé la vérité au sujet du Falun Gong et ont exposé les crimes du PCC dans un effort inlassable de mettre fin à la persécution.

     

    Tiré de http://www.vraiesagesse.net traduction du site Minghui

  • Une histoire de non-violence

     

    Le 20 novembre 2001, lors d’un appel sans précédent pour les droits du peuple chinois, trente-six pratiquants de Falun Gong de 12 pays ont levé une bannière où on lisait «Authenticité-Compassion-Tolérance» et se sont assis en position de méditation sur la Place Tiananmen. Ils ont été arrêtés, battus et déportés.( Archives La Grande Époque)
    Le 20 novembre 2001, lors d’un appel sans précédent pour les droits du peuple chinois, trente-six pratiquants de Falun Gong de 12 pays ont levé une bannière où on lisait «Authenticité-Compassion-Tolérance» et se sont assis en position de méditation sur la Place Tiananmen. Ils ont été arrêtés, battus et déportés.( Archives La Grande Époque)

    Le 20 juillet 1999, la violente persécution du Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC) et la résistance pacifique des pratiquants de Falun Gong a commencé.

    10 ans après, le parti communiste a totalement échoué à éradiquer le mouvement spirituel bouddhiste et n’a réussi qu’à mettre en lumière devant le monde entier sa propre nature sanguinaire et l’intolérance de son système dictatorial tandis que le Falun Gong est mieux connu et gagne toujours de nouvelles sympathies.

    Lorsque le PCC a lancé la persécution, il envisageait une éradication rapide. La machine de propagande du PCC s’est vantée de pouvoir complètement «résoudre» la question du Falun Gong en trois mois. Étant donné la façon dont il avait réussi à annihiler tous les groupes de victimes de ses persécutions précédentes, certains experts de la Chine et observateurs internationaux croyaient que le régime du PCC n’aurait besoin que d’une semaine. D’autres prédisaient que pour survivre, le Falun Gong allait devoir entrer dans la clandestinité.

    À mesure que l’histoire se déroule, ce qui semblait être une attaque disproportionnée s’est transformé en une bataille épique entre paix et violence, entre vérité et mensonges, entre conscience et perversité.

    Le PCC s’est inspiré de Staline bien sûr avec ses goulags et ses hôpitaux psychiatriques pour dissidents mais aussi d’Hitler en créant le bureau 610, la Gestapo anti-Falun Gong et aussi en investissant  massivement dans une campagne internationale de communication diffamatoire par le biais des ambassades. Dans les deux premières années de la persécution, le PCC a été capable de faire peser le poids de la société toute entière sur les pratiquants de Falun Gong. Chaque élément de la société, des ministères gouvernementaux aux quartiers, a été tourné contre le Falun Gong. Les pratiquants de Falun Gong ont été forcés à renoncer à leur croyance, renvoyés de leur travail, expulsés de leurs écoles, privés de leur licence de travail, évincés de leur foyer et privés de leur pension et de leur retraite.

    Si le régime est d’une brutalité extrême, il a de plus en plus de mal a terroriser la population. Ceux qui ont refusé de céder à la pression politique et sociale ont été incarcérés, soumis à des sessions de lavage de cerveau, torturés et tués. Des millions et des millions de pratiquants de Falun Gong, des jeunes enfants aux femmes enceintes en passant par les personnes âgées, ont été détenus et maltraités; des milliers ont été torturés à mort et d’innombrables vies échappent au compte. Plus choquant, un camp de concentration clandestin servant de base à un trafic d’organes prélevés sur des pratiquants de Falun gong a été découvert. Avec le blocus de l’information mis en place par le régime le vrai tableau reste caché, l’ampleur et la gravité des atrocités sont difficiles à imaginer.

    Résolument pacifiques

    Face à une extrême injustice, à des tortures abominables et à la mort, les pratiquants de Falun Gong sont demeurés pacifiques. Ils restent pacifiques sous les coups des policiers, ils restent pacifiques quand la police force les détenus à les torturer. Ils ont incarné les enseignements du Falun Gong selon lesquels un pratiquant: «doit parvenir à ne pas rendre les coups pour les coups ni injurier en retour». Seuls des justes s’en remettent à la force morale de la non-violence. Cette force morale n’est pas seulement manifestée par un, deux ou quelques individus, mais bien par tous les pratiquants de Falun Gong. Leur grande tolérance et vertu ont touché d’innombrables personnes, incluant leurs propres bourreaux.

    En même temps que la persécution violente, le régime a aussi lancé une campagne de désinformation de grande envergure pour diaboliser le Falun Gong, inciter à la haine et faire pression sur les pratiquants de Falun Gong. La machine de propagande du PCC, a inondé la presse et les ondes de mensonges et de fabrications indécentes, prétendant par exemple que Falun Gong prêchait la fin du monde et encourageait le suicide. Fidèle à l’esprit de Staline, le régime dit traiter les pratiquants de Falun Gong «comme une mère traite ses filles» en voulant les éloigner des principes millénaires de la tradition chinoise et en les faisant rentrer dans le droit chemin selon la doctrine du communisme, il prétend aussi avoir gagné des victoires décisives en réussissant à «transformer 98% des pratiquants de Falun Gong avec succès» en les envoyant dans des camps de travail forcé pour leur faire subir toutes sortes de tortures et de séances de lavages de cerveaux. Au début de 2001, le régime a même orchestré une auto-immolation de cinq personnes sur la place Tiananmen et tout comme Néron reportant sur les chrétiens la responsabilité du grand incendie de Rome, Falun Gong s’est vu accusé de l’immolation. La puissante propagande a empoisonné de nombreuses personnes et leur a fait haïr Falun Gong sans le connaître et participer à la persécution.

    Avec un réel souci de secourir les victimes de ces venimeux mensonges qui deviennent bien souvent complices malgré eux de ces crimes organisés, les pratiquants de Falun Gong ont persisté dans ce que le langage chinois appelle «clarifier la vérité» - informer les gens des faits réels à propos de Falun Gong et susciter une prise de conscience sur cette persécution qui repose entièrement sur des mensonges. Au début, peu de gens ont écouté et ils ont même dénoncé nombre de pratiquants aux autorités. Mais peu à peu, les gens ont commencé à écouter. En apprenant l’horreur de la torture et en voyant à travers les mensonges du PCC, les Chinois ont commencé à se désolidariser de la campagne de persécution menée par le gouvernement. Il en a résulté une grande vague de démission du PCC.Les gens démissionnent en masse sous leur vrai nom ou sous un pseudonyme, déjà plus de 60 millions de Chinois ont choisi de se libérer des voeux de fidelité que le parti leur avait arrachés à l’école, à l’armée et au travail. En effet, Le PCC ne peut plus mobiliser la société à l’assister dans sa folie meurtrière comme il l’a fait par le passé avec la révolution culturelle et autres épisodes sanglants de l’histoire du parti. De plus en plus de gens ont commencé à protéger les pratiquants de Falun Gong et à les aider à propager la vérité.

    Pour la première fois, la machine de propagande du PCC se tait. Si elle continuait sa campagne de diffamation contre Falun Gong ouvertement, elle enverrait le message que Falun Gong est toujours debout et que les pratiquants de Falun Gong sont toujours forts en Chine. Pour la première fois au cours de sa longue histoire dictatoriale, le PCC a dû rendre sa persécution clandestine et arrêter de prétendre à d’autres «victoires décisives».

    Cependant, le régime ne peut empêcher la roue de tourner. La persécution de Falun Gong a totalement mis à nu la nature despotique du PCC. En même temps, le courage des pratiquants de Falun Gong a réveillé des consciences un peu partout dans le monde.

    Cette résistance à une persécution violente due à la clarification des faits et l’éveil des consciences est sans précédent. La volonté dont les pratiquants de Falun Gong ont fait preuve et les immenses sacrifices qu’ils ont faits sont ce que le langage chinois décrit comme «surprendre les cieux et émouvoir les divinités.» Lorsque cette page de l’histoire sera tournée, il ne fait pas de doute que les historiens, les écrivains et les érudits viendront encore et encore explorer le combat épique qui a lieu aujourd’hui sous nos yeux.

    La persécution est en cours et l’histoire continue à se dérouler. Vous faites partie de cette période charnière de l’histoire. Vous pouvez participer à cette clarification de la vérité historique.

    La persécution du Falun Gong par le PCC échoue sur tous les fronts. Sa fin s’accélère par votre participation à la clarification de la vérité et, un jour, vous serez fier de raconter à vos petits enfants : «J’étais présent et j’ai agi.»

    Si vous voulez  agir contre la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine, veuillez contacter amnesty International ou par internet sur le site: amnesty.org/fr mots clés : Chine. Détention au secret / Prisonniers d’opinion

     

    Tiré de La Grande Epoque: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Une-histoire-de-non-violence.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu