Avertir le modérateur

E- Falun Dafa en Chine - Page 7

  • Vidéo: Persévérance malgré la persécution en Chine

    13

     

    Que feriez-vous si votre gouvernement vous envoyait en prison et vous torturait à cause de vos croyances spirituelles ? Une femme du nord-est de la Chine vient juste d’en être victime - et maintenant elle fait part de son histoire pour aider à faire stopper la persécution des autres personnes.

    Sun Xuemei, âgée de 46 ans, était professeure dans la province de Jilin en Chine. Mais elle a dû fuir son pays après que la police chinoise l’ait arrêtée et torturée; non pour avoir commis un crime, mais pour avoir refusé de renoncer à ses croyances spirituelles.

    Sun pratique le Falun Gong, une discipline spirituelle qui inclut la méditation et des enseignements de principes moraux.

    Comme des millions d’autres pratiquants en Chine, Sun dit qu’elle a tiré profit du Falun Gong.

    Sun Xuemei, victime de la persécution :
    « Après avoir pratiqué le Falun Gong, en moins de trois mois, toutes mes maladies ont disparu. J'étais très excitée à l'époque, et j'ai pensé que le Falun Gong était tout simplement incroyable. »

    Puisque la pratique est devenue populaire et très répandue, le Parti Communiste Chinois a lancé des mesures de répression nationale en 1999. Ils ont effectué des arrestations massives, condamnant les pratiquants à une peine de prison et des de travaux forcés,  à moins qu'ils n'acceptent de renoncer au Falun Gong.

    En 2002, la police a fait irruption dans la maison de  Xuemei. Ils l’ont arrêtée ainsi que quatre autres pratiquants du Falun Gong. Ils les ont emmenés à la station de police locale, où ils ont été interrogés et torturés.

    Sun Xuemei :
    « Ils ont utilisé ce dispositif de torture sur moi, ils ont menotté mes mains et  maintenu mes bras en l’air, ouverts comme ça avec deux tuyaux de chaque côté. Quand ils tiraient sur les tuyaux, mes pieds touchaient à peine le sol. Aussitôt, les menottes se sont creusées dans mes poignets. En quelques minutes, mes mains sont devenues noires. Cette douleur est indescriptible.»


    Selon le Centre d’Information du Falun Dafa, la torture physique est une méthode couramment utilisée par la police chinoise et les gardiens de prison pour forcer les pratiquants du Falun Gong à renoncer à la pratique.

    Sun mentionne que malgré la torture, elle n'a pas renoncé à ses convictions. Ainsi, les autorités ont tenté les travaux forcés. Ils l'ont forcée à faire des marchandises pour l’exportation, la faisant travailler plus de dix heures par jour dans les pires conditions carcérales.

    Sun Xuemei :
    « Puisque je ne me « réforme pas », ils me font travailler. Tout le travail implique des marchandises à base de produits toxiques, nous faisant faire de l'artisanat comme des figurines et des arbres de Noël. À ce moment là, beaucoup d'entre nous ont des vertiges, vomissant et faisant des allergies aux matériaux que nous utilisions. Parfois, nous ne pouvions pas voir de nos yeux, comme si nous étions empoisonnés. Nous avons fait ce travail pendant longtemps. »

    En définitif, Sun a été arrêtée à six reprises entre 1999 et 2007. Mais elle a toujours refusé de renoncer à ses croyances, restant ferme dans sa pratique du Falun Gong.

    En 2007, elle a décidé de fuir la Chine. Elle fait maintenant une requête en tant que réfugiée politique dans un autre pays d’Asie, mais pour sa sécurité, elle nous a demandé de ne pas le révéler.

    Elle travaille aussi avec des pratiquants locaux pour exposer les violations des droits l'homme du régime chinois contre le Falun Gong.

    Sun Xuemei :
    «J'espère que tous les gens bienveillants du monde entier réagiront du côté de la justice, pour mettre fin à cette persécution.»

     

    Tiré de: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2010-07-20/926928193437.html

  • Une chronologie de la persécution

    La persécution du Falun Gong depuis 1999 connaît censure et propagande de la part du parti communiste chinois même au delà des frontières de la Chine. Les médias internationaux et les gouvernements n'osent pas en parler.  Pourtant cette persécution semble être d'une cruauté et d'une injustice jamais rencontrées auparavant. Elle représente un moment historique clé de la Chine qu'il est important de connaître pour comprendre la complexité de la Chine. Laurent Gey

     

    Nous croyons que lorsque la vérité sur la persécution de Falun Gong en Chine sera totalement révélée, la persécution prendra fin, car le monde ne pourra simplement pas le tolérer. Que les dirigeants communistes en Chine se soient donnés tant de mal pour dissimuler leurs actions depuis 1999 indique qu’ils le pensent aussi.

    À cette fin, l'article qui suit s'intègre dans une série spéciale visant à révéler plus complètement la persécution de Falun Gong en Chine sous tous ses aspects et en faire la chronique. Nous invitons nos lecteurs à prêter attention ce mois-ci, au quotidien, à d'autres articles documentant les crimes contre l'humanité commis par le Parti communiste chinois au cours des onze dernières années de la persécution de Falun Gong.

    **************

    1996
    À mesure que Falun Gong devient plus populaire, les premiers signes de répression par l'état apparaissent. Peu de temps après avoir été nommés best-sellers, les livres de Falun Gong sont interdits de toute publication. Le premier article de critique du Falun Gong parle principal média géré par l'État apparaît dans le Guangming Daily le 17 juin. M. Li part aux États-Unis


    1997
    Le Bureau de sécurité publique mène une enquête afin de déterminer si Falun Gong doit être considérée comme une «secte diabolique», mais l'enquête conclut : "aucune preuve trouvée à ce jour." (http://faluninfo.net/article/518/?cid=4)


    1998-1999
    La police perturbe les pratiques d'exercices matinales du Falun Gong dans les parcs et fouille le domicile d’adhérents de Falun Gong qui aident à organiser des activités de groupe.

    Les attaques contre Falun Gong continuent dans les médias d'Etat. Falun Gong répond aux critiques en rendant visite et parfois en pétitionnant devant les locaux du journal local ou de la télévision afin d'expliquer ce qu'est le Falun Gong et laver sa réputation. De tels événements ont lieu à Pékin, Tianjin, Guangzhou et d'autres grandes villes.

    Les médias chinois et les enquêtes gouvernementales indiquent qu'au moins 70 millions de personnes en Chine pratiquent le Falun Gong.(http://faluninfo.net/article/517/?cid=4


    Avril 1999
    He Zuoxiu, un éminent marxiste-athée, dénigre le Falun Gong et le qigong en général dans un magazine universitaire de Tianjin. Les pratiquants de Falun Gong locaux se rassemblent à Tianjin, et demandent au magazine de réparer les dommages causés à leur réputation.

    Bien que le rassemblement soit pacifique, les 23 et 24 avril, la police anti-émeute est envoyée, et 45 pratiquants sont arrêtés et certains battus. Lorsque les pratiquants demandent aux autorités de Tianjin de libérer ceux qui ont été arrêtés, on leur dit que les ordres sont venus de Pékin et que s'ils veulent faire une requête ils doivent se rendre à la capitale.


    25 avril 1999
    Le lendemain, le 25 avril 1999, plus de 10 000 adhérents du Falun Gong de Pékin, des alentours de Tianjin et d'autres villes de la région se rassemblent à l'extérieur du bureau des appels du conseil d'état à Pékin.

    Le bureau est situé juste à côté de Zhongnanhai, le complexe résidentiel des dirigeants du Parti communiste. Malgré l'accusation ultérieure par le Parti que le Falun Gong avait "assiégé" Zhongnanhai, le rassemblement était en fait remarquablement pacifique et ordonné, avec des pratiquants veillant à laisser libres les entrées et les sorties, et les trottoirs - comme l’ont également rapporté les médias étrangers.

    Les adhérents demandent que ceux qui ont été arrêtés à Tianjin soient libérés, que l'interdiction de publication des livres du Falun Gong soit levée et qu'ils puissent recommencer à pratiquer sans l'interférence du gouvernement.

    Puis, le Premier Ministre Zhu Rongji rencontre les représentants du Falun Gong dans son bureau. A la fin de la journée, ceux ayant été arrêtés à Tianjin sont libérés et le rassemblement se disperse calmement.
    Toutefois quelques heures plus tard, le dirigeant communiste d’alors, Jiang Zemin, s’oppose à la position apaisante de Zhu, et déclare que s’il ne peut pas venir à bout du Falun Gong, le Parti deviendra la « risée » de tous. ( http://faluninfo.net/article/518/?cid=4)


    10 juin, 1999
    Jiang Zemin créé le bureau 610, une agence de sécurité secrète ayant mandat de spécialement éradiquer le Falun Gong. Jiang lui accorde un pouvoir absolu sur chaque niveau de la police, du gouvernement et sur le système judiciaire et plus tard le bureau 610 devient le principal outil servant à arrêter, torturer et assassiner Falun Gong ( http://faluninfo.net/topic/17/)


    Juillet 1999
    Depuis le rassemblement du 25 avril jusqu'à la mi juillet, les pratiquants dans toute la Chine rapportent être suivis et interrogés par des policiers en civil, tandis que le Parti compile des listes de pratiquants et fait ses derniers préparatifs pour l'interdiction qui va suivre.

    Le 20 juillet 1999, la police commence à arrêter des adhérents qu’ils considèrent comme des organisateurs clés. Le 22 juillet 1999, un bombardement médiatique commence. Les ondes, les écrans de télévision et les colonnes des journaux se remplissent d’attaques du Falun Gong. Des camionnettes équipées de haut-parleurs sillonnent les rues et les campus, avertissant les gens que pratiquer Falun Gong est désormais illégal. Parmi les stipulations de l’interdiction, protester de l’interdiction est également interdit. (report)


    Octobre 1999
    Des adhérents de Falun Gong tiennent une conférence de presse secrète pour les médias étrangers à Pékin visant à dénoncer la persécution à laquelle ils font face. A la fin de la conférence, les participants sont arrêtés. Mme Dong Yan, l'une des adhérentes à avoir pris la parole à la conférence de presse a été plus tard torturée à mort en détention.

    Jiang fait voter une loi qui rétroactivement justifie l'interdiction du Falun Gong. (Rapport de Human Rights Watch report)


    Hiver 1999-2000
    Alors que les séries d’arrestation continuent et que les premiers rapports de décès suite à la torture en garde vue voient le jour, les Falun Gong à travers la chine se rendent à Pékin pour faire appel à leur gouvernement et demander l'aide de la communauté internationale en faisant la méditation ou en déployant des banderoles sur la place Tienanmen. Les banderoles énoncent souvent simplement "Falun Dafa hao (Falun Dafa est bon).

    Les médias internationaux saisissent à répétitions des images de la police assaillant des gens en méditation sur la place et les frappant à terre avant de les emmener (report)


    Janvier 2001
    Les médias gérés par l'état affirment que les pratiquants de Falun Gong se sont immolés sur la place Tienanmen pour protester. La soi disant auto-immolation devient la pièce maîtresse de la propagande contre le Falun Gong et est utilisé pour donner du crédit à une campagne devenue de plus en plus impopulaire.

    Bien que la plupart des médias étrangers se contentent de faire un copier coller des rapports du porte parole du Parti l'agence Xinhua et de la Télévision Centrale de Chine, l'incident de l'auto immolation apparait de plus en plus suspect, notamment parce que les enseignements du Falun Gong considèrent le suicide comme un péché. Les enquêtes menées par le Washington Post et d'autres, notamment l'analyse au ralenti de la propre vidéo du Parti, font un trou après l’autre dans la version de l'histoire du Parti et soulève des questions alarmantes. ((http://faluninfo.net/tiananmen/immolation.asp) ).


    Le 20 novembre 2001
    Un groupe de 35 pratiquants de Falun Gong de 12 pays différents se rassemble la place Tienanmen pour méditer sous une banderole avec les mots: "Authenticité, Compassion, Tolérance". –les principes du Falun Gong. Ils ont arrêtés et battus dans les minutes qui suivent. Des manifestations similaires par des pratiquants du Falun Gong étrangers se poursuivent les années suivantes. (report1 / report2)


    Le 5 mars 2002
    Les pratiquants de Falun Gong du nord-est de Changchun interceptent le réseau télévisé officiel chinois. Ils diffusent une vidéo de 45 minutes qui n'aurait aucune chance d'être vue autrement en Chine, montrant notamment comment Falun Gong est librement pratiqué à l'extérieur de la Chine et pourtant persécuté sur le continent chinois.(news)

    De rage, Jiang Zemin donne l'ordre à la police de "tirer pour tuer" sur les pratiquants de Falun Gong attrapés entrain d’afficher des matériaux d'information.

    Pendant plus de trois jours, la ville de Changchun se transforme en scène de chaos, 5 000 personnes étant arrêtés, le nombre de décès pendant cette période reste toujours inconnu (news).. Parmi ceux qui participent à la diffusion, plusieurs sont par la suite torturés en garde à vue, y compris M. Liu Chengjun, objet d'une action urgente d'Amnesty International (news). Des interceptions similaires des signaux de radiodiffusion continuent de façon sporadique dans toute la Chine les années suivantes.


    Novembre 2002
    Hu Jintao commence officiellement à remplacer Jiang, bien que Jiang et ses partisans profondément attachés à la persécution du Falun Gong - principalement Luo Gan, Zhou Yongkang, Jing Liu, Li Lanqing, et Zeng Qinghong – continuent à pousser la campagne.


    Juillet 2004
    Le nombre de cas documentés de pratiquants du Falun Gong décédés suite à la persécution la plupart suite à la torture en garde à vue, atteint les 1 000. Des estimations évaluent le nombre actuel de morts à 10 000.


    Novembre 2004
    Les "Neuf commentaires sur le Parti communiste" une série d'éditoriaux sur le Parti publié outremer par The Epoch Time (www.ninecommentaries.com), commencent à circuler clandestinement à travers la Chine. Les touristes ramènent des copies de Hong Kong, d'autres les téléchargent d’Internet ou les reçoivent dans des mails.

    Les Neuf commentaires incluent un chapitre sur la persécution du Falun Gong, et déclenchent une vague de dénonciations et de retraits du Pari et de ses organisations affiliées à travers toute la Chine et la diaspora chinoise


    Décembre 2004
    L'éminent avocat des droits de l'homme Gao Zhisheng de Pékin écrit au Congrès national du peuple à propos de la persécution du Falun Gong. Les mois qui suivent le cabinet de Gao est fermé, il est radié du barreau, traqué, placé en résidence surveillée et finalement détenu- en grande partie pour sa position ouverte sur la question sensible du Falun Gong et parce qu'il a démissionné du PCC. Le procureur Guo Guoting (report ) s'était déjà prononcé contre la persécution et avait été radié ()


    Juin 2005
    Le nombre de cas documentés de pratiquants du Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 2 500. (news).

    L'ancien diplomate chinois Chen Yonglin et l'ancien policier du bureau 610 Hao Fengjun désertent pour l’Australie en faisant sortir clandestinement des documents. Chen affirme qu'il y a 1000 espions chinois actifs, rien qu'en Australie. Hao dit qu'il a quitté la Chine après avoir assisté à la torture d'une adhérente du Falun Gong (report ).


    Mars 2006
    Une femme ayant travaillé dans un hôpital chinois et un journaliste chinois révèlent que les pratiquants du Falun Gong dans le nord-est de Sujiatun sont tués par milliers pour leurs organes. Alors que les éléments d’enquêtes s’accumulent dans les semaines qui suivent un médecin militaire chinois se présente et révèle que les atrocités ont lieu dans tout le pays (pour en savoir plus Organ Harvesting).).


    Juillet 2006
    L'ancien secrétaire d'Etat canadien David Kilgour et l'avocat international des droits de l'homme David Mathas publient un rapport avec des preuves, montrant que le prélèvement d'organes de pratiquants du Falun Gong en Chine semble plus répandu qu’on imaginait jusque là. ( http://organharvestinvestigation.net/)


    Mars 2007
    Le nombre de cas documentés de pratiquants de Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 3 000 (news)Selon les estimations, le nombre de décès réel serait beaucoup plus élevé.


    Mai 2008
    Le nombre de cas documentés de pratiquants de Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 3 000 (Voir news)Selon des estimations, le nombre de décès réel serait beaucoup plus élevé.

     

    Article original : http://faluninfo.net/print/225/

  • L'obscur secret de Pékin: Une analyse du bureau 610

    Véritable gestapo à la chinoise le bureau 6.10 toujours actif en Chine, a pour mission de traquer, d'emprisonner et de torturer les pratiquants de Falun Gong en Chine. Créé par Jiang Zemin en 1999, pour éradiquer le Falun Gong, il a commis en 11 ans, plus d'atrocités que n'avions connu jusque là. Sarah Cook, universitaire de Marshall a rédigé sa thèse en droit international à l'Université de Londres et a été déléguée d'une organisation non gouvernementale sur les cas de tortures chinoises à la Commission des droits de l'homme des Nations Unies. Voici son analyse en 2007

     

    Les fonctionnaires chinois nient qu’il existe. Les médias occidentaux et les universitaires le mentionnent à peine en passant. Et les avocats chinois le comparent à la Gestapo.

    On le nomme le bureau 610 et c'est la force policière extra judiciaire en charge de la mission d'éliminer le Falun Gong.

    Il n'y a aucune législation établissant le bureau 610--appelé ainsi d'après la date de sa création le 10 juin 1999 --ni aucune loi déterminant ses pouvoirs. Au lieu de cela, ce bureau a été établi par Jiang Zemin, l'ancien chef du Parti communiste et annoncé dans son discours aux cadres élites un mois avant que le Falun Gong ne soit officiellement interdit. Les ordres de Jiang pour le nouveau bureau ? « Organisez immédiatement les forces, » « créez des stratégies de combat, » et « soyez entièrement préparés au travail de désintégration du [Falun Gong]. »

    Des copies du discours de Jiang au sujet du bureau 610 ont été immédiatement distribuées à chaque niveau de la bureaucratie en Chine, disant aux cadres qu'ils « doivent coopérer » étroitement avec les bureaux 610 et ses filiales. Comme tous les juges chinois sont membres du Parti communiste, Jiang a essentiellement placé l'agence au-dessus de la loi, en violation de l'article 5 de la Constitution chinoise.

    La détermination des pratiquants du Falun Gong à continuer à pratiquer et à demander réparation s'est intensifiée en même temps que la persécution. La réponse du régime a été d'accorder de plus en plus de pouvoir au bureau 610. Jiang a donné les ordres d’ « utiliser tous les moyens possibles, » une autorisation qui a mené le bureau 610 à être bientôt reconnu pour l'utilisation de tortures extrêmes.

    En plus des coups au visage et au corps avec de lourds objets, certaines des techniques de torture les plus communes administrées ou supervisées par le personnel du bureau 610 incluent la privation de sommeil pendant des jours et des semaines, des électrochocs sur les parties sensibles du corps en utilisant jusqu'à six matraques à haute tension simultanément, arracher les ongles et le gavage avec des excréments humains.

    « L'acte immoral qui a le plus secoué mon âme est la pratique routinière du bureau 610 et des policiers d'assaillir les parties génitales des femmes, » a écrit Gao Zhisheng, l'avocat renommé des droits de l'homme à Pékin après une enquête sur les abus contre le Falun Gong dans le nord-est de la Chine en 2005. « Parmi ceux persécutés, les parties génitales et les seins de presque toutes les femmes et les parties génitales des hommes ont été sexuellement assaillies de la façon la plus vulgaire. Presque tous ceux qui ont été persécutés, qu’ils soient hommes ou femmes, ont été déshabillés avant d'être torturés. »

    Le but de telles méthodes est d'extraire par la force des confessions et des « transformations », ainsi que la dénonciation du Falun Gong. Mais pour des milliers, le résultat a été la mort.

    En plus de la torture, les agents 610 condamnent administrativement les partisans du Falun Gong directement aux camps de travail, aux centres de détention et aux classes de lavage de cerveau-- où ils peuvent être emprisonnés pendant trois ans sans passer devant un tribunal.


    Le marionnettiste

    Avec une telle autorité, on s'attendrait à ce que le bureau 610 ait un énorme personnel, mais les preuves disponibles indiquent que sa main d'œuvre est étonnamment limitée. Selon une page Web officielle appartenant à la municipalité de Penglai, une ville de 490 000 habitants dans la province du Shandong, le bureau 610 local à cet endroit se compose de seulement sept personnes.

    Le vrai pouvoir du bureau 610 se trouve dans sa capacité à forcer la main des autres partis et organismes gouvernementaux. Par exemple, la succursale centrale du bureau 610 de Tianjin emploie 50 à 60 personnes qui peuvent directement commander les forces de police composées de 30 000 hommes, avec un officier 610 dirigeant souvent plus de 100 policiers, selon Hao Fengjun, ancien employé du bureau 610.

    C’est ainsi que le bureau 610 central a dirigé l'arrestation de plus de cinq mille pratiquants de Falun Gong à Changchun en mars 2002. « Chaque jour, la police 'interrogeait' tous les pratiquants sur la liste noire du bureau 610 » a dit Wang Yuhuan, qui a été arrêté à l'époque et qui a plus tard parlé avec Gao.

    De même, quand Gao et un autre avocat ont essayé de rendre visite à leur client, un pratiquant de Falun Gong détenu dans un camp de travail, Gao se rappelle qu’on lui a dit que les administrateurs pouvaient approuver la demande de voir n'importe quel détenu. Mais pour voir un pratiquant de Falun Gong, « nous avons besoin de l'approbation spéciale du bureau 610, » avaient dit les fonctionnaires du camp.

    Guo Guoting, un autre avocat chinois des droits de l’homme, a raconté une expérience semblable quand il a demandé la permission de voir un pratiquant du Falun Gong emprisonné à Shanghai. Quand ça concerne les prisonniers de Falun Gong, le bureau 610 est en charge, a-t-il dit lors d'un entretien à Vancouver au Canada, où il vit maintenant en exil. « Quant aux prisons elles-mêmes, elles n'ont aucun pouvoir. »

    Ceci s’applique aussi aux tribunaux a dit Guo. « Je sais que les cas de Falun Gong ne sont pas décidés par le juge, mais selon les instructions du bureau 610. Ils manipulent ces cas. »

    Comment le bureau 610 s’y prend-t-il alors? Comment est-il parvenu à rassembler un tel pouvoir? La réponse se trouve dans sa structure et dans sa façon de s'accrocher à la machine existante du Parti communiste chinois.

    Après qu’une équipe de direction et un bureau 610 aient été établis sous le Comité central du PCC, des organismes correspondants ont été créés à chaque niveau administratif ainsi que dans toutes les organisations sociales importantes, les grandes compagnies, les unités de travail et dans les universités. Chaque branche est étroitement liée aux comités locaux du Parti, aux comités de politique et de droit ou aux bureaux de la sécurité publique.

    Par exemple, le bureau 610 de Penglai mentionné ci-dessus, est enregistré sous le comité de la politique et du droit, qui fait partie d'un réseau national des organismes du PCC qui s’occupent des arrestations, des interrogatoires et des poursuites en justice. De tels liens permettent au bureau 610 de manipuler le système de justice pénale.

    Le site Web du bureau de la sécurité publique assigné à l'université d'océanographie de Qingdao en Chine indique que l'école a mis en place un bureau afin de « se débarrasser du problème du Falun Gong, à savoir le bureau 610, dans l’enceinte [du bureau] de la sécurité publique de l’école . » La fédération des femmes à Jinan a affiché sur son site Web qu'une étude que la fédération avait menée après avoir surveillé les résidents locaux qui pratiquent le Falun Gong, avait été publiée dans les bulletins du bureau 610.

    Mais c'est par une structure encore plus répandue que le bureau 610 peut pénétrer au cœur de la société chinoise. Une note interne datée du 21 avril 2001 a été adressée à tous les « comités de travail, comités municipaux et bureaux de comités de voisinages, » du district ouest de Mentougou à Pékin. La note transmet les ordres d’augmenter la surveillance locale du Falun Gong et que « chaque unité de travail » intègre « inspection et contrôle… au travail actuel de rééducation ».

    Le bulletin dit aussi aux comités des bourgs et des voisinages de « coopérer étroitement avec le travail lancé par les organismes de la sécurité publique » quand ils cherchent les partisans du Falun Gong de porte-à-porte.

    Ni la surveillance étroite, ni la croyance du Parti dans son caractère péremptoire semblent s’être atténuées avec le temps. Une note différente datée d'avril 2006 donne les mêmes instructions, presque mot à mot, aux comités du Parti des municipalités et des districts.


    Quotas et argent comptant

    Tandis que quelques fonctionnaires locaux ont suivi de telles instructions avec enthousiasme, d'autres hésitent à agir contre leurs voisins. En effet, quand le Falun Gong a tout d’abord été interdit, il y avait des rapports au sujet de l'indifférence publique ou même de l'opposition silencieuse à la campagne. Dans de telles circonstances, le bureau 610 a développé divers mécanismes pour faire pression sur les petits fonctionnaires et sur les citoyens ordinaires pour qu'ils coopèrent.

    En l’an 2000, Ian Johnson, du Wall Street Journal, qui a gagné un prix Pulitzer pour son reportage sur le Falun Gong, a décrit un « système de responsabilité »; que le bureau 610 a instauré. Dans le cadre de cet arrangement, les fonctionnaires locaux devaient payer des sommes potentiellement ruineuses pour chaque pratiquant de leur juridiction qui se rendait à Pékin afin de pétitionner auprès du gouvernement central.

    Une telle évaluation s’est davantage formalisée avec le temps. Un diagramme de Guangzhou en 2002 montre un système complexe pour attribuer et déduire des points basés sur la collaboration avec le bureau 610. Le tableau doit être complété par chaque bourg et voisinage du district de Tianhe dans son évaluation de fin d'année. Parmi les articles énumérés sont : « Déduisez 8 points pour chaque pratiquant qui n'a pas été transformé » pour échouer à 'créer un dossier personnel pour chaque pratiquant de Falun Gong'… déduisez 3 points par personne » et « pour chaque fois qu'un groupe de plus de trois personnes se réunit pour faire les exercices ensemble en public, déduisez 5 points. »

    Une autre technique courante du bureau 610 est d’imposer des quotas à chaque niveau en dessous. Un quota typique inclut le nombre de pratiquants qui doivent être arrêtés au cours d’une certaine période.

    Les dirigeants qui n'arrivent pas à atteindre leur quota annuel risquent d’être rétrogradés ou peuvent même perdre leur emploi. Hao Fengjun, ancien officier du bureau 610 de Tianjin, a dit que son point de vue avait changé après avoir été témoin de la torture d’une femme du nom de Sun Ti, qui pratique le Falun Gong; elle a été torturée au cours du processus de « transformation ». A mesure que sa déception du bureau 610 grandissait, la sévérité des moyens utilisés pour le tenir en main s’accentuait.

    Hao raconte un épisode en février 2004 quand il a été placé pendant 30 jours dans une cellule solitaire, cellule créée spécifiquement pour les policiers, après avoir dit que la propagande contre le Falun Gong était « des mensonges. »

    L'ancien policier a dit que pendant sa détention, on ne lui a pas permis de contacter sa famille. La température glaciale de la cellule a fait que « ses mains ont enflé comme des petits pains cuits à la vapeur et que du pus coulait de ses oreilles. Après sa libération, il a été transféré au service des expéditions jusqu'à ce qu'il s’échappe en Australie en 2005 avec un paquet de documents 610 passé clandestinement.

    Bien qu'il assure que beaucoup de ses collègues désapprouvaient leur travail, beaucoup d'autres étaient contents d’accéder au système de récompenses du bureau 610. « Il y avait des gens qui travaillaient très dur parce que plus ils arrêtaient de pratiquants de Falun Gong, plus ils obtenaient de bonus, » a dit Hao.

    Encore plus lucratif que d’arrêter les pratiquants en Chine le fait de rassembler de l'information sur les partisans à l'étranger ; des informations de base sur la vie personnelle des pratiquants, si considérées valables, peuvent rapporter pas moins de 50 000 yuans (plus de $6.000). A l’aide d’un système d’informateurs menant parallèlement des vies ordinaires à l'étranger, le bureau 610 collecte des profils entiers des communautés de l'étranger. Hao a dit qu’il avait « reçu personnellement des informations sur des pratiquants de Falun Gong vivant en Australie, aux États-Unis et au Canada »; des informations détaillées au point d'indiquer où les gens travaillaient ainsi que les activités auxquelles ils participaient.


    Est-ce que ça marche ?

    Comme la protestation du Falun Gong sur la Place Tiananmen a pris fin aux alentours de 2002, de nombreux journalistes occidentaux et d'universitaires ont l’impression que le Parti communiste a réussi, peut-être brutalement, à écraser le groupe.

    Pourtant les documents du Parti et ceux à l’intérieur racontent une histoire différente. En 2006, les bureaux 610 s’inquiétaient encore que les banderoles du Falun Gong étaient trop évidentes. En 2005, les autorités chinoises ont confisqué 4 62 millions d'articles du Falun Gong. Le Parti place toujours le Falun Gong comme étant parmi les « cinq poisons qu’il craint le plus (les défenseurs de la démocratie, les partisans de l'indépendance de Taiwan, les Tibétains et les activistes de l’est du Turkistan entre autres).

    Hao a dit « Nous étions tous clairs sur le fait que notre communication interne concernait comment la persécution échouait. »


    Tiré de: http://www.faluninfo.net/article/486/?cid=141

  • France: Onze ans à expliquer les faits à propos du Falun Gong

    Voici un bon reportage photo sur le Falun Gong en France

     

    Le Parti communiste chinois (PCC) a initié une campagne de persécution brutale à l'encontre du Falun Gong le 20 juillet 1999 et utilisé tout l'appareil d'état pour calomnier et diffamer Falun Gong à travers le monde. Les pratiquants du monde entier ont présenté le Falun Gong à leur gouvernement et au public et dénoncé les mensonges propagés par le PCC.


    Dès le 28 juillet 1999, les pratiquants de Falun Gong en France ont initié une activité de clarification de la vérité sur le parvis des droits de l'homme, près de la Tour Eiffel. Ils ont érigé des banderoles avec le message: "Falun Dafa est bon" et "Cessez de persécuter le Falun Gong" et expliqué largement les faits aux passants et aux touristes du monde entier. Plus de dix ans ont passé et ils ont persévéré, y passant plus de 500 week-ends, quel que soit le temps. Jamais ils n'ont cessé leur activité.

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-01.jpg

    Les pratiquants expliquent les faits et dénoncent la persécution près de la Tour Eiffel à Paris depuis plus de dix ans

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-02.jpg

    Pendant les onze dernières années, le parvis des droits de l'homme près de la Tour Eiffel, est devenu une vaste scène internationale. Des dizaines de milliers de personnes y ont appris les bénéfices de la pratique et la persécution inhumaine engagée par le Parti communiste chinois. Ils ont signé des pétitions condamnant la persécution.


    Le régime communiste chinois était dans sa campagne initiale déterminé à éradiquer le Falun Gong en trois mois, n'épargnant aucun moyen pour calomnier et diffamer la pratique, mais ces mesures n'ont pas empêché la propagation du Falun Gong à travers le monde ni les gens d'apprendre la vérité. Aujourd'hui, grâce aux efforts continus et diligents des pratiquants de Falun Gong en France, Falun Gong s'est fait connaître et accepter partout en France, Marseille, Lyon, Strasbourg, Grenoble, Clermont-Ferrand, Rouen, Calais, Dunkerque, Poitiers , Avignon, Besançon, Saint-Lo, Toulon, Nice, Toulouse, Nice, Gueret Province, la région de Normandie, la Guadeloupe, La Martinique, la Guyane et la Nouvelle Calédonie. Du nord au sud, de l'est à l'ouest y compris dans les provinces d'outremer, il y a des pratiquants de Falun Gong qui expliquent les faits. Des millions de signatures ont été rassemblées et des personnalités politiques ont apporté leur soutien.

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-03.jpg

    Pratique des exercices du Falun Gong sur l'ile de la Guadeloupe

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-04.jpg

    Une conférence de presse en Martinique

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-05.jpg

    Manifestation en face du consulat chinois à Marseille

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-06.jpg

    Promouvoir le Falun Gong à Grenoble

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-07.jpg

    Expliquer les faits à Besançon

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-08.jpg

    Exposer la vraie nature du PCC à Lyon

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-09.jpg

    Dénoncer la persécution brutale du Falun Gong dans la région côtière de Nice

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-10.jpg

    Collecte de signatures dans la ville de l'acier

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-11.jpg

    Promouvoir le Falun Gong dans la ville d'Auray

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-12.jpg

    Dénconcer la brutale persécution à St Marclou

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-13.jpg

    Expliquer les faits à Hangard

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-14.jpg

    Promouvoir le Falun Gong à Tillou

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-15.jpg

    Promouvoir le Falun Gong à Lieres

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-16.jpg

    Promouvoir le Falun Gong à Dunkerque

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-17.jpg

    Promouvoir le Falun Gong à Calais

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-18.jpg

    Promouvoir le Falun Gong à Lyon

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-19.jpg

    Promouvoir le Falun Gong en Nouvelle Calédonie


    Des efforts spontanés aident les gens à apprendre la vérité

    Plus de 80 millions de personnes du monde entier visitent Paris chaque année. Afin de permettre au maximum de touristes Chinois d'apprendre les faits à propos du Falun Gong et la persécution les pratiquants ont mis en place des stands sur les sites touristiques célèbres, aux abords des centres commerciaux, des restaurants accueillant ces groupes, dans les quartiers chinois et dans les gares. Chaque jour, ils distribuent des informations dénonçant la persécution du Falun Gong par le PCC. Sacrifiant souvent leurs propres repas, aux heures où ces touristes vont déjeuner, ils ont pendant des années installé des panneaux informant sur la brutalité de la persécution sur le passage des touristes chinois et les ont encouragé à quitter le PCC et ses organisations affiliées, leur distribuant des copies des Neuf commentaires sur le Parti communiste et d'autres matériaux d'information.

    M. Zhou, vit à Paris. Il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1995 lorsque Maître Li Hongzhi a été invité en France pour donner des conférences. A cette époque, il se rendait fréquemment en Chine pour partager des expériences de 'cultivation et pratique' (Xiulian*) avec d'autres pratiquants. Beaucoup de ceux qu'il connaissait en Chine ont été arrêtés lorsque le PCC a lancé officiellement sa persécution le 20 juillet 1999. Le 28 juillet 1999, M. Zhou et d'autres pratiquants en France ont commencé à se rendre sur le parvis des droits de l'homme afin d'informer sur les faits et dénoncer la persécution.


    M. Zhou a déclaré: "Quand nous avons commencé à dénoncer la persécution au début, de nombreux Chinois ne comprenaient pas nos actions et pensaient que ce que nous faisions allait ternir l'image de la Chine. Onze années plus tard, grâce aux efforts continus des pratiquants du Falun Gong à la Tour Eiffel, de plus en plus de personnes nous soutiennent. Auparavant, les Chinois confondaient le PCC avec la Chine et le plus grand changement est qu'ils aient compris que le PCC n'est pas la Chine. En conséquence, leur résistance à nos informations a diminué. Ils acceptent ce que nous leur disons. Ils sont nombreux à comprendre que les pratiquants de Falun Gong résistent à la persécution et que leurs actions sont un honneur pour le peuple chinois.'".

    Dix ans d'efforts ont éveillé les consciences.

    M. Hu vit dans une banlieue de Paris. "Ces dernières années, l'attitude des gens envers le Falun Gong a beaucoup changée." a-t-il dit. " Quand le PCC a commencé à persécuter le Falun Gong, beaucoup de Chinois croyaient à ses mensonges. Quand les touristes chinois voyaient des pratiquants du Falun Gong, ils avaient peur et s'éloignaient rapidement. Certains disaient même: "Je ne veux pas vous écouter. Ne me parlez pas." Aujourd'hui, ils s'arrêtent et écoutent. Beaucoup entament même la conversation, discutant de toutes sortes de questions qui leur tiennent à coeur. Lorsque des pratiquants ont établi un site d'information dans la communauté chinoise au début, certaines personnes pro-PCC venaient causer des troubles, calomnier, provoquer les gens et perturber leurs activité. Ce genre de chose a presque disparu. De plus en plus de gens apprennent la vérité et beaucoup ont même entrepris la pratique."

     

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-20.jpg

    Dénoncer la persécution à Paris

    2010-05-09-2010-4-28-paris-truth-21.jpg

    Sur le parvis des droits de l'homme des gens signent la pétition contre la persécution

    "Il y a Paris il y a de nombreux Chinois qui font des affaires. Le changement manifeste de l'un d'entre eux est un exemple" a dit M. Hu. " Auparavant quand nous allions distribuer des journaux aux Chinois une fois par semaine, il se montrait très agressif et refusait de prendre le journal. Je vais dans cette rue une fois par semaine pour distribuer des journaux. Je lui parlais un peu à chaque occasion. Quelques années ont passé et aujourd'hui non seulement il accepte le journal mais parle également aux autres pratiquants. Il m'a dit que quand il était en Chine, il avait aussi souffert de la persécution par le PCC de ses antécédents familiaux. Il a compris qu'il était idiot de défendre un tel régime."

    Les efforts de plusieurs années ont également aidé les pratiquants du Falun Gong à s'améliorer dans leur 'cultivation pratique' (Xiulian*). M. Wu a dit: "Quand nous avons commencé nos activités pour informer, nous voulions tellement que les gens comprennent et nous ne faisions pas trop attention à leurs antécédants. Nous voulions que les gens apprennent tout ce que nous savions et tout de suite. Occasionnellement des conflits apparaissaient. Aujourd'hui nous écoutons attentivement les questions puis nous expliquons les faits patiemment. En conséquence nos efforts sont de plus en plus efficaces. De plus en plus de gens acceptent nos informations."

    M. Wu a ajouté: "Je connais une personne responsable d'une association chinoise. Il s'opposait vivement au Falun Gong. Dès qu'on mentionnait Falun Gong dans une conversation, il devenait agressif. Mais je profitais quand même de toutes les occasions pour lui parler. Graduellement la situation a changé. Il a fini par réaliser la bonté du Falun Gong. En 2009, il est tombé très malade et a dû s'aliter suite à un accident. Il a pensé que seul le Falun Gong pouvait lui sauver la vie. Il a demandé à quelqu'un de m'inviter à son domicile et a dit qu'il aimerait apprendre le Falun Gong. Aujourd'hui il a commencé à pratiquer les cinq séries d'exercices du Falun Gong et à lire le livre Zhuan Falun . J'ai été extrêmement touché."

    Bien que les pratiquants de Falun Gong aient enduré plus de dix ans de persécution, ils ont toujours suivi les principes d'Authenticité-Compassion-Tolérance. Le public en a été témoin et en a conçu du respect.


    * Xiulian, cultiver et pratiquer. Xiu : cultiver se cultiver spirituellement. Lian : dans cette formule est un idéogramme qui a le sens de pratiquer, forger ou tremper.

     

    Tiré de Clearharmony: http://www.fr.clearharmony.net/articles/201005/51043.html

     

  • USA: la Chambre vote contre la "persécution" chinoise de Falungong

    La Chambre des représentants américaine a adopté mardi 16 mars 2010 une résolution contre la "persécution" par les autorités chinoises des pratiquants de Falungong, un mouvement spirituel chinois d'inspirations bouddhiste et taoïste.

    Les élus ont adopté la résolution par 412 voix contre une.

    Le texte de la résolution, déposé par la représentante républicaine Ileana Ros-Lehtinen, "reconnaît la persécution continuelle des pratiquants de Falungong au 10e anniversaire de la campagne du parti communiste chinois visant à supprimer le mouvement Falungong".

    Il exprime la "sympathie" de la Chambre des représentants pour le mouvement et appelle le gouvernement de la république populaire de Chine à "cesser immédiatement sa campagne visant à persécuter, intimider, emprisonner et torturer les pratiquants" du mouvement.

    Les élus appellent à la libération "immédiate" des personnes détenues en raison de leur appartenance à Falungong.

    Ils appellent également Pékin à "cesser tout harcèlement et intimidation de pratiquants de Falungong" à l'intérieur des frontières des Etats-Unis, et demandent à la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, de s'assurer que les personnels des ambassades étrangères aux Etats-Unis ne soient pas engagés dans des activités d'entrave aux droits de citoyens américains ou de résidents, si ceux-ci sont membres du mouvement.

    Dans son dernier rapport annuel sur les droits de l'homme, publié la semaine dernière, le département d'Etat a souligné que la Chine continuait d'oppresser Falungong.

    La Chine a interdit le mouvement en 1999 après un rassemblement silencieux à Pékin. Les autorités chinoises ont depuis qualifié le mouvement de "culte du mal".

    Le rapport du département d'Etat cite des sources selon lesquelles environ 3.000 pratiquants ont été torturés à mort depuis 1999.

    Selon le document, qui cite des observateurs étrangers, près de la moitié des 250.000 prisonniers des camps de travail de Chine sont liés à Falungong.

    "Même les pratiquants qui n'avaient pas protesté ou manifesté publiquement leur croyances auraient été forcés de participer à des cours anti-Falungong ou bien ont été envoyés directement dans des camps de rééducation par le travail", précise le rapport.

    Tiré de Le Monde: http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-41958850@7-60,0.html

     

  • Le rapport 2009 du Département d'État des Etats-Unis : Le bilan de droits de l'homme de la chine reste médiocre et a empiré dans certaines régions

    Le 11 mars 2010, le Département d'État des États Unis a publié son Rapport de droits de l'homme 2009. On peut y lire : "Le bilan de droits de l'homme du gouvernement [chinois] reste médiocre et a empiré dans certaines régions ...La détention et le harcèlement des activistes des droits de l'homme ont augmenté, et les avocats d'intérêt public et les avocats et les cabinets d'avocats qui ont accepté des cas estimés sensibles par le gouvernement font face au harcèlement, à la radiation et à la fermeture. De plus, le gouvernement a limité la liberté de parole et contrôlé l'Internet et l'accès à Internet."


    Le rapport indiquait que le régime continuait à persécuter Falun Gong :


    "Dans le passé, la simple croyance en la discipline (même sans aucune pratique publique de ses principes) suffisait quelquefois pour que les pratiquants reçoivent des punitions allant de la perte d'emploi à l'emprisonnement. Les sources du Falun Gong ont estimé que depuis 1999 au moins 6000 pratiquants de Falun Gong avaient été condamnés à prison, plus de 10 000 pratiquants à la Rééducation par le travail (RPT) et que presque 3000 étaient décédés suite à la torture en détention. Des observateurs étrangers ont estimé que les adhérents du Falun Gong constituaient au moins la moitié des 250 000 détenus officiellement enregistrés dans les camps de RPT, tandis que les sources du Falun Gong outremer plaçaient le nombre encore plus haut."
    ...

    "La police a continué à détenir d'actuels et anciens pratiquants de Falun Gong et utiliser la possession de matériaux du Falun Gong comme prétexte pour arrêter des activistes politiques. Le gouvernement a continué son utilisation de tactiques à haute pression et de sessions obligatoires d'étude anti-Falun Gong pour forcer les pratiquants à renoncer au Falun Gong. Même les pratiquants qui n'avaient pas protesté ni fait d'autres démonstrations publiques de leur croyance ont été rapporte-t-on forcés à assister à des classes anti-Falun Gong ou directement envoyés dans des camps de RPT. Ces tactiques ont résulté en de grands nombre de pratiquants signant des déclarations renonçant au mouvement."

    ...
    "Selon le China News Weekly, le pays a 22 institutions "ankang" (hôpitaux psychiatriques de haute sécurité pour les criminellement déments) directement administrés par le Ministère de la Sécurité publique (MPS). Des activistes politiques, des croyants religieux clandestins, des personnes ayant pétitionné à répétition le gouvernement, des membres du Parti démocratique chinois interdit (CDP), et des adhérents du Falun Gong étaient parmi ceux enfermés dans ces institutions pour patients mentalement malades. Les réglements pour condamner une personne à une institution ankang n'étaient pas claires, et les détenus n'avaient aucun mécanisme permettant d'objecter à la détermination de maladies mentales par les fonctionnaires de la sécurité publique. Les patients dans ces hôpitaux ont reçu des médicaments contre leur volonté et été soumis de force à des traitements par chocs électriques. Des activistes condamnés à la détention administrative ont également rapporté qu'ils étaient ligotés à des lits ou d'autres instruments de torture pendant des jours d'affilée, battus, soumis à des injections forcées ou à l'absorption de médicaments, et privés de nourriture et de l'usage des toilettes."


    Le rapport listait aussi plusieurs cas de persécution individuels.


    "Durant la période de la compilation du rapport aucune information n'a été disponible concernant le décès du pratiquant de Falun Gong Yu Zhou, qui a été arrêté à Pékin en janvier 2008 et est décédé en février 2008."
    ...

    "Le 1er février, Zhu Lijin a été arrêtée pour avoir distribué des imprimés du Falun Gong. Elle a été condamnée à 15 mois en camp de RPT sans procès. Les autorités ont recouru à des centres de rééducation spéciaux pour prolonger la détention des pratiquants de Falun Gong qui avaient purgé des peines dans les RPT."


    Le rapport rendait compte également de plusieurs avocats ayant été persécutés pour avoir défendu le Falun Gong :


    "Le 4 février, les autorités ont détenu l'avocat des droits de l'homme Gao Zhisheng, qui avait représenté des chrétiens chinois et des pratiquants de Falun Gong. A la fin de l'année sa situation demeurait non confirmée, bien que selon des rapports d'ONG, en août, il avait rapportait-t-on été vu dans sa ville natale sous lourde escorte policière. Avant son arrestation Gao a publié une lettre détaillant sa torture durant une période antérieure de détention.


    En avril, l'avocat de Pékin Cheng Hai a été attaqué et battu alors qu'il était en chemin pour aller rencontrer un client du Falun Gong à Chengdu. D'après Cheng, ceux responsables pour l'attaque étaient des fonctionnaires du Bureau général de gestion de Jinyang, district de Wuhou, à Chengdu. En mai des agents de police de Chongqing ont arrêté et battu les avocats Zhang Kai et Li Chunfu lorsqu'ils ont interviewé la famille d'un pratiquant de Falun Gong supposé être mort en garde à vue."

    Source http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2009/eap/135989.html

  • Un panda américain rentre en Chine

    Il s'agit de Tai Shan, un panda géant né aux Etats-Unis. L'animal retourne vers la terre natale de ses parents, à la tristesse de ses fans.

    Tai Shan fête ses quatre ans, 9 juillet 2009 (AFP)

    Tai Shan fête ses quatre ans, 9 juillet 2009 (AFP)

    Tai Shan, un panda géant élevé au rang de plus important citoyen de Washington, va bientôt quitter le zoo de la capitale américaine et prendre l'avion pour la première fois, un avion-cargo affrété spécialement pour son retour en Chine, terre natale de ses parents. Voyage prévu le 4 février.
    Né aux Etats-Unis en juillet 2005, l'animal sera escorté jusqu'au principal aéroport de Washington par un convoi officiel digne des plus hauts dignitaires américains.

    "Le FedEx Panda Express"


    A l'aéroport de Dulles, il sera attendu par un Boeing 777 du groupe américain de messagerie FedEx, qui, pour l'occasion, aura peint un logo géant de Tai Shan des deux côtés du cockpit.
    "Nous allons utiliser un nouvel avion-cargo 777, l'avion le plus rapide et le plus efficace pour aller en Asie, et Tai Shan en sera le passager spécial", a détaillé à la presse le vice-président de FedEx, John Dunavant. Cet appareil, prévu pour transporter jusqu'à 1.000 kg de fret, sera baptisé "le FedEx Panda Express", a-t-il indiqué.
    Le citoyen le plus important de la capitale américaine, selon son maire Adrian Fenty, voyagera en compagnie d'un de ses vétérinaires et d'une femelle panda qui sera récupérée au passage à Atlanta (Géorgie, sud-est).

    Voyage à destination du Sichuan


    L'attention portée au confort de l'animal est à la mesure de l'attachement que lui portent les Américains. Dès sa présentation en décembre 2005, il avait charmé le public, à tel point qu'une caméra avait été installée dans son enclos pour permettre à ses plus grands fans de suivre ses faits et gestes via le site internet du zoo national. Et, bien que sa restitution à la Chine soit prévue depuis longtemps, l'annonce de son départ imminent, en décembre dernier, a créé un vif émoi dans la capitale fédérale.
    Tai Shan et sa partenaire de voyage, Mei Lan, voyageront dans des cages en acier au confort maximal, sans devoir être anesthésiés. "Le voyage se déroulera bien. C'est un ours tranquille qui s'adapte facilement", pense Nicole Meese, son ange-gardien qui fera le voyage puis restera avec lui pendant les premiers jours pour l'aider à faire la transition avec sa nouvelle vie chinoise.
    Au terme du vol de 14 heures jusqu'à Chengdu, la capitale du Sichuan (centre de la Chine), Tai Shan aura encore deux heures et demie de route avant de rejoindre le centre Bifengxia, spécialisé dans la recherche et la protection des pandas. Après 30 jours de quarantaine, il rejoindra ses congénères afin, espèrent les biologistes, de s'y reproduire.

    "Il va me manquer terriblement"


    Les adieux s'annoncent difficiles pour ses admirateurs et les employés du zoo. "Il va me manquer terriblement, mais j'ai toujours su que ce jour viendrait. Nous avons été chanceux qu'il reste deux ans et demi de plus que prévu", dit Nicole Meese, qui l'a suivi depuis sa naissance, aux premières heures du 9 juillet 2005. Elle se console en se disant que "Tai Shan va participer à un programme de reproduction qui doit aider à faire en sorte que les générations futures puissent profiter des pandas géants". "Et aussi, en le déménageant, on libère de la place, au cas où ses parents feraient un petit frère ou une petite soeur", ajoute-t-elle pleine d'espoir.
    Le personnel du zoo suit d'ailleurs avec attention la mère de Tai Shan, Mei Xiang, qui a été inséminée artificiellement au début du mois. Si elle est enceinte, la femelle pourrait offrir au zoo de Washington une nouvelle mascotte d'ici trois à six mois.

    Tiré du NouvelObs.com: http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20100130.OBS5292/un_panda_americain_rentre_en_chine.html

  • Un fonctionnaire chinois de la propagande quitte publiquement le Parti communiste chinois (PCC) et dénonce la persécution du Falun Gong par le PCC

    L'après-midi du 1er janvier 2010, Zhang Kaichen, Directeur de la Branche de liaison du département de la propagande, du Comité du Parti communiste chinois (PCC) a tenu une conférence de presse à Flushing, New York, et démissionné publiquement du PCC.

    2010-01-04-2010-1-2-zhangkaichen.jpg

    Zhang Kaichen (à gauche), Directeur de la Branche de liaison du département de la propagande, comité du parti communiste de Shenyang accepte un certificat marquant sa démission du PCC

    La propagation de mensonges a précédé la persécution de Falun Gong

    En tant que fonctionnaire au département de la propagande du PCC, Zhang Kaichen connaît bien les méthodes du Parti dans la persécution de Falun Gong. M. Zhang a déclaré : "Le régime du PCC dépend de deux moyens : les mensonges et la violence. Il prête donc une attention toute spéciale à la propagande. En particulier lorsque Jiang Zemin a voulu persécuter Falun Gong, tous les médias, y compris les principaux médias d'outre-mer en faveur du PCC, ont lancé immédiatement une campagne de propagande à grande échelle. Le PCC a utilisé la propagande pour diffamer Falun Gong et monter un coup contre lui, bien qu'ils n'avaient rien à voir avec quoi que ce soit de mauvais. Le but était d'inciter à la haine envers Falun Gong."

    Zhang Kaichen a dit qu'il avait été initialement confondu par la propagande, et avait eu des préjudices envers Falun Gong. "La chose qui m'a choqué était le fait que le PCC ait mis en scène l'incident d'auto-immolation. J'allais visiter la Place Tiananmen chaque année et jamais je n'avais vu des policiers aller et venir en portant des extincteurs. La victime de l'incident, Wang Jindong, avait une bouteille de plastique intacte entre les jambes après le feu. La fillette dans l'incident a pu parler même après une trachéotomie. Toutes ces choses suggèrent que l'incident entier était une manipulation du PCC pour en inculper Falun Gong." *

    "Persécution" et "Torture" ces mots ne suffisent pas à décrire la gravité de la persécution

    M. Zhang a dit : "Persécution et torture" sont de faibles mots pour décrire le degré de sévérité de la persécution [de Falun Gong] par le PCC. Le PCC veut éliminer Falun Gong. Il bat, maltraite, et torture les pratiquants de Falun Gong physiquement pour les forcer non seulement à renoncer à leur croyance, mais pour les faire succomber et détruire leur esprit."

    D'après M. Zhang, le Parti communiste chinois est pire que les Nazis?. "Les Nazis ont perpétré ouvertement le génocide des juifs, mais le PCC tente d'éliminer Falun Gong en secret. Après une propagande initiale omniprésente diffamant Falun Gong, il semble à présent ne plus en parler. Mais la persécution est plus grave qu'avant. Comme l'a dit JIang Zemin, les pratiquants de Falun Gong qui sont battus à mort sont considéré comme ayant commis le suicide. " M. Zhang a poursuivi : "Mais le PCC a totalement échoué. Falun Gong s'est propagé dans plus d'une centaine de pays. En Chine, on trouve partout les matériaux d'information de Falun Gong que les pratiquants distribuent, y compris dans les couloirs et aux portes des appartements. Comment Falun Gong pourrait-il être vaincu."

    M. Zhang a dit : "Les pratiquants de Falun Gong ne font que pratiquer pour obtenir une meilleure santé. Mais le PCC les persécute brutalement. Quiconque laisse faire une telle cruauté, sa moralité est tout simplement trop inférieure. Comment considérer Falun Gong, c'est une question morale. Les malfaiteurs seront traduits en justice"

    Version chinoise disponible à :
    http://www.minghui.org/mh/articles/2010/1/2/215581.html

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/201001/49055.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu