Avertir le modérateur

E- Falun Dafa en Chine - Page 3

  • Trouver l'erreur

    chercher l'erreur,chine,persécution,falun gong,falun dafa,répression,méditation

    Le Falun Gong ou Falun Dafa est une méthode de méditation de l'Ecole de Bouddha. Son enseignement spirituel est basé sur les principes Zhen (Vérité), Shan (Compassion) et Ren (Tolérance). Après une popularité sans précédent en Chine à partir de 1992 (80 millions de pratiquants sont recensés en 1997 par le Ministère de la Santé Chinois), Jiang Zemin interdit la discipline en 1999, par crainte semble t'il de voir son régime corrompu remis en question par ce qigong traditionnel. Depuis, les pratiquants de Falun Gong sont persécutés et emprisonnés en Chine, certains ont été torturés à mort et depuis 2006, des allégations ont été apportées sur des prélèvements d'organes forcés à grande échelle à leur encontre.

    Plus d'informations sur: http://www.infofalungong.net/

  • Des villageois viennent à la défense d'un concitoyen persécuté

    Chine, Falun Gong, actualités, villageois, signataires, CAPL

    Les autorités s'en prennent à 300 villageois sympathiques au Falun Gong

    Il s'agit d'un geste brave et altruiste peu commun dans la Chine d'aujourd'hui : près de 300 villageois ont apposé leur signature à une pétition demandant la libération d'un de leurs concitoyens persécuté par les autorités en raison de ses croyances. Les signataires ont eux-mêmes été ciblés par la suite, alors que le régime cherche à répliquer contre ceux qui osent défendre les pratiquants de Falun Gong.

    Wang Xiaodong, un enseignant qui pratique le Falun Gong et qui réside dans le village de Zhoutun, province du Hebei, a été défendu par ses concitoyens. Il a été mis en arrestation le 25 février et 40 policiers ont alors saccagé sa résidence, confisquant également 20 000 yuans (3245 dollars).

    Après plusieurs vaines tentatives de secourir son frère, la sœur de Wang Xiaodong, Wang Xiaomei, et d'autres membres de la famille ont invité les villageois à signer une pétition demandant sa libération. Sans tarder, 300 personnes ont apposé leur signature et les fonctionnaires du village ont certifié l'authenticité du document avec un sceau officiel.

    Les 10 et 14 avril, les membres de la famille de Wang sont allés au bureau de la Sécurité publique local, mais le chef adjoint à la sécurité nationale, Gao Guiqi, a indiqué que la lettre ne pouvait être acceptée. La famille a par la suite commencé à distribuer dans les rues des photocopies de la lettre et des dépliants racontant le cas de Wang.

    Les forces de sécurité du régime se sont alors mises en branle. La Commission des affaires politiques et législatives (CAPL), le puissant organe qui supervise les agences en charge de l’application de la loi et de la répression des dissidents en Chine, persécute le Falun Gong par l'entremise du Bureau 610 – une agence extrajudiciaire qui a vu le jour en 1999 sous l'ex-dirigeant Jiang Zemin. La CAPL a ordonné à sa branche de la province du Hebei de faire pression sur les villageois. Il est possible que la pétition soit devenue embarrassante pour la CAPL, alors qu'elle démontre l'échec de la campagne contre le Falun Gong.

    Le 23 avril, environ une dizaine de responsables de la Sécurité intérieure ont rendu visite au secrétaire du Parti communiste du village afin de se renseigner sur qui a signé la pétition et obtenir le document original. Ils ont arrêté Wang Xiaomei, et son enfant a par la suite été forcé de quitter la maternelle.

    Le 24 avril, le chef local de la sécurité publique, Wang Wen, et le secrétaire local du Parti, Zhou Yinzhong, ont convoqué dans un restaurant une dizaine de villageois qui avaient signé la pétition. On leur a demandé de se rétracter, tout en étant filmés et enregistrés. Selon d'autres villageois, il s'agissait d'une tentative d'intimidation. On leur a aussi demandé de signer des documents indiquant qu'ils désavouaient leur prise de position précédente, ceux qui ont accepté ont pu participer à un banquet au restaurant.

    Des responsables d'une localité avoisinante ont par la suite contribué à la campagne de harcèlement en formant des équipes pour traquer les autres signataires et les faire se rétracter.

    Le 18 mai, le gros du travail avait été accompli, alors que la majorité des villageois qui avaient signé la pétition s'est fait demander de signer un papier indiquant que la pétition n'exprimait qu'une sympathie envers la mère âgée de Wang Xiaodong et son enfant de 7 ans, et n'avait aucun rapport avec le Falun Gong. De plus, ils ont dû signer une carte dénonçant le Falun Gong, dans une tentative de miner l'appui des villageois envers les adeptes de la pratique qui sont persécutés.

    Le chef de la CAPL, Zhou Yongkang, tient personnellement à ce que se poursuive la campagne de persécution.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Des-villageois-viennent-a-la-defense-dun-concitoyen-persecute.html

  • Au delà des races, Falun Dafa transmis dans le monde entier


    Au delà des races, Falun Dafa transmis dans le... par NTDFrancais

  • Minghui International édition spéciale 2012: Le Falun Gong

    Télécharger cette édition spéciale de Minghui International sur l'importance du Falun Gong en Chine:

    Chine, Falun Dafa, Bo Xilai, culture, qigong, santé, répression, résistance

    Version française - Numéro 1

    Dans ce numéro :
    [1] Falun Gong, pourquoi cela compte
    [2] Comprendre la Chine d’aujourd’hui, Pourquoi le Falun Gong est la pièce manquante du puzzle
    [3] L’histoire derrière les gros titres, Les mains tachées de sang de Bo Xilai
    [4] Ce que vous devez savoir sur le business en Chine
    [5] Visages de victimes des camps de travaux forcés en Chine
    [6] Assurément en bonne santé – Des millions de personnes ont recouvré la santé en pratiquant le Falun Gong
    [7] Se cultiver – La pratique du Falun Gong
    [8-9] Vous pensez connaître le Falun Gong? Pensez-y une nouvelle fois...
    [10] Garant de la culture
    [11] Un lien plus profond
    [12-13] La vie en société – Visages du Falun Gong
    [14] Persécution – Répression systématique de 100 millions de personnes
    [15] Résistance – Des héros inattendus

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/

  • Paris- Commémorer le 25 avril et clarifier les faits sur la place des droits de l’homme

    trocadéro,france,place des droits de l'homme,falun gong,chine,tour eiffel

    Le 25 avril 1999 est une date significative pour les pratiquants de Falun Gong. Ce jour-là voici 13 ans, plus de 10.000 pratiquants de Falun Gong sont allés au siège du gouvernement central, Zhongnanhai, appeler pacifiquement le gouvernement à libérer un groupe de pratiquants de Falun Gong de la ville de Tianjin illégalement arrêtés Ils réclamaient aussi leur droit à pratiquer librement les exercices du Falun Gong sans être harcelés par la police, et à la publication légitime des livres de Falun Dafa. Ils ont fait ce jour là le premier pas de leur protestation pacifique pour persister dans leur foi en Authenticité-Bienveillance-Patience. Leur attitude calme et rationnelle avait alors surpris le monde.

    Pour commémorer ce jour, les pratiquants de Falun Gong en France se sont retrouvés sur la Place des droits de l’homme. Ils ont pratiqué les exercices du Falun Gong, clarifié les faits à des gens du monde entier et appelé à ce que les principaux responsables de la persécution Zhang Zemin, Luo Gan, Zhou Yong Kang, et Liu Jing soient traduits en justice.

    La place des droits de l’homme à Paris, à deux pas de la Tour Eiffel est fréquentée par des touristes du monde entier et des provinciaux ou des parisiens en promenade. Les pratiquants ont diffusé par haut-parleurs des enregistrements d'articles clarifiant les faits en Chinois, Anglais et Français et fait des démonstrations des exercices du Falun Gong. De nombreux touristes ont été attirés par l'activité. Les gens venaient lire les panneaux pour s’informer davantage ou s’asseyaient pour regarder les exercices. Beaucoup se sont fait prendre en photos avec les pratiquants et certains ont demandé à apprendre les exercices.

    Deux jeunes policiers français se sont arrêtés pour discuter. Ils ont appris la persécution brutale et les atrocités de prélèvement d'organes à vif. L'un des deux qui va souvent en Chine n'avait jamais entendu parler de la persécution; Ils ont exprimé leur reconnaissance aux pratiquants de Falun Gong pour les avoir informés de faits aussi graves.


    Wang Zhe, un pratiquant de Falun Gong de Chine continentale de 33 ans a raconté son expérience de persécution en Chine :

    J'ai commencé à pratiquer le Falun Gong fin de 1997. En novembre 1999, je suis allé à Pékin au Bureau des Plaintes pour déposer une plainte pour les persécutions subies en tant que pratiquant de Falun Gong. Pour toute réponse, on m'a incarcéré pendant un mois à la police municipale de Tianjin, quartier de Beichen . Ensuite, j'ai été licencié de mon travail.

    Le 20 juillet 2001, j’ai été arrêté après avoir distribué des DVD qui disaient la vérité sur l'affaire d' "auto-immolation de la Place Tiananmen".

    En juillet 2002, ils ont considéré que je n'étais pas" transformé".

    En novembre 2002, on m'a fait des prises de sang sans que je sache pourquoi. J'ai appris depuis, qu'à cette époque le trafic d'organes prélevés sur les pratiquants de Falun Gong était en pleine expansion.

    <>En janvier 2003, au centre de Qingbowa on a commencé à utiliser des méthodes fortes pour obliger les pIratiquants de Falun Gong à dire et écrire qu'ils renonçaient à leur pratique. J'ai fait la grève de la faim pendant un mois pour protester.

    Une fois arrivé au commissariat de police, comme je ne voulais pas coopérer avec eux, ils m'ont forcé à rester dans une position pénible dite " piloter l'avion" pendant plusieurs heures sans me laisser bouger. Ma tête tournait et j’avais si mal qu’il ne m’est pas possible de le décrire. Le soir même, la responsable du commissariat nommée Wang m'a enchainé avec des menottes aux pieds et aux mains.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201204/60728.html

  • Le 25 avril, la manifestation qui a changé la Chine

    Chine, Manifestation, Falun Gong, histoire, documentaire, jiang zemin

    Environ 10.000 pratiquants se sont retrouvés dans le centre de Pékin ce jour-là, manifestant pacifiquement pour leurs droits civiques. Cependant, la machine de propagande du PCC, dans sa volonté d’écraser le Falun Gong sous les ordres du Président du Parti d’alors, Jiang Zemin, a déformé les faits pour servir ses propres buts. Jusqu’à aujourd’hui, la propagande du PCC accuse le Falun Gong d' "avoir fait le siège de l'enceinte du gouvernement central de Zhongnanhai " le 25 avril 1999, en alléguant faussement que les 10.000 personnes rassemblées posaient une menace violente pour la nation et ses dirigeants ...

    Plus d'informations sur: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/adecadeofcourage/index.html

  • La persécution du Falun Gong complique les luttes de pouvoir à Pékin

    Falun Gong, Chine, Lutte de pouvoir en Chine, Bo Xilai, parti communiste chinois, wang Lijun

    Les dirigeants, coupables de crimes contre l’humanité, craignent de se voir accusés

    Le scandale de l’affaire Wang Lijun-Bo Xilai a fait fondre le secret qui entoure généralement les dirigeants chinois. Ce qui rend la bataille politique actuelle à Zhongnanhai aussi intense, complexe et difficile à résoudre pendant cette année extrêmement sensible de changement du pouvoir, c’est l’implication de certains dirigeants du plus haut niveau dans la persécution du Falun Gong.

    Durant les semaines qui ont suivi le début de l’affaire, les rumeurs sur les combats politiques de l’élite chinoise ont atteint leur paroxysme avec la mise à pied et l’arrestation de Bo Xilai, suivies par des rumeurs de coup d’État, suivies d’autres rumeurs selon lesquelles Zhou Yongkang, ministre de la Sécurité de l’État, avait été arrêté. On peut s’attendre à voir tomber encore d’autres têtes.

    Wang Lijun, ancien député maire et chef de la police de Chongqing, s’est réfugié à l’ambassade des États-Unis à Chengdu pour demander l’asile politique le 6 février 2012 – un fait sans précédent dans l’histoire récente de la Chine et une humiliation pour les dirigeants chinois craignant toujours de perdre la face. Vingt-quatre heures plus tard, Wang a été escorté à Pékin par de hauts responsables du ministère de la Sécurité d’État et on n’a plus entendu parler de lui depuis.

    Les dirigeants du parti communiste chinois (PCC) appartenant à différentes factions se sont employés à maintenir leur position de pouvoir. Mis à part le fait que la lutte pour le pouvoir au sein du PCC s’est intensifiée pour atteindre de nouveaux sommets, les raisons exactes et les motivations des actes des dirigeants en place échappent encore au monde extérieur.

    La divulgation, durant la visite de Xi Jinping aux États-Unis, par le gouvernement américain des informations données par Wang Lijun a déstabilisé Pékin. Xi Jinping a été désigné pour devenir le chef du PCC au 18e Congrès en octobre. D’après le reportage du journaliste Bill Gertz dans le Washington Free Beacon, un membre officiel du gouvernement américain a indiqué que Bo Xilai et Zhou Yongkang ont planifié de saboter systématiquement l’ascension vers le pouvoir de Xi (langage poli pour dire qu’ils vont témoigner contre lui et prendre le pouvoir pour eux).

    Cela a ravivé d’autant la lutte interne pour le pouvoir déjà compliquée et tendue. Les dirigeants du PCC savent qu’il n’est pas facile de faire tenir tranquille le gouvernement des États-Unis. C’est devenu un sujet d’inquiétude sérieux pour les élites du pouvoir de savoir quels autres secrets honteux contenus dans les documents livrés par Wang vont être révélés.

    Naturellement, les 25 membres qui supervisent les affaires du parti communiste ont tous pour but de maintenir le pouvoir du PCC. Ils savent aussi que s’ils ne contrôlent pas correctement l’affaire Wang Lijun, cela aura de sérieuses conséquences. Non seulement le régime peut tomber mais cela peut leur coûter aussi leur tête.

    Ce qu’on sait à propos de Wang, c’est qu’il a commis des crimes en tant que chef de la police de Chongqing, y compris l’arrestation illégale et la torture d’hommes d’affaires sous l’égide de la campagne contre le crime intitulée «frapper sur le marché noir». Wang était aussi profondément impliqué dans la persécution du groupe spirituel du Falun Gong, y compris la collecte d’organes prélevés sur des milliers de pratiquants du Falun Gong.

    Derrière de nombreux crimes de Wang, se tient Bo Xilai arrêté dernièrement, qui a orchestré la campagne «chanter des chants rouges et frapper le marché noir». Bo a été relevé de son poste de secrétaire général du parti communiste de Chongqing le 15 mars et se trouverait actuellement en résidence surveillée.

    On peut dire que la majorité des cadres supérieurs du PCC ne soutiennent pas la campagne de Bo et pourraient trouver un accord concernant Wang et Bo.

    Néanmoins, quant à la question du Falun Gong, surtout en ce qui concerne les crimes de prélèvements d’organes, les cadres supérieurs du parti sont divisés en deux groupes. D’un côté, avec Jiang Zemin, Zhou Yongkang, Li Changchun, Jia Qinglin, Luo Gan, et de l’autre avec Hu Jintao, Wen Jiabao, Xi Jinping, Li Keqiang, He Guoqiang.

    Il est évident que la persécution du Falun Gong est la question fondamentale à laquelle les cadres supérieurs du PCC ne peuvent se soustraire. Pour avoir été impliqués de manière active dans la persécution du Falun Gong, Wang Lijun, Bo Xilai, Zhou Yongkang, Li Changchun, Jia Qinglin, et Luo Gan sont liés au «camp de Jiang [Zemin]». C’est Jiang qui a ordonné la persécution le 20 juillet 1999. Afin de poursuivre la persécution et d’éviter d’être accusés d’en être les responsables après leur démission, Zhou Yongkang et d’autres dans le camp de Jiang espéraient amener Bo Xilai – également coupable – au sein des neuf membres de la commission permanente du Politburo. Protéger Bo c’est se protéger eux-mêmes. C’est pourquoi Zhou et Li et d’autres ne veulent pas voir Bo Xilai puni.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/La-persecution-du-Falun-Gong-complique-les-luttes-de-pouvoir-a-Pekin.html

  • Wen Jiabao voudrait la fin de la persécution du Falun Gong, selon une source de Pékin

    Le Premier ministre du régime chinois Wen Jiabao a fait pression pour mettre fin à la persécution du Falun Gong avec réparation aux membres de cette pratique spirituelle, selon une source de Pékin. Sa proposition a été contrée par Zhou Yongkang et la faction dirigée par l'ancien chef de file du régime Jiang Zemin. Jiang a démarré la persécution du Falun Gong en 1999, et Zhou, comme ministre de la Sécurité publique de 2003 à 2007, et chef de la puissante commission des Affaires politiques et législatives de 2007 jusqu’à présent, a été fortement impliqué dans la mise en œuvre de la campagne de Jiang. Il est dit que Hu Jintao n’a pas commenté la proposition de Wen.

    Chine, falun Dafa, wen jiabao, Falun Gong, persécution, Bo Xilai, lutte de pouvoir


    Lorsque Wang Lijun, ancien chef de la police de Chongqing et bras droit de Bo Xilai du chef du Parti communiste de Chongqing, a tenté de faire défection au consulat des États-Unis le 6 février, il a attiré l'attention de la communauté internationale sur les prélèvements d'organes forcés du régime à l’encontre des pratiquants de Falun Gong. Wang a été fortement impliqué dans cette atrocité. Dans un discours de Wang donné en 2006, il s'est vanté d'avoir supervisé des «milliers» d'opérations de prélèvement d'organes en tant que chef de la police de Jinzhou dans la province du Liaoning, bien que Wang ne mentionne pas spécialement les prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong.

    Bo Xilai était gouverneur de la province de Liaoning de 2000 à 2004. L’affaire des prélèvements d'organes forcés sur les pratiquants de Falun Gong a été découverte en 2006 dans le Liaoning, et la province a été nommée l’«épicentre» des prélèvements d'organes en Chine.
    
Au cours d'une réunion interne à Zhongnanhai, le siège du gouvernement de Pékin, au sujet de l'incident Wang Lijun, Wen Jiabao a dénoncé les prélèvements d'organes et la participation de Bo Xilai dans ces actes.
    
«Sans anesthésie, le prélèvement d'organes humains et leur vente pour de l'argent, est-ce quelque chose qu’un homme peut faire?» a dit, selon la source de Pékin, Wen lors de la réunion des dirigeants du Parti. «Les choses de ce genre sont eu lieu pendant de nombreuses années. Nous sommes sur le point d’y mettre fin mais ce n'est pas encore tout à fait résolu. »

    « Maintenant que l'incident de Wang Lijun est connu par le monde entier, on peut l'utiliser pour punir Bo Xilai. Résoudre le problème du Falun Gong devrait être un choix naturel», a dit la source en citant Wen. 



    Des recherches internet non censurées

    Le rapport que Wen a demandé aux principaux dirigeants du Parti pour réexaminer le cas du Falun Gong, trouve une corroboration dans le comportement récent de l'Internet en Chine. 
Normalement, les termes relatifs à la pratique ou à la persécution du Falun Gong sont parmi les plus étroitement censurés sur Internet en Chine, mais, au cours de la troisième semaine de mars, les recherches qui, auparavant, avaient été bloquées, étaient maintenant accessibles. Un responsable du régime chinois a considéré les recherches internet sur le terme Falun Gong comme légitimes, et permettre de montrer les méfaits de la persécution, est ce qu'on pourrait attendre d'un effort au sein du parti communiste chinois pour soutenir cette tentative de réparation envers le Falun Gong.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Wen-Jiabao-voudrait-la-fin-de-la-persecution-du-Falun-Gong-selon-une-source-de-Pekin.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu